Relance : la finance française planche sur un fonds d'au moins 10 milliards d'euros

 |   |  204  mots
(Crédits : Reuters)
Selon les Echos, ce fonds pourrait être utilisé sous formes de prêts participatifs ou équivalents, à durée très longue et assimilés à des fonds propres, en vue de soutenir de 20.000 à 30.000 entreprises.

Le secteur financier français réfléchit à un fonds, doté d'au moins 10 milliards d'euros, pour permettre aux entreprises de surmonter la crise sanitaire et profiter de la reprise, a appris l'AFP.

"Depuis quelques semaines maintenant, les banques travaillent à l'élaboration d'un dispositif qui permettrait d'ici la fin de l'année de trouver des solutions pour renforcer les fonds propres des entreprises", a affirmé à l'AFP  la Fédération bancaire française, confirmant des informations publiées lundi soir par les Échos. "Le travail est en cours", a précisé la fédération sans donner davantage de détails.

Soutenir 20.000 à 30.000 entreprises

Ces réflexions portent notamment sur la création d'un fonds, doté de 10 milliards d'euros au moins, pour soutenir le bilan des petites et moyennes entreprises (PME) et entreprises de taille intermédiaire (ETI), a précisé à l'AFP une source proche de ces réflexions demandant à ne pas être identifiée.

Selon Les Échos, ce fonds pourrait être utilisé sous formes de prêts participatifs ou équivalents, à durée très longue et assimilés à des fonds propres, en vue de soutenir de 20.000 à 30.000 entreprises. Le journal affirme par ailleurs que ce dispositif pourrait associer l'État, des assureurs et fonds de retraite.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/06/2020 à 15:56 :
Alors qu'elle devrait sortir le pognon pour donner le fric, du moins le rendre au final, de ses paradis fiscaux, elle prête le notre en plus.

Qu'est-ce qui change par rapport à d’habitude alors que nous avons des intérêts proches de zéros ?

L'imposture financière.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :