Vol MH370 : l’incroyable coup de poker des enquêteurs pour trouver le Boeing de Malaysia Airlines

 |   |  654  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Un navire équipé d'un détecteur de boîtes noires est arrivé vendredi dans la zone de recherches du B777 de Malaysia Airlines, disparu il y a un mois dans le sud de l'océan Indien, mais les balises ne vont plus émettre que pendant quelques jours.

Déployer un détecteur de boîtes noires au moment où celles du MH370 vont cesser d'émettre dans les tous prochains jours, sur un bateau contraint de naviguer à 5 km/h dans une zone de l'océan indien aussi grande que la Norvège, et sans idée précise de l'endroit où est tombé l'avion : c'est l'incroyable coup de poker que tentent les équipes de recherches du Boeing de Malaysia Airlines.

Aussi aléatoire soit-elle, cette tentative est la seule qui permettrait de retrouver très rapidement les boites noires de l'appareil et d'élucider dans la foulée le mystère du B777 disparu le 8 mars dernier avec 239 personnes à bord. Un scénario de l'espoir qui éviterait des recherches longues et hasardeuses. Mais qui s'apparente à un gros coup de chance.

"La balise a une durée de vie d'environ un mois avant de cesser d'émettre et donc nous nous approchons du moment où elle va s'éteindre", a rappelé Angus Houston, cet ancien chef de l'armée de l'air australienne, chargé de coordonner les opérations de recherches.

La durée de vie de la batterie dépend de la température de l'eau, de la profondeur et de la pression. Leur portée de détection est en moyenne de deux à trois kilomètres.

Une sonde de 35 kg

Ce vendredi, 28 jours après la disparition du vol MH370, l'Ocean Shield, un navire australien équipé d'un détecteur de boîtes noires est arrivé dans la zone de recherches. Il sillonne dans la zone à l'ouest de l'Australie où, selon les autorités, l'appareil s'est abîmé, en tractant dans l'eau une sonde triangulaire de 35 kilogrammes de la marine américaine, destinée à capter les émissions acoustiques des enregistreurs de vols. Les hydrophones qu'elle contient peuvent détecter les signaux d'une boîte noire jusqu'à 6.000 mètres de profondeur.

Un travail de fourmi, car la zone est vaste et le sonar américain doit être tracté à 5 km/h pour qu'il puisse détecter des signaux. De fait, le périmètre de recherches du sonar a été réduit par rapport à la zone passée au peigne fin par les avions et bateaux (319.000 km2, la surface de la Norvège).

Réduire la zone de recherches

Certains experts doutent d'ailleurs de l'utilité de déployer ce détecteur de boîte noire tant que les enquêteurs n'auront pas une idée plus précise de l'endroit où l'avion a percuté la surface de l'océan.

"Capter un signal émanant de la balise me semble tenir de la chance", confiait récemment à l'AFP un acteur des opérations de recherches en mer du vol AF447 qui s'était abîmé dans l'Atlantique en 2009.

Il rappelait en outre que dans le cas du Rio-Paris, les balises n'avaient pas été entendues. Il s'était avéré par la suite que l'une n'était pas fonctionnelle et que l'autre avait été arrachée lors de l'impact et n'avait pas pu être retrouvée.

Un sous-marin à la rescousse

L'Ocean Shield est accompagné du HMS Echo, un bateau de la Royal Navy, pour l'aider dans le travail de détection de boîtes noires. Le bâtiment australien transporte à son bord un drone sous-marin pouvant étudier le sol des fonds marins. Mercredi le 2 avril, la Royal Navy avait annoncé le déploiement dans la zone de recherches du sous-marin HMS Tireless, pour "contribuer aux efforts de localisation de l'avion grâce à ses capacités avancées de recherche sous l'eau".

Dans le même temps la recherche des débris de l'appareil à la surface de l'eau continue/ Quatorze avions étaient de mission vendredi, pour scruter les flots et tenter de repérer des débris du Boeing 777, dont rien pour le moment n'a été récupéré.

Lire ici les dernières nouvelles : un bateau chinois détecte un signal identique à celui d'un boîte noire

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/04/2014 à 13:38 :
j'ai trop mal qu'on ne puisse pas retrouver cet avion, preuve que nous ne maitrisons pas toute l'espace planétaire et que nos moyens sont encore limités; que s'est-il passé, nous voulons savoir, il ne se passe pas un jour que je ne cherche des nouvelles de cet avion sur le net, voyageant souvent, je me met à la place des passagers, perdus nul part, en vie ou pas, nous devons les retrouver
a écrit le 06/04/2014 à 2:57 :
il est intéressant de voirle nombre de lecteurs croyan a un complot les Français sont parano et anti américain
content de savoir que la sonde faisait 35 kg mais combien sous l'eau !
écris avec Google excusez les fautesavec Google speech
a écrit le 06/04/2014 à 2:39 :
Un vol jusqu'au bout du carburant et sans communication veut dire pilotes HS
a écrit le 05/04/2014 à 15:40 :
Pourquoi les médias ne parlent-ils pas de l'hypothèse d'une opération suicide sur la base américaine de Diego Garcia "stoppée" à temps ?...
Réponse de le 05/04/2014 à 16:45 :
Parce que les médias sont dociles et soumis et écrivent ce qu' "on" leur dit d'écrire pour lobo.tomiser les foules. Sauf que la vérité éclate toujours un jour, décrédibilisant encore plus ces médias serveurs de soupe tiède. Quelle belle coincidence, les boites noires sont comme par hasard récupérées juste avant que leur signal ne s'éteigne définitivement. Ils sont forts quand même les Spin Doctors américains, mais cette fois ils ont mis du temps à accoucher d'une histoire qui va être à dormir debout. La suite très prochainement
Réponse de le 06/04/2014 à 15:42 :
Les boîtes (oranges), vous pouvez les récupérer dans un ou deux ans, mais sans signal, c'est difficile, il faut quadriller des milliers de km carrés et regarder si un truc ressemble à un avion à -4000m (il y fait sombre et le quadrillage doit être serré pour ne pas le rater).
En fait ce sont des martiens qui ont pris les commandes mais on ne nous le dira jamais pour ne pas nous effrayer ! On envoie bien des engins pour explorer leur planète.
Les dysfonctionnements ont pour intérêt, retardé, de corriger des problèmes pour qu'ils ne se reproduisent jamais. Les portes blindées de la cabine, c'est bien mais il faut y mettre des WC que les pilotes ne sortent pas. En cas de tentative de détournement, c'est facile d'en capturer un, ou s'infiltrer à sa place au retour (?).
a écrit le 05/04/2014 à 14:42 :
Question: qui finance les recherches et quel intérêt cela peut représenter de son point de vue?
Réponse de le 05/04/2014 à 15:38 :
Ne vous posez plus de question. Ils viennent de retrouver les boites noires...RTL vient de l'annoncer.
Réponse de le 05/04/2014 à 16:00 :
@DirectInfo

Des boites noires qui tombent à pic! Encore faut-il que ce soit celles du MH370 et non pas des "preuves" fabriquées de toute pièce pour dissimuler un complot. La production chinoise avait peut être un retard de livraison qui sait? ;-)
a écrit le 05/04/2014 à 11:02 :
Quel Etat aura le courage "politique" de reconnaître une erreur dans des "manoeuvres " . Qui , des
USA ( Diego Garcia) , de l'Australie , de la Chine , de l'Inde , de la Malaisie , voudra admettre qu'il
a abattu le Boeing 777 , par erreur . Sans doute aucun , quand on voit ce qui s'est passé pour le
Bugaled Breizh ou le temps qu'il a fallu pour admettre que la Caravelle Ajaccio-Paris d'AF a été abattue par la Marine française .
a écrit le 05/04/2014 à 1:03 :
Un truc que je ne comprends pas très bien. Si on a des positions de l’avion, après le détournement, pourquoi ne pas analyser les images satellites de ses positions et les suivre afin de voir où est passé cette avion ?
Réponse de le 05/04/2014 à 1:22 :
Il n'y a pas d'image satellites des positions de l'avion. En temps normal, les satellites n'observent pas les océans, ce n'est qu'après avoir déterminé grâce à des signaux envoyés par l'avion qu'on a pu déterminer à peu près la zone à observer. Et entre le moment du crash et le moment où on sait où il faut regarder, les courants on eu largement le temps d'emporter les débris, sans compter le fait que la position a été déterminé d'une manière très approximative (les dispositifs présents sur l'avion permettant la localisation précise a été éteinte). Et enfin pour rajouter un peu de difficulté, la quantité de déchet flottant que l'homme rejette dans les océans sont énormes donc il faut faire la différence entre déchet et débris pas facile quand on a des milliers de photos.
a écrit le 04/04/2014 à 22:52 :
Why
Pourquoi
Il n'y a aucune raison pourquoi cet avion aurait été crashe sans aucune raison surtout avec aucune revendication
Faudrait chercher une nouvelle piste
Genre une nouvelle piste d'atterrissage ou on serait en train de loader cet aéronef plein d'explosifs et de ré décoller dans un mois ou deux pour nous le mettre dans un bâtiment de la défense
La piste d'atterrissage au Kurdistan ou similaire serait plausible
Y a qu'un qui nous cache des choses je pense
Réponse de le 05/04/2014 à 11:10 :
peut tu nous traduire en francais stp !!!
a écrit le 04/04/2014 à 21:43 :
Pourquoi ce bateau y va-t-il seulement maintenant ?
a écrit le 04/04/2014 à 21:39 :
S'ils estiment la durée de vie comme la distance parcourue par l'avion, on aura des surprises et des rebondissements au fil des jours !
a écrit le 04/04/2014 à 21:26 :
Il serait impossible que les USA ni soient pas au courant car, depuis Diego Garcia ils surveillent toute la zone.
a écrit le 04/04/2014 à 21:17 :
ouais, ça ressemble à un geste désespéré mais bon, même s'il n'y a qu'une chance sur un million, faut la tenter.
a écrit le 04/04/2014 à 19:19 :
" Leur portée de détection est en moyenne de deux à trois kilomètres." mais "Les hydrophones qu'elle contient peuvent détecter les signaux d'une boîte noire jusqu'à 6.000 mètres de profondeur." ils sont trop fort eux!!!!
Réponse de le 05/04/2014 à 9:46 :
Si la technique moderne peut faire entendre un signal dix fois plus faible que le vieux matériel habituel, un peu dur d'oreille, il y a la distance "normale" classique, et la distance "super moderne" démultipliée grâce au traitement numérique du signal qui permet d'extraire un petit "pouet" dans du bruit de fond. Une sensibilité effective améliorée. Dans le temps, 2km, maintenant, 6km avec le bon matériel d'écoute (pas d'émission, ça userait la batterie plus vite d'émettre fortement), peut-être dix plus tard (recherche scientifique) ? Ca doit également dépendre de la mer, sa turbulence, ... mais ça peut se filtrer (bandes de fréquences).
a écrit le 04/04/2014 à 18:57 :
Les boîtes "noires" du MH370 auraient dû être révisées en 2012, et ne l'ont pas éé. Dunkan Seacom.
Les boîtes "noires" auraient dues être stockées dans un endroit réfrigéré. Elles ne l'ont pas été.
Leur durée de vie probable est ainsi passée de 30 à 20 jours environ. Elles avaient cessé d'émettre avant l'arrivée du détecteur.
Question: pourquoi ne s'est-il pas rendu sur zône dès que les recherches se sont orientées vers le sud de l'Océan Indien?
a écrit le 04/04/2014 à 17:59 :
Détrousser de passagers après les avoirs éliminer et les envoyer là où personne ne les retrouvera, c'est une idée que peut proposer un jeux de simulation!
a écrit le 04/04/2014 à 17:05 :
voici la réalité de ce jeu diabolique. le titre a chercher sur moteur de recherche goo.... :
Boeing malaisien : Une réplique de l'avion est garé à l'aéroport de Tel Aviv, la piste du false flag se précise
Réponse de le 05/04/2014 à 0:14 :
"Important à savoir" 4/04/2014 17:05 nous renvoie sur le site des débiles conspirationistes fascistes et néo-nazis (Soral and co) . Encore un qui nous prend pour des C...
Réponse de le 05/04/2014 à 5:42 :
@Mhouai : et selon vous comment se fait il qu'avec toutes les cameras du Pentagone on n'ai jamais vu l'avion du 11 septembre se crasher, ni recuperer aucune piece de cet appareil ? Donc oui des fois, il existe des complots, l'histoire en est truffée depuis des siecles, c'est le propre de la nature humaine.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :