Aigle Azur se transforme à la vitesse de l'éclair pour assurer sa survie

 |   |  1143  mots
La nouvelle livrée d'Aigle Azur.
La nouvelle livrée d'Aigle Azur. (Crédits : Reuters)
Avec son nouveau Pdg et un nouvel actionnaire, la compagnie française s'est transformée pour se redresser. Elle se lance sur le long-courrier en ouvrant cet été Pékin et Sao Paulo.

Nouveau PDG, nouvelle structure actionnariale, lancement de vols long-courriers, élargissement du réseau, multiplication des partenariats, nouveaux accords sociaux avec le personnel navigant... Moribonde il y a encore quelques mois, la compagnie aérienne française (1.400 salariés) fait sa mue à la vitesse de l'éclair depuis l'arrivée l'été dernier à sa tête de Frantz Yvelin, le fondateur de L'Avion en 2006 et de La Compagnie en 2014, pour se redresser et assurer sa survie.

Ouverture de Pékin le 26 juin et de Sao Paulo le 5 juillet

Après un changement actionnarial à l'automne avec la sortie du capital de l'actionnaire historique Weawing (ex-Gofast) et l'arrivée d'un deuxième acteur de poids après le groupe chinois HNA, celle de David Neeleman, fondateur notamment de Jetblue et actionnaire et Pdg d'Azul et de TAP Portugal, Aigle Azur a fait l'acquisition de deux A330-200 pour lancer une activité long-courrier au départ d'Orly, vers Pékin le 26 juin à raison de 5 vols par semaine, puis le 5 juillet vers l'aéroport de São Paulo-Viracopos (3 vols par semaine), sous réserve des dernières validations par les autorités chinoises et brésiliennes, lesquelles sont attendues très rapidement. Une fois celles-ci obtenues, les ventes pourront enfin débuter. Ce lancement tardif de la commercialisation n'augure d'ailleurs pas d'une bonne recette des vols. Il risque en effet d'obliger la compagnie de casser les prix pour remplir les vols en cette période traditionnellement porteuse pour les compagnies.

Multiplication des alliances

L'accord des autorités chinoises et brésiliennes est également nécessaire pour envisager des partenariats poussés avec des compagnies aériennes basées en Chine et au Brésil, appartenant elles aussi aux mêmes actionnaires qu'Aigle Azur.
Filiale du groupe HNA, Hainan Airlines pourrait en effet servir de tremplin à Aigle Azur en Chine, tandis qu'au Brésil, la compagnie à bas coûts Azul, également détenue par David Neeleman et HNA, pourrait offrir les mêmes opportunités sur le marché brésilien et sud-américain.

Cette logique de groupe est par ailleurs confortée par la signature d'un accord de coopération entre Aigle Azur et TAP Portugal, dont HNA et David Neeleman sont également actionnaires. Signé le 19 mars, ce partenariat porte notamment sur un accord de partages de codes sur les vols assurés par les deux compagnies entre la France et le Portugal (chacune des deux compagnies pourra commercialiser les vols de l'autre), mais aussi sur des accords industriels liés à la maintenance aéronautique. Cette stratégie d'alliances s'étend également aux compagnies françaises, puisqu'Aigle Azur renforce la desserte de Bamako en partages de codes avec Corsair et vient de signer un accord du même type avec Air Caraïbes.

« Aigle Azur est un fédérateur du transport aérien français », a déclaré Frantz Yvelin.

Le lancement d'une activité long-courrier et cette stratégie d'alliances s'accompagne d'un élargissement du réseau moyen-courrier, jusqu'ici spécialisé essentiellement sur l'Algérie. Si elle conserve ce socle algérien, la compagnie ouvre des destinations à droite à gauche. Après la réouverture de Moscou et le lancement de Berlin en novembre au départ de Paris, Aigle Azur va lancer un vol saisonnier entre Marseille et Beyrouth cet été et la ligne Paris-Milan en septembre.

Des long-courriers envisagés au départ des régions

Le développement n'est pas fini. Plus d'Airbus A330 et peut-être des A321neo, notamment dans leur version à long rayon d'action (LR), sont à l'étude pour les trois ans qui viennent, a confié à La Tribune, Frantz Yvelin, en marge de la conférence de presse.

Deux appareils supplémentaires, un long-courrier et un moyen-courrier, pourraient entrer dans la flotte en 2019. D'autres destinations en Chine, mais aussi des départs depuis d'autres villes françaises sont à l'étude.

Des efforts de la part du personnel

Le développement d'Aigle Azur est « autofinancé à 95% ». Si les actionnaires ont apporté « quelques millions d'euros » avant la fin de l'année dernière, la compagnie peut compter sur le déblocage fin 2017 d'une partie des fonds retenus depuis des années en Algérie (une autre tranche pourrait l'être prochainement), et sur les économies générées par les accords d'entreprises signés récemment avec les syndicats de personnels navigants. Ceux-ci ont notamment permis d'implanter la règlementation européenne sur les FTL (Flight Times Limitations) pour l'utilisation des personnels, en s'affranchissant des règles du Code l'aviation civile (CAC), et d'éviter ainsi des confusions préjudiciables entre les deux réglementations et, donc de gagner en productivité.

«Ce cadre est plus souple et nous met en phase avec des Easyjet ou Wizzair en termes de productivité de nos navigants », a expliqué Frantz Yvelin.

Dans le même temps, le nombre d'hôtesses et stewards à bord des avions a été revu à la baisse. Il passe de 5 à 4 sur les avions moyen-courriers et ne seront que 7 sur les avions long-courriers pour des vols de plus de dix heures et demie quand ils sont « plus de 10 chez Air France sur des avions similaires». Ces accords qui « procurent un avantage compétitif »  n'auraient pas pu voir le jour sans le rôle des syndicats et des personnels, a fait valoir le Pdg d'Aigle Azur.

«Nous n'aurions pas pu mettre ces éléments sans l'adhésion des personnels navigants. Cela s'est fait avec eux. Je crois qu'ils sont ravis parce qu'ils voient le développement de leur entreprise », a-t-il expliqué.

La partie était pourtant très compliquée à son arrivée.

« Quand je suis arrivé, les PNC étaient en grève et les pilotes me disaient qu'ils s'y mettraient également s'ils n'avaient pas ce qu'ils voulaient. J'ai trouvé des personnels navigants qui aiment leur entreprise, leur métier, qui sont motivés, qui avaient de s'impliquer, mais qui avaient été laissés dans l'oubli, ils avaient été négligés. Les PNC n'avaient pas eu d'accords commerciaux depuis 13 ans. C'est du délire. Leur salaire était gelé. Ils en avaient ras-le-bol. Il a fallu expliquer que le management n'était pas là pour les embêter mais pour faire en sorte qu'ils puissent garder leur job et que la boîte se développe. Or, il ne peut y avoir de développement sans leur adhésion », a-t-il expliqué.

Aujourd'hui « réinventée », Aigle Azur veut revenir dans le vert. Après une nouvelle année de pertes l'an dernier, Frantz Yvelin vise pour 2018 une hausse de chiffre d'affaires de 23%, à 320 millions d'euros, et un Ebidta positif, puis un retour aux bénéfices en 2020. Même si la compagnie a reçu un accompagnement de quelques millions d'euros en fin d'année, elle a plutôt intérêt, vu les difficultés que rencontre le groupe HNA, à ne compter que sur elle-même pour assurer sa survie.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/03/2018 à 19:49 :
" les accords d'entreprises signés récemment avec les syndicats de personnels navigants. ont notamment permis d'implanter la règlementation européenne sur les FTL (Flight Times Limitations) pour l'utilisation des personnels, en s'affranchissant des règles du Code l'aviation civile (CAC), et d'éviter ainsi des confusions préjudiciables entre les deux réglementations et, donc de gagner en productivité." ...
Et chez Air France, c'est pour quand ???
a écrit le 31/03/2018 à 14:16 :
Fabrice Gliszczynski, il faut tempérer votre enthousiasme concernant Aigle Azur. Etes-vous sûr que la compagnie a réglé les problèmes de droits de survol de la Russie. Et 6 vols par semaine vers Pékin, cela semble très ambitieux avec deux appareils capables de cette desserte. Quant à HNA son principal actionnaire (qui cacherait en fait de hauts dirigeants de l'état chinois), sa mauvaise santé financière entraîne une certaine fragilité qui peut réserver de prochains rebondissements (faillite ?).
a écrit le 30/03/2018 à 17:32 :
Entreprise moribonde ,c est du foutage de gueule au prix ou il vende les billets vers l algerie
Réponse de le 24/04/2018 à 11:33 :
Zicitoz.
aigle azur est tjrs moins cher que air couscous
a écrit le 30/03/2018 à 12:11 :
De toutes façons, pour moi, ce sera désormais TSAF (tout sauf Air France)
Réponse de le 31/03/2018 à 4:56 :
Et vous fragui ,que faites vous dans vie , cela ne vous honore pas ce genre de commentaires.
a écrit le 30/03/2018 à 9:32 :
Pour mon information avez-vous la répartition des parts des différents actionnaires pour cette compagnie historiquement française qui me semble l'être beaucoup moins aujourd'hui? A ma connaissance la seule présence française est celle de Gérard Houa associé unique de Lu Azur, j'imagine que l'appellation française réside dans l'obtention de la citoyenneté chypriote de Mr Neeleman...
a écrit le 30/03/2018 à 9:00 :
Il est un peu facile de taper encore une fois sur AF en disant que la composition équipage PNC est « de plus de 10 sur des avions similaires « alors qu’elle ne sera que de 7 sur Aigle Azur.
Tout dépend en effet de l’aménagement de la cabine. Si vous avez plus de passagers en classe « affaires », vous aurez un nombre de PNC plus important, le service étant plus lourd.
J’en veux pour preuve la composition équipage des B777-300 d’AF desservant les Antilles, Cancún ou Bangkok, qui, pour 14 Business, 38 Premium et 422 économy n’est que de 11 PNC.
Quand AF possédait des B 747 mono classe, il n’y avait que 10 PNC pour 498 passagers, soit le minimum requis par la réglementation.
Réponse de le 30/03/2018 à 10:42 :
Tout à fait. Ce journaliste ne rate aucune occasion d’énoncer des vérités partielles sur AF. Pourquoi n’évoque-t-il alors pas le nombre de PNC chez Emirates sur avion équivalent, supérieur à AF?
Réponse de le 30/03/2018 à 18:26 :
@un pilote : toutes les autres compagnies ont un énorme avantage compétitif sur AF : elles n'ont pas le SNPL et des grèves continuelles... Perso, je soutenais AF financièrement, mais j'ai tout vendu, écœuré par les pilotes...
Réponse de le 30/03/2018 à 19:02 :
@un pilote c est pas le journaliste qui le dit, c’esr Le pdg d aigle azur;;;; y a des guillemets; j espère que tu vois mieux dans le cockpit
Réponse de le 30/03/2018 à 19:03 :
@un pilote c est pas le journaliste qui le dit, c’esr Le pdg d aigle azur;;;; y a des guillemets; j espère que tu vois mieux dans le cockpit
Réponse de le 31/03/2018 à 4:58 :
Merci pour ce complément d’informations utiles .

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :