Ryanair opère un virage à 180° pour rester dans la course face à Easyjet

 |   |  637  mots
Ryanair a publié deux avertissements sur ses résutlats au cours des trois derniers mois
Ryanair a publié deux avertissements sur ses résutlats au cours des trois derniers mois (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jusqu'ici focalisée sur les petits aéroports, la compagnie irlandaise se positionne sur les principales plateformes de Bruxelles, de Rome et de Barcelone. Objectif : toucher la clientèle affaires, plus rémunératrice.

Faut-il y voir le début d'un virage à 180 degrés la stratégie de Ryanair, avant qu'il ne soit trop tard? Probablement. En annonçant la création d'une base à l'aéroport bruxellois de Zaventem, le plus important de Belgique, situé dans la proche périphérie de Bruxelles, la compagnie aérienne à bas coûts irlandaise, qui misait jusqu'ici sur l'aéroport secondaire de Charleroi, donne le signal à ce qui s'apparente bel et bien à une nouvelle stratégie : se recentrer sur les aéroports principaux, comme le font Easyjet et Vueling, afin de toucher une clientèle de plus haute contribution capable de payer plus cher son billet d'avion, les hommes d'affaires notamment. En effet, le modèle de ces deux compagnies est plus solide que celui de Ryanair. Notamment en termes de génération de recettes. Pour bien mesurer la démarche de Ryanair en Belgique, c'est comme si la compagnie irlandaise, aujourd'hui présente à Beauvais en Picardie pour desservir la capitale, venait s'installer à Roissy ou Orly.

Vueling en ligne de mire, notamment

Dès février 2014, les quatre avions de Ryanair à Zaventem desserviront 10 villes européennes (Barcelone, Alicante, Ibiza, Malaga, Palma de Majorque et Valence en Espagne, Rome et Venise en Italie, ainsi que Lisbonne et Porto au Portugal). Quelque 200 vols par semaine au total sont prévus dans le but de transporter 1,5 million de passagers supplémentaires par an. Selon Michael O'Leary, ces dix nouvelles lignes, visent une "clientèle d'affaires" et le trafic VFR (visit friends and family). Outre les compagnies traditionnelles comme Brussels Airlines ou Alitalia, Ryanair, s'attaque aux autres compagnies à bas coûts, notamment Vueling, qui vient d'annoncer l'extension de ses activités à Bruxelles, avec une dizaine de destinations proposées à partir de mai 2014, notamment Venise, Rome ou Barcelone que va également desservir Ryanair. Pour Easyjet, la concurrence devrait être moins rude puisque les destinations desservies depuis Bruxelles ne sont pas les mêmes que celles de Ryanair.

Mardi, Ryanair avait déjà annoncé son arrivée sur les aéroports de Rome Fiumicino et de Barcelone, alors qu'elle opérait jusqu'ici à Rome Ciampino et à Gérone, en Catalogne.

Main tendue à Alitalia

Alors que Ryanair misait jusqu'ici sur des bases régionales en dehors des grandes villes, comme Charleroi, dans le sud de la Belgique, elle opte donc à présent pour un "hub" important comme Bruxelles, après avoir déjà annoncé mardi qu'elle s'implantait à Fiumicino, principal aéroport de Rome. Une menace de taille pour Alitalia, déjà en difficulté qui s'ajoute à celle de Vueling, qui va ouvrir une vingaine de nouvelles lignes au départ de Fiumicino l'été prochain. En effet, Ryanair va baser, à partir du 18 décembre, six avions à Rome Fiumicino pour assurer neuf lignes domestiques italiennes. Le nombre d'avions devrait passer à 10 ou 12 en octobre 2014. Ryanair a même proposé une coopération commerciale à Alitalia qui l'a refusée.

Les aides financières seront moins faciles à obtenir

Après avoir modifié son approche clients, Ryanair s'attaque à la refonte de son réseau, jusqu'ici focalisé en grande partie sur les aéroports régionaux qui, délaissés par les grands opérateurs historiques, n'ont pas hésité à aider financièrement Ryanair pour maintenir une desserte aérienne dans leur territoire. La volonté de Bruxelles de durcir les conditions d'attribution de ces aides, mais aussi la contrainte budgétaire des collectivités territoriales, rend ce modèle plus instable.

Au regard de la taille du réseau et de la flotte de Ryanair (plus de 300 avions), la mutation prendra énormément de temps. D'autant que sur plusieurs plateformes, la place est déjà prise. En raison de la difficulté d'un grand nombre de compagnies, Ryanair peut néanmoins espérer compter sur des faillites ou des réductions de voilure pour obtenir des créneaux horaires.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/11/2013 à 10:45 :
Article bien documenté. Il nous faudra bien l'admettre : sur nos 40 (!) aéroports nationaux, seule la moitié, ceux de plus d'un million de passagers, vont survivre aux difficultés des compagnies aériennes, à l'augmentation du prix du kérosène, à la concurrence du train, à la baisse de notre pouvoir d'achat et à une gestion locale catastrophique.
Mais que l'argent public continue à financer, à perte, des sociétés privées étrangères, c'est sans doute un autre "french paradox'.
a écrit le 28/11/2013 à 15:19 :
la vérité éclate au grand jour! avec la réforme des subventions, leur modèle ne tient pas et les voilà en train de changer de fusil d'épaule....les pauvres amis!! c'était tellement bien de voler depuis trifouillis les oies n'est ce pas? j'éspère que la qualité de service d'Easyjet et Vueling les pulvérisera
a écrit le 28/11/2013 à 13:52 :
la vérité éclate au grand jour!! avec la réforme UE des subventions, leur modèle de M$rde depuis les aeroports subventionnés des bleds reculés ne tient pas et les voilà en train de changer de fusil d'épaule à l' arrache....les pauvres amis!! c'était tellement bien de voler depuis trifouillis les oies n'est ce pas? j'éspère que la qualité de service d'Easyjet et Vueling enterreras Cryanair avec leurs hotesses lettones et leurs pilotes serbes sous contrat interim irlandais
a écrit le 28/11/2013 à 10:38 :
Bruxelles, cet aéroport qui vous fait marcher 3km avec votre trolley pour atteindre votre avion.... Un Bruxellois sera plus vite assis dans l'avion en roulant 40km jusque Charleroi, qu'en tentant de prendre l'avion à Bruxelles. Pas sûr que Ryanair s'y retrouve sur ce coup-là.....
a écrit le 27/11/2013 à 19:57 :
Clientèle d'affaires sur Ryanair :-) :-) Faut qu'il arrête le manuel notre Michael :-)
Réponse de le 29/11/2013 à 13:49 :
Si vous sortiez de temps en temps de chez vous, vous remarqueriez que pas mal d'hommes d'affaire voyagent sur Ryanair ... Comme quoi, des horaires respectés, des prix compétitifs et une desserve régionale ça aide
a écrit le 27/11/2013 à 18:36 :
Raynair c'est pas cher ... mais... si vous voulez un siège c'est x euro de plus, une valise x euro, si le choix de votre billet n'est fait un soir de pleine lune, une année bissextile le tarif n'est pas le même !
Réponse de le 27/11/2013 à 21:04 :
Pourquoi vous croyez que chez les autres compagnies Low Cost c'est gratuit ? Vous devez pas beaucoup avoir voyagé !
a écrit le 27/11/2013 à 18:03 :
Ouais, et bien moi, je suis bien content que ces enf... de Ryanair soient contraints de changer leur modèle. Un peu plus de respect pour le client, ça ira, mais pour ce qui est d'aller maintenant sur les grandes plateformes sans subventions - parce que les subventions c'est fini - ça va leur couter cher. Et puis va falloir être bien certain de pouvoir financer les avions commandés...MOL va se taper de sacrés maux de tête...
a écrit le 27/11/2013 à 17:21 :
Ils ont aujourd'hui du mal à récupérer (ou plutôt voler...) des subventions auprès des petits élus...
Dur à gérer pour une compagnie dont les vols sont tous déficitaires !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :