[CARTE ANIMÉE] Il y a 15 ans le premier "drive" s'ouvrait, ils sont désormais plus de 2.600

 |   |  333  mots
La forte concurrence pèse sur les recettes d'un tiers des Drive en France.
La forte concurrence pèse sur les recettes d'un tiers des Drive en France. (Crédits : Décideurs en région)
En juin 2000, Auchan a installé son premier "drive" dans le Nord. Une infographie retrace les nombreuses installations de ces points de vente en France au cours des quinze dernières années.

Quinze ans déjà, presque jour pour jour, que le "drive" est arrivé en France. Après un premier Auchan Drive installé à Leers, dans le Nord, l'enseigne de distribution est restée plusieurs années la seule à avoir ce type de point de vente.

Certes, en 2004, le groupe a développé Chronodrive, premier concept de courses en ligne, mais il a fallu attendre 2006 pour que Leclerc ouvre son premier "drive", rejoint quelques années plus tard par Carrefour, Casino, U ou encore Intermarché.

Aujourd'hui, on dénombre 2.625 Drives dans l'Hexagone et l'évolution s'est largement accélérée entre 2009 et 2014, comme le constatent le cabinet d'étude Nielsen et le guide d'achat en ligne Bonial à travers une infographie.

Les grands distributeurs ont commencé par investir des zones urbaines ou péri-urbaines (75% des "drives" s'y trouvent). Signe que, comme pour les hypermarchés, la carte de France des "drives" a tendance à se calquer sur celle des "vides et pleins" territoriaux. Toutefois, les zones rurales représenteraient un nouveau terrain à investir pour les futures implantations proches des supermarchés, selon le spécialiste de la distribution.

Implantation de "drive" en France entre 2000 et 2015. Nielsen/Bonial. Gif : La Tribune.

Plus de "drives" que d'hypermarchés, mais une rentabilité en question

Depuis 2014, qu'il s'agisse de "click & drive" (le client retire ses courses devant un entrepôt dédié), ou bien d'un "service drive" (le client se rend à l'accueil de son magasin pour chercher son panier commandé en ligne), cette nouvelle forme de distribution a dépassé le traditionnel "hypermarché".

La forte concurrence pèse sur les recettes d'un tiers des "drives" en France, tandis qu'un peu moins de la moitié a enregistré une hausse de son chiffre d'affaires l'an dernier. La tendance, désormais, est au développement du "drive piéton", curieux antonyme qui renvoie en réalité aux programmes de "clic and collect" (commander en ligne, retirer en magasin). Certaines enseignes expérimentent même l'ouverture d'espaces équipés de casiers de retraits.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2015 à 12:23 :
les premiers opérateurs sur le terrain (Auchan Leclerc) ont peut être gagné de l'argent au départ et c'était un moyen de contourner la loi sur l'équipement commercial. Maintenant vu que tous les hypermarchés ont leur drive pas sûr que cela soit très rentable. c'est uniquement défensif pour garder les clients et la part de marché. Mais quand je fais mes achats chez Carrefour (enseigne qui a complétement raté le phénomène drive!) je m'interroge quand je vois les employés qui font leurs emplettes en même tant que moi sur la rentabilité pour le magasin. mais comme le disaient les inconnus "ceci ne me regarde pas!"

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :