Vidalies diffère les nouveaux projets ferroviaires

 |   |  444  mots
Les choix qui ont été faits ces dernières années, notamment de lancer quatre LGV (lignes à grande vitesse) nouvelles en même temps, se sont faits au détriment (...) de l'entretien des infrastructures existantes, estime Alain Vidalies.
"Les choix qui ont été faits ces dernières années, notamment de lancer quatre LGV (lignes à grande vitesse) nouvelles en même temps, se sont faits au détriment (...) de l'entretien des infrastructures existantes", estime Alain Vidalies. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement souhaite se consacrer en priorité à la maintenance des "trains du quotidien". Il reporte ainsi de deux ans notamment la construction de nouvelles gares.

Le gouvernement souhaite consacrer l'ensemble des moyens financiers disponibles à la maintenance du réseau. C'est pourquoi il a décidé de différer les projets ferroviaires nouveaux, a annoncé mercredi à l'Assemblée nationale le secrétaire d'Etat aux Transports, Alain Vidalies. Interrogé par la députée PS des Côtes-d'Armor, Viviane Le Dissez, le ministre a déclaré:

"Il faut passer du curatif au préventif et c'est pour répondre à ce défi que SNCF Réseau (le gestionnaire des infrastructures ferroviaires, ndlr) a informé un certain nombre d'élus que de nouveaux travaux d'amélioration, de construction de nouvelles gares, allaient être différés de deux ans".

La priorité: améliorer la qualité les transports du quotidien

"Le gouvernement fait un choix. Il l'annonce: c'est celui de la priorité à la maintenance, c'est celui de la priorité aux trains du quotidien", a-t-il expliqué, estimant que "c'est le défaut de maintenance qui explique les incidents du quotidien".

"On ne peut pas s'engager à tout faire en même temps. Il y a une priorité. (...) Nous ne pouvons pas continuer à regarder le réseau se dégrader et les transports au quotidien venir altérer la vie quotidienne notamment de ceux qui les utilisent pour aller travailler", a-t-il ajouté.

Et le ministre de renchérir:

"Il ne saurait être question que la sécurité soit mise en cause".

Un "comité de suivi de la sécurité ferroviaire" se réunira dès mercredi

Alain Vidalies a déploré "les choix qui ont été faits ces dernières années notamment de lancer quatre LGV (lignes à grande vitesse) nouvelles en même temps, (qui) se sont faits au détriment (...) de l'entretien des infrastructures existantes, et aujourd'hui (de) la fiabilité du réseau, en partie".

Le ministre a ainsi appelé "à la responsabilité de chacun, à la responsabilité des élus, dont certains ont déjà été informés, à la responsabilité aussi de la SNCF, à qui (il a) donné des instructions très précises".

La création d'un "comité de suivi de la sécurité ferroviaire" avait été annoncée par le secrétaire d'Etat au mois de septembre, suite aux conclusions d'un "audit stratégique" diligenté par l'Etat après l'accident de Brétigny-sur-Orge (Essonne) en juillet 2013. Ce comité doit se réunir mercredi soir pour la première fois, sous la présidence de Vidalies lui-même, et se tiendra tous les six mois. Il est chargé du suivi et de la mise en œuvre des recommandations formulées par le Bureau Enquêtes Accidents suite à l'accident de Brétigny-sur-Orge et de la mise en oeuvre d'un plan d'actions pour la sécurité ferroviaire.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/02/2015 à 8:45 :
...l'article parle du réseau ferroviaire SNCF et est illustré par ...un RER de la RATP... Quand va-t-on se décider à employer des journalistes compétents ???
Réponse de le 19/02/2015 à 10:19 :
Ces rames(comme sur la photo) circulent sur la ligne B du RER dont la partie nord est SNCF (Paris vers Mitry et Roissy)et le sud RATP.
a écrit le 19/02/2015 à 8:42 :
...l'article parle du réseu ferroviaire m
a écrit le 18/02/2015 à 22:42 :
Embaucher les nouveaux à la S.N.C.F sous Statut NORMAL, et dépendant du Régime de Retraite Général. Le Régime Général qui se saigne s'agissant des Actifs et des Retraités, à hauteur de 8 Milliards d'Euros par An !! pour subventionner LES SPECIAUX. Le Regime Général de Retraite, serait encore largement excédentaire sans cette subvention. Ou ils sont Spéciaux et Autonomes et prennent leurs mesures autonomes de rééquilibrage, où ils fusionnent avec Le Régime Général à SES conditions GENERALES. Le Comité d'Entreprise S.N.C.F tenu comme à E.D.F, par La C.G.T Communiste, qui y trouve une part importante de son financement. Ces deux C.E coutent 1% du Chiffre d'Affaires. 1789 et l'Abolition des Privilèges est passé ? oui ou non ?
a écrit le 18/02/2015 à 21:48 :
Avant de créer de nouvelles lignes TGV, il fallait déjà terminer les lignes TGV incomplète...!!
Exemple : Paris/Barcelone , il manque toujours le tronçon Montpellier/Perpignan...!!!!!!!
Réponse de le 19/02/2015 à 0:37 :
pareil pour le TGV EST qui n'est que grande vitesse jusqu'à Strasbourg.
Réponse de le 19/02/2015 à 8:42 :
C'est justement ce qui a été fait. Les 4 lignes en cours de construction sont l'achèvement de Paris - Strasbourg, Paris - Rennes, Paris - Bordeaux et un bout de la ligne Paris - Barcelone dont vous parlez (contournement de Nîmes et de Montpellier).
a écrit le 18/02/2015 à 19:50 :
Et comme on n'aura pas l'argent de faire ces travaux de maintenance (envisagé à prix d'or par le monopole), on limitera la vitesse, rendant le service inconsistant, ce qui justifiera la fermeture de la ligne au grand soulagement du monopole restructuré SNCF.

Pour la paix sociale, le gouvernement, en refusant tout forme d'ouverture, et même en revenant sur le schéma en place depuis 1997 (séparant RFF et SNCF), sacrifie l'outil ferroviaire français...
Réponse de le 18/02/2015 à 21:42 :
quel est le but de l ouverture à la concurrence?le bien des usagers ou celui de L investisseur?a méditer
Réponse de le 18/02/2015 à 23:53 :
Une Privatisation à 50% remettrait de l'ordre et de la gestion : un actionnaire Privé, avec un cahier des charges lui imposant tout de meme de desservir tout le territoire : y compris rural, aurait l'obsession de la compétitivité des tarifs face aux autres mode de transport. Un assainissement des couts interviendrait.
Réponse de le 19/02/2015 à 7:46 :
S 'il n' 'y avait pas eu de concurrence dans les télécoms combien payerez vous vos forfait mobile 3/4G et Box Internet, grâce auxquels vous avez taper votre post.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :