Espagne : miracle ou mirage économique ?

 |   |  602  mots
Alexandre Mirlicourtois, directeur de la conjoncture et de la prévision de Xerfi./ DR
La Tribune publie chaque jour des extraits issus des analyses diffusées sur Xerfi Canal. Aujourd'hui, l'Espagne: miracle ou mirage économique ?

Pour les tenants de l'austérité et des politiques favorisant la compétitivité-prix, l'Espagne est un modèle de réussite. Symbole de ce renouveau, la nouvelle vitalité de son industrie automobile : la production se rapproche de la barre des 2 millions 400 mille véhicules, soit presque autant que la France et l'Italie réunies. Une renaissance portée par les constructeurs étrangers venus chasser les coûts bas pour produire en Espagne et exporter ensuite : 80% de la production part à l'étranger.

Le redémarrage de l'Espagne c'est d'abord cela : une compétitivité-coût retrouvée, comme le montre la comparaison de ses coûts salariaux unitaires avec l'Allemagne qui sert de référence année après année.

Jusqu'en 2008, les coûts espagnols se rapprochent très vite de ceux de l'Allemagne, signe de la perte de compétitivité du pays, puis s'en éloignent. Un simple comparatif avec l'Italie d'abord avec la France ensuite montre combien, c'est vis à vis de tous ses voisins que l'Espagne a regagné en compétitivité. Cela a soutenu ses exportations qui progressent plus vivement (+7% environ depuis 2012) que celles du reste de la zone euro (+2,3%).

Une reprise classique ?

 L'enchainement serait alors celui d'une reprise classique basée sur des mécanismes d'offre : les exports réaniment la production industrielle. L'investissement et  l'emploi suivent et  en bout de course la demande domestique est relancée. La croissance est de retour et devrait faciliter maintenant le rééquilibrage des finances publiques. Pour l'Espagne, l'avenir semble donc dégagé.

Pourtant, ce scénario n'est pas encore écrit. Je vois quatre points de fragilité dans ce schéma : le 1er c'est la capacité du moteur extérieur à durablement entrainer le reste de l'économie. Malgré des positions fortes dans l'automobile, la chimie ou l'alimentaire, il est de petite taille en raison d'une base industrielle étroite. D'autant plus étroite que l'amélioration des coûts unitaires est d'abord le fruit d'une mise au tapis d'activité et d'emplois peu qualifiés.

Ensuite, son principal carburant ce sont les pays européens. Or la croissance y reste faible malgré tout.

Le bâtiment reste fragile

Deuxième point de fragilité, le bâtiment. L'Espagne n'en a pas terminé avec la crise de la construction : les mises en chantiers sont au plancher, proches de 35.000 unités, très loin de leurs sommets. Comme la demande de permis de construire n'a pas meilleure allure, une reprise à court terme semble exclue. C'est une chape de plomb.

La reprise est donc incomplète. C'est ma troisième réserve. Et sans un soutien plus ferme de la demande domestique, pas possible d'accélérer : la remontée de la production manufacturière reste laborieuse et son contenu en emploi très faible. Hors sans changement de braquet aucune décrue décisive du chômage n'est envisageable notamment celui des jeunes.

Un potentiel de croissance diminué

Le taux de chômage des moins de 25 ans campe au-dessus de 50% : c'est plus de deux fois la moyenne européenne. Enfin avec la crise le potentiel de croissance s'est abaissé. Parce que de nombreuses capacités de production ont été détruites, parce que de nombreux jeunes formés ont été contraints de partir. La croissance espagnole est actuellement de 2% en rythme annualisé et il semble bien que cela soit un maximum. A ce rythme-là, il faudra attendre le 1er trimestre 2018 pour voir le PIB restaurer son niveau d'avant crise. Pas sûr que cela soit un modèle pour l'Europe.

>> Plus de vidéos sur le site Xerfi Canal, le médiateur du monde économique

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/01/2015 à 17:58 :
Eh oui, la France ne produit plus grand chose....pour preuve notre chute des exportations, hausse des importations, déficits et production industrielle en berne....même avec un euro à présent sous évalué de plus de 60% par rapport au Franc, de plus de 30% par rapport aux dollars australien et néozélandais et de plus de 15% par rapport au USD...nous n'arrivons pas à remonter la pente...M Hollande doit continuer ainsi, droit dans le mur!
a écrit le 29/01/2015 à 11:39 :
"Hors sans changement de braquet ..." Il me semble que Or serait mieux que hors...
a écrit le 28/01/2015 à 14:24 :
L'Espagne est comme le reste de l'Europe: une concurrence à mort entre Etats-membres, avec baisse vertigineuse du pouvoir d'achat et hausse non moins considérable du chômage. Le nivellement social par le bas pour le plus grand profit des marchands. Le chien Européen qui mord sa queue.....
a écrit le 28/01/2015 à 12:03 :
Qu'on le veuille ou non,L'espagne repart plein pot pendant que nous continuons à reculer;C'est incontestable....
Réponse de le 27/02/2015 à 21:25 :
L'Espagne est loin d'avoir retrouvé son PIB de 2008. La France est loin devant, donc pour l'instant je dirai que c'est l'Esapgne qui a reculé...
a écrit le 28/01/2015 à 11:10 :
Et aussi que le chômage est de + 23 %, une vrai réussite la politique de Rajoy !
a écrit le 28/01/2015 à 10:22 :
Vous oubliez dans votre analyse que les salaires sont au plancher ( salaire minimum a 632 € ...) et donc que la consommation des ménages ne risque pas de repartir (d’où l'immobilier par terre d’ailleurs)
Réponse de le 28/01/2015 à 11:01 :
sans parler du fait que le dumping social a ses limites...... et que faire produire es voitures en espagne nécessitent que les autres pays d'europe aient encore les moyens de les acheter......désinvestir en france pour investir en espagne a ses limites..... celles des clients français qui ont perdu leurs boulots....
Réponse de le 28/01/2015 à 15:57 :
Non pas de limite svp au dumping social. Des salaires au niveau du Bengladesh et tout le monde en Europe même les 50% de jeunes au chômage actuellement en Espagne auront un travail. C'est ce que nous libéraux souhaitons. Un travail pour tous bien que nous remplacions de man!ère très rentable l'homme par le robot. Et le robot travaillant 24h/24 il va falloir que l'homme s'adapte…

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :