Jean-Charles Naouri en passe de brandir son trophée brésilien

 |   |  590  mots
Jean-Charles Naouri, président du groupe Casino
L'Assemblée générale des actionnaires de Grupo Pao de Açucar se réunit demain vendredi à Sao Paulo. Casino s'apprête à prendre le contrôle du distributeur brésilien présidé par Abilio Diniz, fils du fondateur. L'opération transfigure le groupe français détenu par Jean-Charles Naouri.

Le 22 juin 2012 fera date dans le parcours de Jean-Charles Naouri. Demain, vendredi, le groupe de distribution qu?il détient et préside, prendra le contrôle de Grupo Pao de Açucar (GPA), numéro un de la distribution au Brésil. L?opération est prévue depuis la signature d?un accord de partenariat entre Casino et Abilio Diniz, son actionnaire de référence, signé en 1999 et renouvelé en 2005. A l?époque, Abilio Diniz, fils du fondateur de ce groupe de supermarchés, était aux abois. Son groupe frisait le dépôt de bilan. La santé de l?économie brésilienne a ensuite fait son ?uvre. Le groupe est devenu un joyau. A tel point que, depuis deux ans, Abilio Diniz, grosse fortune brésilienne, a, par tous les moyens, tenté de contourner l?échéance 2012 de cet accord. A l?été 2011, le septuagénaire a échafaudé un projet de fusion avec la filiale brésilienne de Carrefour. En vain.

18 milliards d?euros de chiffre d?affaires

Jean-Charles Naouri, 63 ans, s?apprête à brandir son trophée. Il va être nommé à la tête du conseil d?administration de Wilkes, holding de contrôle de GPA. Il deviendra le seul actionnaire de contrôle de ce groupe aux 18 milliards d?euros de chiffre d?affaires, principal employeur privé au Brésil. Le groupe stéphanois de distribution va en ressortir transfiguré. La part de marché de Casino restera limitée en France, loin des leaders de la grande surface que sont Leclerc, Carrefour et autres Intermarché. Il en est tout autrement au Brésil. La consolidation de GPA au Brésil va le propulser dans la cour des grands distributeurs régionaux.

Un réseau de 1 500 magasins

Dans ce pays gigantesque où la consommation croît de 12% par an, il va se retrouver à la tête d?un réseau de magasins de plus de 1.500 magasins, soit quasiment quatre fois la taille du réseau des supermarchés Casino en France. Le Brésil deviendra alors son premier marché. Et, pro forma, grâce à la consolidation de GPA, le groupe tirerait aujourd?hui près de 60% de ses ventes des pays dits à forte croissance (dont Brésil, Argentine, Thailande et Vietnam). Et 68% de son résultat opérationnel ! En 2011, avec 34,3 milliards d?euros de chiffre d?affaires mondial, Casino dépendait à 55% des ventes réalisées en France et à 49% de la rentabilité tricolore. « Et en 2005 [date du renouvellement de l?accord entre Abilio Diniz et Casino, ndlr], Casino ne réalisait que 25% de son activité à l?étranger », avait rappelé Jean-Charles Naouri, en février, lors de la présentation de ses résultats annuels. Que de chemin parcouru, avait-il alors vanté. "Ses perspectives sont aussi prometteuses", note un analyste financier, en rappelant que le titre Casino fait partie des "favoris" des analystes du secteur de la distribution.

2012, année chargée

Pour autant, l?avenir de Casino n?est pas pavé de roses. 2012 est déjà une année chargée. Jean-Charles Naouri s?écharpe avec Philippe Houzé, co-actionnaire de Monoprix à hauteur de 50%. L?endettement de sa holding Rallye est jugé très élevé. Et, à l?étranger, au regard de sa dette, le groupe présente encore des faiblesses, notent les analystes d?Aurel Etc Pollak spécialisés dans le crédit. Il lui reste à monter au capital de plusieurs autres distributeurs, dont sa filiale Big C, en Thailande, et sa chaîne Exito, en Colombie. La saga Naouri n?est pas terminée.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/06/2012 à 17:24 :
Dire que Naouri est un grand de la distribution et un as de la finance revient à énoncer une évidence. Il aura fait d"une entreprise en déclin un modèle à la "Tesco" dont on avait pourtant prédit qu'il ne pouvait pas marcher ailleurs qu'en Angleterre. L'opération brésilienne n'est pas une surprise mais un jeu de communication sur lequel les spécialistes ne se trompent pas tant elle était verrouillée d'avance. Les procès sont aussi une manière de faire durer ce qui ne peut plus par d'autres moyens.... Naouri utilise toutes les ficelles et l'on place ses anciens directeurs à la tête de Carrefour, c'est dire que l'école est bonne. La question amusante est de savoir dore et déjà qui de Auchan ou de Casino va dépasser le premier Carrefour, si cela va se faire ou si ces deux qui devaient fusionner se jugeront un jour trop grso pour le faire ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :