Casino démarre l'année sur les chapeaux de roue

 |   |  413  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les ventes du groupe présidé par Jean-Charles Naouri ont bondi de 11,3% sur les trois premiers mois de l'année. Casino profite de la vigueur de la consommation en Amérique latine et en Asie. Mais en France, ses hypermarchés peinent.

Casino a battu les prévisions des analystes financiers. Le groupe français de distribution a enregistré une progression d?activité de 11,3% au premier trimestre 2012, hissant ses ventes à 8,739 milliards d?euros. « Une très forte croissance », fait valoir le groupe Casino, dans un communiqué. De fait, les analystes financiers interrogés par Reuters tablaient sur 8,684 milliards d?euros seulement. Le groupe Casino profite ici de la vigueur de la consommation en Amérique Latine (+13,5%) et en Asie (+9,7%). Leur poids ne cesse de grandir dans son activité : les enseignes que Casino exploitent à l?étranger lui ont assuré 49% de son activité au cours du premier trimestre, contre 45% en moyenne en 2011. Sur cette période, le groupe a notamment profité de des activités du groupe brésilien GPA dont il prendra le contrôle dans deux mois, le 22 juin.

Géant détonne dans le tableau

En France - il ne faut pas rêver ? le groupe présidé par Jean-Charles Naouri ne peut pas en dire autant. Toutefois, il peut s?enorgueillir d?avoir fait progresser ses ventes de 2,3% (-1,3% à périmètre comparable). Ses supermarchés Casino progressent de 3,7%. Les magasins Monoprix, enseigne dont il détient 50% du capital, progressent de 5,9%, notamment grâce à une belle performance aux rayons habillement. Franprix et Leader Price voient leurs ventes grapiller 0,5%. Et Cdiscount, son site marchand, affiche un score de +8,4% sur les trois premiers mois de l?année. Seul mauvais élève : l?enseigne d?hypermarchés Géant dont l?activité recule de 2%. Comme d?autres de ses concurrents, le distributeur est probablement handicapé par la flambée du prix de l?essence. Depuis le début de l?année, les Français réduisent leur budget essence : la consommation de carburants a reculé de 3,5% au mois de mars, en France, après une baisse de 1,5% au mois de février, selon l?Union française des industries pétrolières.

Coup de rabot dans le budget des ménages

Ce phénomène n?est pas sans impact sur la fréquentation des hypermarchés. Ceux de Casino n?ont pas pu échapper à la règle. Les grandes surfaces du groupe stéphanois ont aussi pris de plein fouet le « coup de rabot » que les Français imposent à leur budget. Les rayons alimentaires résistent bon an mal an (+0,4%). Mais le reflux des ventes de produits multimédia (dont la télévision) ont fait leur ?uvre dans les rayons non-alimentaires (-7,9%).

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :