Le site Airbnb attaqué de toutes parts

 |   |  930  mots
Même dans sa ville de naissance, la start-up fait l'objet de multiples remontrances.
Même dans sa ville de naissance, la start-up fait l'objet de multiples remontrances. (Crédits : DR)
Le site de locations saisonnières Airbnb provoque l’ire de plusieurs villes dans le monde. On reproche à la start-up américaine d’alimenter la pénurie d’offre locative de longue durée. Paris prévoit notamment d’instaurer une taxe.

Il arrive que des propriétaires immobiliers préfèrent louer leur bien à des touristes pour une courte durée plutôt qu'à des résidents actifs pour une longue durée. A Paris, cette pratique financièrement plus avantageuse pour les propriétaires s'exerce principalement par le biais du site de location Airbnb, qui recense à lui-seul plusieurs milliers de chambres dans la Capitale. Ce type de pratique semble pourtant inapproprié au regard de la crise du logement qui sévit à Paris. La demande de logements y est largement supérieure à l'offre, ce qui impose de mobiliser le maximum de locaux d'habitations pour de longues durées.

La Ville de Paris compte taxer Airbnb

A la recherche de plusieurs millions d'euros pour boucler son budget, Paris a ainsi émis l'idée d'une taxe de séjour pour les utilisateurs du site, comme pour les hôtels. Histoire aussi de freiner le développement du site dans la Capitale. "Nous avançons avec le gouvernement sur la façon de collecter cette taxe, expliquait récemment dans la presse l'adjoint au Tourisme de la Ville de Paris Jean-François Martins. Plutôt qu'un montant forfaitaire de 1 ou 2 euros par appartement, nous sommes favorables à une taxe proportionnelle au prix de la nuitée", a-t-il ajouté.

Du côté des services de la politique du logement de Paris, on souhaite davantage chasser les abus. Ils préfèrent ainsi traquer les propriétaires de plusieurs biens qui préfèrent louer sur courte durée à des vacanciers, plutôt que sur longue durée à un locataire dans le besoin.
La mairie de Paris vise moins les locataires qui souffrent du coût trop élevé de leur logement et sous-louent une pièce ou plus de leur appartement le week-end pour arrondir leurs fins de mois.

Cependant, ce n'est pas parce que la mairie de Paris ferme en partie les yeux sur les sous-locations illégales, que ces agissements ne peuvent être condamnés. Ainsi en mai dernier, un locataire, assigné en justice par son bailleur, une société civile de placement immobilier (SCPI), a été condamné à payer 2.000 euros à cette dernière pour avoir sous-louer ponctuellement sans remplir les obligations nécessaires une chambre de son logement sur Airbnb. Preuve que le modèle de la start-up américaine peut piéger des locataires ou des propriétaires dans le besoin qui basculent dans l'illégalité.

Tentative de modifier les lois

Ainsi plusieurs villes dans le monde sont en conflit ouvert avec Airbnb, qui tente en riposte de  faire modifier les lois locales pour pouvoir prospérer sur ces territoires.
A Amsterdam, Airbnb a par exemple obtenu une loi qui permet de louer sa maison à quatre personnes à la fois jusqu'à deux mois à condition de payer des impôts et des taxes de séjour.
Il arrive aussi que les lois soient défavorables à la start-up américaine. C'est le cas à Madrid où la location touristique pour une durée inférieure à cinq jours est désormais interdite, ce qui réduit le périmètre d'action de la start-up.

C'est du reste chez lui, aux États-Unis, qu'Airbnb est le plus attaqué. Dans le temple mondial du libéralisme, plusieurs villes s'insurgent contre le phénomène.
A New York, la start-up a été sommée de remettre à la justice la liste de tous les hôtes ayant loué leur appartement depuis 2010. 2.000 annonces ont ainsi été retirées du site à New York. Toutefois, selon les services de l'État, deux tiers des 20.000 annonces Airbnb concernant Big Apple restent illégales.
Les opposants sont mobilisés : "Loin d'être un service sans danger permettant aux habitants de New York de partager leurs maisons avec des invités, Airbnb permet aux locataires new-yorkais d'enfreindre la loi, de violer leurs baux locatifs. Il aggrave la crise du logement dans nos quartiers et pose de graves problèmes de sécurité publique pour les clients, les hôtes, et leurs voisins", peut-on par exemple lire sur le site sharebetter.org.

D'autres villes comme Austin ou Chicago imposent pour leur part des taxes pour les propriétaires utilisant Airbnb pour louer. Respectivement 285 dollars par an et 500 dollars pour deux ans.

Même à San Francisco, Airbnb dérange

Plus surprenant, à San Francisco, la ville de naissance de la start-up, une lutte acharnée menée par la municipalité pour encadrer les pratiques du site vient de s'achever. La ville fait en effet face à une forte augmentation des prix de l'immobilier, tirés par le boom de la high-tech. L'embourgeoisement y bat son plein et les inégalités se creusent. Pour limiter la flambée des prix, la municipalité compte s'assurer que le maximum de logements soient disponibles pour les habitants. Or un site comme Airbnb tend à court-circuiter cette politique. "Nous refusons "l'hôtellisation" de notre parc immobilier", s'est indigné le conseiller municipal Scott Wiener, cité par Le Monde. "Nous voulons que les gens aient des voisins", a-t-il ajouté.

Une loi a ainsi été votée. Elle stipule que les logeurs ne pourront pas louer plus de 90 jours par an ; devront souscrire une assurance couvrant pour au moins 500.000 dollars de dommages ; et auront l'obligation de s'acquitter d'une taxe hôtelière d'occupation de 14 %, et qui sera collectée par Airbnb.
Un moindre mal pour la start-up. Le Monde rapporte qu'elle a évité de justesse un amendement lui imposant de payer 25 millions de dollars d'arriérés de taxes avant d'être autorisé à opérer légalement à San Francisco. Heureusement pour Airbnb, cet amendement a été rejeté à une seule voix de majorité...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/11/2014 à 15:51 :
"pour avoir sous-louer" "pour avoir sous-loué" serait peut-être mieux
a écrit le 20/11/2014 à 9:06 :
J'ai eu un locataire de plus de 70 ans qui n'a pas payé pendant 3ans. Il était indelogeable grâce à une loi .. Insolvable grace a une autre loi. Je payai un prêt de 1050 euros de plus mon loyer sans percevoir aucun loyer . Je vais épargner les détails . Depuis son départ je loue sur Airbnb et ne n'ai plus aucun soucis , je n'ai pas investis pour faire du sociale ...
a écrit le 16/10/2014 à 18:19 :
Au Mans, comme à Magny cour du temps de la f1, les locations saisonnaires sont un cause d'enrichissement non négligeable de la région.
Si le système est peu moral, il participe à l'industrie du tourisme qui crée des emplois dérivés et réduit le déficit de la balance commerciale.
Donc ce système au lieu d'être combattu doit prendre sa place dans nos villes.
a écrit le 16/10/2014 à 13:47 :
Mon cousin est allé récemment à San Feancisco et il m'a raconté que la nana de l'office du tourisme, voyant que tous les hôtels étaient complets, lui a réservé quelque chose sur airbnb. Étonnant non ?
Réponse de le 16/10/2014 à 14:14 :
Ce qui est étonnant est que ca vous étonne. Cette employée a fait ce que n'importe qu'elle autre devrait faire : dépasser ses fonctions quand le contexte l'y oblige. En tant que banquier par exemple, si je n'est aucune solution à proposer à mes clients je considère qu'il est de mon devoir de les orienter vers d'autres organismes qui pourraient répondre à leurs besoins. Malheureusement on voit trop souvent des employés faire le minimum, sans zèle aucun.
a écrit le 16/10/2014 à 13:33 :
Mathias votre article est biaisé.les responsables ce ne sont pas AIRBNB et les sites similaires mais les propriétaires ou les locataires qui ne respectent pas la législation, leur bail ou les obligations fiscales. A Paris nous règlons des taxes de séjour
a écrit le 16/10/2014 à 10:49 :
C'est une tendance qui existait avant airbnb et airbnb ne fait qu'utiliser cette tendance en proposant un service aux proprietaires. Le fait est que les centres historiques des villes les plus touristiques abritent principalement des boutiques, des hotels, quelques bureaux... et de plus en plus de logements à louer pour les touristes, mais de moins en moins de vrais résidants autochtones.
Sinon, pour les utilisateurs de airbnb, sachez que des alternatives gratuites existent depuis longtemps (couchsurfing, hospitalityclub) en général plus conviviales.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :