Madrid privatise ses aéroports et espère en tirer 4 milliards d'euros

 |   |  354  mots
Aena gère 46 aéroports espagnols, mais possède également une participation dans l'aéroport londonien de Luton, et dans des infrastructures en Amérique Latine.
Aena gère 46 aéroports espagnols, mais possède également une participation dans l'aéroport londonien de Luton, et dans des infrastructures en Amérique Latine. (Crédits : © Sergio Perez / Reuters)
Aena qui gère l'ensemble des aéroports espagnols est valorisé 8,7 milliards d'euros. L'Etat espagnol met en vente 44,5% du capital, et envisage de céder jusqu'à 49% du capital mais pas au-delà.

L'Etat espagnol empochera plus de quatre milliards d'euros grâce à l'entrée en bourse mercredi du gestionnaire d'aéroports Aena à 58 euros par action, lors de la plus grosse opération en Europe depuis le début de l'année. Cette privatisation partielle valorise le groupe dont l'Etat conserve la majorité du capital à 8,7 milliards d'euros.

1er groupe aéroportuaire du monde

44,55% du capital du premier groupe aéroportuaire au monde en terme de passagers accueillis doit être introduit en Bourse mercredi mais l'offre pourra être élargie à 49%, ce qui rapportera jusqu'à 4,26 milliards d'euros, selon un communiqué d'Aena au gendarme de la bourse CNMV publié mardi. La demande a été près de cinq fois plus forte que l'offre, permettant de fixer un prix dans le haut de la fourchette qui allait de 53 à 58 euros, précise Aena.

Le gouvernement conservateur avait prévu dès 2012 de privatiser partiellement Aena, mais l'opération a dû être gelée à l'automne dernier, officiellement en raison d'un problème technique. De plus, l'appétit des investisseurs n'était pas au rendez-vous. La situation a changé depuis, ce qui a permis au gouvernement de relever fortement la fourchette de prix, fixée en octobre entre 41,5 euros et 53,5 euros.

Finalement pas de noyau dur

Madrid voulait céder 21% du capital à un noyau dur d'actionnaires constitués de la famille March, l'une des grandes fortunes d'Espagne, du groupe espagnol de BTP et de services Ferrovial et du fonds britannique The Children's Investment Fund (TCI) et de placer sur le marché 28% supplémentaires.

Mais ces trois groupes ayant proposé un prix d'achat plus bas que celui finalement retenu, ils ont été exclus de l'opération et jusqu'à 49% du capital seront directement placés sur le marché. Près de 95% de l'offre est réservée aux investisseurs institutionnels, le reste revenant aux particuliers.

Un opérateur international

Aena gère 46 aéroports et deux héliports en Espagne et possède une quinzaine de participations à l'étranger, par exemple dans l'aéroport londonien de Luton ou encore en Amérique latine. Près de 196 millions de passagers ont transité par ses aéroports espagnols en 2014.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2015 à 15:32 :
Les espagnols essaient AU MOINS de faire quelque chose.
Les Français PARLENT, COMMENTENT, CRITIQUENT, CRÉENT DES COMMISSIONS mais ils laissent empirer les choses en taxant toujours plus et en augmentant toujours plus le poids de l'état
a écrit le 10/02/2015 à 13:25 :
He voila,encore l'espagne va s'enfoncer l'etat vend ses biens, maintenant attendons la chute de l'entreprise,mais un qatari sera la pour y racheter,he badaboum,rappelez vous,pas plus de 5ans

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :