La fusion Alstom Siemens serait "proche du déraillement"

 |   |  371  mots
Le rapprochement de Siemens et d'Alstom, annoncé le 26 septembre 2017, vise à créer un champion franco-allemand du ferroviaire capable de rivaliser avec le groupe public chinois CRRC et le canadien Bombardier.
Le rapprochement de Siemens et d'Alstom, annoncé le 26 septembre 2017, vise à créer un champion franco-allemand du ferroviaire capable de rivaliser avec le groupe public chinois CRRC et le canadien Bombardier. (Crédits : Stephane Mahe / Reuters)
La Commission européenne s'apprêterait à rejeter le projet de rapprochement entre les groupes français et allemand, jugeant insuffisants les remèdes proposés pour réduire l'impact sur la concurrence dans les trains à grande vitesse en Europe.

Le verdict de la Commission européenne sur le rapprochement entre Alstom et Siemens doit être rendu au plus tard le 18 février. Mais d'ores et déjà, « l'affaire se présente mal » selon des défenseurs du dossier cités par L'Est républicain et « les signaux qui viennent en ce moment de Bruxelles ne sont pas bons » selon une autre source au fait du dossier citée par Les Echos. Les deux journaux concluent que la fusion serait « proche du déraillement » ou de « la sortie de route ».

La Direction générale à la concurrence serait prête à poser ce veto à ce rapprochement, annoncé le 26 septembre 2017, et qui vise à créer un champion franco-allemand du ferroviaire capable de rivaliser avec le groupe public chinois CRRC et le canadien Bombardier. Elle s'inquiète de l'impact sur le marché des trains à grande vitesse en Europe.

Le 12 décembre dernier, les deux groupes ont adressé à la Commission une liste de concessions, de « remèdes » aux nombreux « griefs » signifiés par la DG Concurrence,  principalement des cessions dans les activités de signalisation et les produits de matériels roulants, représentant « environ 4% du chiffre d'affaires de l'entité combinée. »

« Il n'y a pas de certitude que leur contenu soit suffisant pour répondre aux préoccupations de la Commission » avaient alors précisé les deux groupes.

Inquiétudes à Londres, Bruxelles, Madrid et Amsterdam

Quelques jours plus tard, le 18 décembre, la commissaire à la Concurrence Margrethe Vestager avait à nouveau exprimé ses réserves et insisté sur l'importance d'obtenir les avis de toutes les parties intéressées, y compris les concurrents et les représentants syndicaux. En France, ces derniers sont contre le rapprochement qu'ils perçoivent comme une absorption et une filialisation d'Alstom par Siemens.

Dans une lettre ouverte rendue publique le 20 décembre, les autorités de la concurrence britanniques, conjointement avec celles des Pays-Bas, de Belgique et d'Espagne, avaient confié leurs inquiétudes, estimant que "la perte globale de concurrence provoquée par la fusion serait très importante".

"Il est clair que les remèdes proposés par les deux groupes sont loin d'être suffisants pour répondre à toutes les préoccupations", avaient-ils déclaré dans cette lettre.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/01/2019 à 18:07 :
Ces fonctionnaires Bruxellois sont bornés et aveuglés par le dogme de la concurrence.
D'abord parce qu'ils ne voient la concurrence qu'à l'intérieur de l'UE, et ne voient pas que le danger vient de l'extérieur (Chine, Russie, USA) : ils illustrent bien le proverbe "le sage montre la lune, l'idiot regarde le doigt" !
Ensuite parce que dans des domaines aussi capitalistiques (un TGV, un airbus voire une centrale nucléaire) la concurrence aveugle n'a jamais fait baisser les prix. Il faut en effet se regrouper pour que l'effet de taille permette de baisser les prix face aux géants mondiaux.
La pire absurdité de cette Commission européenne a consisté à donner l'injonction à notre pays de "casser" EDF en plusieurs entreprise qui se seraient fait concurrence, sous Sarkozy. Et la pire c...ie que celui-ci a faite a été de ne pas résister à cette injonction, et de créer la loi NOME qui permet à n'importe qui de se servir en électricité nucléaire à prix coûtant, jusqu'à concurrence de 25 % de la production d'EDF.
Dit autrement, EDF est obliger de céder à un prix parfois moitié de celle du marché, sa production à ... ses concurrents, qui n'ont même pas besoin de faire l'effort de construire de centrales !!!
Ubuesque, le dogme de la concurrence aveugle est une absurdité qui risque de coûter à la France l'un de ses (rares) fleurons industriels (le nucléaire), et à l'Europe l'existence même d'un secteur où elle aurait pu remporter des marchés internationaux (le rail).
a écrit le 07/01/2019 à 23:48 :
Ne pas faire cette fusion revient à offrir un monopole à son concurrent chinois, qui seul, imposerait ses prix et ses normes, pas UE.
a écrit le 07/01/2019 à 19:20 :
Je lis bien : septembre 2017 . Et nous sommes en janvier 2019 .
Fonctionnaires incapables et boulot-metro-dodo !
a écrit le 07/01/2019 à 14:14 :
De l'autre coté, la division Energie de GE, acquise d'Alstom, est en train de se planter suite au bourde du patron de GE, récemment débarqué. La totale pour l'ex-Alstom !
a écrit le 07/01/2019 à 10:58 :
Crise d'identité à l'UPR: quand c'est l'UE qui vient défendre notre souveraineté c'est que nous n'en avons plus... euh..
a écrit le 07/01/2019 à 10:54 :
MONSIEUR LE JOURNALISTE , SERAIT IL POSSIBLE DE DIFFUSER "EN ENTIER "LES ARGUMENTS DE LA CSION EUROPEENNE ? ...CAR LE GOUVERNE ...MENT ...MERCI POUR CETTE DEMANDE DE MANIERE A ECLAIRER CETTE POSITION POUR LE MOINS SURPRENANTE
a écrit le 07/01/2019 à 2:41 :
ALSTHOM a offert sa techno tgv aux chinois, et SIEMENS leur a offert ice. = chine n°1 Mondial.
Air'Bus avec ses transferts aux chinois, vit aussi ses dernières années.


BRUXELLES REFUSE CETTE FUSION : montants ? des valises de liquide ? pour ces NON systématiques ?
a écrit le 07/01/2019 à 1:12 :
Que fait la commission contre le moteur de recherche Google, les applications imposées par Google dans ses systèmes Android (je me souviens que Microsoft avait été obligé de proposer par défaut d'autres Navigateur que IE), etc... Je soulève ce point car Android est désormais présents sur nos téléphones, nos télévisions, nos voitures et bientôt beaucoup d'autres biens. L'UE a toujours 10 trains de retard.
a écrit le 06/01/2019 à 19:19 :
Avec çà ils s'imaginent que nous allons voter LR-UDI LREM

Ils poussent un peu plus La France dans 40 mois, chez Le Pen.

Nous ne nous dérangerons plus pour voter pour ces inutiles-pistonnés éligibles-chers payés.

Giscard a déclaré en oct ( Europe 1 ) que le Parlement Eur a été créé en1979,
pour faire croire que Bruxelles, n'aura plus le pouvoir, sans les suffrages des citoyens,
Mais qu'en réalité L UNIQUE POUVOIR EST A BRUXELLES.

Maintenant : supprimer ce faux et couteux parlement est impossible
trop juteux pour les " élus " pistonnés des 27 de l'extreme droite à l'extrème gauche.
a écrit le 06/01/2019 à 19:18 :
Avec çà ils s'imaginent que nous allons voter LR-UDI LREM

Ils poussent un peut plus La France dans 40 mois, chez Le Pen.

Nous ne nous dérangerons plus pour voter pour ces inutiles-pistonnés éligibles-chers payés.

Giscard a déclaré en oct ( Europe 1 ) que le Parlement Eur a été créé en1979,
pour faire croire que Bruxelles, n'aura plus le pouvoir, sans les suffrages des citoyens,
Mais qu'en réalité L UNIQUE POUVOIR EST A BRUXELLES.

Maintenant : supprimer ce faux et couteux parlement est impossible
trop juteux pour les " élus " pistonnés des 27 de l'extreme droite à l'extrème gauche.
a écrit le 06/01/2019 à 19:01 :
Bruxelles ne fait que çà lorsqu'il s'agit de fusionner des industriels Eur.

Tantot corruption par mallettes de Dollars par Chinois tantot par U.S.A
a écrit le 06/01/2019 à 18:46 :
Au nom de "la concurrence" on peut dire que la Commission Européenne (CE) a, souvent, fabriqué des monopoles privés. Les exemples ne manquent pas, dans les transports notamment. Il faut donc se poser la question du Pourquoi? Est-ce de l'incompétence, matinée d'idéologie? La CE voudrait de la concurrence à tout prix, mais son obsession idéologique, liée au profil politique des commissaire, lui ferait oublier les véritables conditions économiques des marchés concernés par ses décisions.
Ou bien, on peut ajouter à ces défauts une trop grande porosité entre certains Commissaires et certaines entreprises ou lobbies. Résultat: on se retrouve parfois avec une absence de concurrence "au nom de la concurrence". Terrifiant.
a écrit le 06/01/2019 à 18:42 :
Au nom de "la concurrence" on peut dire que la Commission Européenne (CE) a, souvent, fabriqué des monopoles privés. Les exemples ne manquent pas, dans les transports notamment. Il faut donc se poser la question du Pourquoi? Est-ce de l'incompétence, matinée d'idéologie? La CE voudrait de la concurrence à tout prix, mais son obsession idéologique, liée au profil politique des commissaire, lui ferait oublier les véritables conditions économiques des marchés concernés par ses décisions.
Ou bien, on peut ajouter à ces défauts une trop grande porosité entre certains Commissaires et certaines entreprises ou lobbies. Résultat: on se retrouve parfois avec une absence de concurrence "au nom de la concurrence". Terrifiant.
a écrit le 06/01/2019 à 16:57 :
La Belgique , Hollande , Angleterre s' opposent ! mais ils n' ont pas de constructeurs...Si la route de la soie se fait avec du ferroviaire Chinois , on comprendra mieux .
a écrit le 06/01/2019 à 16:09 :
Quand l'union européenne se mettra elle à défendre les intérêts européens en favorisant l'éclosion d'opérateurs industriels capables de rivaliser avec les chinois et les américains ? La libre concurrence débridée qui consiste à favoriser les GAFA , et autres groupes mondiaux extra européens est une absurdité. L'union européenne doit défendre les intérêts européens, faute de quoi nous retournerons au nationalisme.
a écrit le 06/01/2019 à 15:50 :
Mesdames, Messieurs,de la Commission Européenne, les concurrents de l'Europe vous disent merci.
Après, on s'étonnera du rejet de cette Europe par la population.
a écrit le 06/01/2019 à 12:07 :
concernant les trains et la grande vitesse, la concurrence est mondiale, pas intra européenne.....
pendant ce temps la, la Chine avance.....avec la technologie d origine Siemens...
.
concernant les TGV.....c est un Airbus qu il faut construire......pas une fusion ambiguë.......

Réponse de le 06/01/2019 à 19:49 :
Je ne suis pas sûr qu'Airbus est une référence en terme de performance et d'utilisation d'argent publique.
Si on considère qu'Airbus a utilisé beaucoup d'argent publique pour financer le A380 et 10 ans après le premier exemplaire est déjà démonté, car personne ne veut l'acheter.
a écrit le 06/01/2019 à 11:58 :
il faut une fusion Alstom Bombardier (Europe&Amériques) qui seront bien plus gros que Siemens !
a écrit le 06/01/2019 à 9:01 :
Bonne nouvelle! Cette fusion absorption n’a aucun sens pour Alstom, en tout cas pour le moment.
a écrit le 06/01/2019 à 8:52 :
Voila une occasion de faire front commun.
Mais non, la division, encore et tjrs.
Cette Europe est condamnee.
a écrit le 06/01/2019 à 2:08 :
Tant mieux,si cela se confirme. On donne le pouvoir à Siemens,dans l 'accord actuel. Il faudrait un accord équilibré. Alstom s'etait renforcé dans la signalisation après l' accord avec GE en 2014.Si Siemens veut racheter Alstom,c'est surtout pour son activité de signalisation. La signalisation ferroviaire est une spécialité française et GE avait acquis sa branche signalisation en France, pareil pour Ansaldo, l'Italien et pour Siemens, qui avait racheté cette activité à Matra. Si la CE oblige l'ensemble Siemens-Alstom , à se séparer d'une partie importante de la signalisation,l' accord de fusion n'est plus pertinent pour les allemands. Leur objectif,c'était la signalisation. Avec la construction de trains,on gagne très peu d argent,surtout à cause de la concurrence chinoise.
Réponse de le 07/01/2019 à 9:44 :
Une fusion amicale se transforme toujours en acquisition et l'est même dés le départ (il suffit de lire les textes). Les Allemands qu'au demeurant j'apprécie ne rêvent que de nous assujettir économiquement et sont aussi dangereux que les Chinois dans ce domaine; il n'y a que nos naïfs énarques inspecteur des finances pour ne pas s'en rendre compte.
Alstom a un très bon carnet de commandes et on ferait mieux de faire cette fusion avec Bombardier plutôt qu'avec Siemens.
a écrit le 06/01/2019 à 0:34 :
LA CHINE
qu'Alsthom-Siemens moitié à eux deux des Chinois n°1 Mondial, depuis les transferts de technologie,

A PAYE COMBIEN ? LES EUR POUR FAIRE DERAILLER.


C'est aussi BRUXELLES PAYE PAR GENERAL ELECTRIC
QUI A EMPECHE LA FUSION LEGRAND-SCHNEIDER
a écrit le 05/01/2019 à 21:00 :
Je résume les commentaires de ces 6 derniers mois sur le cas Alstom-Siemens:

Si la fusion a bien lieu: "Les Allemands nous piquent notre fleuron national. Vite un Frexit"

Si la fusion est empêchée par l'UE: "On va se faire bouffer par les Chinois. Quelle trahison!"
Réponse de le 06/01/2019 à 11:59 :
Et oui, peu importe le contenu de l'actualité, les pisse-froids seront toujours de sortie, il faut faire avec malheureusement, hélas, ce sont eux qui écrivent le plus...
a écrit le 05/01/2019 à 19:54 :
Faut penser plus loin que l interet des consommateurs....l interet supranational de l europe. Les commissaires europeens sont naifs.
a écrit le 05/01/2019 à 17:52 :
Ou comment les technocrates européen empêchent la formation de géant européen pour résister aux américains et chinois !
a écrit le 05/01/2019 à 17:45 :
La Danoise Margrethe Vestager  se préoccupe plus de la concurrence intra-européenne que de la concurrence internationale.
C'est un peu normal mais c'est oublié que, face au mastodonte chinois CRRC, Alstom et Siemens pris séparément risquent de se faire manger…
Même si cela nous faisait payer un peu plus cher nos locomotive dans l'UE, une fusion vaudrait le coup.
a écrit le 05/01/2019 à 17:10 :
les commissaires européens ont-ils reçu de quoi faire face à leurs besoins pour leurs bonnes œuvres de la part de Général Electric et autres concurrents à Siemens-Alstom ?
a écrit le 05/01/2019 à 13:58 :
La concurrence libre et non faussée en Chine?????
a écrit le 05/01/2019 à 13:43 :
pas de soucis, le tgv chinois mettra tout le monde d´accord sur les appels d´offre internationaux
Réponse de le 05/01/2019 à 20:35 :
Tgv chinois ? C'est Siemens qui a donne les plans de son tgv aux chinois. Le ICE chinois est le transfert de techno fait par siemens.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :