LTDE

Une voiture 100% solaire dès 2019 ?

 |   |  367  mots
(Crédits : Lightyear)
La société néerlandaise Lightyear assure être en mesure de faire rouler une voiture 100% solaire d’ici 2019. Un pari peut-être plus si impossible qu’il n’y parait.

La voiture autonome, dont il est beaucoup question ces derniers temps dans l'actualité automobile, c'est déjà un sacré morceau de futur qui pourrait, très bientôt, devenir réalité. Des modèles autonomes et 100% électriques étant déjà en circulation sur des circuits fermés (aéroports, sites industriels...).

Une voiture qui ne fonctionnerait qu'à l'énergie solaire, ça aussi, ça semblait relever de la fiction il y a quelques mois encore. Une société hollandaise, Lightyear, promet pourtant de transformer le mythe en réalité.

Cette berline pourrait même être mise en circulation dès 2019, à en croire l'entreprise. Baptisée « One », la voiture serait capable de se recharger toute seule grâce à l'énergie qu'elle capterait des rayons du soleil. Le tout, à l'aide de panneaux solaires photovoltaïques disposés sur sa carrosserie. Les rares plans montrant « One » ne permettent pas, pour le moment, de se faire une idée sur l'impact du dispositif photovoltaïque sur l'esthétique du véhicule.

Le rêve a un prix

Sur le papier, le projet -qui serait donc dans une phase très avancée- a de quoi faire saliver. Lightyear One est en effet annoncée avec une autonomie énorme par rapport à ce qu'il est possible de faire actuellement : de 400 à 800 kilomètres ! Et ce, même en l'absence de soleil, avec sa batterie interne. Selon le constructeur, les panneaux solaires seront capables de produire de quoi couvrir environ 11 000 kilomètres par an, avec le climat de Paris.

Les panneaux solaires ne seront pas sa seule source de recharge potentielle. La voiture sera également équipée d'une prise, tout ce qu'il y a de plus classique, afin de la brancher comme toute autre voiture électrique (avec une autonomie, cette fois, de 40 kilomètres par heure de recharge).

Les dix premières One doivent être livrées dans le courant de l'année 2019. Son constructeur annonce pouvoir franchir le cap des 100 voitures d'ici 2020, en Europe et aux Etats-Unis.

En attendant, pensez tout de même à économiser un peu avant de vous lancer -la précommande est possible sur le site de Lightyear- : le modèle « Signature » est annoncé à partir... de 119 000 euros !

La Lightyear One en images :

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/05/2018 à 23:04 :
Les progrès sont tels que ça serait possible ? Quand on voit des véhicules avec un panneau ou deux voire plus, c'est presque de la décoration. Quand on voit ce qu'il faut pour charger des batteries de vélos électriques, ça laisse rêveur pour une voiture, car les panneaux doivent être intégrés et non dépasser (aérodynamisme), ceux qu'on met sur les portières ayant un moins bon rendement car verticaux (cosinus de l'angle vs le soleil). Mais certaines technologies font faire un bond au rendement et au prix aussi (le rendement labo n'est jamais atteint en production industrielle, qq % sont perdus).
A quand des batteries légères légères pour avoir moins de poids à bouger ?
a écrit le 27/05/2018 à 4:36 :
Il faut impérativement développer les véhicules électro-solaires qui ont largement fait leurs preuves depuis la fin des années 90 avec la Solarworld GT. 3 Kw suffisent à faire rouler des véhicules jusqu'à 2/5 places de moins de 400 kg. En France il n'y a qu'un seul projet, la HX2 d'Ecos Solar Breizh, c'est bien trop peu et on constate que les français sont assez peu doués en énergie et en sciences, sous estimant le solaire. De même il est essentiel de mettre du solaire notamment sur les camions. Cà leur permet d'économiser en pratique 2000 litres de gasoil par an comme une étude l'a démontré au Nord de l'Europe et bien pus encore lorsqu'il s'agit de camions réfrigérants. L'américain eNow parmi d'autres en développe avec Nikola (camions hydrogène) est les économies sont très importantes.
a écrit le 25/05/2018 à 8:15 :
@ Velkavatar : ce n'est pas du rêve mais déjà la réalité depuis plusieurs années ! un véhicule n'a pas besoin de faire 1 tonne ni d'avoir des roues de véhicule blindé ! Une poignée de kw de puissance au total des moteurs dans les roues suffisent également pour la motricité. Exemples de voitures électro-solaires 2/5 places homologuées sur route parmi beaucoup d'autres qui ont parcouru des dizaines de milliers de km : la gamme des véhicules solaires Stella (Vie, Lux et Solar) avec 800 km d'autonomie de jour et 400 de nuit, à énergie positive autour de 70 km/h. Largement confirmés dont performances homologuées sur route etc. https://solarteameindhoven.nl/stella-vie/ ou encore ThyssenKruppSunriser : https://www.youtube.com/watch?v=EM2HjLv3ub8 - ou encore eVe Sunswift ou encore Sunswift Violet, ou plus ancienne SolarWorld GT (qui a déjà des millions de km à son actif et sous tous climat y compris en Alska) ou Powercore Suncruiser etc. Il en existe plus d'une vingtaine en 2/5 places. Rendement commercial du solaire flexible Alta Devices parmi d'autres 32%. Les lampadaires servent déjà de bornes de recharge si on le souhaite comme le font entre autres Bouygues Energies & Services, Enedis depuis plusieurs années.
a écrit le 24/05/2018 à 11:11 :
Il ne faut pas trop rêver, malgré les bonds technologiques de l’amélioration du rendement des modules, il faudrait une surface très/trop importante.
Un véhicule classique d’une tonne est habituellement mu par un moteur développant une centaine de chevaux. (100 ch din = 73,55 kW)
Si l’on se base sur le top de la technologie utilisé dans des déplacements 3D, l’avion Solar Impulse, on a 4 moteurs totalisant 40 Cv et 200 m2 de panneaux solaires d’un rendement de 23 %, ce qui est plutôt du haut de gamme pour le moment.
Des fabricants (dont le Français Soitec) avaient atteint des rendements de l’ordre de 44 % mais avec des modules CPV, équipés de lentilles de Fresnel. (https://www.ise.fraunhofer.de/en/press-media/press-releases/2013/world-record-solar-cell-with-44-7-efficiency.html)
Tout comme on a besoin d'un réservoir de carburant, on a besoin d'un réservoir d’électricité, d'un câble d’alimentation genre train ou tramway, ou peut être bientôt à l'aide de la résonance magnétique (https://www.futura-sciences.com/tech/actualites/voiture-electrique-recharger-voiture-electrique-roulant-sera-bientot-possible-34896/).
En attendant, ayant remarqué que, malgré la prolifération des 4x4, la grande majorité des gens se déplaçaient sur des axes routiers aménagés à cet effet, rien n’empêche de concevoir des bords de routes, ou des chaussées (j'y crois moins) dotées de modules solaires permettant de recharger des stations.

Le véhicule électrique a un potentiel énorme : de moindre pollution, de facilité d'usage, de baisse de prix ou d'augmentation des taxes, mais pour le moment on sent une certaine hésitation, ne serais-que dans l’implantation des bornes de recharge.
Il faut avoir une vision globale.
Pour exemple, on peut faire des liens entre les smart grids, les problèmes de raccordement que rencontrent les stations de recharge de vélos électriques, les lampadaires, dans l’avenir ne seront-ils pas des points de recharge ? ou les parcmètres, etc… C’est l’ensemble qui est à concevoir et il ne faut pas trop trainer, car ceux qui partent d’une page blanche avec en plus un marché en pleine croissance ont un avantage indiscutable.
L’important sera aussi dans la capacité que l’on aura à interfacer le tout : à savoir, les axes de déplacement, les véhicules électriques, le stockage et recharge et la production par des énergies renouvelables. Cela reste une banale histoire de flux.
Réponse de le 30/05/2018 à 23:10 :
A Corte (Corse), j'avais trouvé que l'idée de placer des panneaux sur le parking de GéantCa*** est une bonne idée, ça fait de l'énergie électrique et de l'ombre en même temps, pour retrouver sa voiture moins chaude qu'en plein soleil. La recharge (partielle) pendant qu'on fait les courses pourrait se faire, une fois un système en place. Consommation proche de la source.
Avec l'hydrogène, ça serait plus aisé à gérer, le plein (discontinu) comme on en a l'habitude, mais l'avenir va être intéressant à suivre.
a écrit le 22/05/2018 à 20:54 :
Faudrait dire aux gens que 6 m2 de PV, c'est 1kW de puissance en plein soleil à midi... Pour un moteur de 50 kW min ( sinon, on ne peut rien transporter et ça ne s'appelle pas une voiture) les panneaux solaires sont uniquement un argument marketting du 100% électrique .... Heureusement qu'ils laissent la prise de courant ...
Réponse de le 23/05/2018 à 3:28 :
@ Bleubv : vous partez sur des données erronées donc vos conclusions sont fausses. Le rendement du solaire commercial pour notamment l'automobile est de 32% (voir Alta Devices etc) c'est donc beaucoup plus qu'1 KWc que vous obtenez, vous abaissez ensuite le poids (moins de 400 kg), vous prenez les meilleurs coef de roulement, de traînée, des moteurs à haut rendement qui sont dans les roues, une gestion optimisée de l'énergie, vous avez très peu de batteries (environ 60 kg) etc. En bref quand vous avez optimisé l'ensemble comme c'est le cas des véhicules électro-solaires de type "Cruiser) 4/5 places vous n'avez nullement besoin d'un moteur de 50 kW. La Stella parmi beaucoup d'autres homologuées sur route et malgré qu'elle soit déjà un peu ancienne l'a déjà prouvé parmi bien d'autres. Il faut arrêter de raisonner avec des véhicules inefficients. Voir par exemple données techniques Stella Lux pourtant déjà largement dépassées : http://sinovoltaics.com/technology/stella-lux-winner-of-world-solar-challenge-visits-shanghai/
a écrit le 22/05/2018 à 12:15 :
Les véhicules électro-solaires sont effectivement la solution la plus rapide pour réduire les importations d'énergie, les coûts, les émissions de C02, la pollution etc. (Idem sur les camions pour réduire leur consommation comme çà se développe avec eNow, Nikola etc) Des dizaines de modèles solaires de type "cruiser" (2/5 places) l'ont démontré au World Solar Challenge et plusieurs ont été homologués sur route pour le prouver sous tous climats et déjà sur des millions de km. Il suffit d'un véhicule mieux profilé, allégé et entièrement solarisé et on obtient plus de 800 km d'autonomie de jour, environ 400 km la nuit, pour seulement 60 kg de batterie et l'énergie positive (moins de consommation que de réception solaire) jusqu'à environ 70 km/h. Bref les hollandais, australiens, allemands et autres 60 universités concernées dans le monde ont raison, mais bien sûr çà rapporte moins aux réseaux d'entretien et marchands de pétrole alors les constructeurs autos gardent le dossier sous le coude et ajoutent seulement très lentement du solaire sur leur véhicule en continuant de vendre des modèles lourds et dépassés ! Business as usual (BAU) ! Pourvu qu'il y ait plein d'autres Lightyear One, StellaVie, eVe Sunswift, Thyssenkrupp Sunriser, Sunriser etc ou même Eco Solar Breizh en France avec son HX2 qui sortira en 2019 afin d'avancer plus vite dans la bonne direction !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :