Les conseils décapants du patron de Ryanair pour sauver Air France

 |   |  1404  mots
(Crédits : Reuters/Yves Herman)
Faire entrer une compagnie du Golfe dans le capital, se débarrasser de KLM, coopérer avec les low-cost, tels sont les conseils que donne le directeur général de Ryanair, Michael O'Leary à Air France dans un entretien à La Tribune.

La Tribune : Depuis 2013, Ryanair ne se focalise plus sur des aéroports secondaires mais se pose aussi sur des aéroports aéroports principaux. Comptez-vous aller à Orly ou Roissy-Charles-de-Gaulle ?

Nous sommes en discussion avec 10 à 20 aéroports principaux en Europe et je ne sais pas quel sera le prochain que nous desservirons. Nous discutons avec Orly et Roissy-Charles-de-Gaulle (mais aussi Lyon) mais ces aéroports sont trop chers. Le coût au passager (assistance en escale comprise) s'élève à 40 euros alors que nos prix ne dépassent pas 47 euros en moyenne. Par ailleurs il n'y a pas de créneaux horaires de décollage et d'atterrissage disponibles à Orly. Il y en a certes à Roissy mais il est difficile d'en obtenir suffisamment aux horaires qui nous conviennent.

A Beauvais, au contraire, le coût au passager est inférieur à 20 euros. Ce qui nous permet de continuer de proposer des bas tarifs. L'été prochain, nous y proposerons 43 destinations, avec une augmentation de nos fréquences vers Oujda, Palerme et Vilnius. Nous transporterons 3,5 millions de passagers à Beauvais sur les 8,5 millions transportés de et vers la France.

Ryanair a-t-il des projets ailleurs en France ?

Nous desservons 31 aéroports dans l'Hexagone. Malheureusement aujourd'hui nous ne pouvons croître en France. Les charges et les taxes en France sont trop élevées. Les conditions ne sont pas réunies. A moyen terme, nous allons plutôt nous développer en Espagne, en Italie, en Allemagne, au Royaume-Uni, et en Pologne, où certaines compagnies comme Alitalia ou Air Berlin réduisent leur offre.

Après la fermeture de la base de Marseille en 2012, comptez-vous ouvrir une base en France?

Sur les 174 bases que nous avons, la France est le seul pays où n'avons pas d'avions et de personnels basés. Nous ne pouvons pas ouvrir de bases en France en raison des difficultés juridiques. Ryanair étant une compagnie irlandaise avec des avions immatriculés en Irlande, nous appliquons des contrats irlandais à l'ensemble de notre personnel et nous payons des charges en Irlande, conformément au droit européen. En France, un décret stupide publié en 2006 nous demande de faire la même chose en France. Notre personnel ne peut pas payer des impôts deux fois! Nous devons attendre que la Cour européenne de justice tranche ou que la France et l'Irlande trouvent un terrain d'entente. Et puis aujourd'hui, nous n'avons pas d'avions pour ouvrir une base en France. Nous les positionnons sur d'autres marchés.

Comment comptez-vous donc grossir dans l'Hexagone ?

Je ne vois pas d'énormes opportunités de croître en France sans changement significatif de la situation d'Air France. Cela a été le cas en Allemagne où l'environnement du transport aérien a été modifié. Il y a trois ans, tous les aéroports allemands nous disaient qu'ils avaient Lufthansa et Air Berlin. Aujourd'hui ils disent qu'ils ne savent pas si Air Berlin survivra, et Germanwings remplace Lufthansa sur une partie du réseau.

Vous voyez donc un changement de paysage en France ?

Dans cinq ans, il y aura cinq grosses compagnies en Europe, Lufthansa, IAG (la maison-mère de British Airways, Iberia, Vueling et Aer Lingus, ndlr), Air France, Easyjet et Ryanair.

Lufthansa, British Airways et Air France vont être obligées de changer de modèle. Avec la concurrence des compagnies du Golfe (Emirates, Etihad, Qatar, ndlr), elles ne peuvent plus vivre sur un réseau long-courrier bénéficiaire qui subventionne un réseau court-courrier déficitaire. IAG, Lufthansa et Air France vont devoir se focaliser sur le long-courrier en travaillant avec les compagnies du Golfe qui, je pense, prendront entre 20 et 25% de leur capital. Le processus a déjà commencé avec l'entrée de Qatar Airways dans le capital de IAG à hauteur de 10%. C'est inévitable, les compagnies du Golfe ont l'argent et les avions. Air France par exemple coopère avec Delta dans une alliance transatlantique. Cette alliance deviendra "Gulf/Atlantic".

Lufthansa, British Airways et Air France continueront à perdre de l'argent sur le réseau court-courrier et confieront un certain nombre de leurs routes courte distance à une compagnie comme Easyjet ou Ryanair pour alimenter leurs vols internationaux au départ de leur(s) hub(s).

Ryanair ou Easyjet peuvent opérer des vols pour le compte d'Air France sur des routes d'Air France, avec des numéros de vols Air France car nos coûts sont inférieurs. Dans une telle coopération, Air France pourrait nous payer 50 euros le siège pour que nous opérions telle ou telle route de son réseau. Cela ne peut se réaliser que sur une faible partie de notre activité. Prenez l'exemple de Marseille, s'il n'y avait pas ce décret, nous pourrions rouvrir une base er opérer quatre vols par jour pour alimenter Roissy. Air France pourrait dire à ses syndicats : négocions des réformes pour augmenter la producitité ou donnons plus de vols à Ryanair, Transavia ou Easyjet. A vous syndicats de décider.

Que feriez-vous si vous étiez à la tête d'Air France-KLM?

Il est facile de donner des conseils mais il l'est beaucoup moins de les mettre en place. Alexandre de Juniac fait un bon travail dans des circonstances difficiles. Si l'on devait définir une stratégie simple pour Air France, je dirais : faites entrer une compagnie du Golfe, Etihad ou Emirates, dans le capital pour qu'ils en prennent 25% (ce qui permettrait  aussi de diluer l'Etat français dans le capital qui est un frein pour restructurer les contrats de travail), débarrassez-vous de KLM (vendez-la) qui n'apporte aucun support utile au hub de Roissy d'Air France, restructurez Air France autour de votre hub et demandez à Easyjet d'alimenter Roissy et Orly. Cela implique une baisse de capacité de 20-25% et des milliers suppressions de postes. Je pense que les politiques bloqueront toute restructuration d'Air France au moins jusqu'aux prochaines élections. Air France ne peut survivre en continuant comme elle le fait aujourd'hui.

Mais Air France dispose de Transavia.

Ce sera difficile car Transavia n'est pas une low-cost. Les accords signés avec les syndicats sont contraignants.

Discutez-vous aujourd'hui d'une telle coopération avec des compagnies aériennes ?

Nous discutions avec Aer Lingus pour alimenter ses vols long-courriers à Dublin mais aussi avec British Airways au cas où elle s'installerait à Londres-Stansted où nous sommes fortement implantés. Nous discutons également avec Norwegian pour alimenter ses vols long-courriers au départ l'aéroport de Londres-Gatwick, ainsi qu'avec Virgin Atlantic et TAP au Portugal. Ce type de coopération est une voie logique. Si Ryanair et Easyjet continuent de croître comme nous le faisons, nous dominerons le marché intra-européen. Ryanair compte 320 B737-800 et 380 autres sont en commande. En 2024, nous devrions transporter 160 millions de passagers contre 104 millions aujourd'hui.

Quelle part de marché peut espérer Ryanair d'ici à 10 ans?

Je pense que Ryanair transportera 25-30%% des passagers en Europe contre 15% aujourd'hui. Nous allons notamment profiter de la réduction de voilure de certaines compagnies. Air Berlin pourrait ne plus être là ou alors dans une configuration plus réduite. Easyjet sera plus gros mais pratiquera des prix plus élevés. Lufthansa sera probablement plus petite à moins que la compagnie allemande fasse des acquisitions. Quant à KLM sera-t-elle toujours avec Air France, pas si sûr.

Prévoyez-vous des acquisitions ?

Non. Quand vous être capable d'atteindre un trafic de 160 millions de passagers avec de la croissance organique vous n'avez pas besoin d'acquisition. Sur le papier, Ryanair a largement les moyens de racheter Air France-KLM (Ryanair vaut plus de 17 milliards d'euros en bourse, le groupe français moins de deux milliards, ndlr), mais tout projet que nous pourrions avoir en Europe serait bloqué par les gouvernements. L'expérience d'Aer Lingus nous l'a montrée. On nous a forcé à vendre notre participation (British Airways l'a rachetée, ndlr) alors que British Airways a pu sans problème acheter BMI, la deuxième compagnie à Londres Heathrow.

Où en êtes-vous dans le projet de filiale low-cost transatlantique ?

Il n'est pas sur la table pour au moins 5 ans car il n'y a pas d'avions disponibles. La production d'avions long-courriers est réservée aux compagnies du Golfe jusqu'à 2019-2020. Si nous allons voir voir Airbus ou Boeing pour acheter 40 ou 50 avions, ils nous répondent merci beaucoup mais il n'y a pas de disponibilité avant 2021-2022, et les prix sont élevés. Je ne vois pas de vols transatlantiques d'ici à 5 ans au moins.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/10/2015 à 10:32 :
Air France est l'illustration parfaite de la capacité de nuisance syndicale. Ou comment des syndicats peuvent détruire l'entreprise qui les emploie. Ils prétendent défendre le personnel, mais leur comportement irresponsable conduit au suicide collectif.
a écrit le 01/10/2015 à 12:20 :
Du O'Leary... mais pas comme d'hab'. On peut lire qu'il entrevoit que sa courbe commence à s'infléchir. On peut voir, aussi, que pour se lancer en long courrier, ce qui lui manque ce ne sont pas les avions, mais... Il a bien identifié (lui le copieur de PSA) que le long et le moyen courrier n'étaient pas le même métier (voir Spinetta, il y a... 10 ans); par contre il se rêve grand manitou en proposant de faire entrer le loup dans la bergerie. Il "voit" le transport aérien en 2024 !!! alors qu'on ne sait pas définir l'état du monde (et de ses équilibres géopolitiques) en 2016. Le (seul) intérêt du Golfe (hormis les rigolos qui veulent voir les duty free) est d'être sur des routes Europe ou Afrique vers l'Asie. Si le centre de gravité redevient l'Atlantique et Pacifique, quel intérêt ces compagnies offriront elles ? Il est donc primordial pour elles de se diversifier: en "achetant" à des aveugles (ex Alitalia). Si, grâce à la complicité (même involontaire des pilotes) Air France peut "assainir" son outil de travail, alors les propos de O'Leary sonneront étrangement; comme ceux d'un bonimenteur.
Réponse de le 02/10/2015 à 8:56 :
Comment pouvez-vous citer les mêmes références le jour de l'annonce d'un plan de baisse de voilure d'AF dont elles sont largement responsables. Arrêtez de taper sur les pilotes (même si le SNPL le mérite). Leur compétitivité n'est que le reflet d'accords signés par la direction depuis des années. Arrêtez de critiquer O'Leary, un gars qui a fait de sa compagnie la plus grosse d'Europe. Ce qu'il dit est juste. Oui les lcc rafleront tôt ou tard tout l'intra-européen. Oui les compagnies du Golfe entreront au capital d'AFKLM. C'est avec ce discours arrogant "on est les meilleurs", qu'AF en est là.
Réponse de le 05/10/2015 à 16:51 :
Vous avez raison en parlant du centre de gravité, mais vous oubliez quelque chose de fondamental: les "open skies", avec lesquels Emirates peut aujourd'hui faire un Dubai - Milan - New York par exemple. C'est la dernière limite. Si cela se généralise depuis les hubs "big 4" (LHR, FRA, CDG et AMS), BA, LH et AF sont morts en 5 ans.
a écrit le 01/10/2015 à 9:08 :
Cet article me tend la perche pour faire une réflexion :
Les Émirats ainsi que l'Arabie sont en pleine expansion. Ils soutiennent en Europe les plus grands clubs de foot, les grandes industries, les compagnies aériennes, les plus beaux Palaces... recrutent chez eux des centaines de milliers d'ouvriers asiatiques...
Donc, on peut supposer qu'ils peuvent, surtout l'Arabie qui est immense et très riche, accueillir les réfugiés avec lesquels ils ont toute affinité culturelle, linguistique , religieuse, d'autant plus que ces pays disent combattre le SI&co. Est-ce un cheval de Troie ?
Nos politiciens européens évitent scrupuleusement ce sujet.
Réponse de le 02/10/2015 à 10:13 :
les etrangers representent deja plus de 80% de la population au Qatar et aux Emirats, en Arabie saoudite c'est plus de 30%. Il est temps que vous apprenez a chercher sur le web! il m'a fallu moins de 30 secondes pour chercher l'information, tappez dans votre moteur de recherche prefere : "foreign population country wiki"
a écrit le 30/09/2015 à 17:50 :
Pas spécialiste aéronautique, ni financier, mais le bon sens de ce dirigeant est excellent, et AF ferait bien de s'en inspirer, j'ai chuinté AF pour Émirates 100% plus agréable
a écrit le 30/09/2015 à 16:58 :
Il est chez free ! Il a tout compris
a écrit le 30/09/2015 à 13:55 :
Merci d'une certaine façon à Ryanair de soutenir Air France dans son bras de fer pour obtenir un peu plus de compréhension de la part de ses pilotes. Cependant O'Leary sait très bien que si les compagnies historiques requièrent un peu de temps pour remodeler leur stratégie, elles deviennent ensuite terriblement efficaces. C'est un mauvais conseil de vouloir couper KLM qui fixe un second hub "nord" dans une configuration de restructuration complète de cette zone. Il y a les routes aériennes mais aussi les routes mentales qui restent fortes en Europe. Ensuite il est probable que les compagnies arabes viennent à faire défaut, pas tout de suite mais progressivement avec la fin de leurs programmes d'achats, il y a là une courbe de Philpps qui leur est défavorable. Faire des partages de code est seulement possible, d'autant qu'elles réclameraient dans un autre cas des "gates" supplémentaires et le droit d'acheter des compagnies européennes à 100% alors qu'il ne leur est pas permis de dépasser les 49% comme avec Alitalia. Dans le commerce international il y a une certaine réciprocité nécessaire que notre irlandais semble oublier ici. Bien entendu ses "conseils" favoriseraient son propre commerce, l'effort étant alors réalisé par d'autres. D'autre part IAG dès l'origine est destiné à être vendu, l'entité existe parce que déjà en position dominante, ni français ni allemands ne pouvaient reprendre Ibéria. Ce sera donc à terme un découpage dont les arabes ont déjà pris une part toute provisoire. Enfin si l'on ne doute pas de la réussite aérienne irlandaise, il n'en va pas de même pour Easyjet dont le capital est obscur et probablement pour partie, Suisse. La fusion avec la compagnie Swiss, bien possible, produirait alors une exploration différente du marché en faveur d'Air France principalement. Quant aux accords avec Delta, ils sont parfaits dans l'attente d'un nouveau regroupement américain qui ne saurait tarder sur les 3 prochaines années. Ceci dit, saluons notre voisin pour son dynamisme et ses bonnes intentions.
a écrit le 30/09/2015 à 12:44 :
"Ryanair a largement les moyens de racheter Air France-KLM (Ryanair vaut plus de 17 milliards d'euros en bourse, le groupe français moins de deux milliards"

Tout est dit ! ou sont tous les bobos démogos qui critiquaient MOL et ryanair !
La planete a ete mondialisé mais les francais reve toujours des trente glorieuses, le meilleur est a venir avec la bombe demographique !
Réponse de le 30/09/2015 à 23:02 :
A précédé celle de la démographie... D'ailleurs l'une est liée à l'autre.
a écrit le 30/09/2015 à 12:13 :
La solution pour Air France ? devenir une entreprise 100% privée, point barre. Que l'État aille faire des profits ailleurs, ça suffit.
a écrit le 30/09/2015 à 11:59 :
Ce n'est pas parce qu'on a une "grande gueule" et qu'on crie plus fort que les autres qu'on a obligatoirement raison. Des mensonges répétés ne font pour autant une vérité.
Le transport aérien de masse est une aberration économique, écologique, un gaspillage éhonté de matières premières, d'énergie, de ressources humaines. Je n'adhère pas et je considère que le low-cost ( ainsi que l'"ubérisation") sont à terme nuisible à l'économie, facteur d'instabilité, de précarité, ennemi des démocraties.
Nous avons des démocraties chancelantes, nous les aurons bientôt Low-Cost et Ubérisée si nous n'y prenons pas garde. La jungle n'est pas un endroit accueillant, même pour ceux qui pensent avoir les moyens d'y vivre sereinement.
Réponse de le 30/09/2015 à 21:07 :
Un B737 consomme +/- 2.2 litres au 100 par pax ... Que consomme votre voiture?
a écrit le 30/09/2015 à 11:23 :
la santé de cette société se reflete dans sa cotation en bourse .
Réponse de le 01/10/2015 à 8:11 :
l' ESPOIR fait vivre dit-on: "la santé de cette société se reflete dans sa cotation en bourse ." .... Si c'est cela le critère, hé bien les usagers de Ryanair ont du soucis à se faire. A quand la prochaine catastrophe de type "Germanwings"? ... En ce qui me concerne je m'en fous, je ne vole jamais avec Ryanair.
a écrit le 30/09/2015 à 9:46 :
Les pays du golfe ont défini il y a une vingtaine d'années comme stratégique le développement de leurs compagnies aériennes et ont mis en place un cadre légal pour atteindre leurs objectifs.
l'Europe en général et la France en particulier n'ont pas fait ce choix politique et en payent le prix aujourd'hui. Que la France s'adapte à la mondialisation et arrête de penser qu'au 21ème siècle, c'est toujours le monde qui tourne autour d'elle.
a écrit le 30/09/2015 à 8:34 :
Il faut sortir l'état français du capital. Bien dit! Ce système de fonctionnaires qu'on appelle l'état détruit tout ce qu'il touche. Même le pays est atteint dans son ensemble. Malheureusement, l'état c'est le PS et le PS c'est l'état et ils ont pris le pouvoir. AF a cette mentalité arrogante des gens protégés par le système. Elle pourrait en crever.
Réponse de le 30/09/2015 à 15:31 :
Pour infos les employes d'AF n'ont pas de statut de fonctionnaires. Mdr c'est incroyable ce que la jalousie et le manque de connaissance peuvent faire imaginer aux francais.
Réponse de le 30/09/2015 à 21:08 :
Autant la contribution de corso est un vrai apport a l'article, autant celle de robert h est parfaitement inutile. Allez militer ailleurs avec votre propagande politicienne.
a écrit le 30/09/2015 à 8:25 :
le defaut de la France est la nomination par les polititiens des dirigeants
au lieu de la promotion interne
c'est la valls des amis pour service rendu ou a rendre
et comme cela vive sur le dos des salariés avec des parachutes
sans avoir un jour une vrai responsabilite
voir le cas des chemins de fer il a toujours une excuse
j'avis appris que la noblesse ne s'excusé jamais
a écrit le 30/09/2015 à 8:05 :
voila la recette pour sauver air france
vendez des billets paris/NY a 9.99 euros
rajoutez 199.99 euros de frais de dossier
rajoutez 199.99 euros pour paiement par carte ( sauf autre moyen de paiement dispo)
rajoutez 199.99 euros pour tout bagage en soute de 5 kilos
rajoutez 99.99 euros par kilo supplementaire ( et 149.99 euros de plus par kilo si le poids est depasse a la pesee)
rajoutez 99.99 pour le check in et 59.99 pour le boarding
a la fin mettez la TVA
voila, c'est pas complique
( et n'oubliez pas de mettre des wc a 4.99 dans l'avion)
Réponse de le 30/09/2015 à 15:29 :
.....et installez le siège social au Luxembourg....
a écrit le 30/09/2015 à 7:59 :
Pourquoi la DGAC ne prend pas cet aspect en compte pour intervenir pour régler le problème?
a écrit le 30/09/2015 à 7:51 :
Il y a bien un problème lié aux charges sociales pour Air-France!
Réponse de le 30/09/2015 à 8:42 :
Il n'y a pas de problème de charge mais un problème de concurrence déloyale de la part des compagnies du Golf largement subventionné directement ou indirectement (faible taxe aéroport, ...) par leur Etat alors que l'Europe l'interdit chez elle. Ces compagnies crée artificiellement des prix bas et crée une bulle en mettant en place un niveau de tarif ne correspondant pas à une réalité commercial.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :