La prime mobilité bientôt obligatoire, mais plafonnée

 |   |  289  mots
(Crédits : Reuters)
Les mobilités du quotidien qui concernent le trajet domicile-travail seront obligatoirement indemnisées par l'employeur. Cette prime ne concernera toutefois que les mobilités dites durables, et son montant sera plafonné à 400 euros par an et par salarié.

Le gouvernement va rendre obligatoire la prime de mobilité pour tous les salariés. Cette prime, jusqu'ici facultative, doit permettre d'indemniser les trajets domicile-travail. Le dispositif sera inscrit dans la Loi d'Orientation des mobilités qui sera adoptée mi-juin. La prime mobilité sera néanmoins plafonnée à 400 euros par an et par salarié.

Jean-Marc Zulesi, député LREM des Bouches-du-Rhône, prévient toutefois que cette prime ne pourra pas concerner des transports individuels, mais des modes de transport durables : vélo, covoiturage...

Cette prime doit répondre aux attentes formulées dès le départ par les Gilets Jaunes sur leurs difficultés face au coût des trajets du quotidien notamment domicile-travail. "J'ai assisté à de nombreux débats avec les Gilets Jaunes dans ma circonscription, et la question des mobilités du quotidien revenait très souvent", assure Jean-Marc Zulesi qui défend la mesure.

La mobilité : une priorité du gouvernement

Ce qui est certain, c'est que la question des Mobilités a toujours fait parti du programme présidentiel. Emmanuel Macron avait très rapidement après son installation à l'Elysée, installé les Assises des Mobilités, à l'issue de laquelle une loi d'orientation des mobilités devait être adoptée. Le Président jugeait alors que l'absence de solution de mobilités était un frein à l'accès à l'emploi et "assignait à résidence".

Il a d'ailleurs rappelé lors de la conférence de presse présentant les mesures issues du Grand Débat, que la mobilité restait un sujet prioritaire. Pour autant, l'histoire ne dit pas sur quelle base a été calculée le chiffre de 400 euros, soit 33 euros par mois. Au-delà, l'indemnisation sera à la discrétion de l'employeur. Cela suffira-t-il à calmer les Gilets Jaunes ?

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/05/2019 à 17:48 :
Je faisais jusque là 15km en vélo pour rejoindre la gare du TER qui m'emmène au travail.......1/ je suis fonctionnaire à l'hôpital donc je n'y aurai pas droit..........2/ La région Normandie supprime la halte du TER de ma petite gare rurale fin 2019 ( pour gagner 2 minutes , le train continuera à passer........) ..........Donc ? Eh bien ,je vais reprendre mon vieux diesel..................Transition quoi ...Ah ...écologique...??
a écrit le 03/05/2019 à 16:47 :
Une demande formulée par les Gilets Jaunes, principalement dans les zones rurales, mais qui concernera seulement ceux qui se déplacent à vélo, en transports en commun, ou en covoiturage... La bonne blague!! Ils auraient pu ajouter qu'elle sera versée tous les 32 du mois.
Réponse de le 04/05/2019 à 16:59 :
Ceux qui circulent en vélo en plus ils ont d’être en retard au travail.
a écrit le 03/05/2019 à 16:18 :
Encore de l'assassinat bientôt il sera interdit de travailler pour avoir un salaire.
a écrit le 03/05/2019 à 14:51 :
Aucune utilité pour cette prime si elle concerne seulement les transport collectifs ou durables...j'habite à 35 km de mon travail et je n'ai aucun collègue avec qui faire du covoiturage! Donc je continuerai à payer plein pot quand les personnes qui peuvent se permettre de venir à vélo seront indemnises?? Franchement, rien d'avantageux là-dedans, ils peuvent tout de suite laisser tomber
Réponse de le 03/05/2019 à 18:49 :
On n est pas obligé de faire du covoiturage avec un collègue .on peut en faire avec un salarié d une autre entreprise.
a écrit le 03/05/2019 à 12:43 :
ça va pas arranger le climat : encore une nouvelle usine à gaz en perspective .
j'attends la protestation éclairée et néanmoins vigoureuse du ministre de Rugis ...
Réponse de le 05/05/2019 à 14:24 :
Ah bon, vous croyez que favoriser le vélo et le covoiturage va être mauvais pour le climat?
A ce stade de mauvaise foi, on ne peut plus rien pour vous...
Bien sûr c'est insuffisant, mais enfin ça va dans le bon sens.
a écrit le 03/05/2019 à 12:43 :
Et une charge de plus, une ! Et pourquoi pas nourrir et loger le personnel ? Déjà que les repas, les activités, les études, les loisirs des enfants sont largement pris en charge par le contribuable, au bout du bout, pourquoi attribuer un salaire ? D'ailleurs en URSS, ou à Cuba, c'est ou c'était bien le modèle économique du pays. Tout est pris en charge et petit salaire. Le bonheur pour le peuple...Pourvu que ça dure !
a écrit le 02/05/2019 à 19:59 :
"Toutefois que cette prime ne pourra pas concerner des transports individuels, mais des modes de transport durables : vélo, covoiturage..."

Euh,pour le covoiturage ,la prime est pour celui qui conduit ou les passagers qui demain seront peut-être conducteur à leur tour ? D'ailleurs, bien vérifié avec son assurance en cas de covoiturage.

"son montant sera plafonné à 400 euros par an et par salarié".
Elle est cumulable avec le calcul des frais d'indemnités kilométriques pour les impôts.

Actuellement :
Prime transport de 200 €

Une prise en charge facultative par l’employeur sous forme de compensation versée aux salariés, des frais de carburant et d’alimentation des véhicules électriques qu’ils engagent pour leurs déplacements entre leur résidence habituelle et leur lieu de travail est instituée sous certaines conditions.Frais de transport payés par l'employeur exonérés d'impôt. Transport via son véhicule personnel : la participation de l'employeur n'est dans ce cas pas obligatoire.Cette prime transport ne peut pas se cumuler avec la déduction forfaitaire spécifique pour frais professionnels. Dans ce cas, il convient de réintégrer la prime transport dans la base de calcul, la déduction forfaitaire n’étant appliquée que par la suite.
En revanche, elle est cumulable avec le remboursement d’indemnités kilométriques lorsque le salarié est contraint d’utiliser son véhicule personnel en raison d’une impossibilité d’utiliser les transports en commun.Dans ce cas, le cumul des sommes versées (prime de transport + indemnités kilométriques) peut être exonéré de cotisations au-delà de 200 € par an, mais dans la limite des frais réellement engagés par le salarié pour ses trajets domicile habituel-lieu de travail.L’employeur doit être en mesure de prouver la réalité des frais en produisant des justificatifs de la situation du salarié (moyen de transport utilisé et, le cas échéant sa puissance fiscale, distance séparant le domicile du lieu de travail, nombre de trajets mensuels).
a écrit le 02/05/2019 à 19:40 :
Covoiturage et vélo ?
400 ?( pour respirer la pollution + risque d’accident ....) et couter 2 0000000  d’euros à la sécurité sociale ...?

Vous rigolez ?c’est une idiotie cette idée ;

Le mieux c’est de proposer 150 euros de prime de déplacement sur toutes les fiches de salaire du privé au publique tout le monde sans exclusion.
Réponse de le 02/05/2019 à 21:02 :
C’est au contraire une des rares bonnes mesures de ce gouvernement.

Encourager tout ce qui permet de diminuer le transport en voiture individuelle ne peut qu’être une bonne chose pour toute la société.

Moins de pollution, moins de frais, moins de maladie.

Nous passons de 200 € d’IKV facultative (autant dire, inexistante) à 400 € obligatoire. C’est un réel progrès. Pour une fois. Ne boudons pas notre plaisir.
Réponse de le 02/05/2019 à 22:21 :
Oui c’est une vraie victoire pour plusieurs raisons : la précédente prime était facultative donc pas utilisée d’apres Le rapport d’impact de la loi. Ensuite pour les personnes qui bénéficiaient de la prime, la pratique du vélo avait un impact significatif sur leur santé impact qui s’il avaìt concerne l’ensemble de la population garantissait la fin du déficit de la sécu tant décrie.
Enfin, il est faut de parler de respirer la pollution. La pollution est beaucoup plus importante à l’intérieur du véhicule fermé où elle s’accumule, ce sont les études qui le disent.. par ailleurs, un vélo va beaucoup plus vite qu’une voiture en ville et quitte à modifier les pratiques allons jusqu’à interdire la voiture en ville, il y aura moins de risques pour les velos
Réponse de le 03/05/2019 à 14:00 :
Vous êtes bien le seul à ignorer que l'air est plus pollué à l'intérieur de votre véhicule qu'à l'extérieur.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :