Hydrogène : le belge John Cockerill bien armé pour attaquer le marché français

 |  | 1077 mots
Lecture 5 min.
(Crédits : John Cockerill)
Le groupe belge John Cockerill investit 100 millions d'euros pour devenir un acteur majeur de la filière hydrogène en France. L'usine d'Aspach-le-Haut en Alsace, spécialisée dans les électrolyseurs de grande capacité (5 Mégawatts), sera opérationnelle fin 2021.

Pour John Cockerill, l'heure H a sonné pour propulser son savoir-faire dans l'hydrogène en France. Déjà bien implanté dans l'Hexagone notamment dans l'est (1.750 salariés sur 6.000 au total), le groupe belge bicentenaire, qui revendique un bon train d'avance sur le développement de l'hydrogène par rapport à une concurrence souvent balbutiante ou en mode start up, accélère le déploiement de ses technologies en France pour pouvoir bénéficier du plan Hydrogène, annoncé début septembre par le gouvernement. Paris va consacrer plus de 7 milliards d'euros d'ici à 2030, dont 2 milliards dans le cadre du plan de relance en 2021/2022, au développement de l'hydrogène vert. Un plan qui va favoriser l'émergence d'une nouvelle filière industrielle.

Mais bien avant les plans de la France et de l'Allemagne (9 milliards d'euros), John Cockerill, détenu par l'actionnaire français Bernard Serin (80,65%), a misé depuis cinq ans sur ce marché d'avenir qu'est l'hydrogène pour devenir l'un des acteurs majeurs de cette filière, qui reste encore à créer. Présent à la fois dans l'énergie, la sidérurgie et la défense, ce petit conglomérat (1,2 milliard d'euros de chiffre d'affaires en 2019) réalise déjà un chiffre d'affaires de plus de 20 millions avec cette activité. "Grâce à la maturité de l'activité, nous sommes déjà à l'équilibre financier (Ebit à 0) et...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 26/09/2020 à 10:14 :
Les français connaissent peu cockerill... savent ils qu il a été dans l histoire de l industrialisation une des entreprises européennes leader et aux nombreux brevet industriel?
Au début du 20 eme siècle c s’était aussi un grand producteur de locomotives ferroviaire dont les exportations dépassaient celles de la France d alors .
Un Français non belge hehe
a écrit le 25/09/2020 à 21:00 :
La ville de Pau est équipée de bus à Hydrogène livrés par la société van Hool, qui est ... Belge !!!!!
a écrit le 25/09/2020 à 15:44 :
Un belge leader.
Ca pique un peu pour les francais.
Le pays start up du micron, toujours a la bourre.
Bravo la Belgique.
a écrit le 25/09/2020 à 13:56 :
Et pk La Wallonie est en Belgique mais pas en France.
a écrit le 25/09/2020 à 11:38 :
Un Gd bravo et un bel avenir à notre cousin industriel belge wallon qui s'appuie sur l'infrastructure industrielle qu'il a créé ds l'Est de la France, pour préparer entre autre cette filière d'avenir en or massif.
a écrit le 25/09/2020 à 9:46 :
Voilà un malin qui chasse la "subvention" en France... Il suffit d'y croire comme les "avions renifleur" sous Giscard!
a écrit le 25/09/2020 à 9:32 :
la filiere reste a creer?
il connait air liquide et Linde?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :