Le gouvernement ne veut pas de licenciements à Air France

 |   |  893  mots
Le PDG d'Air France, Alexandre de Juniac / Reuters
La compagnie a présenté son projet industriel, qui sera finalisé fin juin à l'issue des négociations avec les syndicats sur des nouveaux accords d'entreprise. Le volet social sera annoncé à ce moment-là. Les syndicats restent sur leur faim. Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, sera attentif à ce que le plan évite les licenciements.

Finies les cogitations. Après avoir mis sur la table toutes les hypothèses possibles pour redresser l'entreprise, Air France a tranché. Ce jeudi en comité central d'entreprise (CCE), la direction a présenté le business plan retenu pour sortir la tête de l'eau. Les conditions de sa mise en ?uvre vont désormais faire l'objet de négociations avec les syndicats dans l'espoir de signer d'ici au 30 juin de nouveaux accords d'entreprise. Ce plan d'Air France constitue la partie la plus importante du projet d'Air France-KLM visant à réduire la dette du groupe : de 6,5 milliards d'euros aujourd'hui à 2 milliards d'euros d'ici à 2015.

Cela va passer par la génération de deux milliards de cash flow (après investissements) au cours des trois prochaines années, obtenue par l'effet combiné de mesures immédiates d'économies en place depuis janvier (gel des salaires, réduction des investissements...) et structurelles par l'augmentation de la flexibilité et de la productivité (+ 20 %) du personnel. Pas de gros changements concernant le périmètre d'activité du groupe, plus ou moins maintenu dans ses grandes lignes avec une activité de transports de passagers, de marchandise et de maintenance.

Trois compagnies sur le moyen-courrier

Sur le moyen-courrier, le plus gros foyer de pertes d'Air France (600 millions de pertes l'an dernier), la compagnie française a décidé de se concentrer sur trois pôles. Elle va assurer sous sa marque l'alimentation du hub de Roissy ainsi que les grosses lignes à fort potentiel de clientèle affaires à la fois en France et en Europe ainsi que sur les vols au départ des bases de Marseille, Toulouse et Nice. Une activité amenée à peser 4,5 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014, contre 5 milliards aujourd'hui. En parallèle, les compagnies régionales Britair, Regional et Airlinair seront regroupées pour former une compagnie commune, qui pèsera 1 milliard d'euros en 2014. Elle assurera des vols pour le compte d'Air France (alimentation du hub de Roissy) ainsi qu'une activité en propre sur des vols de point-à-point au départ d'Orly et de province. Ce pôle sera dirigé par Lionel Guérin, PDG d'Airlinair et de Transavia (il continuera à le faire).

Enfin, la compagnie à bas coûts Transavia, va grossir en passant de 8 à 20 avions en 2015. Elle devrait générer un chiffre d'affaires de 420 millions. Elle sera basée à Orly sud, et assurera aussi des vols au départ de Roissy et de province. Des code-share avec Air France sont prévus sur les destinations uniquement desservies par Transavia. Les membres du programme de fidélité Flying Blue d'Air France-KLM pourront utiliser leurs miles sur Transavia.

Un plan de grande ampleur, selon Alexandre de Juniac

"C'est un plan de grande ampleur, explique Alexandre de Juniac, pour une offre en sièges kilomètres offerts identique, le groupe va retirer 34 avions d'ici à 2014". La direction espère atteindre l'équilibre d'exploitation sur les vols de point-à-point en 2013, puis sur l'ensemble de l'activité moyen-courrier en 2014. En long-courrier, la seule surprise c'est le manque de surprise. Le projet de créer une entité à vocation loisirs, abusivement appelée low-cost, est toujours dans les cartons. La priorité est d'améliorer le service dans les avions, en classe affaires et première notamment, mais aussi dans les aéroports. Le système de hub est quant à lui un peu détendu. L'objectif est de réaliser un bénéfice d'exploitation de 750 millions d'euros en 2014 (aujourd'hui à l'équilibre).

Un plan plus lourd socialement sans accords avec les syndicats

Reste maintenant à négocier et signer les accords. Ceux-ci vont évidemment entraîner un sureffectif qu'il faudra absorber. La façon de le traiter sera annoncée fin juin. Selon nos informations, un plan de départs volontaires de 2500-3000 personnes est dans les cartons. La direction ne donne pas de chiffre car, précise le PDG d'Air France Alexandre de Juniac, "le plan n'est pas finalisé et le résultat de la négociation n'est pas connu". Si tout sera fait pour éviter les départs contraints, Alexandre de Juniac menace que "s'il n'y a pas d'accord, le maintien du périmètre n'est pas garanti et l'impact sur l'emploi sera plus lourd".  

Un scénario dont ne veut pas entendre le gouvernement. Jeudi soir, le ministre délégué aux Transports, Frédéric Cuvillier, a annoncé qu'il s'était entretenu ce jeudi avec Alexandre de Juniac. Lors de ce rendez-vous, le ministre lui a indiqué qu'il serait "particulièrement attentif tout au long des mois à venir à ce que la compagnie (...) puisse se donner les moyens de son redressement, en écartant tout plan prévoyant des départs non volontaires". L'Etat est actionnaire d'Air France-KLM à hauteur de 15 %. Il a ajouté avoir pris acte de "l'engagement de la compagnie de ne pas prévoir de départs contraints".

Les syndicats sur leur faim

Les syndicats n'ont pas l'air convaincu. Pour Franck Mikula, délégué de l'Unac (hôtesses et stewards), "il n'y a pas d'annonce spectaculaire, mais pas non plus de garantie sur l'emploi". Michel Colsy, de l'Unsa aérien, a estimé que "la montagne avait accouché d'une souris". "Ce plan nous laisse sur notre faim, il manque de souffle", a-t-il ajouté. Franck Mikula s'est par ailleurs inquiété d'une telle réduction de la flotte. "Cela veut dire qu'on ne parie pas sur un gain d'activité", a-t-il commenté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/05/2012 à 16:44 :
le gouvernement veut...ne veut pas...... mais comment va t il se positionner face aux réalités économiques d'aujourd'hui ?
a écrit le 27/05/2012 à 20:49 :
Qu'AF implante son siège à Amsterdam comme EADS. Paiera moins d'impôts.
a écrit le 27/05/2012 à 7:31 :
En vérité est-ce que AF est réellement une entreprise privée ? C'est curieux on ne parle plus d'emploi fictifs, on aurait tout éliminé ? Sait-on combien coûte ADP à AF ?Par ailleurs notre nouveau ministre du développement productif le voila au pied du mur. Son idée de dé-mondialisation qui la paie ? encore le contribuable. Curieuse façon de gérer le socialistes mais vous allez me dire qu'avec l'argent des autres leur idéologie peut tout envisager.
a écrit le 26/05/2012 à 20:37 :
un arbitrage imposé dans le conflit entre le syndicat des pilotes d?Iberia et la Cie Iberia vient entre autres de décider une baisse des salaires des pilotes de 10 %: pouvez vous imaginer une telle décision en France ? et pourtant c?est exactement ce que les Français connaîtront mais entre temps nous aurons droit aux multiples cris de fureur des inconditionnels hollandolâtres et toujours ancrés dans le 19 ème siècle.
a écrit le 26/05/2012 à 14:51 :
Et pour les autres entreprises? Et pour les chômeurs pas de solution?
a écrit le 26/05/2012 à 12:17 :
Allez Flamby montre a la france pourquoi la gauche a ete balaye pendant ces 15 annees? L'interventionisme et les subventions avec nos impots pour payer du personnel au sol d'air france trop couteux.
Réponse de le 26/05/2012 à 22:45 :
...sauf que AF est une entreprise PRIVEE ne recevant AUCUNE subvention de l'Etat, contrairement aux Low cost. Au contraire, elle est contrainte par l'Etat de garder trop de personnels (c'est le 1er employeur d'Ile-de-France!) au détriment des salariés les plus méritants et des actionnaires (dividendes? zero! Cours? -70%)
Que l'Etat arrete de prendre AF pour une vache à lait!
Réponse de le 27/05/2012 à 10:27 :
D'autant qu'il n'y a plus de lait à tirer
a écrit le 26/05/2012 à 10:02 :
C'est quand même un peu choquant qu'un ministre donne des ordres à une entreprise privée, non?
a écrit le 25/05/2012 à 20:52 :
Encore une fois, après le Concorde, c'est la loose, tout va bien nous sommes mauvais. Allez on ferme! Y a aussi Technicolor.
a écrit le 25/05/2012 à 20:50 :
Ne faudrait-il pas fermer le pays aux agressions du monde?
a écrit le 25/05/2012 à 20:47 :
ça serait de la concurrence déloyale par rapport à la Luftanza si on renflouait la compagnie d'un milliard l'an. Combien déjà pour la sncf, 12 milliards l'an, 20% de l'ire... supprimons l'avion et l'automobile, ça pollue.
Réponse de le 25/05/2012 à 21:37 :
et les usines aussi : fermons tout !!
a écrit le 25/05/2012 à 16:52 :
Le gouvernement n'a rien à dire. Il faut dégraisser, et vite.
Réponse de le 26/05/2012 à 7:40 :
Et la graisse en trop, tu en fais quoi ??
Car indirectement ce sont tes impôts qui assisteront cette "graisse"
Réponse de le 26/05/2012 à 12:14 :
Air France est devenu moins concurrenciel vis a vis des compagnies europeennes tels que Lufthansa. Y a pas mal de personnel au sol qui sont inutile a la societe. Il faut licencier pour eviter un nouveau ALITALIA. Mais bon la gauche a rien compris
Réponse de le 26/05/2012 à 17:26 :
@fab Le respect, vous connaissez ? Ca fait 20 ans qu'Air France se fait "engraisser" par le contribuable français, depuis des années l'Etat met la main à la poche pour faire vivoter cette entreprise qui n'est rentable qu'épisodiquement. Air France doit être dégraissée en vitesse, et il y aura de la casse ! Comment a-t-on pu tolérer une telle incurie dans la gestion de cette boite ? Il y en a qui vont tomber de très haut, ça les forcera à se remettre un peu en question. Et enfin fab, regardez les chiffres de Ryanair ou Easyjet, vous comprendrez certainement avec quelques recherches que ces entreprises ont su s'adapter et dictent maintenant la marche à suivre à AF.
Réponse de le 26/05/2012 à 17:44 :
@Fab / excusez le ton de ma réponse au début, j'ai mal lu votre première phrase ;)
a écrit le 25/05/2012 à 16:14 :
Pourquoi ne pas dire que les prix pratiqués par les low-cost sont dus unquement au fait que les chambres de commerce -donc nos impots- versent des subventions pour chaque passager. Facile ensuite de dire que l'on vend des billets à 1euro !
Réponse de le 25/05/2012 à 19:03 :
et qui sont à la tête des régions qui financent ces mécréants de low cost ? mais vraiment vous les camarades ne manque pas de culot.
a écrit le 25/05/2012 à 15:46 :
les actionaires air france ont ils touché un dividende cette année?
Réponse de le 25/05/2012 à 18:30 :
il y a belle lurette que les actionnaires d'AF n'ont pas vu 1 cts de dividende , si ma mémoire est bonne le dernier coupon payé date de 99 ou 2000 c'est dire !
a écrit le 25/05/2012 à 14:52 :
Air France : Le début de la fin

Je dois à la vérité dire que toutes les compagnies aérienne traditionnelles Européennes perdent de l?argent et ont engagé des plans rigoureux de réduction de couts. Lufthansa qui a accusé une perte opérationnelle de ?400M au premier trimestre, prévoit la suppression de 3500 emplois administratifs pour améliorer ses marges. Pour Air France, la situation est similaire, 700M de pertes, essentiellement sur son réseau court et moyen courriers, les couts d?exploitation supérieurs à ces concurrents directs et des syndicats réfractaires à tout changement. A mon avis, la société entre dans sa phase de déclin.

Contexte:

1-Sur le marché intérieur, France et Europe, la compagnie fait face à la concurrence des compagnies Low-costs et des autres compagnies traditionnelles comme LH et KL qui offrent des prix attractifs et un service de bien meilleure qualité.

2-Sur les long-courriers, AF doit lutter pied à pied avec des sociétés offrant des prix très agressifs et un service à bord supérieur. Face à Emirates, Cathay Pacific, Singapore et autres, la rentabilité vers l?Asie et l?Australie est loin d?être assurée. Vers l?Amérique, région de forte concurrence, il est quasi impossible de rentabiliser l?activité de transport aérien car les prix vers cette destination sont très agressifs.

3-La seule région du monde où Air France est rentable c?est l?Afrique Noire, véritable vache à lait de Air France. Ayant fleuré le filon, Lufthansa y a lancé une offensive généralisée à travers ses partenaires SWISS et Brussels faisant vaciller les positions d?Air France. L?Afrique Noire est ainsi devenue la priorité de Lufthansa avec un Hub à Kinshasa.

4-De plus, pour vendre des A380 aux compagnies du golf (ce qui nous réjouit par ailleurs), nous leur avons accordé des créneaux horaires supplémentaires et, pire, depuis les régions. Ainsi, de 1 vol/2jours de CDG et Nice vers Dubaï, Emirates est passé à 2 vols/jours de CDG et 1 vol/j depuis Nice et bientôt de Toulouse.

Prospective et actions correctives :

1- Prendre référence sur Emirates et améliorer la qualité de service et les prix des long-courriers : Plus d?Espace en classe économique, augmenter la qualité de service sur l?ensemble des long-courriers. Je verrais bien que les sièges soient en rouge sombre à la place du bleu sombre.
2- Une meilleure éducation des PNC qui doivent comprendre qu?ils sont là pour servir les passagers sinon, ils doivent faire autre chose. Les plats en nombre suffisant et de meilleure qualité.
3- Chouchouter les membres des programmes Flying Blue. J?étais membre Gold. Pour quelques vols qualifiants manquants, j?ai été rétrogradé Sylver. Alors, chez Emirates, le statut est acquis pour beaucoup plus longtemps.

Bon vent à Air France, une compagnie que j?utilise pour mes voyages vers la Chine, pour ses B777 (Beijing, Shanghai), et vers le Congo-B (A330-200) car pas le choix, à ce jour.
D?Italie, un immigré honorable contribuable Français, je pense à mon As de c?ur : L?Allemagne.
Réponse de le 25/05/2012 à 16:46 :
Excellente analyse, hélas .Puisse notre Gouvernement être réaliste et ne pas contribuer à achever le malade !
Réponse de le 25/05/2012 à 23:38 :
Le réalisme, c'est après les élections. Pour le moment il s'agit d'occuper le terrain médiatique de la défense de l'emploi... Les hommes politiques sont toujours prêts à dépenser l'argent qui n'est pas le leur, et donner des conseils de bonne gestion... Non ?
Réponse de le 26/05/2012 à 12:24 :
Doit-on dire que Air France est en 4ème position mondiale ? Dépassée provisoirement par 2 compagnies américaines issues de multiples fusions pour cause de faillites et sa consoeur allemande Lufthansa qu'elle détône au gré des années et des acquisitions. AF ne consolide pas Alitalia et les allemands ont une population domestique d'un tiers supérieure. Belle performance tout de même. Quand aux résultats ils sont faibles pour toutes les compagnies de rang mondial, dans ce domaine AF fait plutôt mieux. Alors ?
a écrit le 25/05/2012 à 14:36 :
Avant de commenter les promesses de menteurs professionnalisés, il convient d'examiner les solutions à la lumière des faits actés. "Pas de" ne veut pas forcément dire ce que le langage ordinaire nous inciterait à croire. L'identité du payeur de cette politique n'est pas clarifiée non plus. A suivre....
a écrit le 25/05/2012 à 14:31 :
Les incantations infantiles commencent : départ sur les chapeaux de roues pour l'ultragauche désormais au pouvoir.
Réponse de le 25/05/2012 à 17:28 :
la direction AF est l ultra droite de juniac fait parti du cercle des tres proches de sarkozy il est entre autre ami de gaubert mis en examen a ce jour
Réponse de le 26/05/2012 à 10:00 :
oui mais au dessus de lui, il JCSpinetta, plutôt proche de Hollande
a écrit le 25/05/2012 à 13:10 :
le clientélisme continuer à l'emporter sur le travail de fond, simple affichage, la défense de la veuve et de l'orphelin, les autres pays rigolent, ils gagnent tous les jours en compétitivité et des parts de marchés avec tous ces apprentis gestionnaires !!! pauvre France, y'a plus qu'à émigrer pour ceux qui veulent être dans un régime normal et gagner leur vie avec leur travail, avec du bon sens et du courage. Les bonnes volonté sont neutralisées par toute cette démagogie destructrice
a écrit le 25/05/2012 à 13:04 :
Si Air France peut retrouver le chemin de la profitabilité sans licenciement, tant mieux ...
Sinon, le Gouvernement prend le risque de plus de licenciements demain, ce qui est irresponsable.
Réponse de le 25/05/2012 à 23:40 :
L'irresponsabilité politique serait de ne pas bloquer les licenciements avant les élections. Il faut bien être élu quand même !
a écrit le 25/05/2012 à 12:44 :
J'utilise de moins en moins l'avion : aux contrôles taillons de sécurité que je peux comprendre s'ajoutent les risques de blocage liés aux grèves à répétition de nos pilotes et contrôleurs aériens qui n'arrivent plus à boucler leurs fins de mois..
Je suis passé de plusieurs séjours pas an à zéro, si je ne suis pas le seul à faire ce constat, AF a du souci à se faire.

a écrit le 25/05/2012 à 12:24 :
S'il suffisait de dire je veux ou je ne veux pas pour que les choses soient ou ne soient pas, moi je dirais je ne veux pas de pauvres en France, et hop! c'est fait. Je ne veux pas de cancer, ou je ne veux pas de la gauche au pouvoir...........
a écrit le 25/05/2012 à 12:21 :
Comme le disent bon nombre de commentaires, selon la volonté du gouvernement, il n'y aura pas de chômage, mais cela reviendra au même pour le contribuable.
Espérons cependant que les syndicats accepteront le plan low cost, le seul qui pourra peut être limiter la casse financière.
Réponse de le 25/05/2012 à 13:13 :
sachez que les low cost sevissant actuellement sur le territoire français ryanairr et easyjet pour ne pas les nommer vous coute plus cher en impots (via les subventions versees par les conseils regionaux) qu air france dans tous les cas de figure Af a jusqu a 2010 reverser des dividendes a l etat actionnaire a huateur de 17% d air france mais l etat n a pas remis de sous dans les caisses d AF depuis sa privatisation en 1997
Réponse de le 25/05/2012 à 14:21 :
Vous avez raison, mais là se sont les régions qui ont leur part de responsabilité. Dans un autre article concernant ces compagnies qui réclament une part des bénéfices liés aux touristes qu'elles apportent, j'avais proposé (avec humour), que les instituteurs qui apprennent à lire à nos enfants, reçoivent une part des bénéfices des éditeurs de livres.
C'est pourquoi, il est important qu'un groupe français leur fasse "un peu" concurrence, au moins, l'argent reste dans le pays.
C'est vrai aussi qu'Air France à ces dernières années remis ses comptes à l'équilibre, voir au dessus, mais la compagnie a bénéficié d'une conjoncture favorable, comme toutes les autres compagnies.
J'aime cette compagnie parce qu'elle fait parti de mon histoire comme le disais un autre commentaire et je serais navré qu'elle périclite.
a écrit le 25/05/2012 à 11:59 :
AF est en train de couler à cause notamment de ses coûts salariaux, salariés ultra privilégiés avec des avantages indécents.. qui en plus font grève, c'est lamentable, il faut atterrir ! AF doit redevenir compétitive... que le gouvernement ne commence pas à faire du social sans en avoir les moyens et AF est privée !!
Réponse de le 25/05/2012 à 13:09 :
on sent que vous maîtrisez la question
Réponse de le 26/05/2012 à 1:12 :
Travaillez vous chez air france???
Que savez-vous de ces avantages indécents??
A qui profitent-ils?
Réponse de le 26/05/2012 à 7:47 :
Que d?inepties dans ce commentaire...
Merci de ne pas faire de généralité.. AF n'est pas composée que de pilotes et de PNC
a écrit le 25/05/2012 à 11:59 :
Je ne prends jamais l'avion si on est logique je ne devrais pas en parler. Mais la compagnie est l'héritière de l'aéropostale avec les héros de mon enfance : Mermoz, St Ex, Didier Daurat. Si la compagnie ne s'adapte pas elle disparaitra car de tout temps l'Etat a craché au bassinet, au nom du fameux 'service public", aujourd'hui les caisses sont vides. Dès lors que faire car AF qui est en concurrence avec les compagnies du Golfe qui vraisemblablement ont le kérosène gratos. Si AF ne s'adapte pas elle disparaitra comme nombre de compagnies. Rappellons nous quand même que la fameuse PAN AM a coulé corps et âme
a écrit le 25/05/2012 à 11:44 :
Contribuables, à vos poches !
a écrit le 25/05/2012 à 11:00 :
Chez Lufthansa on supprime des postes et terminé. A AF on va garder encore du sureffectif ce qui précipitera encore la déconfiture de la société. Et tout se terminera à Air Pôle Emploi.
a écrit le 25/05/2012 à 10:48 :
Faut-il rappeler que AF est désormais de droit privé. L'Etat n'étant désormais qu'actionnaire avec un siège d'administrateur. Il est bien évident qu'il est symbolique d'avoir un oeil sur sa gestion. Cependant la compagnie n'échappera pas à de lourdes restructurations avec des plans de départ nettement moins intéressants que jadis (100 KE/salarié). La survie est à ce prix et ça presse!
Réponse de le 25/05/2012 à 15:02 :
Juste une rectification, l'Etat avec 15,9 % du capital est représenté au Conseil d'Administration d'AF/KL par 3 administrateurs sur 15.
a écrit le 25/05/2012 à 10:46 :
Bah moi je suis trop pauvre pour prendre l'avion ! :)
Réponse de le 25/05/2012 à 12:20 :
@lol : faux sur certaines destinations ! Comparez par ex un départ bordeaux Lyon mardi matin prochain : SNCF 140 e ( 7h de voyage) AF 300e , EASYJET 110 e .. tout est dit
Réponse de le 25/05/2012 à 14:38 :
N'oubliez pas les frais de taxi ou de parking, les charges de bagages, les taxes d'aéroport, le temps d'attente pour la sécurité et les bagages, le temps du porte à porte pour atteindre votre destination personnelle, les bruits, les odeurs et l'insécurité dans les gares... Prenez plutôt librement et en toute bonne conscience votre voiture, cela vous reviendra nettement moins cher à la fois en temps et en argent, d'autant moins lorsque la scandaleuse limitation à 130 sur les autoroutes aura été supprimée.
Réponse de le 25/05/2012 à 21:43 :
combien de morts par an en France dans l'aérien?... et combien sur les routes ????
a écrit le 25/05/2012 à 10:37 :
La politique fait très mauvais ménage avec la gestion des entreprises. Rien de mieux pour les empêcher de s'adapter et de les faire disparaître (marine marchande, ports ayant perdu les clients au profit d'Anvers et autres, fleurons de notre industrie disparus, ...). Restent les entreprises d'état dont les déficits abyssaux sont financés par le contribuable et les PME écrasée sous le poids d'une administration omniprésente et qui n'a aucune idée de ce qu'est une entreprise, et d'un droit du travail qui est un véritable carcan (tout en se contredisant tant il y a de lois, décrets, circulaires, ...).
a écrit le 25/05/2012 à 10:30 :
L etat Francais est actionnaire d AF mais je pense qu il est loin d etre majoritaire alors ce doit etre le conseil d administration qui décide de l avenir de la ste
Ce ministre des transports qui semble aussi bon que ses predecesseurs allie a la CGT vont bien parvenir a foutre en l air cette ste ce qu il faut c est leur laisser un peu de temps
a écrit le 25/05/2012 à 10:24 :
si le gouvernement ne veut pas de licenciements,va t/il a nouveau injecter des finances publiques ???
Réponse de le 25/05/2012 à 11:36 :
L'état n'aura pas le choix d'injecter des fonds publiques car derrière les tableaux Excel et autres bla bla sur le sureffectif, il y a des familles
Ca serait une catastrophe sociale
Moi ce qui me choque c'est qu'il y a plus d'un an à l?époque de PHG, tout allait bien chez AF et maintenant tout va mal
On vire PHG mais on garde les hauts dirigeants de la compagnie
Faire du neuf avec du vieux, ca n'a jamais apporté quoque ce soir
Réponse de le 25/05/2012 à 21:44 :
sauf si l'europe bloque : les actionnaires devront TOUS remettre au pot, mais pas l'état seul !
a écrit le 25/05/2012 à 10:14 :
Quand vous entendez ce délégué de l'UNAC réclamait la garantie de l'emploi , tout est dit, tout. Il ne peut y avoir une Europe valable avec un peuple soviétisé depuis des lustres par un enseignement pervers qui nous sort des étudiants exigeant la garantie de l'emploi. Garantie de l'emploi pour le boulanger, pour l'épicier, le restaurateur, le mécanicien, le boucher, le paysan, bref tout le monde, voilà ce pays de cocagne qui s'enfonce dans une démence politique mené à son total déclin par une cohorte de socialo, verts marxistes échappés d'un vieux musée du 19 ème siècle. La garantie de l'emploi.
Réponse de le 25/05/2012 à 10:57 :
Garantie de l'emploi pour eux pas pour tout le monde : ils ne sont pas fous et savent très bien qu'il faut des baudets pour porter la charge ...
Réponse de le 25/05/2012 à 11:16 :
Arrêtez la fumette (ça ne vous réussit pas) ...... ou barrez-vous à l'étranger........ ou mieux, faites les 2!
Réponse de le 25/05/2012 à 13:04 :
C'est précisément ce que font et feront de plus plus les jeunes qualifiés : partir à l'étranger et arrêter la fumette.
Resteront en France les non qualifiés et les rentiers du public et du privé, qui pourront se la coller sur l'oreille pour la fumer plus tard car il n'y aura plus personne pour cotiser ...
a écrit le 25/05/2012 à 10:13 :
J'espère que les indemnités de licenciements des employés d'AF seront à la hauteur de celle de son ex-PDG M Gourgeon; tout réfléchi, je pense que les 400.000? leurs seraient plus utiles puisque qu'il est un des responsable de la déroute!
Réponse de le 25/05/2012 à 21:46 :
merci de ne pas confondre "indemnités de licenciement" et "clause de non-concurrence" : dans ce dernier cas, il s'agit pour l'entreprise d'un investissement pour éviter la concurrence par qqun qui connait l'entreprise de l'intérieur...!
a écrit le 25/05/2012 à 10:05 :
Il parait que AF ne travail pas de facon effective.... trop de salaries dans l'entreprise, il faut donc garder ceux dont on a besoin.Les autres ils faut les recycler quand c'est possible. La concurrence ne dort pas ..un jour AF sera pulverise par les Lufthansa et autres.Faire la greve 4 fois/mois pour des raisons aleatoires finira par aneantir notre compagnie.
a écrit le 25/05/2012 à 9:59 :
Malheureusement la prime a déjà été versée à l'ancien DG. C'est sans doute une première à AIR FRANCE. Le Conseil d'Administration a commis une double faute d'appréciation que les actionnaires ne doivent pas supporter : la proposition de reconduction du mandat comme administrateur pour 4 ans de l'ancien DG lors de l'AG de juillet 2001 sur proposition du Comité des nominations et son débarquement 4 mois plus tard avec les coûts annoncés (prime de départ/indemnités diverses et avantages y compris cette prime de non concurrence). Les cafouillages durant toute cette année 20011ont été préjudiciables en terme de communication et d'image de marque.

Le Conseil d'Administration doit en tirer les conséquences : suppression d'une année de jetons de présence soit 449 000 euros (2011/ rapport annuel)
a écrit le 25/05/2012 à 9:18 :
Décidément, tout ce qui intègre "France" ou "National" dans le nom de la société est en sureffectif .. SNCF, SNCM, xx France.... etc etc.... C'est le même modèle partout, sauf que pour AF, ca a clairement été cité !!... sans parler des surcouts, voir la concurrence sur les rails et en mer. A quand les mêmes réflexions pour les "conseils régionaux" ou généraux .... en sureffectif systématique ???
Réponse de le 25/05/2012 à 9:53 :
si juste mais si la Gauche perd son électorat, elle dépense une rente à vie pour se le garder.
a écrit le 25/05/2012 à 9:17 :
quand comme en Allemagne aura t on des syndicats responsables
Réponse de le 25/05/2012 à 12:42 :
Exact ! les syndicats sont la gangrène de la France !
Réponse de le 25/05/2012 à 17:37 :
les syndicats ont obtenu vos congés payes votre sécurité sociale vos indemnités chômage votre formation professionnelle et de surcroit vous ont subi
Réponse de le 25/05/2012 à 21:36 :
Exact mais à cette époque ils étaient constructifs !!!!!

"et de surcroit vous ont subi" ??????????
a écrit le 25/05/2012 à 8:51 :
Certaines opérations de maintenance des avions se font en Chine, il faut bien faire des économies pour que les bobos voyagent pas cher.
Réponse de le 26/05/2012 à 19:39 :
il vaut peut-être mieux une compagnie qui fait de la maintenance en chine et qui contribue au rayonnement de la france, plutôt que pas de compagnie du tout ...!!! non?
a écrit le 25/05/2012 à 8:44 :
On va voir combien de licenciement il y aura le jour où AF fera faillite.
Réponse de le 25/05/2012 à 8:58 :
En effet je suis d'accord avec vous !
Réponse de le 25/05/2012 à 13:18 :
si Af fait faillite 59000 personnes sur la k-ro plus KLM plus ADP + britair + regional +cityjet+airlinair ++++++++ vous voyez ou votre verve anti AF peut mener
a écrit le 25/05/2012 à 7:59 :
Mais quelle est la légitimité d"une prime de 400 000? que Air France s'apprete a verser a son ex-PDG Gourgeon ?.........c'est absomument scandaleux quand les actionnaires se font rincer par des années d'une gestion calamiteuse sous sa présidence (l'action Air France a réalisé une lourde contre-performance comparée a Lufthansa) ...........On parle du "printemps des actionnaires" , alors dans ce cas l'assemblée des actionnaires devra s'y opposer.
Réponse de le 25/05/2012 à 9:23 :
c'est une indemnité pour clause de non concurrence ? auquel cas, elle n?est aps très élevée par rapports aux "standards". et surtout : elle est contractuelle donc non négociable , ne pas la verser aboutira seulement a devoir finalement la régler , plus les dommages et intérêts, par voie de justice. fallait pas la signer..
j?aime beaucoup ce ministre qui passe du "on va éviter les licenciement " du PDg en " je note qu'il s?engage à ne pas le faire ". si le nombre de départs volontaires n?est pas atteint, on fait quoi , monsieur le ministre ? on vous nomme PDG pour gérer le truc ???
Réponse de le 25/05/2012 à 9:57 :
Pourquoi cette clause? Quelle compagnie aurait pris PHG?
Réponse de le 25/05/2012 à 11:03 :
Personne : il n'y a aucun mercato pour les patrons du CAC 40
Ces messieurs, quasiment tous issus du même moule et souvent hauts fonctionnaires à l'origine, ont inventé ce mythe du ''retenez-moi sinon on me débauchera à prix d'or '' pour justifier leurs gras émoluments.
Les actionnaires n'ont rien à dire sur leur rémunération car celle-ci se décide justement en comité de rémunération où siègent les copains... du CAC 40
Népotisme et entre soi sont les mamelles de ce beau petit monde.
Réponse de le 25/05/2012 à 16:40 :
effectivement, il n'y pas de marche réel...c'est ça qui est fou ! mais cela étant, puisqu'on à jugé bon de lui interdire de tire porfit de son "expérience " chez AF, cela se monnaye. fallait pas signer, ou pas lui imposer.
a écrit le 25/05/2012 à 7:54 :
Cela fait depuis 15 ans que AF a un coût d'exploitation bien trop haut vu la concurrence.Il faudra tailler dans les effectifs ,n'en déplaise au planeur Hollande
a écrit le 25/05/2012 à 7:39 :
Le gouvernement n'a-t-il donc rien à faire qu'il s'occupe de la gestion d'une entreprise qui ne possède pas de monopole que je sache?
Réponse de le 25/05/2012 à 8:05 :
le gouvernement en est le 1er actionnaire avec 15% des actions : il a donc une certaine responsabilité...! Ceci-dit, il doit quand même juger à l'aune de la viabilité économique et non en fonction de ses intérêts politiques à cours terme ...
Réponse de le 25/05/2012 à 9:30 :
A lyon69; et oui, vous avez raison, l'état est actionnaire minoritaire à 15%. Mas seul l'état peut se permettre dans notre monde d'imposer ses vues en étant minoritaire. Tout cela est de la com.. sans aucun intérêt et surtout ne sert en rien les intérêts de l'entreprise: la situation n'est déjà pas si facile pour que des trublions minoritaires viennent la ramener..
Réponse de le 27/05/2012 à 15:43 :
@Bili Hari : je ne suis pas pro-interventionnisme, mais tout minoritaire qu'il est, l'état reste le PREMIER actionnaire ! C'est le cas de la très grande majorité des entreprises : les actionnaires dirigeants sont miniritaires... mais principaux !
sinon, qui est majoritaire chez EADS, Lagardère, Renault, Vivendi, etc... à part EDF et quelques rares autres, ce sont des minoritaires qui dirigent . Ceci précisé, une fois que l'état a nommé ses représentants, qu'il les laisse faire leur job, ...pour lequel ils sont d'ailleurs grassement rémunérés !!!
a écrit le 25/05/2012 à 6:23 :
les syndicats preferent une revalorisation des salaires de 80% et la retraite a 50 ans
a écrit le 25/05/2012 à 0:20 :
NON : mot magique qui va faire que le gouvernement va changer le monde économique et rendre rentable une entreprise qui ne l'est pas ... sans rien changer d'autre !!!
a écrit le 25/05/2012 à 0:05 :
Le gouvernement ne veut pas de licenciements. Peut-il dire le contraire ? A force de ne pas intégrer cette notion de compétitivité , à force de tirer sur les clients passagers (aujourd'hui, cela coûte 2 fois moins cher de voyager en moyen courrier chez lufthansa en classe affaire que chez Air France) comme l'état de sarko ou d'hollande tire sur les entreprises (puisons toujours et encore), à force de ne pas écouter ses clients comme l'état n'écoute pas ses entreprises et encore moins les chefs d'entreprises, l'avion France comme la compagnie Air France sont en train tranquillement mais sûrement de partir dans le décor, comme le vol de Rio. Ils ne s'en rendent même pas compte. Lorsqu'une entreprise ne peut pas se réformer, elle disparaît. Lorsqu'un pays n'est plus compétitif, le pays s'écroule. Et les premières mesures : audit bidon (comme si le PS ne savait pas l'état des finances du pays), augmentation du smic, augmentation des charges patronales (augmentation des at notamment), mise à l'index des patrons comme si une entreprise se mettait à déconsidérer ses clients, tous les ingrédients sont réunis pour que ce pays flambe. Illusion puis désillusion... Bon courage au redressement destructif !
Réponse de le 25/05/2012 à 0:37 :
Di don Nadine !
Pas assez de touiteur pour l'ouvrir ?
J'avoue être quelque peu décontenancé... Bien à vous...
a écrit le 24/05/2012 à 22:52 :
Si on comprend bien les syndicalistes, ils voudraient pouvoir voyager gratuitement dans les avions tout en étant payés, tandis que les passagers qui continuerait de payer leurs salaires seraient en charge de piloter les avions et de les servir en cabine. L'égalité, quoi !
a écrit le 24/05/2012 à 22:49 :
Bon, j'ai un peu l'impression qu'il n'y a rien de nouveau. Je mer trompe?
a écrit le 24/05/2012 à 22:40 :
Le titre est un peu trop profond. En effet, ils volent pas trop bas, mais roulent trop vite.
a écrit le 24/05/2012 à 21:36 :
la montagne accouche d'une souris...
a écrit le 24/05/2012 à 21:08 :
j'espère pour la compagnie que les syndicats vont surtout essayer de négocier un developpement de lignes (à coût égal hors carburant et taxes) plutôt qu'avoir une baisse des effectifs : mieux vaut pour les salariés faire plus avec les mêmes effectifs, plutôt que faire la même chose avec moins de monde (ce qui semble être l'option choisie par la direction). non ? y a -t-il un pro de l'aviation pour répondre ?
Par ailleurs, BA et iberia ont fusionnés et cela semble leur avoir plutôt réussi ... est-ce qu'AF n'aurait pas intérêt à reprendre ou créer une compagnie en amérique du sud, avec le soutien d'un petit état qui n'a pas de réelle compagnie nationale, pour se diversifier géographiquement, et d'un point de vue saisonnalité, sur un marché en développement ... et quid de la TAP sur le marché sud-américain ...?!
Réponse de le 25/05/2012 à 10:00 :
non, sans chercher à défendre notre aéroflot, je vous précise qu'Iberia est en quasi faillite par la faute de ses pilotes ultra gatés et qui torpillent depuis des mois cette compagnie par des grèves incessantes pour s'opposer à la création de Iberia Express, compagnie de vols low cost. Le tout à la grande joie de Ryan air et easyjet
Réponse de le 25/05/2012 à 11:21 :
@lyon69: En Amerique du Sud, et pourquoi pas? En Argentine par exemple, ou il fait bon vivre pour les investisseurs etrangers... Plus serieusement, aucun acteur economique ne peut s'affranchir de la necessite de s'adapter, ce qui peut impliquer de reduire ses effectifs par moments (sauf l'Etat... Mais on voit ou ca nous mene...). Tant qu'on ne comprendra pas ca en France, on ne s'en sortira pas... Et l'Etat n'a certainement pas a intervenir dans ce processus (sauf bien sur en tant qu'actionnaire, et en fonction des parts dont il dispose). Parce qu'il y a un conflit d'interet immense et evident entre l'homme politique qui veut etre populaire et les realites et decisions economiques, l'Etat sera toujours le pire gestionnaire qui soit...
Réponse de le 25/05/2012 à 21:55 :
@tyler : je parlais du fait que de nombreux états interdisent qu'une compagnie étrangère prennent le controle de la compagnie nationale : un état comme le Paraguay, (peut-être ?) qui n'a pas de réelle compagnie indépendante pourrait y trouver son intérêt... !? Je vois un parrallèle avec Air Cote d'Ivoire, par exemple...!?
a écrit le 24/05/2012 à 20:57 :
Formidable on lit dans la presse, dans un journal voisin qu'Airbus a des petits soucis de construction... les gros avions auraient des fissures. On ferait du travail de cochon? Conclusion: si avec Air France tu pars en vacances après un an d'épargne, t'es pas sûr d'arriver...
Réponse de le 25/05/2012 à 1:17 :
Fissures (potentielles) (n'impactant pas la "volabilité") sur 10 avions !!! à l'intérieur d'une flotte qui en comprend 400+
Va falloir trouver autre chose pour faire un post "sensationnel"...
Réponse de le 25/05/2012 à 11:26 :
@ Bertrand Vous n'avez encore rien vu! Quand le Boeing 787 Dreamliner aura des milliers d'heures de vol et qu'on découvrira que le caisson central en fibres de carbone ne tient pas le choc, que direz-vous? La faute à la CGT, aux 35 heures?
a écrit le 24/05/2012 à 20:31 :
On a vu aux Etats-Unis le fait suivant: quand une grosse compagnie crée une compagnie low cost pour alimenter les déficits de la société mère, elle échoue...
Réponse de le 26/05/2012 à 18:53 :
QANTAS a cree JETSTAR avec succès !
Réponse de le 26/05/2012 à 19:41 :
et au vu des projets AF, transavia ne doit pas être mal non plus ...?!
a écrit le 24/05/2012 à 20:27 :
Si vous comparez le nombre d'employés d'Air France à American Airlines, pas la plus grosse compagnie, il se trouve que la société française a 33% de salariés de plus, effectif rapporté au nombre d'avions. Est-ce une compagnie viable?
Réponse de le 25/05/2012 à 0:02 :
Evidemment : NON !
Mais c est la compagnie nationale, donc elle ne peut pas licencier et elle ne peut faire faillite !
Conclusion, c est le contribuable qui va payer !
Réponse de le 25/05/2012 à 0:02 :
Evidemment : NON !
Mais c est la compagnie nationale, donc elle ne peut pas licencier et elle ne peut faire faillite !
Conclusion, c est le contribuable qui va payer !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :