Pourquoi Mittal ne voudrait pas vendre Florange ?

Arnaud Montebourg a promis une loi pour forcer à céder un site industriel viable dans un délai de trois mois. Mais pourquoi y aurait-il besoin d'une loi pour forcer un industriel à céder son site ? Pour Maître Guiroy, avocat au barreau de Paris, cela participe de la stratégie du groupe, et une telle loi serait une abérration.

2 mn

Copyright Reuters

Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif, s'est adonné à une nouvelle promesse vendredi matin en assurant qu'une loi obligeant un industriel à céder site industriel viable promise à la fermeture serait votée sous trois mois. Voici ce qu'en pense Maître Guiroy, avocat au Barreau de Paris.

Le site de Florange est-il viable ?

"Le ministre du Redressement productif a affirmé vendredi matin que cette loi serait parfaitement applicable au site de Florange. Or, un premier problème se pose déjà à lui. L'est-il vraiment ? A mon sens il ne l'est pas. Les principaux consommateurs d'acier en France sont l'automobile et le bâtiment, deux secteurs qui traversent une crise structurelle grave. Le site ne peut pas non plus compter sur l'export. Le secteur de l'acier est en expansion exclusivement dans les marchés asiatiques, trop éloignés du site lorrain. S'il était proche d'une source d'approvisionnement, le maintien du site se justifierait, mais ça n'est pas le cas."

Pourquoi ne pas le céder ?

"Mittal a peut-être d'autres projets industriels en tête et souhaite conserver l'emprise foncière sur le site. Un groupe peut aussi refuser de vendre pour éviter qu'un concurrent ne s'installe à sa place. En général, cela signifie que le propriétaire du site a l'intention de garder la main sur le marché local tout en produisant ailleurs. Enfin, un site comme Florange est peut-être tout simplement invendable."

Peut-on parler d'expropriation ?

"Cette loi risque par ailleurs de poser un autre problème. Arnaud Montebourg s'est défendu de proposer un projet de loi qui vise à exproprier. Mais si ce n'est pas une expropriation, qu'est ce donc ? Je ne comprends pas la position d'Arnaud Montebourg. Je trouve ses propos aberrants. On est dans le verbe, il a fait une promesse et n'arrive pas s'en défaire. Mais cette proposition est en totale contradiction avec les règles communautaires et avec celles de l'OMC."
 

==> Voir aussi : Les promesses de Montebourg... et leurs effets

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 28
à écrit le 01/10/2012 à 9:45
Signaler
Qu'est ce qui est aberrant, que Mittal ait decide de sacrifier Florange ou de tenter de sauver une partie de notre industrie et les emplois qui vont avec. Arretons ces debats d'ideologues portes le plus souvent pas des ignorants et tentons de preserv...

à écrit le 01/10/2012 à 9:42
Signaler
Montebourg, les syndicalistes, les ouvriers pour beaucoup sur ce site ne comprennent rien à l'industrie, à la finance, à la politique. Beaucoup sont des as de l'industrie financière de la politique de Bruxelles par des commissaires non élus qui ont d...

à écrit le 01/10/2012 à 8:48
Signaler
Que faire devant une oligarchie qui lache ses "obligés"? L'exemple par Poutine: http://www.youtube.com/watch?v=9k8slkrprn4

à écrit le 01/10/2012 à 8:24
Signaler
C'est Montebourg qu'il faut vendre 1 euro symbolique, mais qui en voudrait ?

le 01/10/2012 à 14:20
Signaler
1 euro pour un imitateur de Homer Simpson ce n'est pas cher.

à écrit le 29/09/2012 à 15:19
Signaler
Qui rachètera des hauts fourneaux hors d'age alimentés par des minerais qui viennent du bout du monde ? (sans parler de l'intérêt à investir aujourd'hui en France ni du climat social entretenu par un leader CFDT à l'image de son pote CGT d'Aulnay qu...

à écrit le 29/09/2012 à 0:20
Signaler
Arnaud Montebourg, encore un "comique" qui pense redresser la France ! Le voilà qui imagine maintenant une loi contraire aux principes de l'OMC... Bientôt plus personne ne viendra investir en France, les chefs d'entreprise qui osent encore rester ch...

à écrit le 28/09/2012 à 23:02
Signaler
Le projet que propose Montebourg est parfaitement viable (et Dieu sait que personnellement, je n'apprécie pas cet histrion). Derrière un site industriel, il y a des emplois, la vie d'hommes et de femmes qui peut-être ne retrouveront pas de travail ...

le 28/09/2012 à 23:18
Signaler
Mittal a racheté légalement Arcelor suite à une OPA. Qui serait le repreneur prêt à investir des centaines de millions d'euros dans un marché en surcapacité ? Le cas de Repsol en Argentine est différent.

à écrit le 28/09/2012 à 19:46
Signaler
Dans le cas de Florange, il me semble que c'est uniquement pour éviter le retour de la concurrence. C'est déjà pour l'éliminer que Mittal à racheté Arcelor. Le site dans sa globalité est rentable. Le fait que Mittal se débarrasse que d'une partie lui...

le 28/09/2012 à 20:16
Signaler
vous êtes sûr que le site est rentable ???? j'y suis allé et j'ai trouvé l'ensemble dans un état inutilisable

le 28/09/2012 à 20:16
Signaler
vous êtes sûr que le site est rentable ???? j'y suis allé et j'ai trouvé l'ensemble dans un état inutilisable

le 28/09/2012 à 20:43
Signaler
Globalement oui, un site de se type n'est jamais aussi beau qu'un sous neuf. Les marchés sont là et se site reste opérationnel, même si le redémarrage d'un haut fourneau n'est pas simple. Pour qu'il soit rentable il faut que les 2 activités reste cou...

à écrit le 28/09/2012 à 18:43
Signaler
Et une plaque gravée dans le marbre de plus au 'bonimenteur magnifique 2012' pour les salariés futurs chômeurs de Florange... rien de pire que de susciter l'espoir sans lendemain.....sauf le rejet des politiques !!!!

à écrit le 28/09/2012 à 15:20
Signaler
«Ce n'est pas une expropriation, ce n'est pas une nationalisation (...). Vous voulez fermer ; il y a quelqu'un qui se présente ; la justice fixe le prix et vous serez indemnisé au prix du marché»? Je crois rêver! C?est bien une expropriation, une ces...

le 28/09/2012 à 16:38
Signaler
oui c'est d'autant plus drole que le fisc dispose de differentes maniere ' d'evaluer une entreprise'; actif net net global, cash flows actualises, etc... ( on ne parle meme pas du ' cote', ou une entreprise peut voir son cours multiplie - ou divise- ...

le 28/09/2012 à 18:25
Signaler
Ce genre de procédé ne sera pas accepté par Bruxelles.

à écrit le 28/09/2012 à 15:15
Signaler
Montebourg essaie de concurrencer le clown Mélanchon mais il ne lui arrive pas à la cheville!! Plus bête et moins drole !!! Mais comme disait Coluche "c'est tout de même nous qui le payons "" !!! Plus pour longtemps sans doute !!!

le 29/09/2012 à 1:31
Signaler
Il aurait plutot dit : "c'est nous qu'on le paye !" ou encore "c'est quand même nous qu'on paye non ? Merde alors...!"

à écrit le 28/09/2012 à 15:02
Signaler
Mais qui va payer les frais de dépollution si le site est un jour désactivé? Mittal ou l'Etat français devenu nouveau propriétaire?

le 28/09/2012 à 15:37
Signaler
L'Etat en rachetant le site pur 1 euro symbolique. Les frais de dépollution ne le seront pas (symbolique)...

à écrit le 28/09/2012 à 14:55
Signaler
Je pense que cet ancien avocat veut faire de la France le paradis des prolétaires. Comme il ne connait rien aux lois internationales, il s'imagine qu'il peut déposséder une entreprise internationale en la nationalisant! On n'est plus en 1936. Au lieu...

à écrit le 28/09/2012 à 14:13
Signaler
Avec une telle loi, Arcelor fermera le site entier de Florange au lieu de maintenir les 2300 emplois de la filière froide (laminage). Résultat: 3000 emplois détruits au lieu des 500 suppressions de postes des hauts fourneaux et un avenir incertain po...

à écrit le 28/09/2012 à 14:07
Signaler
Nous voilà bien avancé avec ces commentaires (le mien compris).

à écrit le 28/09/2012 à 13:33
Signaler
L'OMC et les règles communautaires, on s'en branle

le 28/09/2012 à 13:41
Signaler
tout comme ton avis

le 28/09/2012 à 14:03
Signaler
Montebourg se prends les pieds dans le tapis ................des mots encore des mots rien que des mots et du vent ................................

le 01/10/2012 à 9:44
Signaler
Cela fait plus de 20 ans qu'on sait que la filière chaude de Florange n'est pas rentable, et qu'elle ne tient rien qu'à l'aval, et à une filière froide reconnue dans le monde entier. Avec la baisse de la demande et les surcapacités, on sit que les se...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.