Trouver l’épave du MH370 : peut-être une affaire de quelques jours (Boeing de Malaysia Airlines)

 |   |  605  mots
(Crédits : DR)
Après avoir capté de nouveaux signaux acoustiques identiques à ceux des boîtes noires, les enquêteurs pourraient être en mesure de trouver l'épave dans quelques jours.

Un mois sans récupérer le moindre débris du Boeing de Malaysia Airlines disparu depuis le 8 mars et, comme par enchantement, les enquêteurs pourraient être en mesure de connaître prochainement les raisons qui ont amené le vol MH370 en partance de Kuala Lumpur pour Pékin à changer radicalement de cap pour ensuite tomber dans l'océan indien à 2.000 kilomètres des côtes australiennes? Le scénario est incrédule. Mais il pourrait bien se vérifier.

Car après avoir détecté mardi de nouveaux signaux acoustiques identiques à celui des boîtes noires, l'épave de l'avion pourrait être localisée dans "quelques jours", selon Angus Houston, le coordonnateur des recherches. Si tel est le cas et que les boîtes noires sont récupérées, leur lecture peut se faire très rapidement.

"J'espère que dans quelques jours nous trouverons quelque chose sur le fond (de la mer) qui confirme qu'il s'agit de la destination finale du MH370", a-t-il déclaré ce mercredi lors d'une conférence de presse à Perth (ouest de l'Australie). "Je crois que nous cherchons au bon endroit mais il nous faut encore identifier l'avion visuellement", a poursuivi Angus Houston.

De nouveaux signaux

Mardi, le bateau australien Ocean Shield, équipé d'un sonar américain a pu recapter des signaux à deux occasions. Le premier signal a duré cinq minutes et 32 secondes, l'autre environ 7 minutes. Depuis samedi, quatre détections concordantes ont été réalisées à plus de 2.000 km au nord-ouest de Perth, sur la trajectoire estimée du Boeing 777 de Malaysia Airlines qui a disparu avec 239 personnes à bord.

Angus Houston a précisé que les analyses des deux premières impulsions acoustiques, datant du samedi 5 avril, concluaient à leur compatibilité avec les fréquences émises par les enregistreurs de vol, communément appelés "boîtes noires".

Les signaux, enregistrés par une sonde américaine, émettaient à la fréquence de 33,331 khz, à intervalles constants de 1,106 seconde et sont donc "compatibles" avec les caractéristiques d'un enregistreur de vol, a-t-il dit. Les experts estiment qu'ils ne pouvaient être "d'origine naturelle", émis par exemple par une baleine.

Réduire la zone de recherches

Les enquêteurs cherchent à circonscrire "une petite zone étroite" de recherches et "j'espère que dans quelques jours nous trouverons quelque chose sur le fond (de la mer) qui confirme qu'il s'agit de la destination finale du MH370", a expliqué Angus Houston.

Une fois définie la zone présumée d'immersion de l'épave, à 4.000 ou 5.000 m de profondeur, les enquêteurs enverront le Bluefin-21, un robot sous-marin équipé d'un sonar.

Cette nouvelle phase des recherches serait imminente les batteries des boîtes noires sont sur le point d'expirer. "Je pense que nous n'en sommes plus très loin", a affirmé Angus Houston. Leur durée de vie est en effet de 30 jours environ.

Un robot sous-marin

Mardi, le coordonnateur des recherches expliquait que la détection des signaux devait continuer pendant plusieurs jours, "jusqu'à ce que nous soyons certains que les batteries sont à plat" et qu'on ne puisse donc plus rien capter.

Le Bluefin-21, long de 4,93 mètres, a la forme d'une torpille et peut rester sous l'eau pendant 20 heures mais il ne peut opérer que jusqu'à 4.500 mètres sous l'eau au maximum, la profondeur d'où provenaient les signaux détectés.

"Il ne peut pas aller plus bas. On est donc vraiment à l'extrême limite", a souligné le responsable.

Si son sonar capte un signal, le robot sera remonté à la surface, équipé d'une caméra et renvoyé au fond. Mais l'appareil ne peut pas porter à la fois un sonar et une caméra.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2014 à 11:45 :
hello les autorités font tout pour que l avion soit répérables le plus tard possible ils ont des choses a se reprocher deja le transport de battery au lithium 200kgs et ce qui est interdit dans les avions de passagers . et j en passe alors et si il a été vu personne ne l a pris en photo ou video ? il y a beaucoups de choses bizarre la dedans qu on ne saura jamais . enfin ceci est triste pour tout le monde
a écrit le 10/04/2014 à 16:33 :
"Ce scenario est incrédule" écrivez-vous ! Incroyable serait plus approprié et surtout plus français.
a écrit le 09/04/2014 à 23:56 :
On ne dit pas d'un "scénario" qu'il "est incrédule".
a écrit le 09/04/2014 à 18:39 :
ce qui m'a plus que surpris, c'est qu'il soit possible de désactiver le transpondeur et le système ACARS, manuellement.

Comme si on pouvait retirer sa clé de voiture tout en roulant. Un pilote de 777 a confirmé qu'il n'en avait jamais fait usage depuis ses 10 ans de métier, et surtout, qu'il ne voyait pas pourquoi il le ferait.

Si déjà cet acte pouvait être interdit, il aurait possible de suivre à la trace ce B777.
a écrit le 09/04/2014 à 16:04 :
Pourquoi ne fait -on pas des boîtes noires capables de flotter? Quelle en est la raison?
Qui peut répondre?
Réponse de le 09/04/2014 à 18:36 :
Elles sont logées dans un compartiment de l'avion, qui n'a pas vocation à s'ouvrir (pas la peine de dire pourquoi) pour laisser s'échapper ces braves petites boîtes et du reste, comment et sur quels critères.

Lors du dernier crash de l'A330 Paris-Rio, des recommandations ont été faites mais sans suite à cause du coût.
Réponse de le 09/04/2014 à 19:08 :
Elles ne flottent pas parce qu'elles sont fixées solidement à la structure de l'avion.
Réponse de le 09/04/2014 à 21:03 :
Sans blague, t'en a une autre comme celle là ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :