Air France : la direction prête à relancer les négociations après les échauffourées

 |   |  940  mots
Xavier Broseta a manqué de se faire lyncher et a dû quitter la salle en escaladant des barrières pour se sauver, selon un délégué CGT.
Xavier Broseta "a manqué de se faire lyncher" et a dû quitter la salle en "escaladant des barrières pour se sauver", selon un délégué CGT. (Crédits : REUTERS/Jacky Naegelen)
VIDEO. Un vigile a été hospitalisé dans un état grave et l'on dénombre 6 autres blessés, ce lundi, après que des centaines de manifestants ont envahi la salle où se réunissait, ce matin, le comité central d'entreprise de la compagnie aérienne, qui a confirmé la possible suppression de 2.900 postes.

Article publié le 05 octobre à 13:30, réactualisé à 15:00, 17:10, et 18:31.

Les images sont à peine croyables. Visages apeurés, costumes déchirés. Des dirigeants qui tentent de fuir en escaladant des barrières... Alors que le comité central d'entreprise présentait son plan de restructuration -Perform 2020- ce lundi matin, le directeur des ressources humaines Xavier Broseta et le responsable de l'activité long-courrier, Pierre Plisonnier, ont été pris à partie par des manifestants.

Un DRH évite le lynchage de justesse

Xavier Broseta "a manqué de se faire lyncher" et a dû quitter la salle en "escaladant des barrières pour se sauver", selon un délégué CGT présent. D'après lui, "pas loin de 1.000 personnes ont envahi le CCE" avant son interruption, certains ayant "arraché la chemise" du DRH qui a fini "torse nu". Le comité central d'entreprise d'Air France, qui devait initialement reprendre en début d'après-midi a été annulé.

Selon un porte-parole de la compagnie, les violences ont fait sept blessés dont un grave. Il s'agit d'un vigile qui a été hospitalisé. Deux autres vigiles, dont l'un a été dans le coma mais en est sorti, figurent aussi parmi les blessés, toujours selon ce porte-parole. Les cinq autres blessés sont tous des salariés d'Air France, dont le DRH Xavier Broseta, Pierre Plissonnier, responsable de l'activité long courrier à Air France, et trois autres membres de la direction, a-t-il précisé.

Plainte pour "violences aggravées"

La direction d'Air France a "condamné fermement les violences physiques" qui ont eu lieu lundi 5 octobre lors d'un comité central d'entreprise, interrompu par l'intrusion de salariés.

"Une plainte sera déposée pour violences aggravées", a indiqué la direction dans un communiqué transmis à l'AFP, dénonçant "le fait d'individus isolés particulièrement violents, alors même que la manifestation des personnels grévistes se déroulaient jusqu'alors dans le calme".

Entre 1000 et 1.500 salariés, selon une source aéroportuaire, s'étaient rassemblés dans la matinée devant le siège de la compagnie à Roissy pour protester contre un plan de restructuration qui menace 2.900 postes. Trois syndicats représentatifs (CGT, FO, Unsa Aérien) avaient lancé un appel à la grève pour permettre au personnel de manifester.

Vers une reprise des négociations ?

Après ces incidents, Alexandre de Juniac, le PDG d'Air France a assuré dans un communiqué publié ce lundi après-midi être "disponible à tout moment pour reprendre les négociations avec ses syndicats".

"Nous restons déterminés à mettre en œuvre les adaptations indispensables pour assurer la pérennité d'Air France et lui permettre de financer son développement", a-t-il ajouté en insistant sur le fait que "le redressement de la compagnie ne pourra s'accomplir que grâce à la mobilisation de tous ses personnels".

Le gouvernement condamne ces violences

Ces violences sont également condamnées par la classe politique. Notamment par Emmanuel Macron qui a déclaré sur Twitter "apporter un soutien total aux personnes agressées", tout en condamnant "ceux qui ont mené ces violences" :

Dans la foulée, Manuel Valls en déplacement au Japon n'a pas tardé à réagir. Le Premier ministre s'est dit "scandalisé" par les violences physiques en marge du comité central d'entreprise (CCE) d'Air France et a apporté "tout son soutien" à la direction du groupe.

Alain Vidalies, le secrétaire d'Etat aux transports, a également fait part de son indignation, estimant ces violences inacceptables. Dans un communiqué, il estime qu'elles doivent être "sanctionnées". "Elles ne font en rien avancer la recherche d'une solution pour Air France", poursuit le texte ajoutant que "le gouvernement appelle à la reprise du dialogue dans des conditions normales".

Les syndicats plaident pour le dialogue social

Les syndicats tentent de calmer le jeu. La CGT Air France a expliqué lundi ne pas avoir souhaité que "le CCE soit envahi". Mehdi Kemoune, secrétaire général adjoint du syndicat, a affirmé être intervenu pour protéger le DRH Xavier Broseta, cible des manifestants, ce qui lui a valu d'être lui aussi bousculé. Selon lui, la CGT avait "prévenu" la direction que la situation pourrait dégénéner, l'appelant à renforcer la sécurité. "Comme d'habitude, elle ne nous a pas écoutés, maintenant qu'elle en assume les conséquences".

Dans un tweet, Laurent Berger, numéro un de la CFDT, demande de privilégier "le dialogue pour dépasser les difficultés et combattre la violence. C'est ça le syndicalisme". La CFDT d'Air France "a condamné sans réserve et avec la plus grande fermeté les violences indignes survenues" lundi matin et a appelé "à une reprise immédiate des négociations". Le syndicat a réaffirmé aussi "son opposition" au plan de la direction prévoyant une réduction de l'activité. "Si le bureau actuel du SNPL et la direction d'Air France ne parvenaient pas à renouer un dialogue de nature à répondre aux enjeux, la CFDT réitèrera sa demande de négociations intercatégorielles pour sortir de l'impasse".

Le SNPL Air France ALPA, principal syndicat de pilotes, a "condamné ces débordements contre les dirigeants de la compagnie ainsi que la répression violente de la manifestation des salariés pourtant calme et sereine". Dans un communiqué, le syndicat de pilotes a demandé "au gouvernement et à la direction d'Air France de remettre en place les conditions d'un dialogue social apaisé".

>> Lire aussi  Air France, un remède de cheval en deux fois

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2015 à 8:45 :
..." une plainte sera deposée ..."
et alors ? 2 jours après , elle a été deposée ? cette plainte ?
a écrit le 06/10/2015 à 14:32 :
SI les pilotes signe l'accord pas de licenciement alors les pilotes sont les responsables ?
c'est quoi se marchandage
a écrit le 06/10/2015 à 12:55 :
Tout à fait d'accord avec @jcc : mieux vaut voler avec Saudia Airlines ou Emirates ! Là au moins ils savent "tenir" leur personnel....
Réponse de le 06/10/2015 à 16:03 :
Tout à fait d'accord chez Saudia c'est 100 coups de fouet 1 jour de grève.
Réponse de le 06/10/2015 à 16:03 :
Tout à fait d'accord chez Saudia c'est 100 coups de fouet 1 jour de grève.
a écrit le 06/10/2015 à 11:51 :
Ces syndicalistes et ces pilotes d'air France sont la honte de notre pays, de plus les auteurs de ces violences savent qu'ils ne risquent rien. La seule réponse est maintenant de voler avec d'autres compagnies ou le personnel est sérieux et raisonnable.
a écrit le 06/10/2015 à 11:42 :
C’est facile de condamner cette violence. Plus difficile (plus dérangeant) de chercher ses origines, sachant que le personnel d’Air France n’est tout de même pas constitué, qu’on sache, de repris de justice ou de taulards en permission de sortie. Et on voudrait être sûr que les condamnateurs aient été aussi durs avec les paysans casseurs de lieux publics et de bureaux de ministres.
a écrit le 06/10/2015 à 11:09 :
Notre Président avait raison quand il disait de ne pas se moquer des sans dents .
a écrit le 06/10/2015 à 9:00 :
Le taf est à moitié fait , il ne reste plus qu'à les pendre hauts et courts.
a écrit le 06/10/2015 à 9:00 :
Le taf est à moitié fait , il ne reste plus qu'à les pendre hauts et courts.
a écrit le 06/10/2015 à 8:59 :
A lire les commentaires, on a l'impression que les gens qui se félicitent de ce type de violence ne réside pas en France, ne sont pas Francais et préfèrent la ruine de leur compagnie ou de leur pays !!! Quelle étrange mentalite !!! Il n'y a aucun doute que rien ne peut se faire sans prendre ensemble les problèmes pour les résoudre. La violence est perdante pour tous et il faut vraiment avoir un petit QI pour souhaiter le succès des autres au détriment de soi-même ....
a écrit le 06/10/2015 à 8:09 :
Il faut exploiter les images vidéos, licencier immédiatement ceux qui se sont livrés à une quelconque violence et les traîner en justice au pénal ET au civil, ils méritent la taule. La violence lors des mouvements sociaux doit être éradiquée du pays par des peines exemplaires.
Réponse de le 06/10/2015 à 9:33 :
Tu veux aussi la vidéo de celui qui a annoncé 2900 suppressions d'emplois ?
Réponse de le 06/10/2015 à 13:02 :
Va pas être facile d'identifier, juger et embastiller les 'troupes' de Xavier BEULIN. ....Pourtant en terme d'atteinte aux biens et aux personnes y'a de la matière. ..
a écrit le 06/10/2015 à 8:08 :
Un gouvernement socialiste qui licencie 2800 personnes...

Les représentants de l'état ont voté les licenciements... Un premier ministre socialiste qui critique les salariés et les pilotes qui gagnent trop... Lui avec bac +2 est 1 er ministre...
Le gouvernement au lieu de souffler sur les braises devrait nommer un médiateur. Un adhérant du MEDEF qui licencierait 2800 personnes serait critiqué par le PS
Réponse de le 06/10/2015 à 8:45 :
Précision, pas 2800, mais 2900 !
a écrit le 06/10/2015 à 7:29 :
Une chemise de moins oui ! :(
2900 licenciements, 10000 personnes dans la "mouise" ! :(((
Plus d'équité dans les salaires ! le fric à outrance pour certains !
Rien ne va plus! la révolte gronde !!! et cela se terminera mal ! :((( et nous sommes au XXI° siècle, c'est insupportable !
Réponse de le 06/10/2015 à 8:48 :
Dans l'échec, ces dirigeants d'entreprises devraient avoir le salaire le plus bas de l'entreprise, n'est il pas ?
Réponse de le 06/10/2015 à 9:46 :
@Réponse de justicier

Ces individus ne risquent rien, leur fonction ne rentre pas dans des coûts , ils peuvent donc s'augmenter continuellement et ne seront jamais délocalisable.C'était tout l'interêt pour eux de vouloir cette mondialisation ,on peut se goinfrer à volonté par des revenus d'une rare indécence grâce à la suppression de milliers d'emplois.Car aucune illusion, le salaire des salariés concernés par ces départs va servir d'augmentation et de primes diverses pour service rendu.Il y a une caste dans toute les grosses entreprises qui agissent exactement de la même façon.
a écrit le 06/10/2015 à 7:27 :
Qu'est-ce que fait l'état? Est-ce que les auteurs de cette agression sont-ils en prison? .... et le respect des lois?
Réponse de le 06/10/2015 à 7:51 :
2900 licenciements, ce n'est pas une agression ?
a écrit le 06/10/2015 à 1:44 :
Mais il est encore tout bronzé le DRH !!!
Ah oui, il bosse à Air France... la compagnie qui transporte à prix cassé ses employés, leur famille, belle-famille, amis, copains, copines... grâce au billets GP1, GP2, GP3.... D'autant qu'ils ont tellement de RTT, de jours de récups (1 jour travaillé, 3 jours de repos), et de conditions agréables pour en profiter (hôtels partenaires, CEE dispendieux) qu'ils seraient bien stupides de ne pas en surprofiter... tant que ça durera.
Combien de temps encore, ça c'est la question....
Disons que ça dépendra de leurs sponsors : les clients pas pas encore morts dans un crash, ceux qui n'ont pas été écœurés après avoir été pris en otage lors d'une grève, ceux qui préfèrent voyager semi assis / semi couché en classe business, ou ceux qui raffolent des crackers chinois servis en guise de "collation" en éco (la classe au service low cost mais full price)
Pour tous les autres je conseille Turkish, Quantas, Cathay, Singapore, Emirates, Qatar...

PS : (Post Scriptum, je précise quand même...) Et pour ceux qui aiment les attractions de fêtes foraines, avec les manèges tellement bien entretenus qu'on se demande quel truc va lâcher quand on aura la tête en bas à 50 m de haut, imaginez que les barbus qui gueulent "à poil" et lacèrent la chemise du bronzé seront peut-être ceux qui assureront la maintenance de votre avion, tiendront le manche ou vous serviront vos crackers chinois lors de votre prochain vol... Fraaance in the aiiiir, woooooohooooo
a écrit le 05/10/2015 à 21:14 :
Pourquoi soutenez vous la direction qui s’apprête à virer 2900 personnes et pas ces futurs virés et les blessés de cette journée qui ne sont que des gardiens? Les gardiens sont bien plus a plaindre car ils sont aussi concerné par ce plan de licenciement alors que ces patrons...
Réponse de le 06/10/2015 à 8:12 :
Parce que la violence discrédite la cause de ceux qui s'y livrent. Il est à craindre qu'Air France, qui apparaît comme une compagnie de bras cassés et de brutes épaisses et basses de plafond, soit définitivement compromis.
a écrit le 05/10/2015 à 20:57 :
Les réservations des vols sont faciles: évitez Air France et vous économisez gros; évitez AF et vous évitez les grèves; évitez AF et vous évitez le naufrage KLM à Amsterdam...
a écrit le 05/10/2015 à 19:58 :
À voir les commentaires ci-dessous, tous est normal!!!!! Cela fait des années que sous couvert de rapport de force dans des négociations, l'inadmissible se produit. Prise d'otage, dégradation de biens publics ou privés, vols, etc, etc ceci sans aucune sanction judiciaire. Il est faciles pour certains syndicalistes après avoir fait monté la pressions chez les salariés, de dire " je vous avais prévenus". Une image lamentable du syndicalisme à la Française.
Réponse de le 06/10/2015 à 11:13 :
Que notre pays soit dévaster par certains patrons qui ne pensent qu'a s' en mettre plein les poches et n'ont les yeux rivés que sur les cours de bourse, qu'il y ai 5 millions de chômeurs , que la finance prédatrice reigne en maitre dans notre pays, cela ne semble pas vous affecter plus que ça.
Une image lamentable du patronat à la française , sans compter sur la dévastation de nos savoirs faire par le libéralisme sauvage qui impose la loi de la jungle.
Il ne faut pas s' étonner que les agneaux que nous sommes n'aillent pas à
l'abattoir sans réagir parfois violemment.
a écrit le 05/10/2015 à 19:52 :
Aujourd'hui Air France a enlevé le haut. La semaine prochaine elle enlève le bas. mdr
Réponse de le 05/10/2015 à 21:16 :
Les patrons à poils sans avoir été molestés, il est vrai que c'est rigolo. Par contre les gardiens hospitalisés beaucoup moins d'autant plus que ces gardiens feront également partis de la vague des licenciés...
Réponse de le 06/10/2015 à 5:06 :
Le bas tombera tout seul car AF n'aura même plus les moyens de se payer une ceinture!
a écrit le 05/10/2015 à 19:12 :
On y peut être plus très loin.
Confortablement installés dans leur 300m2 dans les quartiers bobo de Paris à prendre des décisions à travers leur lunette astronomique.

Mais de temps en temps, les sans dents montrent justement les dents.

Attention qu'ils ne sortent pas les fourches M. Valls.
Réponse de le 05/10/2015 à 23:09 :
Pas de souci. Perso. je quitte la France si les gens comme ceux qui veulent tabasser du patron prennent le pouvoir. Qu'ils se débrouillent entre filières d'extrême gauche.
a écrit le 05/10/2015 à 19:12 :
Des syndicats et manifestants qui revendiquent des "avantages sociaux" et du progrès social ? Ces délinquants devraient être mis en prison.
a écrit le 05/10/2015 à 19:05 :
c'est la méthode des voyous de banlieue...C'est inexcusable !
Tout est permis et aucun respect des autres... fin de commentaire !
a écrit le 05/10/2015 à 19:05 :
en 68 le ps nous aurait fait tirer comme des lapins,pas grave le fn arrive
a écrit le 05/10/2015 à 18:46 :
Cette entreprise est vérolée de l'intérieur, des syndicalistes qui parlent de gestion quant on voit l'administration de son CE et sa mutuelle par ces derniers, les privilèges exorbitants depuis des années et pour beaucoup un vrai poil dans la main, le monde évolue et cette entreprise est inadaptable donc condamnée . La direction est contrainte de s'adapter aux coûts des entreprises de même secteur ou disparaître. C'est peut-être difficile à lire mais la gestion d'une entreprise est à ce prix, il suffirait que les pilotes fassent un effort de travail de quelques heures , quant on gagne leurs salaires c'est un devoir moral et de solidarité avec les personnels les moins rémunérés , il est hors de question que l'état mette encore de l'argent mais au contraire il doit céder éventuellement ses participations et laisser le marche se faire.
a écrit le 05/10/2015 à 18:46 :
La soupe est tellement bonne dans cette entreprise que personne ne veut la partager!
a écrit le 05/10/2015 à 18:27 :
Ce DRH est sur le départ, c'est un conseiller de Valls qui devrait le remplacer , il
s' appelle Mr Gateau il risque aussi de prendre quelques tartes (je sais elle est facile ), quand ont connaît les "pistars " (agent de piste ) et les mécanos des cies aériennes , c'est pas tous des "fins".
Réponse de le 05/10/2015 à 23:01 :
Ils ne sont pas très fin, mais mal payer aussi !!! ils craignent pour leurs emplois, cible facile pour permettre de conserver les privilèges des autres hauts cadres, qui comme d'habitudes sont prêt a faire des sacrifices sur leurs remunerations !! Ah non ??? on m'aurais menti a l'insu de mon plein Gré !!!
Si ils veulent faire passer leur reforme, les hauts cadres n'ont qu'a montrer l'exemple en amputant leurs salaire de 20 a 30% je pense que c'est un minimum ! les efforts doivent être partagés pour que cela soit accepté ! !
Et l'autre qui est scandalisé par ce qui s'est passé, mais quand l'INSEE donne les chiffres du chômage je ne l'entends pas être scandalisé !
a écrit le 05/10/2015 à 18:12 :
Xavier Broseta "a manqué de se faire lyncher"
Caremba encore raté...
La chemise arrachée, torse nu...
Est-ce qu'il portait des caleçons bout filtre ?
a écrit le 05/10/2015 à 18:12 :
Une révolte, sire, non, une Révolution ...
a écrit le 05/10/2015 à 18:00 :
Ne pas oublier qu'il n'y a pas si longtemps, beaucoup de grèves se finissaient en carnage (1908 grève de Graveil-Villeneuve-St georges)
Réponse de le 08/10/2015 à 11:00 :
Bon ben tout va bien alors, tant qu'il n'y a pas mort d'homme..
Sauf que c'était il y a 107 ans (pas si longtemps!!) et qu'il ne s'agit pas d'une grève.
a écrit le 05/10/2015 à 17:53 :
et si air france était strrégique pour le pays?je demande a ce qu'on y réfléchisse a plusieurs fois avant de démanteler ce fleuron français.personnelement je souhaite que le gouvernement s'implique financièrement pour réunir un tour de table.si la caisse des dépots met au pot,d'autres investisseurs suivront
Réponse de le 05/10/2015 à 18:38 :
J,allucine !
Il n'y a aucun problème d'argent, à la seule condition que le personnel (surtout les pilotes) acceptent une productivité "normale", c'est à dire comparable avec la concurrence "normale" (je mets donc certaines compagnies "aggressives" hors du périmètre de comparaison).
Personnellement je REFUSE que l'on donne encore plus d'argent tant que les privilèges, parfois ahurrissants, sont en place.
Dans notre devise il y a le mot EGALITÉ: aucune raison pour que certaines catégories y échappent. Bien sûr, il y a du nettoyage à faire dans d'autres compagnies, pas seulement Air France...
Réponse de le 05/10/2015 à 18:50 :
Si le système n'est pas viable (vu les coûts, les salaires, les privilèges de peu d'heures par mois (sans non plus voler 16h/jour 30 j/mois)) faut-il abonder en argent neuf (en vain) ?? Il faut réorganiser, trancher, ... Si c'est pour fermer dans un an ou deux, bof (Swiss Air a disparu, me semble).
a écrit le 05/10/2015 à 17:51 :
Valls va-t-il condamner la Révolution française qui a également eu des incidents semblables et pires :-) Ah, j'avais mal comrpis, il parle pour dire quelque chose et occuper le terrain, le reste il s'en tape comme du bombardement de Guernica. Je cite un incident qu'il devrait mieux connaître que notre Révolution :-) Quant à Macron, il me fait penser à Calonne.
Réponse de le 08/10/2015 à 11:06 :
Et pourquois pas? Pas de quoi s'enorgueillir de cette Révolution française que l'on cite à tout bout de champs comme une fierté. C'était juste un gros massacre orchestré par des types souhaitant inverser les rôles; les idéalistes et les malheureux sont tombés dans le panneau et ont fini sur l'échafaud comme tous les autres.
a écrit le 05/10/2015 à 17:39 :
Il avait un autre choix ... mes les syndicats n'en voulait pas !  C'est l'heure de la douche froide, en tant que contribuable, je ne souhaite pas verser un centime !
a écrit le 05/10/2015 à 17:39 :
Il avait un autre choix ... mes les syndicats n'en voulait pas !  C'est l'heure de la douche froide, en tant que contribuable, je ne souhaite pas verser un centime !
a écrit le 05/10/2015 à 17:37 :
ils devraient s'en prendre aux pilotes qui ont refusés tout compromis.
Chez KLM, on accepte de négocier alors que chez AF c'est niet.
C'est dommage pour les employés licenciés mais un moment faut savoir accepter de se remettre en question...
a écrit le 05/10/2015 à 17:23 :
Toutes les violences sont condamnables.
Licenciés des milliers de salarié(es) d'un trait de plume à Air France comme ailleurs avec les conséquences que l'ont connaît est aussi une violence faite aux salarié (es) et à leurs familles ,certes moins médiatisés, mais toute aussi condamnable , ce que ne font jamais nos dirigeants.
Il est vrai que les soit disant "socialistes" si prompt à condamnés les syndicalistes préfèrent fréquenter les universités d'été du Medef que les congrès des syndicats.
a écrit le 05/10/2015 à 17:14 :
"Les syndicats plaident pour le dialogue social" :
Une plaisanterie j'espère. Les crypto syndicats de ce pays (FO, CGT etc) disent toujours NON aux propositions. Ce nouvel incident montre la nécessité ou de réformer massivement les syndicats ou dissoudre les groupuscules violents.
Les politiques sont responsables du pourrissement de la situation, ils doivent en prendre également la responsabilité.
Réponse de le 05/10/2015 à 17:49 :
"Les crypto syndicats de ce pays (FO, CGT etc) disent toujours NON aux propositions."

Heureusement en fin de compte, cela équilibre avec ceux qui disent toujours OUI.
a écrit le 05/10/2015 à 16:41 :
Premier propos du DRH : "Zut, ma Vinedge est déchirée"
a écrit le 05/10/2015 à 16:26 :
On se croirait au bon temps de la lutte des classes en ce qu'elle revêt de révolutionnaire. Non le contribuable ne remettra pas au pot pour renflouer la compagnie,il n'en a plus les moyens. Elle sera restructurée ou mourra de sa belle mort. La compagnie porte drapeau et fleuron national, c'est périmé, on est à minima en Europe désormais.
Réponse de le 05/10/2015 à 16:43 :
"On se croirait au bon temps de la lutte des classes"

En tout cas, le vote de classe perdure , comme chez SMART.
a écrit le 05/10/2015 à 16:23 :
Boycott !!!!!! Cette compagnie doit disparaitre vite !!!!! Emirate is the best !!!!
Réponse de le 05/10/2015 à 17:58 :
Si on oublie le droits de l'Homme, a travers celui des femmes, l'interdiction de l'esclavage, l'instauration d'une démocratie.

Si on ferme les yeux sur le financement de groupes armés qui veulent imposer la Charia.

SI on accepte la destruction des compagnies européenne programmée à coup d'aides publiques à des compagnies exonérées des règles du marché...

SI on oublie tout cela on peut voler sur emirates tranquille.
Réponse de le 06/10/2015 à 11:49 :
Votre patriotisme est magnifique....
a écrit le 05/10/2015 à 16:07 :
Les patrons vont peut être comprendre.Ça fait 20 ans qu'ils baissent leur pantalons ou qu'ils achètent les syndicats pour avoir la paix sociale. Voila le résultat. Les DRH n’avaient aucun courage et le salarié clean était considéré comme un bon à licencier .Eh bien maintenant ils vont peut être réagir et virer ceux qui mettent la pagaille et leur casse la figure.C'est vrai pour les politiques aussi. VIVE le POLITIQUEMENT correcte. Le vivre ensemble en prend un grand coup et MORANO c'est une plaisanterie à coté des actions de ces salariés , MAIS EUX ILS vous font peur ALORS ....enfin heureusement le DRH est un homme , si c'était une femme ils lui arraché QUOI .JE PLAISANTE
a écrit le 05/10/2015 à 16:03 :
Alors prenons le contre-pied et passons au second degré. Imaginons, les images si le poste de DRH à Air France était féminisé, on aurait l'Air bête !!!
a écrit le 05/10/2015 à 16:00 :
La police a fait combien d'arrestations?
Réponse de le 05/10/2015 à 16:36 :
En période de fort chômage ,le seul à arreter, c'est celui qui a annoncé 2900 suppressions de postes.
Réponse de le 05/10/2015 à 20:11 :
Espérons que dès demain grâce aux images de la presse, il y aura des licenciements pour faute grave ... Pas d'indemnité, pas de chômage ...
a écrit le 05/10/2015 à 15:33 :
Encore une image qui va faire le tour du monde !

" Sacrés Français !!! "
Réponse de le 05/10/2015 à 16:15 :
Bof, le DRH va finir par passer pour un martyr, vu qu'il passe toutes les cinq minutes sur les chaines d'infos continu.Il aura ensuite sa prime de noël qui sera surement l'équivalent de trois ou quatre postes supprimés ,et un avancement dans le futur, bref aucun souci pour lui.
a écrit le 05/10/2015 à 15:30 :
C' est la preuve que le dialogue social proposé par le gouvernement actuel depuis 3 ans est une impasse totale. Notre pays n' a pas la culture du dialogue économique et les syndicats sont tous "rattachés" à des partis politiques : socialiste, extrême-gauche, révolutionnaire...etc...
Réponse de le 05/10/2015 à 15:55 :
Donc il ne faut absolument pas laisser plus de place aux accords d'entreprise et la droite comme la gauche doivent renoncer à leurs projets de réforme du droit du travail.

Je vous suis totalement!
Réponse de le 05/10/2015 à 16:03 :
"les syndicats sont tous "rattachés" à des partis politiques : socialiste, extrême-gauche, révolutionnaire...etc... "

Il en manque un :


Réalisé par l'Ifop le jour même des élections européennes, le 25 mai, le sondage montre qu'une forte minorité de sympathisants syndicaux sont attirés par les thèses du Front National.Ceux de FO ont été les plus nombreux à voter pour le parti de Marine Le Pen à hauteur de 33%. Ce qui n'est pas, à première vue, totalement étonnant. FO a toujours été "l'auberge espagnole" du syndicalisme, ses adhérents réunissant toute la palette du champ politique de l'extrême gauche trotskiste au... Front National. Viennent ensuite l'Union syndicale Solidaires (27%), la CGT (22%) et la CFDT (17%).
Les personnes se disant proches d'un autre syndicat (CFTC, Unsa, CFE-CFC) ont voté à 29% pour le FN.
a écrit le 05/10/2015 à 15:29 :
Trop rancunier les salariés sans dents d'Air France.
Cette jacquerie est intolérable. Les sans dents se croient tout permis.

À quand l'installation de portique ecotaxe aérien pour en finir avec cette entreprise ?
Réponse de le 06/10/2015 à 13:16 :
Pas besoin d'écotaxe:les aéroports ont relevé les taxes que leur payent les compagnies
a écrit le 05/10/2015 à 15:26 :
Rassurons-nous dans notre pratique républicaine et démocratique, la caste des syndicalistes ou syndicalisés agresseurs n'est jamais sanctionnée. La justice est généreuse par principe avec ces personnes qui ne respectent que la force et en leur faveur.... Pourvu que ça dure !!!!
Réponse de le 05/10/2015 à 16:05 :
" la caste des syndicalistes ou syndicalisés agresseurs n'est jamais sanctionnée".

Comme les bonnets rouges, donc.
Réponse de le 05/10/2015 à 18:04 :
Et les manifestants de la FNSEA qui détruisent les biens publics partout en Bretagne en toute impunité depuis des décennies!
a écrit le 05/10/2015 à 15:22 :
Toutes les violences ne bénéficient pas de la révolte de nos élus... La violence quotidienne néo-libérale ne les offusquent pas, les suicidés les dérangent moins, les mères de familles ou étudiantes qui se prostituent, les pères de famille en détresse ne pouvant pas assumer leur famille décemment les laissent pantois. Une annonce de 3000 licenciements par une banque est vécue comme une nécessité, la main invisible du marché, cet attrape-nigaud. Par contre une main bien réelle dans la figure, modeste geste de désarroi d'un plébéien, là, ils hurlent à l'outrage. La violence la plus dangeureuse est la violence symbolique, celle-ci les effraient, c'en est une représentation
Réponse de le 05/10/2015 à 15:44 :
Bravo pour votre commentaire. Je partage complètement votre analyse.
Réponse de le 06/10/2015 à 12:58 :
"La violence des riches " de Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon
A lire d'urgence...

No comment
Les patrons les plus augmentés
Rémunération totale d'A. de Juniac
2014 Air France-KLM 645 000 € (+72,0 %)
2013 Air France-KLM 375 000 €
Source le Journal du Net (JDN)
a écrit le 05/10/2015 à 15:06 :
valls va nous dire que c'est I N A C CE P T A B L E et que des sanctions .............et blablabla, puis plus rien, ce triste roquet ne fera comme à l'accoutumée RIEN. du vent, défoncer des portes ouvertes, mais SURTOUT NE PRENDRE AUCUNE MESURE. ben tiens la CGT 2 à 3% de terroristes votant socialisse.
Réponse de le 05/10/2015 à 15:52 :
Les syndicats ont plus d'adhérents que les partis politiques.

La CGT a libéré la France pendant que beaucoup de héros de patrons étaient préoccupés principalement par leur mission de création de richesse même avec l'occupant. En même temps cela ne les embête pas trop de faire des affaires avec des dictatures moyen-âgeuse ou avec le PC chinois!

La CGT organise des manifestations, elle n'est pas responsables des débordements de certains salariés.

C'est bien la DRH qui a recruté ces voyous, pas la CGT!

Enfin vous constaterez que plus les syndicats s'affaiblissent et plus les non-syndiqués partent dans des comportements violents.

Les patrons doivent affronter des syndicats ou la rue, mais affaiblir les instance représentatives de l'opposition n'est pas supprimer l'opposition.
a écrit le 05/10/2015 à 15:04 :
C'est la première fois que on assiste a une telle violence et ce degré de haine . Il faut le reconnaitre après ce qui vient de se passer ce jour 5 octobre 2015 , plus rien ne sera comme avant la Direction a perdu le contrôle de la situation , la confiance des personnels et l'incapacité de ses dirigeants est avéré cette Direction doit démissionner immédiatement pour incompetence .
la seule solution possible est la fermeture définitive d'Air -France et reconstruire cette entreprise sur de nouvelles embauches et de nouvelles bases.
Réponse de le 05/10/2015 à 16:24 :
je pense en effet que cette direction doit s'en aller. 4ème plan de soit disant sauvetage de l'entreprise Air France et toujours pas de solution définitive de trouvé. Des milliers d'emplois déjà supprimé et des conditions de travail qui se sont dégradées. Voilà le résultat. alors pas étonnant qu'il y ait de la colère dans cette entreprise.
a écrit le 05/10/2015 à 14:45 :
C'est un vrai problème la violence

La difficulté est de voir des dirigeants se goinfrer comme des cochons tout en expliquant aux salariés qu'ils doivent faire des efforts

Cela devient intolérable
Réponse de le 05/10/2015 à 15:03 :
D'autant que ce DRH avec son diplôme de l'Ecole Normale Supérieure et de l'Ecole Nationale d’Administration ne doit pas toucher des cacahuettes.Mais, lui ne risque rien , son activité n'est pas en competition avec des pays à bas coût.
Réponse de le 05/10/2015 à 15:08 :
A moins de vouloir légitimer le lynchage pour désaccord d'idées, (et dans ce cas, il faut libéraliser le port d'armes, comme au Texas !) ces individus qui se permettent d'agresser des personnes, parallèlement aux sanctions pénales, méritent un licenciement pour faute lourde, l'intention de nuire étant caractérisée !
Les syndicats qui ne condamnent pas de tels actes devraient être exclus de toute négociation, puisque par principe, on ne débat pas avec un agresseur ou ses complices ... (refuser de condamner, c'est soutenir !)
Je souligne le fait que mes termes sont appropriés, puisque le mot "lynchage" est utilisé par un représentant CGT !
Réponse de le 05/10/2015 à 15:15 :
D'après le SNPL il ya beaucoup trop de cadres planqués pour ne pas parler d'emplois fictifs a AF
Réponse de le 05/10/2015 à 15:22 :
Tout à fait. A croire que les gens n'aiment pas le chômage.
Réponse de le 05/10/2015 à 15:58 :
@Réponse de lynchage
"Les syndicats qui ne condamnent pas de tels actes devraient être exclus de toute négociation"

A noter qu'aujourd'hui, il n'y a pratiquement plus de "négociation" dans les entreprises.Il s'agit principalement de "consultation", avec souvent au final une décision unilatérale de l'employeur ,ce qui limite très fortement la possibilité de négocier, non ?
a écrit le 05/10/2015 à 14:36 :
On a hâte de voir tous ces gens chercher du travail ailleurs. C'est absolument révoltant de voir des comportements pareils.
Réponse de le 05/10/2015 à 14:58 :
Tu as raison, supprimer 2900 emplois avec le taux de chômage actuel est totalement révoltant.
Réponse de le 06/10/2015 à 14:24 :
100 % d'accord , il est révoltant de voir des gens payés aussi grassement rayer bien tranquillement et d'un trait de plume 3000 personnes , qui vont se retrouver sans emploi avec les conséquences que l'ont connaît pour eux et leurs familles ((femmes, enfants) .
Les salaire exorbitants de ces hauts dirigeants doit certainement correspondre au prix de leur conscience !
a écrit le 05/10/2015 à 14:12 :
On aimerait voir ça plus souvent : un(e) RH à poil.
a écrit le 05/10/2015 à 14:08 :
on est curieux de savoir si les coupables seront retrouves et mis face a leurs responsabilites, ou si la plainte est consideree comme un ' refus du dialogue syndical a la francaise'
au juger par la juriprudence 'goodyear/contis', ca sent l'absolution generale
Réponse de le 05/10/2015 à 15:00 :
Laquelle va tuer l'autre : la violente ou la réformiste ?

De toute façon, les deux vont couler ensemble !
Réponse de le 05/10/2015 à 23:06 :
Cette violence physique n est que la réponse à une violence plus insidieuse : la violence morale, celle qu utilisent les classes influentes grassement payées et ignorant la précarité. La violence à laquelle on a assisté a Air France est une violence dans un cadre collectif. Il faut craindre un stade ultime de violence : la violence individuelle, la violence de ceux qui n ont plus rien à perdre. Est-ce cela que veulent les " élites " autoproclamees ? Quand voit le dogmatisme, le fanatisme, la haine qui animent certains commentateurs, on s interroge.
Réponse de le 06/10/2015 à 14:10 :
Les responsables de la faillite de notre pays et des autres pays d'Europe à savoir la finance prédatrice , les patrons voyous, les déserteurs fiscaux, eux non plus ne sont jamais mis face à leurs responsabilités et agissent même en toute impunité et avec en plus la bénédiction de notre oligarchie européenne qui leurs déroulent le tapis rouge..
"Mon ennemi c'est la finance " ça vous dit rien ?
Réponse de le 06/10/2015 à 14:10 :
Les responsables de la faillite de notre pays et des autres pays d'Europe à savoir la finance prédatrice , les patrons voyous, les déserteurs fiscaux, eux non plus ne sont jamais mis face à leurs responsabilités et agissent même en toute impunité et avec en plus la bénédiction de notre oligarchie européenne qui leurs déroulent le tapis rouge..
"Mon ennemi c'est la finance " ça vous dit rien ?
a écrit le 05/10/2015 à 14:01 :
Voilà le résultat d'une bonne gestion de fonctionnaires sous statut spécial. Ils coulent AF comme ils coulent tout ce qu'ils touchent. Le contribuable ne paiera pas pour les sauver cette fois-ci. Imaginons une France non soumise à cette caste soutenue par le PS. On peut rêver. Ces gens sont un fléau socio-économique depuis 35 ans.
Réponse de le 05/10/2015 à 14:20 :
Ouh...anti fonctionnaire primaire...Chez Volkswagen, ce sont aussi des fonctionnaires qui coulent cette entreprise ????
Réponse de le 05/10/2015 à 14:55 :
Rappel moi ton métier ?
Réponse de le 05/10/2015 à 15:19 :
Des fonctionnaires chez Air France?

Il faut être d'une grande ignorance et d'une terrible mauvaise foi pour mettre sur le dos des fonctionnaires les agissements d'employés voyous!
Réponse de le 06/10/2015 à 1:19 :
vous avez deja paye pour renflouer les banques mdr
Réponse de le 06/10/2015 à 13:10 :
Je vous signale qu'Air France est une entreprise privé depuis le 6 Mai 2004
Il faudrait vous mettre au parfum au lieu de reciter votre catéchisme anti fonctionnaires et libéral libéralisme prédateur qui détruit notre pays à petit feu.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :