Air France-KLM va supprimer 2.800 postes supplémentaires

 |   |  388  mots
Le nouveau plan de départ sera discuté par la direction et les syndicats dès le 4 octobre prochain.
Le nouveau plan de départ sera discuté par la direction et les syndicats dès le 4 octobre prochain. (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La compagnie aérienne a officialisé ce mercredi un nouveau plan de départs volontaires, qui sera discuté dès le 4 octobre. Elle ne tiendra pas ses objectifs de retour à l’équilibre en 2013, et connait sa sixième année consécutive de perte d’exploitation, selon Frédéric Gagey, son PDG.

Sale temps à nouveau pour l'emploi chez Air France. Si, fin juillet, la direction avait évoqué devant les syndicats la suppression de 2.500 postes, l'ampleur des départs sera en fait encore plus importante. Lorsqu'elle avait initié son vaste plan d'économies en janvier 2012, la compagnie avait chiffré à 5.122 personnes le sureffectif qui a été absorbé par des plans de départs volontaires et des départs naturels. Mais mercredi, le PDG de la compagnie Frédéric Gagey a déclaré : "Nous venons d'avoir le chiffre qui a été discuté aujourd'hui, c'est 2.800 postes" , au cours d'une conférence de presse organisée en marge de la tenue d'un comité central d'entreprise.

6 années de pertes consécutives

Ce nouveau plan de départs volontaires est justifié par le fait que le groupe Air France-KLM ne tiendra pas ses objectifs de retour à l'équilibre en 2013, et qu'il connaitra sa sixième année consécutive de perte d'exploitation. Ces suppressions de postes sont un moyen de s'adapter à l'actuelle conjoncture économique morose dans le transport aérien. "Le PDV (plan de départs volontaires, ndlr) n'est pas une fin en soi, il découle d'une stratégie" fait valoir Frédéric Gagey.

Ces Plans "feront l'objet d'un dialogue avec les représentants du personnel et syndicaux à partir du 4 octobre", a précisé le patron d'Air France. Ces suppressions de postes s'inscrivent dans une procédure de redressement des activités moyen-courrier et cargo de la compagnie, par le biais de différentes mesures.

>> Lire aussi  Air France: la restructuration jusqu'où?

Une longue restructuration

Mais la compagnie aérienne n'est probablement pas prête d'en avoir fini avec la restructuration. Ces mesures supplémentaires en appelleront d'autres au cours des prochaines années dont l'ampleur dépendra de la conjoncture. Comme les autres transporteurs historiques, Air France va progressivement vers un renforcement de l'exploitation des réseaux courts et moyens-courriers par des opérateurs low-cost (Transavia par exemple) et lutte dans le même temps pour maintenir ses positions sur le long-courrie

r. Lancé l'an dernier, un premier plan de départs volontaires concernant le personnel au sol d'Air France portant sur 2.767 personnes avait d'ors et déjà fait le plein en mars dernier. Déjà à l'époque, des sources internes évoquaient la nécessité de départs supplémentaires...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/09/2013 à 17:13 :
Mais que fait Montebourg?
a écrit le 18/09/2013 à 17:10 :
VIVE LA CGT .....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :