Castorama : la délocalisation de services menace des centaines d'emplois

 |   |  424  mots
(Crédits : © Jacky Naegelen / Reuters)
Le regroupement à Cracovie, en Pologne, des activités comptabilité et contrôle de gestion des filiales du groupe britannique Kingfisher, propriétaire de Castorama et Brico Dépôt, va entraîner un plan de sauvegarde de l'emploi à l'horizon 2018, ont fait savoir les syndicats FO et CGT.

Des centaines d'emplois sont menacés chez Castorama et Brico Dépôt, des enseignes du groupe britannique Kingfisher, a déclaré lundi la Fédération des employés et cadres de Force ouvrière (FO).

Selon le syndicat, la directrice générale du numéro un européen du bricolage, Véronique Laury, a annoncé à l'ensemble des filiales du groupe la création d'un service partagé en Pologne qui regroupera toutes les activités financières.

Kingfisher a annoncé en septembre un recul de 8,1% de son bénéfice net au premier semestre, à 295 millions de livres (332 millions d'euros), qu'il a mis sur le compte de problèmes d'approvisionnement de certains produits et sur des ventes toujours faibles en France. La restructuration fait partie d'un plan, baptisé "One Kingfisher", visant à réduire les coûts et générer 700 millions d'euros supplémentaires de dividendes d'ici 2020, a  a déclaré à Reuters un délégué syndical FO chez Castorama, Jean-Paul Gathier.

Incertitudes sur le nombre d'empois touchés

La CGT dénonce une "politique de dégraissement pour gagner du fric sur la réduction de la masse salariale pour donner plus et encore plus aux actionnaires !!!", tandis que FO fustige une restructuration "sacrifiant" les salariés "vus comme des coûts" et "priés de devenir low cost".

"Après les métiers de la comptabilité, du contrôle de gestion, d'autres métiers seront vraisemblablement appelés à disparaître", craint aussi FO.

"Le périmètre n'a pas été communiqué" mais "plusieurs centaines" de postes sont menacés, en comptant certains personnels administratifs en magasin dont les suppressions de postes étaient "déjà actées", a dit de son côté Nicolas Euzenot (CGT). "Et on sent que les annonces ne sont pas finies".

Chez Castorama, FO évalue à "environ 500" le nombre de postes menacés au total, dont "200 à 250" au siège de Templemars (Nord), a indiqué à l'AFP son représentant Jean-Paul Gathier. "Ils nous disent que ces métiers disparaissent à horizon fin 2018", avec une négociation sur un plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) prévue "début 2018", a-t-il précisé. Chez Brico Dépôt, "40 à 50 personnes devraient être impactées" selon Patrice Herrerias (FO). "On ne sait pas encore si les personnels administratifs en magasin" le seront, a-t-il ajouté. Selon FO, Castorama compte 13.000 salariés et 103 magasins et Brico Dépôt, son "petit frère low-cost", 121 points de vente.

Sollicitée, la direction de Castorama n'avait pas donné suite en fin de journée.

(avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/11/2017 à 10:29 :
désolé je vais boycotte ces magasins ,
a écrit le 15/11/2017 à 14:28 :
Après l'optimisation fiscale, l'optimisation tous azimuts. La suppression des services de ces entreprises ne peut se combattre que par un boycott intégral.
a écrit le 14/11/2017 à 22:22 :
du coup vous croyez que casto fera encore partis des boites traitant le mieux leurs employés d'après les sondages employés ??
En tout cas je suis plutot surpris du nombre de compta à casto disant être bien payés, finalement ils sont payés comme tout le monde à 1700 brut.
a écrit le 14/11/2017 à 16:55 :
Le pire,c'est qu'ils osent dire aux salariés concernés :" Ne vous inquiétez pas ,vos emplois délocalisés restent au sein de l'Europe et ne vont pas en Chine.Ouf, on est rassuré.
a écrit le 14/11/2017 à 15:33 :
Moi aussi je vais délocaliser mes achats vers la concurrence..
a écrit le 14/11/2017 à 15:26 :
Je me souviens encore de certains ministres à l'époque qui nous disaient droit dans les yeux :" Ne vous inquietez pas, l'industrie quitte le pays , mais les salariés pourront toujours se recycler dans les métiers de service;" Ah,ah,ah
Réponse de le 14/11/2017 à 17:26 :
Les métiers de service ont une valeur ajoutée variable, cela fait déjà bien longtemps que des multinationales ont externalisé leurs services de compta en inde ou ailleurs.
Réponse de le 14/11/2017 à 22:14 :
Mdr moi aussi sa m'est remonté hier, je crois que ça date juste de l'après Jospin et Bayrou avait dit de mémoire en gros, à un débat à l'époque, "mais si l'industrie part, tout le monde ne pourra être reclassé dans le tertiaire", bah aujourd'hui c'est le tertiaire qui se barre, comment on fait...
a écrit le 14/11/2017 à 12:09 :
je boycotte casto et bricodépot, maintenant faite passé, que leurs profit baisse autant que leurs réduction d'effectif, à nous de réduire leurs profits...
a écrit le 14/11/2017 à 11:47 :
Chez Casto y a tout ce qui faut.....dit la pub...et si on boycottait Casto?
a écrit le 14/11/2017 à 11:25 :
la directrice doit allez vivre en pologne

et diviser son salaire prime comprise par 10
la racail est bien le patronat qui cherche a affamer les Français.
a écrit le 14/11/2017 à 10:00 :
Vous comprenez pourquoi cette europe est une benediction pour les grands groupes qui peuvent sans restriction réelle basculer sur des pays moins chers tout en conservant les ventes dans les pays les plus aisés. On a aggrandi le terrain de jeu des plus gros au détriment ... de tous les autres.
Réponse de le 14/11/2017 à 17:27 :
On a aussi aggrandit le terrain de jeux de nos champions nationaux, qui se sont ouverts des marchés, y compris pour des producteurs français qui exportent dans le sillage des grands groupes de distribution.
Réponse de le 15/11/2017 à 9:17 :
Ah bon et vous trouvez que nous sommes gloablement gagnant à ce jeu ?
Pour information , nous produisons moitié moins de voiture en France qu'il y a 20 ans. Vos arguments sont pour les glo glos qui regardent le bosquet qui cache la forêt.
a écrit le 14/11/2017 à 9:36 :
Il y a déjà bien longtemps que services informatiques et comptables ont migré a lest, particulièrement en Roumanie....
J ai eu en chambre d hote cet ete un couple de roumain.....lui ingénieur informatique pour allianz....elle chef d un service comptable regroupant 6 pays
Travail entre 10 et 14 heures par jours....et en vacances, deux heures tous les matins sur son ordi
Monsieur disait qu il avait l impression au il,était colonisé par les multinationales....
Réponse de le 14/11/2017 à 10:38 :
D un autre coté comme disait un de mes collegues, les roumains qui sont bon dans leur domaine ne sont plus en roumanie. Ils viennent en europe de l ouest ou ils sont payes 2 ou 3 fois plus. (il y a 10 ans, on avait des inges roumains paye 500 €/mois... pas difficile de comprendre qu ils voulaient tous venir en RFA)
a écrit le 14/11/2017 à 9:32 :
vous savez que votre porte monnaie reste l'un des seuls bulletins de vote encore efficace ?
réorientons notre consommation... y'a plein d'alternative à cette société ("bricomachin" , "la reine l'enchanteur" ... sont des entreprises françaises qui gardent encore leur salarié sur le territoire...)
a écrit le 14/11/2017 à 8:52 :
Comme le disent certains la solution est dans plus d'Europe! Plutôt que de parler des emplois partis en Asie il faudrait faire le bilan des emplois français partis en Europe de l'Est
Réponse de le 14/11/2017 à 17:29 :
Vous n'avez jamais pensé aux emplois gagnés en France grace au développement à l'est de nos grands groupes ?
Vous luttez contre l'histoire, ce phénomène a commencé depuis des lustres - il y a 10 siècles, l'ile de France produisait son vin. Elle importe désormais sa consommation depuis d'autres régions, et la terre tourne toujours aussi bien.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :