L'endettement des entreprises européennes risque de freiner la reprise, dixit BNP Paribas

 |   |  328  mots
La chute vertigineuse de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture de large pans de l'activité afin de lutter contre la propagation de la pandémie a contraint de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts, à puiser dans leurs réserves et à tirer sur leurs lignes de crédit, selon une note de la banque française. (Photo: un restaurant fermé pour cause de confinement, à Paris, le 16 avril dernier)
La chute vertigineuse de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture de large pans de l'activité afin de lutter contre la propagation de la pandémie a contraint de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts, à puiser dans leurs réserves et à tirer sur leurs lignes de crédit, selon une note de la banque française. (Photo: un restaurant fermé pour cause de confinement, à Paris, le 16 avril dernier) (Crédits : Reuters)
Les pertes cumulées des entreprises en Europe pourraient excéder 720 milliards d'euros d'ici la fin 2020, voire dépasser 1.200 milliards d'euros en cas de scénario vraiment défavorable, ce qui obligera une partie d'entre elles à se recapitaliser et à emprunter. Problème : plus les sociétés sont endettées, moins elles investissent, "ce qui limite l'efficacité de l'assouplissement monétaire".

L'endettement forcé des entreprises sera l'une des conséquences de la crise du coronavirus et pourrait, s'il se prolonge, agir comme un frein à la reprise de l'économie, dit-on chez BNP Paribas.

La chute vertigineuse de leur chiffre d'affaires en raison de la fermeture de large pans de l'activité afin de lutter contre la propagation de la pandémie a contraint de nombreuses entreprises à réduire leurs coûts, à puiser dans leurs réserves et à tirer sur leurs lignes de crédit, explique William de Vijlder, chef économiste de la banque française, dans une note publiée lundi.

Lire aussi : Coronavirus : pourquoi les banques mettent des milliards de côté

Les pertes cumulées subies par les entreprises européennes pourraient excéder 720 milliards d'euros d'ici à la fin de l'année, voire dépasser 1.200 milliards d'euros en cas de scénario défavorable, selon des chiffres de la Commission européenne cités dans la note, ce qui obligera une partie d'entre elles à se recapitaliser et à emprunter.

Lire aussi : Prêt garanti par l'État : refus, délais, obstacles... ces entreprises qui rament face aux banques

Plus on est endetté, moins on investit

Or "d'après la recherche économique, les sociétés les plus endettées réduisent davantage leurs investissements que les autres, ce qui limite l'efficacité de l'assouplissement monétaire", écrit l'économiste de BNP Paribas.

"Ces entreprises lourdement endettées vont subir une perte durable de compétitivité vis-à-vis de leurs concurrentes mieux capitalisées", ajoute-t-il.

Une solution pourrait venir de la mise en place de politiques économiques qui contribueraient à réduire le surendettement des entreprises et stimuleraient la croissance, ajoute-t-il.

"En d'autres termes, une politique économique visant à recapitaliser les entreprises devrait avoir des effets favorables durables sur la croissance, dès lors qu'elle réduit le risque de défaut à court terme, mais aussi, en particulier, qu'elle leur donne une bouffée d'oxygène leur permettant d'investir", écrit William de Vijlder.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/06/2020 à 14:38 :
Voila le moment de se poser la question: quand faire appel au capital ou à la dette dans la vie de l'entreprise. La question est posée aux MOZART de la finance. N'en étant pas un, j'attends la réponse avec gourmandise.
a écrit le 16/06/2020 à 13:41 :
Les prêts ne pourront jamais remplacer deux mois sans entrée d'argent, c'est forcément pénaliser encore plus nos PME qui n'en avaient pourtant surtout pas besoin !

Mais bon comme faut engraisser les banquiers sans arrêt...
a écrit le 16/06/2020 à 12:13 :
Ils sont forts chez BNP. Impressionnants sauf quand on prend rendez-vous avec son conseiller. Là ils sont aux abris.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :