Vol MH370 : le Boeing de Malaysia Airlines reste introuvable mais la piste se resserre

Récapitulatif des principales hypothèses envisagées et des avancées des recherches effectuées au cours de la semaine passée.
Aucune trace physique de l'avion n'a été retrouvée mais l'appareil a vraisemblablement changé de direction, sous l'action délibérée d'un pilote expérimenté et continué de voler pendant près de sept heures.
Aucune trace physique de l'avion n'a été retrouvée mais l'appareil a vraisemblablement changé de direction, sous "l'action délibérée" d'un pilote "expérimenté" et continué de voler pendant près de sept heures. (Crédits : DR)

Le vol MH370 s'est évanoui des écrans radars civils il y a exactement sept jours, une heure après avoir décollé de Kuala Lumpur à destination de Pékin, avec 239 personnes à bord. Aucune trace physique de l'avion n'a été retrouvée mais l'appareil a vraisemblablement changé de direction, sous "l'action délibérée" d'un pilote "expérimenté" et continué de voler pendant près de sept heures. Voici le récapitulatif de la semaine écoulée.

  • Samedi 8 mars

Contact perdu une heure après le décollage. La Malaysia Airlines annonce que le contrôle aérien a perdu le contact avec l'avion à 1H30 du matin (17H30 GMT vendredi), une heure après son décollage de l'aéroport international de Kuala Lumpur.

Le Vietnam affirme que l'avion s'est volatilisé dans son espace aérien et lance une opération de recherches.

Des traces de carburant. Dans la soirée, Hanoi signale que ses avions ont repéré deux larges traînées de carburant non loin de l'endroit où l'avion a cessé de communiquer. Deux navires sont dépêchés sur place, sans résultat.

Des passeports volés. Les autorités malaisiennes révèlent que deux passagers à bord de l'avion ont embarqué avec des passeports européens volés en Thaïlande.

>> Qu'est-il arrivé au Boeing de Malaysia Airlines (vol MH 370) ?

  •  Dimanche 9 mars

La piste terroriste. La Malaisie affirme enquêter sur une piste terroriste, sans exclure les autres. Le FBI américain envoie des agents.

Un demi-tour. L'avion semble avoir fait demi-tour, ou effectué un virage vers l'ouest, sans raison apparente, annoncent les autorités malaisiennes.

Des débris trouvés. Un avion vietnamien repère de possibles débris de l'avion près de l'île de Tho Chu, dans un petit archipel au large des côtes sud-ouest du pays. Ces objets sont finalement sans rapport.

>> Boeing de Malaysia Airlines: "un mystère aéronautique sans précédent"

  •  Lundi 10 mars

La Chine s'impatiente. La Chine, inquiète pour ses 153 ressortissants se trouvant à bord de l'avion, demande à la Malaisie d'intensifier les recherches.

Les traces de carburant sont sans rapport. Les analyses d'une nappe de carburant détectée en mer près du point possible de disparition du Boeing, à mi-chemin entre les côtes malaisiennes et vietnamiennes, révèlent qu'il ne provenait pas de l'avion.

Les USA à la rescousse. Les Etats-Unis envoient un second destroyer sur la zone. Les experts de Boeing rejoignent les secours.

>> Scepticisme sur la piste de l'attentat

  •  Mardi 11 mars

La Chine annonce le redéploiement de dix satellites à haute résolution.

Elargissement de la zone de recherches. La zone de recherches comprend désormais une partie de la péninsule malaisienne, les eaux sur son littoral occidental, dans le détroit de Malacca.

>> Quand (et où) a vraiment disparu le Boeing de Malaysia Airlines ? 

  • Mercredi 12 mars

Mer d'Andaman. La Malaisie annonce l'extension des recherches en mer Andaman, à des centaines de kilomètres à l'ouest de l'endroit où le contrôle aérien malaisien a perdu le contact radar avec l'avion.

Les recherches infructueuses et la communication qui apparaît parfois confuse des autorités malaisiennes alimentent les critiques contre la Malaisie.

Des objets flottants en mer de Chine. Dans la soirée, la Chine annonce qu'un de ses satellites a détecté dimanche trois "larges objets flottants" en mer de Chine orientale, non loin du lieu où le contact a été perdu.

>> Le Boeing pourrait avoir volé 4h après sa disparition

  •  Jeudi 13 mars

Recherches infructueuses. Les avions dépêchés par le Vietnam et la Malaisie n'ont rien trouvé dans la zone où avaient été repérés des objets flottants.

Pékin persévère. Pékin s'engage à poursuivre les recherches "aussi longtemps qu'il y aura une lueur d'espoir".

>> Détournement par des elfes et autres théories les plus folles

  •  Vendredi 14 mars

La Maison Blanche cite "de nouvelles informations, pas nécessairement concluantes, mais nouvelles" qui orientent les recherches vers l'Océan indien.

>> La zone de recherche est désormais colossale

L'avion aurait continué à voler plusieurs heures. Plusieurs médias américains affirment que le Boeing 777 a continué de transmettre un signal automatique pendant plusieurs heures après avoir disparu des radars, suggérant que l'avion a continué de voler.

>> Le Boeing de Malaysia Airlines aurait sciemment changé de cap (vol MH 370)

  • Samedi 15 mars

Les communications désactivées. Les communications ont été désactivées, son changement de trajectoire est l'oeuvre d'"une action délibérée" et l'appareil a continué de voler près de sept heures, annonce le Premier ministre malaisien Najib Razak, qui ne va pas jusqu'à confirmer un détournement.

Une personne expérimentée. Les enquêteurs malaisiens estiment désormais que l'avion a été piloté par une personne "expérimentée", sachant éviter les radars civils, plusieurs heures après avoir perdu le contact, selon une source militaire.

Perquisition au domicile du pilote. Le domicile du pilote de l'avion a été perquisitionné samedi après-midi, d'après une information de l'agence de presse Reuters.

Arrêt des recherches en mer de Chine. La Malaisie, qui coordonne l'effort international de recherche (58 avions et 43 navires de 14 pays, dont les Etats-Unis, la Chine et l'Inde) arrête ses recherches en mer de Chine méridionale, sur la route qu'aurait dû suivre l'appareil, pour se redéployer, notamment à l'ouest de la péninsule.

>> Boeing disparu: la Malaisie parle d'"action délibérée" mais pas de détournement

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 17/03/2014 à 5:47
Signaler
Pauvres familles et pauvres victimes qu'elles soient vivantes ou non...

à écrit le 16/03/2014 à 18:28
Signaler
Bref, on ne sait rien, right?

à écrit le 16/03/2014 à 9:05
Signaler
J suis umpeu dessu de toute toute la publicite faite sur levolution technologique du mo'de,on nous dit que ces le temps des tic et voila que subitement un avion de ligne moderne et de surcoit hyper securise disparait avec des membres de nombreuses fa...

à écrit le 15/03/2014 à 15:42
Signaler
Attendez un peu, ...bientôt la saison 2

à écrit le 15/03/2014 à 15:05
Signaler
Je comprends pas, La Tribune a une photo de l'avion et on dit qu'il a disparu...

le 15/03/2014 à 16:19
Signaler
Un peu d'humour ne fait jamais de mal...

le 16/03/2014 à 4:03
Signaler
Il en faut dans ce genre de situation ^^

à écrit le 15/03/2014 à 15:02
Signaler
Il n'est pas possible de perdre un avion surtout transportant des passagers. Son vol est "bordé" par des contacts radios et des radars de point en point en complément des contacts par ses pilotes et aux émetteurs automatiques de sécurités dont il dis...

le 15/03/2014 à 15:08
Signaler
Je pense que vous passez trop de temps devant la TV....

à écrit le 15/03/2014 à 14:53
Signaler
Que cet avion disparaisse des écrans radars civils, pourquoi pas, mais qu'aucun des systèmes militaires de détection, radars, satellites,etc, ne puissent suivre cet avion, cela ne rassure pas sur l'efficacité de la défense militaire dans la région, e...

à écrit le 15/03/2014 à 13:47
Signaler
@alex: mais ils le sont . le système ACARS transmet automatiquement , en temps réel et tant qu'il y a de l'alimentation électrique à bord .On est d'ailleurs ( sauf de Malaisie) ce jour en train de nous expliquer que grace aux données ACARS envoyés à...

le 15/03/2014 à 14:42
Signaler
si qqun a coupé le transpondeur volontairement il aurait aussi très bien pu étendre le système ACARS. Chaque système avion a son propre disjoncteur électrique, il suffit de tirer celui de l'ACARS et il n'émet plus.

le 15/03/2014 à 17:13
Signaler
Il est à craindre que la Malaisie craigne des complicités dans la chaîne de commandement, immigration? Armée? renseignement ? Un peu à l'image du Pakistan. Et de ce fait du mal à l'admettre et de le communiquer. Ce n'est qu'une supputation de ma part...

à écrit le 15/03/2014 à 13:08
Signaler
Je ne cesse de m'étonner qu'on puisse couper toute les communication d'un avion, depuis 2001. Que le transpondeur soit desactivable, pourquoi pas, mais pourquoi les avions ne sont ils pas truffés d'emmeteur non-desactivable et permettant une localisa...

à écrit le 15/03/2014 à 12:47
Signaler
On rentre 35 tonnes de fret en plus des passagers dans un B777. L'explication est peut-être dans la soute, finalement.

le 15/03/2014 à 14:37
Signaler
effectivement, avec des complicités dans la zone de Fret, on peut tout mettre dans la soute. sinon pour avoir plus d'information il faut lire le NYT ou le Wall Street Journal .... en France rien de complet

le 15/03/2014 à 14:51
Signaler
chut pas de bruit le NSA nous surveille ;-) il y a de l'or beaucoup d'or dans la soute! pour les Chinechines assoiffés Chut

le 15/03/2014 à 15:07
Signaler
Ce qui expliquerait l'agacement des chinois ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.