Paris ouvre grand ses portes à Airbnb qui promet de verser la taxe de séjour

 |   |  621  mots
En voyage au Chili, Anne Hidalgo n'a pas fait les honneurs à Brian Chesky (photo), les adjoints au Logement ou au Tourisme non plus. C'est le premier adjoint au maire de paris, chargé de la Culture, du Patrimoine, des Métiers d'arts et des Entreprises culturelles, qui s'en est chargé, mettant en avant son point commun avec le patron d'Airbnb: l'âge (tous deux sont nés en 1981).
En voyage au Chili, Anne Hidalgo n'a pas fait les honneurs à Brian Chesky (photo), les adjoints au Logement ou au Tourisme non plus. C'est le premier adjoint au maire de paris, chargé de la Culture, du Patrimoine, des Métiers d'arts et des Entreprises culturelles, qui s'en est chargé, mettant en avant son point commun avec le patron d'Airbnb: l'âge (tous deux sont nés en 1981). (Crédits : Reuters)
En visite à Paris, Brian Chesky, patron du site américain de location touristique collaborative, a rencontré des représentants de la mairie de Paris pour évoquer, entre autres, la taxe de séjour que Airbnb devra reverser.

Airbnb veut montrer sa bonne volonté dans la Ville Lumière. Le principe du versement de la taxe de séjour par le site américain avait été acté en novembre dernier par les députés français. Lors de sa visite à Paris, ce jeudi, Brian Chesky, le PDG et fondateur du site, a confirmé que son entreprise se chargerait de sa collecte puis de son versement.

Paris, premier parc du monde pour Airbnb

L'entreprise a de bonnes raisons de vouloir se montrer conciliant dans la capitale française: elle la présente en effet comme sa toute première destination dans le monde. En tout, 40.000 solutions d'hébergements sont proposées sur Airbnb en Île-de-France pour 1,8 million de visiteurs chaque année. Le nombre de nuitées que cela représente reste tenu secret.

Paris, de son côté, ne cache l'intérêt que représente Airbnb. "L'offre de logements est un outil important pour l'attractivité de Paris", a affirmé Bruno Julliard, hôte du jour de Brian Chesky à l'Hôtel de Ville. Le premier adjoint au maire de Paris, aussi chargé de la Culture, du Patrimoine et des Entreprises culturelles, évaluant le prix moyen de la nuitée dans un hôtel à 175 euros, a ajouté que:

"Airbnb est devenue une offre essentielle d'hébergement à Paris, notamment pour les plus jeune. Ça répond aussi à un déficit de chambre d'hôtels."

Pour combler le manque, la maire de Paris a promis la création de 12.000 chambres supplémentaires à Paris. Mais '"ce ne sera pas suffisant", a reconnu l'ancien militant étudiant. Ce jeudi, la mairie a même organisé une rencontre entre Brian Chesky et de jeunes entrepreneurs.

Concurrence pour les hôteliers

Pourtant, tout n'est bien sûr pas si rose. Car si la multinationale américaine est parvenue en quelques années à se faire une place dans l'industrie du Tourisme en France et à Paris en particulier, cela n'a bien sûr pas été sans susciter la colère des hôteliers, ceux-ci lui reprochant une concurrence déloyale. Comme dans d'autres villes du monde, ce sont surtout les hôtes "professionnels", ceux qui louent leurs logements à l'année ou presque, qui sont pointés du doigt.

D'autant plus que ces "meublés touristiques" non déclarés, encourageant la spéculation, se sont multipliés dans un contexte déjà très tendu pour l'immobilier parisien. Paris a durci les restrictions pour obtenir l'autorisation préalable normalement obligatoire pour louer une résidence secondaire sur de longues périodes de l'année. Désormais, l'espace ainsi occupé doit être compensé par une offre de logement classique de taille équivalente dans le même arrondissement.

Dix contrôleurs à Paris

Toute la difficulté reste bien sûr d'effectuer les contrôles, compte tenu de la quantité d'offres disponibles, sur Airbnb en particulier. Dix personnes sont employées à plein temps à cette tâche à Paris, selon un responsable de la mairie qui reconnaît l'impossibilité pour eux de détecter tous les contrevenants.

Paris a donc choisi de faire confiance au groupe américain pour débusquer ceux qui ont dépassé l'accueil "sur leur canapé" pour tirer de la location sur Airbnb une vraie source de profit. Pour l'heure, le montant précis de la taxe ainsi collectée et les modalités de la collecte n'ont pas été dévoilés. "Je ne vous indiquerai pas les montants car ils sont trop complexe pour moi", a répondu Bruno Julliard lors d'une conférence de presse.

En revanche, l'adjoint à la maire de Paris a insisté sur l'organisation à la Villette du prochaine Airbnb Open, le grand raout des hôtes du site. Il en attend 6.000 en novembre prochain.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2015 à 22:14 :
chacun fait ce qui lui plait plait ....on est en démocratie si on préfère louer à des touristes c'est notre affaire c'est quoi cette dictature ...quand un locataire ne paye pas son loyer c'est pas l'état qui vient le faire ni la mairie
a écrit le 27/09/2015 à 18:19 :
AIRBNB AGRAVE LA CRISE DU LOGEMENT !
Le problème sont ceux qui louent des logements entiers à des touristes et par nuits... car ils nuisent a nous les locaux qui recherchent un logement entier pour y vivre à plein temps.
Par contre je n'ai rien contre les pauvre locataires qui louent une chambre de type hôtel dans leur propre logement car ça leur aide a payer leur loyer aux même riches proprios, qui se gavent toujours autant grâce a la crise du logement...
a écrit le 09/03/2015 à 18:07 :
I am making a business, if you have less that one minute to answer this questions it will be very nice https://www.surveymonkey.com/s/YD7NB6J
Survey on Tourism
www.surveymonkey.com
a écrit le 26/02/2015 à 19:45 :
Le problème n'est pas tant la concurrence, que le problème de logements pour les locaux. Paris devenant une ville sans habitants
a écrit le 26/02/2015 à 19:41 :
Est ce une provocation de la Mairie de Paris ? Les nouvelles conditions votées par le Conseil de Paris reviennent à interdire la location saisonnière entendu que celle ci doit etre compensée par une surface comparable en location classique dans le même quartier (encore une idée brillante de ce jeune Elu communiste qui n'a pas franchi le seuil du 20eme siecle au niveau du raisonnement : je vous rappelle aussi le droit de pre emption votée pour transformer lors de la vente de votre appartement celui ci en logement social) . C'est la Mairie qui se veut future capitale mondiale du numérique mais qui rejette toute forme d economie collaborative sous la pression des lobby (vos impots de parisiens ont servi à financer une application pour les taxis en réponse a Uber...ne l'oubliez pas). Donc il pourrait être marrant que pendant un mois tous les loueurs en saisonnier stoppent leur activité...la chute sur le tourisme serait immédiate...
a écrit le 26/02/2015 à 18:26 :
Il a même visité l'école 42 de Xavier Niel
a écrit le 26/02/2015 à 17:36 :
vive la concurrence - cela profite à tous les consomateurs pas seulements les bobos.. c est avec des raisonnements comme cela que vous avez elu votre gov - vous avez le gouvernment que vous méritez - bien le bonjour de Suisse
Réponse de le 26/02/2015 à 18:11 :
Notre corporatisme et notre conservatisme est bien plus ancien, c est pour cela qu il est si bien ancré, hélas . J observe amicalement qu en matière de conservatisme votre pays n est pas le dernier...quand on étudie un peu la composition de votre conseil fédéral, on peut noter à tout le moins un certain immobilisme depuis 45... Sur le plan des mœurs ça s encroute aussi pas mal, mais ça c est subjectif. Je vous accorde que d un strict point de vue économique vous êtes plus souples généralement , encore que les banques soient pas un très bon exemple de chantre de la concurrence ou de progressisme forcené...
a écrit le 26/02/2015 à 15:56 :
La plupart des hotels a Paris sont trés cher et souvent très petit. Air BNB peux etre une solution mais il suffit juste qu'il s'acquitte du meme taux d'imposisiont que les autres.
De mème il faudrait plus de controle sur les appartemments loués a l'année par ce site
a écrit le 26/02/2015 à 15:26 :
C'est affreux de lire des articles comme celui-ci, affreux pour tout ceux qui se donnent du mal à tenir un hôtel. D'abord une méconnaissance du marché la nuitée moyenne n'est pas à 175 euros en moyenne à Paris, mais bien en dessous. Cette élite qui dirige Paris veut en faire une capitale VIP pour riches visiblements et bobos-branchés .. on le voit chaque jour ou des centaines d'habitants des classes moyennes sont obligées de quitter la capitale n'arrivant plus à payer les loyers.
Réponse de le 26/02/2015 à 17:50 :
Air bnb est top pour les jeunes qui si ils apprécient la ville ont de grandes chances d y revenir avec plus de moyens plus tard et de s offrir peut être un bel hôtel. Idem c est super pour des familles avec plus de commodités qu un hôtel . Dans tous les cas ça permet à plus de gens de venir et c est très bon pour notre PIB qui en a bien besoin. Je peux comprendre les inquiétudes des hôteliers mais à eux d améliorer leurs offres et si on dit qu ils manquent des chambres c est en plus qu il y a de la place pour tout le monde.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :