Air France : un nouveau coup de rabot pour enfin sortir du rouge

 |   |  1164  mots
Air France va supprimer 2800 postes supplémentaires
Air France va supprimer 2800 postes supplémentaires (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La direction a présenté aux syndicats des mesures supplémentaires de restructuration, qui passeront notamment par un plan de départs volontaires portant sur 2.800 personnes. Objectif, revenir dans le vert après six ans de pertes.

La direction a levé le voile sur les mesures complémentaires pour atteindre les objectifs du plan de restructuration Transform 2015, lequel fixe pour l'ensemble du groupe Air France-KLM une réduction de la dette de deux milliards d'euros d'ici à 2015 par rapport à 2012 grâce à une génération de cash flow de deux milliards d'euros (hors investissements).

Lors d'un comité central d'entreprise (CCE), Air France a présenté les grandes lignes de ses nouvelles mesures stratégiques (baisse des coûts d'escale, réduction de capacité sur le moyen-courrier et le cargo, développement dans le low-cost). "Ces mesures complémentaires constituent la dernière étape du plan Transform 2015. C'est le complément final, il n'y aura pas de Transform 3", a assuré Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France-KLM lors d'un point presse.

Les effectifs fondent

Ces mesures vont entrainer un sureffectif. Il sera résorbé à travers un plan de départs volontaires (PDV) en 2014 portant sur 2.800 personnes, ouvert à toutes les catégories de personnel (350 pilotes, 700 hôtesses et stewards et 1.700 à 1.800 personnels au sol selon le délégué CFDT, Michel Salomon). Ce PDV s'ajoute à celui lancé l'an dernier, lequel concerne près de 3.500 personnes (2800 au sol, 500 PNC -il n'est pas achevé- et 200 pilotes-). En deux ans, entre juin 2011 et juin 2013, les effectifs d'Air France ont déjà fondu de 5.600 postes, passant de 106.300 salariés à 100.700, intérimaires compris.

Le coût des deux PDV s'élèvera à près de 450 millions d'euros. "Ce plan de départs n'est pas une fin en soi car il découle d'une stratégie et d'un développement de certaines technologies", a indiqué Frédéric Gagey, le PDG d'Air France lors d'un point presse. Il concerne les points noirs de la compagnie : le moyen-courrier et le cargo.

Optimisation du hub de Roissy

La compagnie agit à plusieurs niveaux. Sur son hub de Roissy-Charles-de-Gaulle, elle veut optimiser son système de correspondances pour réduire ses coûts. « Le hub n'est pas exploité au maximum de ses possibilités. Quand on recense le nombre de possibilités de correspondances et celui des passagers en correspondances, nous constatons que la performance d'Air France est significativement en deçà par rapport à d'autres compagnies ». Les capacités sur les vols d'apport moyen-courriers seront réduites pendant que celles sur le long-courrier seront augmentées. En clair, il y aura moins de lignes moyen-courriers, lourdement déficitaires. Cela va donc passer par un ajustement du programme.

Air France réduit la voilure à Orly, Transavia se développe

A Orly, Air France va réduire son offre sur le réseau domestique (le quart des lignes vers l'Europe seront fermées) et développer celle de sa filiale à bas coûts Transavia vers des destinations européennes. Composée de 11 B737 en location, la flotte de Transavia doit passer à une « trentaine » au cours des prochaines années. Il faudra au préalable négocier un accord avec les pilotes. L'actuel limitait Transavia à 16 avions.

Enfin, sur les trois bases de province de Marseille, Toulouse et Nice, la capacité sera réduite. L'objectif est de jouer sur la saisonnalité en disposant de moins d'avions l'hiver que l'été.

 Restructuration des escales

Frédéric Gagey a décidé de s'attaquer aux coûts des escales, dont certaines sont "décalées du marché". Grâce au PDV, à de nouvelles méthodes de travail, et à un recours accru à la sous-traitance, Air France « veut ramener le coût des escales à des niveaux proches » de celui de certaines sociétés d'assistance au sol. Toutes les escales ne sont pas logées à la même enseigne. Certaines se sont déjà adaptées. Les objectifs escale par escale seront précisées lors du CCE du 4 octobre.

 La "quasi" fin du tout cargo

Concernant le cargo, la direction entend réduire la flotte tout cargo à la portion congrue (deux avions seulement d'ici 3 ou 4 ans) pour se concentrer sur le remplissage des soutes des avions passagers. La gare de fret d'Orly devrait être fermée. KLM est également concernée par la baisse de l'activité tout cargo.

« Comme nous allons sortir nos B747-400 passagers d'ici à la fin 2015, il aurait été illogique de conserver nos 747 cargo. Nous les sortirons également de la flotte. Il nous restera donc deux B777 », a expliqué Frédéric Gagey.

Retour aux bénéfices en 2014

Ces nouvelles mesures devraient générer 400 à 450 millions d'euros d'économies supplémentaires. Elles doivent permette à Air France de viser un retour aux bénéfices en 2014, après six années de pertes d'exploitation consécutives et plus de deux milliards d'euros de pertes cumulées ! Ceci même si le court et le moyen-courrier ne devrait pas atteindre l'équilibre l'an prochain. Au premier semestre de l'exercice 2013, les efforts du personnel (recul de 150 millions d'euros de la masse salariale notamment) ont commencé à porter leurs fruits. « Les résultats d'Air France se sont améliorés de 100 millions d'euros », a indiqué Frédéric Gagey.

"Prudence" des pilotes

Et après ? Ce plan sera-t-il suffisant ? 30 avions pour Transavia, est-ce suffisant par rapport à IAG (British Airways et Iberia) qui dispose non seulement d'Iberia Express (40 avions en 2016) et d'une filiale low-cost, Vueling (70 appareils) et de Lufthansa qui transfère toute son activité court courrier à sa filiale à bas coûts Germanwings (hors lignes vers Francfort et Munich) ? Les pilotes se montrent en tout cas réservés.

"Nous restons prudents dans l'attente des annonces complémentaires du 4 octobre. Nous seront d'autant plus attentifs à la mise en oeuvre de ce virage stratégique que nos concurrents directs, Lufthansa et IAG, investissent massivement dans Germanwings et Vueling. L'ambition de ces montées en puissance étant de conquérir le marché moyen-courrier point à point low cost européen", a déclaré le SNPL.

Pour son président, Jean-Louis Barber, "Air France se doit désormais, non pas d'axer sa stratégie sur une suite de réductions d'activités, mais de rattraper son retard dans la construction de sa riposte sur le court/moyen-courrier, sans lequel l'avenir de la compagnie toute entière est mis en danger".

"Des grands plans de transfert vers le low-cost j'en ai beaucoup entendu parler mais je n'en ai pas vu beaucoup. Il faut être pragmatique et remettre le point-à-point sur les rails. Après on verra, explique un proche d'Alexandre de Juniac.

Baisse du titre en Bourse

 La question du rythme de la restructuration est posée « Y aller trop fort et trop vite c'est prendre le risque de mouvements sociaux qui plomberaient en peu de temps les économies initialement escomptées », explique un syndicaliste. A l'inverse, la méthode progressive fait prendre le risque de se laisser distancer par Lufthansa set IAG (British Airways et Iberia), qui, disposant déjà un avantage en termes de compétitivité et de flexibilité, ne restent pas les bras croisés et réduisent fortement leurs coûts.  A la Bourse de Paris, le titre Air France-KLM a perdu 2,37% ce mercredi.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/09/2013 à 15:02 :
A force de coups de rabot, la cabane va tomber sur la compagnie... Les rugbymen (ou women) comprendront à quoi je fais allusion!
a écrit le 19/09/2013 à 11:37 :
Et si on arreter de confondre causes et consequences: Si la disparition du Fret a Air France, donc la reduction de la flotte de cargo etait la resultante des greves a répétition qui ont fait fuir les clients vers de companies plus "serieuse".... Le meme constat peut etre fait pour la SNCF, les differents ports Francais,je rappelle pour ceux qui ne le sauraient pas que la France est le pays d europes non seulement avec la plus grandes etendue de son territoire ouvert sur l ocean Atlantique et la Mere mediterranee tout en ayant les plus grand reseaux fluviaux et ferroviere d europe, pourtant les plus grand ports Europeens ne sont pas Francais..... tout comme les plus grande companie Ferroviere et aerienne ne sont plus Francais..... Or des companies sans clients sont condamnée a mourrir et ce quelque soit les plans de restructuration, tant que les salaries, syndicats n auront pas compris que pour preserver l emploie donc la survie de l entreprise ils faut avant tout satisfaires SES CLIENTS pour qu ils continuent de faire rentrer du cash eh bien toutes ces entreprises seront condamnées a Fermer..... Et le couperet va vite tomber: 2019 date limite et executoire de l ouverture a la concurrence pleine et entiere pour EDF, GDF, SNCF.... Donc on fait quoi on continue dans cette voix et on attends.... Et ce sera encore les memes qui chialeront a la destruction de l industrie et des services Francais..... Dans un autre ordre d'idee, il faudrait s interroger sur le faits que les memes produits et services sont factures entre 30 et 50% plus cher que nos concurrents Europeens....
Réponse de le 19/09/2013 à 12:14 :
Allons allons, le grèves responsables de ça ... m'enfin qu'allez vous imaginer.
A moins que vous soyer totalement dans le bon ... je le pense aussi! Ces entreprises sont là où elles sont aujourd'hui à cause des syndicats et des syndiqués. Et lorsqu'on voit la mentalité de ces derniers on ne va pas vers du meilleur.
Il n'y a qu'à voir l'exemple de sephora sur les Champs Élysées où les syndicats sont contre les ouvertures tardives (alors que les employés sont pour) car dixit "un sac poubelle" 'on ne va pas remettre en question des droits acquis" .... débilité quand tu nous tiens!
a écrit le 19/09/2013 à 10:18 :
Voilà comment on fait monter le CAC 40, pauvre FRANCE ! Pardon AIR FRANCE !
Réponse de le 19/09/2013 à 11:27 :
ait France ne fait pas partie CAC 40. quand à la corrélation systématique "annonce de licenciement pour faire monter les cours ", elle n'est pas si justifiée : entre ceux qui ne mettent pas leurs titres en vente, et ceux qui achètent - à la hausse - à ce moment sans revendre immédiatement, ça fait aussi un paquet actionnaires - aux cotes de spéculateurs, certes, qui misent sur la stratégie réelle , et pas seulement sur l'effet d?annonce. Cf Peugeot à l?annonce des difficultés :licenciements massifs, investisseurs peu convaincus, et le cours a continué de dévisser...
a écrit le 19/09/2013 à 8:58 :
"Une fois sortis les 747 cargo il nous restera deux 777" ah bon? ça s'appelle une flotte cargo 2 avions? soyons serieux, si AF garde 2 cargo c'est pour garder toute la division cargo vivante (déficitaire) et éviter de s'encombrer avec des reclassements ou des licenciements. C'est là qu' AF se paye la tête du monde. Une "flotte" cargo avec 2 avions.....remplissez déja les soutes de vos 77W et A380 et laissez le cargo extra a Fedex qui est une réussite à CDG
a écrit le 19/09/2013 à 8:47 :
C'est bien que Monsieur Barber ouvre les yeux, mieux vaut tard que jamais, j'ai dû relire!

Tout est fait en dépit du on sens (qui bizarrement fonctionne chez les autres),
A quoi sert Hop, peut-être seulement un beau cadeau à Lioyo,
Hop prend de l'autonomie, merci de lire AF lâche ce qui aurait pu être une belle arme de bataille, peut-être grâce aux empêcheur d'avancer que sont les syndicats de regio.

On est loin de la gestion d'entreprise,
On attendait plus de courage d'un PDG aussi jeune!
a écrit le 19/09/2013 à 8:19 :
Tous les gouvernements ont essayé de freiner la concurrence étrangére en particulier sur les créneaux horaires pensant ainsi rendre service a Air France.On en mesure tous les jours les résultats.20 ans de retard sur le low cost.Trop tard,la place est prise et bien prise.
a écrit le 19/09/2013 à 4:26 :
Une restructuration est toujours douloureuse pour une partie du personnel mais cette action est inefficace si elle n'est pas immédiate et forte. On voit que AF n'a pas encore fini son premier plan et met le second en place.Se lancer dans la boule de cristal qu'il n' y a aura un 3 plan est une vue politique avant d'être industrielle, car les autres compagnies continuent elles aussi à se restructurer avec une bonne avance.
AF lors de son mariage avec KLM n' pas voulu mettre immédiatement en place les actions qu'entrainaient cette fusion, aujourd'hui elle le paie lourdement socialement et financièrement. Comme pour Alcatel l'ex PDG d'AF a trop longtemps surfé sur du vent de la grandeur de la nouvelle compagnie. Autre point qui n'est pas sans conséquence les prix exorbitants pratiqués par AF sur le vol intérieurs hors Orly ou Roissy, il y bien longtemps que j'ai abandonné de voyager en famille ou même seul sur ces lignes.
Réponse de le 19/09/2013 à 7:02 :
Comment voulez vous mener à bien une restructuration quand vous êtes confronté à des grèves à répétition ?
Je pense qu'Air France a payé le prix fort pour cela, les clients se sont retournés vers d'autres compagnies ce qui est notre cas
a écrit le 18/09/2013 à 23:04 :
Qu'ils suppriment d'abord le comité d'entreprise qui coute une fortune, cala éviterait des suppressions d'enploi chez AF
a écrit le 18/09/2013 à 22:25 :
Je remarque 3 choses : La 1ère, c'est que des mots du président d'Aïr France lui-même, il ne faut pas se contenter d'une suite de réduction d'activités, mais au contraire, il laisse ouverte l'idée d'un développement sur un autre modèle, le low cost ... reste aux syndicats le loisirs de faire des concessions sur les couts par une optimisation, contre un maintien de l'emploi ! 2ème chose : ca ne pas aller trop lentement, au risque de tout foirer ! 3ème point : "des avions plus nombreux en été, et moins nombreux en hivers : cela rejoint mon hypothèse d'un développement sur un autre continent : c'est toujours l'été quelque part !!!
Réponse de le 19/09/2013 à 9:05 :
votre 3ème point ... ou bien du stockage pur et simple pendant les mois d'hiver. Ce qui implique du personnel intérimaire mis de côté, de la précarité, bref tout ce que la France dénonce contre Ryanair est en train de se mettre en place dans sa propre compagnie nationale ...
Réponse de le 19/09/2013 à 11:15 :
Je préfère ma suggestion... cela nécessite du personnel un accord pour s'expatrier plusieurs mois par an, mais ce ne serait pas les premiers salariés à le faire, et la, au lieu de précariser le personnel, on lui offre un avenir dans l'entreprise autre que de la précarité ! ...et ca évite de laisser pourrir des avions qui doivent du coup être amorti sur 8 mois au lieu de 12, soit mathématiquement un surcout de 33% !!! Que la direction comme les salariés y réfléchissent d'autant qu'il y a urgence et pas 36 solutions !
Réponse de le 19/09/2013 à 12:18 :
sauf que votre solution est absurde pour une société déficitaire ...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :