Air France-KLM : la France et les Pays-Bas vont se pencher sur les accords de fusion de 2003

 |   |  769  mots
(Crédits : Reuters)
La France et les Pays-Bas se sont engagés ce vendredi 1er mars à oeuvrer ensemble à l'amélioration des performances d'Air France-KLM. Un groupe de travail conjoint va travailler sur plusieurs sujets stratégiques, dont les accords de fusion de 2003, qui assure la domination française dans le groupe. Ses conclusions sont attendues d'ici à juin.

La tension politique retombe entre la France et les Pays-Bas au sujet d'Air France-KLM. Après l'entrée en force et par surprise de l'Etat hollandais dans le capital d'Air France-KLM (14%, soit le même niveau que celui de l'Etat français), les deux pays ont convenu de travailler ensemble pour améliorer les performances du groupe pour déterminer des conclusions d'ici à juin a annoncé le ministre français de l'Economie, Bruno Le Maire, après un entretien avec son homologue néerlandais, Wopke Hoekstra.

Lire aussi : Air France-KLM : Bercy dénonce "une forme de duplicité" de l'Etat hollandais

"Nous nous nous sommes expliqués", a dit le ministre français, en s'abstenant de critiquer le raid hollandais qualifié deux jours plus tôt d'"inamical". "Nous avons surtout voulu nous tourner vers l'avenir avec, comme seul objectif, de faire d'Air France-KLM la compagnie aérienne la plus performante au monde".

Pour rappel, Air France-KLM n'est pas une compagnie mais un groupe français depuis le rachat en 2004 de KLM par Air France, composé de deux filiales, le groupe Air France, et le groupe KLM.

"Pour cela, un processus de travail a été mis en place. Il rendra ses conclusions d'ici la fin du mois de juin et travaillera en parfaite intelligence avec Ben Smith", le patron d'Air France-KLM, a-t-il ajouté. "Nous réaffirmons notre soutien à Ben Smith", a poursuivi le ministre.

Le résultat devra être équitable et équilibré

"Le résultat final devra être équitable et équilibré pour les deux parties", selon un communiqué des deux ministres diffusé après la réunion. Le groupe de travail mis en place sera présidé par Martin Vial, directeur général de l'Agence des participations de l'Etat (APE) et son homologue néerlandais, Christian Rebergeen, selon le communiqué.

Ce groupe devra examiner, "les participations des deux Etats dans Air France-KLM et la structure de capital de KLM et d'Air France, les règles de gouvernance et le respect par les deux Etats de règles de bonne conduite, la composition du conseil d'administration du groupe, la défense des intérêts des hubs de Roissy - Charles de Gaulle et Schiphol, leurs visions respectives sur la stratégie de long terme du groupe Air France-KLM telle mise en œuvre par le management du groupe Air France-KLM, et les accords du 16 octobre 2003 entre Air France, KLM et l'Etat néerlandais'.

Diminution de l'influence française?

Vu l'ensemble des thèmes, c'est carrément toute la structure et l'organisation du groupe qui vont être étudiés puisque les accords de fusion de 2003, validés à l'époque par le gouvernement néerlandais, seront examinés. Or ces accords fixent les conditions de la domination française du groupe Air France-KLM. L'influence française est majoritaire au conseil d'administration d'Air France-KLM mais aussi au conseil de surveillance de KLM puisque le groupe nomme 5 des 9 administrateurs. Pour autant, l'expérience a montré que dans les faits, KLM a acquis une autonomie très importante.

Les discussions s'annoncent forcément houleuses entre des Hollandais qui vont tenter d'obtenir le plus possible d'avantages et les Français qui essaieront d'en conserver le maximum. Dans tous les cas, la place des Hollandais dans le groupe ne peut que s'accentuer et celle de la France que diminuer. Que peut-il se passer en cas de désaccord? KLM peut-il quitter le groupe? Il n'y a que deux possibilités pour cela : que le groupe Air France-KLM accepte de vendre sa filiale KLM, ou que l'Etat hollandais nationalise KLM, quitte à la placer en Bourse ultérieurement. Pas sûr qu'elle retrouve une alliance qui soit aussi bénéfique (KLM a doublé de taille depuis 2004) et aussi respectueuse de ses intérêts.

Autre point à surveiller : les deux Etats vont-ils s'accorder sur un plan de sortie du capital du groupe ? Certains ne l'excluent pas.

"C'est une occasion historique aujourd'hui de solder une bonne fois pour toutes les incompréhensions qui pouvaient exister entre la France et les Pays-Bas sur Air France-KLM", juge-t-on à Bercy où l'on souligne que les tiraillements ne datent pas de la crise ouverte cette semaine alors que KLM est nettement plus rentable qu'Air France.

En 2018, avec un résultat d'exploitation de plus de 1 milliard d'euros, KLM a en effet réalisé près de 80% du résultat du groupe. Depuis des années, cette différence de performance irrite les Hollandais, qui oublient le poids du coût du travail et de la fiscalité dans les résultats d'Air France et l'environnement au contraire très favorable dont bénéficie KLM aux Pays-Bas.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/03/2019 à 8:23 :
Je signale en aparté que les parlementaires néerlandais veulent supprimé les liaisons aériennes entre Amsterdam et Bruxelles pour raisons écologiques.
a écrit le 03/03/2019 à 22:39 :
La France est en train de ré-inventer tous ses contrats internationaux : le traité d'Aix (ex-Elysée) avec l'Allemagne, la PAC, Nissan-Renault, AF-KLM, l'exception culturelle française avec l'Europe, etc. Ré-inventer n'est clairement pas inventer : il y manque l'imagination et l'esprit pionnier. La France est vraiment dirigée par des fonctionnaires.
a écrit le 03/03/2019 à 18:49 :
C'est un fiasco de cette gouvernance française avec le concours de nos chers énarques dont on peut constater une réelle incapacité pour diriger des entreprises...mais bon cela ne sert à rien puisque cela va continuer...les mêmes causes et les mêmes effets.
Or aujourd'hui, on ne dirige pas un Entreprise comme une Administration !!!!
a écrit le 03/03/2019 à 0:15 :
Mieux vaut rompre cette alliance que laisser grignoter la fusion par les Pays Bas.
Peut-être peut-on y voir le résultat du bras de faire d'un syndicat ayant occasionné des grèves à répétition. La facture arrive.
a écrit le 02/03/2019 à 18:48 :
Comment pouvons nous faire une Europe ou des états sont partenaires de paradis fiscaux ou pratiquent avec vigueur le dumping fiscal et social..Le réveil sera brutal.."Lorsqu'on ne possède pas de politiques ont se fait imposer celles des autres" - de GAULLE..
a écrit le 01/03/2019 à 19:29 :
L'état français est il intervenu au cours des dix dernières années pour protéger les intérêts français au sein d'AFKLM pourtant largement mis à mal au cours de la dernière décennie ?

Non ,bien au contraire.

Dix années au cours desquelles la croissance à été intégralement transférée à KLM en raison du différentiel abyssal de taxation en faveur des pays bas, le graphique des courbes de croissance comparées des deux compagnies est tout simplement ahurissant.
Il aurait été impossible pour les gouvernements français d'admettre que air France était sacrifiée au profit de KLM car cela serait revenu a admettre que les difficultés d'AF étaient essentiellement dues aux centaines de millions d'euros que l'état ponctionne chaque année par le biais des taxes et redevances spécifiques (ex :taxe Chirac).
Pour exciper de sa responsabilité l'état a préféré ,avec l'aide d'une certaine presse complaisante ,incriminer les salariés d'air France qui ont été plus de dix mille à perdre leur emploi .
L'incurie de l'état français dans le domaine éclate maintenant au grand jour ... mais trop tard pour la France ...
Merci a F. G. pour ses nombreux articles à ce sujet.
Réponse de le 02/03/2019 à 21:46 :
Ah les greves a repetition ne coutent rien alors?
Réponse de le 05/03/2019 à 21:57 :
Le grèves sont la conséquence des transferts en direction d’Amsterdam.
En effet les mesures salariale d’ un côté de la Belgique ont été nettement plus stricte que d’un autre . Les perspectives de carrières des salariés sont bien meilleures dans une entreprise que l’on fait croitre que dans une que l’on force à décroître, entraînant son chapelet de suppressions d’emplois.
a écrit le 01/03/2019 à 18:52 :
nos dignitaires n ont rien vu venir ! magnifique image pour l EUROPE.. un début de campagne ! !politiciens visionnaires ?
a écrit le 01/03/2019 à 18:52 :
nos dignitaires n ont rien vu venir ! magnifique image pour l EUROPE.. un début de campagne ! !politiciens visionnaires ?
a écrit le 01/03/2019 à 18:26 :
Le gouvernement Français s'est fait rouler dans la farine.
Le seul à laisser décider c'est B Smith.
a écrit le 01/03/2019 à 18:03 :
France is back 😂😂😂 Avec le directeur de.l'APE qui va diriger le groupe de travail 😂 Les hollandais n'ont rien a craindre. Ce sera le même topo que pour les assises du transport aérien dont sortira un jour les conclusions.
a écrit le 01/03/2019 à 14:25 :
Les Pays-Bas sont un paradis fiscal.
Point.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :