Vol MH370 : l'Australie repère un objet de 24 mètres, "probablement la meilleure piste"

 |   |  544  mots
L'Autorité australienne de sécurité maritime a présenté ce qui pourrait peut-être la localisation des restes du vol MH370 de Malaisya Airlines. REUTERS/Sean Davey
L'Autorité australienne de sécurité maritime a présenté ce qui pourrait peut-être la localisation des restes du vol MH370 de Malaisya Airlines. REUTERS/Sean Davey (Crédits : Reuters)
Le pays a annoncé avoir repéré deux objets par satellites dans le sud de l'océan Indien, à quelque 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth. Les autorités restent toutefois prudentes quant à la provenance de ces deux objets "plongeant sous la surface et remontant" par intermittence.

Le mystère du MH370 est-il en passe d'être résolu? L'Australie a prudemment relancé jeudi l'enquête sur la disparition du vol de l'avion de la Malaysia Airlines en annonçant la détection de deux "objets" dans le sud de l'océan Indien, après bientôt deux semaines de fausses pistes et d'espoirs déçus.

  • "Probablement la meilleure piste que nous ayons"

Les deux objets détectés par images satellite, dont l'un fait 24 mètres, sont "probablement la meilleure piste que nous ayons", ont indiqué des responsables australiens, après les avoir repérés dans le sud de l'océan Indien, à quelque 2.500 km au sud-ouest de la ville australienne de Perth.

"C'est une piste, probablement la meilleure piste que nous ayons pour le moment, mais il faut que nous nous rendions sur place (...) pour savoir si cela vaut quelque chose ou non", a déclaré un responsable de l'Autorité australienne de sécurité maritime (AMSA), John Young, lors d'une conférence de presse.

"Les objets sont relativement flous. Ce sont des objets d'une taille certaine, probablement dans l'eau, plongeant sous la surface et remontant" par intermittence, a-t-il ajouté, en précisant: "Le plus grand ferait 24 mètres. L'autre est plus petit".

Le Premier ministre australien Tony Abbott avait fait état peu auparavant, devant le Parlement, d'informations "nouvelles et crédibles", "basées sur des données satellitaires, d'objets qui pourraient être liés aux recherches".

 L'Australie a toutefois mis en garde contre tout faux espoir, rappelant la difficulté de localiser les objets repérés, ainsi que la possibilité de les localiser. 

  • Eh bien, bonne nuit

Le pilote et son copilote sont au centre de l'enquête, sans que l'on sache si ce sont eux qui étaient aux commandes de l'appareil. Lundi, Malaysia Airlines a indiqué que la dernière communication orale émise depuis le poste de pilotage à l'intention du contrôle aérien ("Eh bien, bonne nuit"), avait été prononcée par le copilote. Ces mots, dits sur un ton détendu, venaient en réponse aux contrôleurs annonçant à l'équipage que l'avion s'apprêtait à quitter l'espace aérien malaisien. Certes, cette phrase sort du protocole mais n'a rien d'anormale non plus selon un pilote chevronné.

"Il y a des pilotes qui le respectent, d'autres qui disent bonne nuit", explique un pilote français. Certains ont évoqué la possibilité d'un code.

Les enquêteurs souhaitaient identifier l'auteur de ce message, prononcé après la désactivation manuelle d'un des deux systèmes de communication, pour savoir qui était alors aux manettes de l'avion. 

  • Disparition de fichiers électroniques

Le gouvernement de Malaisie a demandé au FBI d'analyser les fichiers électroniques qui avaient été effacés le mois dernier d'un simulateur de vol saisi au domicile du commandant du Boeing 777.

>> Vol MH370, des données du simulateur de vol du pilote effacées (Boeing Malaysia Airlines)

Selon les analystes du secteur, il n'est pas rare que les pilotes possèdent chez eux un simulateur de vol, à titre privé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 23:53 :
Grand nombre de débris sur image Satellite (voir zones rouges) http://www.tomnod.com/nod/challenge/mh370_indian_ocean/map/78630
a écrit le 20/03/2014 à 20:22 :
Bah ! C'est probablement une baleine qui prend du bon temps et qui fait la planche.
a écrit le 20/03/2014 à 18:01 :
Après tant de suppositions!
Est ce qu'il y a eu un problème technique...les pilotes inconscients? L'équipage et les passagers ont pas pu réagir? Et l'avion a continué sa nouvelle trajectoire en automatique jusqu'à l'épuisement du kérosène?
Les nouveaux débris? de l'avion? un catamaran? un conteneur à la dérive?
Cela devient très crispant.
a écrit le 20/03/2014 à 13:04 :
Je pense que toutes ces hypothèses et pistes sont de la fumé. Si l'avion a réellement disparu sans traces et en prenant en compte les changements dans les déclarations des autorités malaysiennes, l'avion a été purement et simplement abbatu par un tir de missile par erreur (hypothèse à creuser et recherches de manoeuvres militaires à vérifier dans la région).
a écrit le 20/03/2014 à 12:51 :
"Le gouvernement de Malaisie a demandé au FBI d'analyser les fichiers électroniques qui avaient été effacés le mois dernier d'un simulateur de vol saisi au domicile du commandant du Boeing 777."

Il n'y aurait pas conflit d'intérêt ? Le gouvernement américain et une compagnie américaine. Surtout quand on connait la situation de Boeing et des problèmes techniques
a écrit le 20/03/2014 à 12:49 :
l'info de cette île des maldives ayant vu ce très gros avion reste la pistre la plus sérieuse.
donc cette info reste éventuellement possible.
a écrit le 20/03/2014 à 10:38 :
"plongeant sous la surface et remontant par intermittence. "
En espérant qu'il ne s'agisse pas de baleines en migration...
a écrit le 20/03/2014 à 9:50 :
Les "spin doctors" sont a l'oeuvre, ils ont finalise leur "histoire" et vont la vendre et maintenant la mettre en place dans les medias.
a écrit le 20/03/2014 à 9:44 :
Il est probable que la solution se trouve dans le simulateur .... attendons de savoir !
a écrit le 20/03/2014 à 9:41 :
S'il s'agit bien des débris de l'avion à cet endroit, cela veut dire alors que c'est délibérément qu'il y a été conduit pour qu'on ne le retrouve pas, ou le plus tard possible, pour qu'on retrouve le moins possible d'indices . Le problème est de savoir s'il a été amené par le fait des pilotes, de pirates...voire automatiquement...au point où on en est on peut tout imaginer !
a écrit le 20/03/2014 à 9:27 :
Une baleine et son petit...
a écrit le 20/03/2014 à 9:26 :
si on considére la trajectoire SUD , on se demande où allait cet avion: seule direction l'Antartique et la perdition la direction Nord le Pakistan ou Afgahnistan , car impossible la Chine pou La Russie
a écrit le 20/03/2014 à 9:24 :
Lol aucune piste d'atterissage hihihihihihi
a écrit le 20/03/2014 à 8:25 :
Comment un pilote chevronné comme celui qui était aux commandes peut se diriger vers les abimes la ou il n'y a aucune terre, aucune piste.. Je sens qu'on va encore une fois nous enfumer avec cette histoire...
Réponse de le 20/03/2014 à 9:22 :
Je dirais, comment un pilote peut perdre des bouts d'avion de 24 mètres de long... Dans cette hypothèse, le pilote ne se serait pas dirigé "vers les abîmes" mais son avion se serait écrasé quelque part.
Réponse de le 20/03/2014 à 9:28 :
D'apres la loi de schnell descartes, cela reste impossible.. Affaire a suive ;-)
Réponse de le 20/03/2014 à 12:24 :
Il y a un pilote qui a émis une hypothèse :
- Incendie avec fortes fumées
- Par malchance, les systèmes de communication sont les premiers touchées. De toute façon dans un scénario de ce genre, les pilotes cherchent à reprendre le contrôle avant de communiquer
- Le pilote détourne l'avion pour partir au sud car il sait qu'il y a une piste facile, et particulièrement longue dans cette direction.
Celle de départ est nettement moins simple pour un atterrissage d'urgence difficile.
- L'utilisation des masques à oxygène est particulièrement délicates, car l'oxygène risque d'attiser le feu. Par ailleurs leur autonomie est limitée. Ils sont conçus pour laisser le temps de descendre à basse altitude, pas pour continuer à respirer longuement dans une atmosphère devenue toxique.
- Il est possible qu'ils soient au départ monté le plus haut possible pour essayer de couper l'oxygène au feu
- Au bout de quelques minutes de lutte malgré leurs efforts les pilotes, et les passagers, sont asphyxiés par la fumée.
L'incendie lui s'éteint ! (il peut plusieurs minute avant avoir été pour l'essentiel arrêté mais continuer à émettre de la fumée qui asphyxie tout le monde, même s'il n'est déjà plus en train de détruire les systèmes essentiels)
- L'avion continue à voler en pilote automatique sur le cap qu'avait donné le pilote jusqu'à la panne de carburant, alors que tout le monde à bord a maintenant été asphyxié. Pendant un certain temps, s'il vole à suffisamment basse altitude et à proximité des zones habitées, les portables sonnent dans le vide.
Réponse de le 20/03/2014 à 12:54 :
Je pense que toutes ces hypothèses et pistes sont de la fumé. Si l'avion a réellement disparu sans traces et en prenant en compte les changements dans les déclarations des autorités malaysiennes, l'avion a été purement et simplement abbatu par un tir de missile par erreur (hypothèse à creuser et recherches de manoeuvres militaires à vérifier dans la région).

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :