Air France-KLM : et le gagnant de ce grand bazar est... l'Américain Delta

Mercredi dans la soirée, l'État hollandais a annoncé avoir acheté de nouvelles actions d'Air France-KLM lui permettant de détenir 14% du capital du groupe, comme l'État français. Pour plusieurs observateurs, cette nouvelle composition du capital fait le jeu de la compagnie américaine Delta, troisième actionnaire du groupe, laquelle, en cas d'opposition entre les deux États, se retrouverait en position de jouer les arbitres.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

(Crédits : Christian Hartmann)

On y est. Mercredi 27 février dans la soirée, au lendemain de l'annonce de son entrée dans le capital d'Air France-KLM à hauteur de 12,68%, le gouvernement hollandais a annoncé avoir atteint les 14% du capital qu'il s'était fixé pour détenir la même participation que l'État français, dans le but, dit-on à La Haye, de défendre les intérêts hollandais.

Cassure nette

Un raid qui traduit la cassure qui s'est créée à tous les niveaux, entre les deux pays d'une part, entre le groupe aérien français et sa filiale hollandaise d'autre part, et enfin entre Ben Smith, le directeur général d'Air France-KLM, et Pieter Elbers, le président du directoire de KLM. Ce dernier différend est peut-être le plus important. Il est probablement l'élément qui a convaincu les autorités néerlandaises de lancer une telle opération, alors que l'idée d'entrer au capital d'Air France-KLM remonte à plus longtemps. L'ancien PDG Jean-Mac Janaillac, qui avait ouvert le capital à Delta et China Eastern en 2017, l'avait suggéré aux Hollandais. Pour autant, entre une opération menée en coopération avec le management et toutes les parties prenantes, et une opération masquée et inamicale, la différence est de taille.

Delta dans un rôle d'arbitre

Si certains estiment que l'entrée de l'État hollandais est le moyen d'obtenir une gouvernance plus équilibrée, d'autres au contraire ne cachent pas leur inquiétude.

"Les Hollandais ont certes fait un joli coup, mais cette opération ne peut ni amener le calme dans le groupe ni améliorer sa gouvernance. Elle risque au contraire de déboucher sur une relation conflictuelle grave avec des conséquences négatives sur l'avenir d'Air France-KLM", estime un très bon connaisseur du groupe. "Je ne vois pas en quoi une répartition du capital, qui fait de Delta l'arbitre d'éventuels désaccords entre la France et les Pays-Bas, va améliorer la gouvernance", ajoute-t-il.

Pour plusieurs sources proches du dossier, le grand gagnant du raid hollandais est... la compagnie aérienne Delta, le troisième plus gros actionnaire d'Air France-KLM avec China Eastern. Depuis leur entrée dans le capital en 2017 à l'occasion d'une augmentation de capital qui leur était réservée, Delta et China Eastern détiennent chacune 8,7% d'Air France-KLM.

"Ce rôle d'arbitre constitue un changement fondamental dans les rapports de force au sein du groupe", analyse l'une de ces sources, qui ne voit pas aujourd'hui China Eastern, qui est davantage dans un rôle de "sleeping partner", tenir ce rôle.

D'autant plus qu'à partir de septembre prochain, Delta (China Eastern aussi) disposera d'un droit de vote double, comme le permet la règlementation pour les actions détenues au nominatif pendant deux ans.

La menace d'une alliance entre Delta et les Hollandais

Une autre fin connaisseur du groupe va même plus loin en redoutant un jour l'alliance entre l'État hollandais et Delta. A eux deux, ils représenteraient 23% du capital, et pas loin du double en droit de vote le jour où, dans deux ans, les droits hollandais vaudront double. "Un tel rapprochement balaierait les intérêts français et le management avec", fait-il valoir. On n'en est pas là, évidemment. Mais la menace existe.

Car l'influence de Delta est déjà très forte au sein du groupe. Première compagnie mondiale, présente au capital d'une multitude de compagnie aériennes grâce sa puissance financière, sa voix est forcément très écoutée. En juin 2018, c'est la compagnie américaine qui avait rué dans les brancards en remettant en cause le choix du comité de nomination du groupe de proposer à la tête d'Air France-KLM un profil qui ne lui convenait pas (Philippe Capron, l'ancien directeur financier de Veolia). Et certains ont vu la main du groupe américain dans le choix de Ben Smith. Ce que réfutent d'autres sources.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 34
à écrit le 01/03/2019 à 13:47
Signaler
Il est à se demander si nous avons affaire à des professionnels idiots ou totalement écervelés.... Ou sont donc nos stratèges...????

le 01/03/2019 à 18:26
Signaler
Vous voulez surement parler de nos stratèges syndicaux qui ont semé la pagaille et qui sont responsables de tout ça.

à écrit le 01/03/2019 à 7:02
Signaler
Comme d'habitude le politique français a décidé, la nomination du DG du groupe et comme d'habitude l'autre partenaire a compté pour du beurre. Sans compter ce qui dans nos gènes politiques le « casage » des amis retraités dans l’affaire AF Mme A.N Co...

à écrit le 28/02/2019 à 17:39
Signaler
Nos "auto-proclamées-élites" qui dirigent le pays et des sociétés - avec l'argent du citoyen- ont des raisonnements franco-francais et à court terme. Si, comme le dit l'article, les 3 autres actionnaires majeurs se liguent contre notre actionnariat,...

le 01/03/2019 à 8:59
Signaler
Sauf que Delta et KLM defendent bien des intérêts nationaux, eux. Autrement dit, c'est bien le désintérêt des pseudo-élites politiques françaises pour l'intérêt national qui conduit le pays au désastre. Par ailleurs sans le soutien de l'état FR, AF, ...

à écrit le 28/02/2019 à 17:20
Signaler
peut être que certains n'apprécient pas l'usage des LBD. Le monde nous regarde ! Et nous juge

à écrit le 28/02/2019 à 16:50
Signaler
Le Nissan-Renault aérien.Même problème de l'actionnaire minoritaire qui en a marre de remplir les caisses du groupe sans avoir de pouvoir.Même réaction française qui s'accroche pour toucher une mise qui ne lui revient pas.

le 28/02/2019 à 23:59
Signaler
Les deux entreprise Nissan et KLM aurait coulé sans les entreprises française. Et nul doute que si les reprenneurs aurait été americain, il y aura eu licenciment et integration dès l'achat. Un peu de gratitude. Bye.

le 01/03/2019 à 0:34
Signaler
heu... KLM n'est pas un actionnaire minoritaire : c'est une filiale, qui a été racheté en 2003 lorsqu'elle était au bord de la faillite, et dont le régime de retraite du personnel a nécessité plus d'un milliard d'euro payé par l'acheteur (donc airFra...

à écrit le 28/02/2019 à 15:22
Signaler
Déjà ne plus faire de cadeaux fiscaux aux Hollandais. Pour cela l'État français doit exiger le rapatriement des Pays-Bas vers la France du siège social des entreprises dont il est actionnaire. Et inciter fortement les autres à le faire.

le 01/03/2019 à 18:35
Signaler
C'est rigolo de lire de telles déclarations. On dirait une déclaration de gilet jaune. L'état Français actionnaire minoritaire ne possède que 14% d'Air France et vous voulez qu'il impose sa loi aux autres. ça doit bien faire rire les autres.

à écrit le 28/02/2019 à 14:30
Signaler
macron va réussir à fâcher toute l'UE contre la France, mais il continue à donner des leçons à tout le monde. Contrairement à ce que je pensais, pire que Hollande ça existe.

à écrit le 28/02/2019 à 14:18
Signaler
Les français sont trop tendres à ne pas vouloir heurter les sensibilités des uns et des autres suivez mon regard avec Nissan entre autres. Des entreprises autrefois moribondes une fois redressées et rentables jugent pertinent de s'émansciper au mépr...

à écrit le 28/02/2019 à 13:12
Signaler
Illustration parfaite que les vils prélats républicains craignent la démocratie plus que tout au monde! KLM et Delta représentent la majorité de gilets jaunes contre la minorité d'énarques ecclésiastiques qui entendent continuer de gouverner et de m...

à écrit le 28/02/2019 à 12:41
Signaler
impossible de faire confiance à des hollandais, personnes morales comme physiques.

à écrit le 28/02/2019 à 12:30
Signaler
L'état français peut aussi rendre la monnaie de sa pièce au gouvernement néerlandais, en rachetant des actions airfrance pour maintenir sa prédominance... AirFrance-KLM est une société française : l'état française peut donc tout à fait décider une n...

le 28/02/2019 à 15:10
Signaler
Vous oublié que KLM à attibuée à 80% de exedent réalisée et ont mare de grève à répetition chez Aire France.

le 28/02/2019 à 18:15
Signaler
Et la France peut aussi déclarer la guerre au Pays bas, tant que vous y êtes! La France est en déficit budgétaire et croule sous une dette abyssale contrairement aux Pays bas et doit avoir mieux à faire que de boursicoter en achetant des actions sur ...

le 01/03/2019 à 0:39
Signaler
@athos4 : KLM n'est qu'une filiale d'un groupe français, compagnie qui a été rachetée en 2003 au bord du gouffre, et qui a été renflouée par l'acheteur (donc AirFrance) ainsi que son régime de retraite ! ... ... ... ... ... ... @jkl : la dessert...

à écrit le 28/02/2019 à 11:44
Signaler
à dire vrai, j ai été très étonné de voir le patron de KLM baisser pavillon il y a deux semaine......on comprends maintenant pourquoi les bataves se seraient maqués discrètement avec les USA que cela ne serait pas vraiment étonnant

à écrit le 28/02/2019 à 11:42
Signaler
à dire vrai, j ai été très étonné de voir le patron de KLM baisser pavillon il y a deux semaine......on comprends maintenant pourquoi

à écrit le 28/02/2019 à 11:25
Signaler
l'État hollandais a entièrement raison ! KLM c'est 80% de bénéficie, rentable, productif... Air France avec ses pilotes et ses syndicats à la mentalité de fonctionnaire ne sont que des bras cassés... Air France n'est qu'une entreprise publique qui ba...

le 28/02/2019 à 12:38
Signaler
KLM est une filiale de AirFrance-KLM, rachetée il y a 15 ans quasiment en dépôt de bilan : AirFrance, via le groupe AirFrance-KLM, a repris la dette des régimes de retraite néerlandais... Maintenant que le groupe, via des transferts d'activité d'une ...

le 28/02/2019 à 20:56
Signaler
Haha, rigolo Lyonnais! Comment justifier que KLM est 2.4 fous plus rentable que AF, avec la moitié de la flotte de AF? Les derniers 5 ans KLm a apporté 3 mld € comme résultat operationnel versus 1.2 mld € de AF. Meme avec la perte grace a les greve...

à écrit le 28/02/2019 à 10:05
Signaler
Cette affaire Klm Air France vient conforter l'incompétence du gouvernement Philippe Darmanin LeMaire tous UMP LR déguisés en LaREM, et vient s'ajouter aux échecs retentissants flamboyants de l'industrie française qui ferme ses usines les unes ap...

à écrit le 28/02/2019 à 10:05
Signaler
il pèse pas lourd le macron sur le plan européen il est plus fort pour faire tirer sur son peuple vraiment lamentable j'en ai vue des presidents lui fait beaucoup de cinéma mais c'est tout

à écrit le 28/02/2019 à 9:36
Signaler
KLM regrette amèrement et depuis un moment de s'être "mariée" avec AIR FRANCE !!!! Cette dernière n'apporte que des soucis d'ordre managérial et surtout d' efficacité opérationnelle dû en grande partie à ce qu'elle se croit "immortelle" et aux positi...

le 28/02/2019 à 10:31
Signaler
KLM ne s'est pas mariée avec air France ,KLM à été rachetée par Air France , nuance importante . La sagesse des français a été de laisser un management néerlandais à KLM et une certaine forme d'autonomie afin de ne pas déstabiliser l'entité. L'oppo...

le 28/02/2019 à 16:11
Signaler
Les français sont arrogants. Ça leur revient avec force maintenant.

le 28/02/2019 à 19:22
Signaler
Si à l'époque, KLM avait été racheté par une compagnie américaine, elle n'existerait plus depuis longtemps en tant que telle, car les patrons US n'ont absolument ce genre de scrupules de laisser nom et autonomie à la société rachetée. J'ai pas mal d'...

à écrit le 28/02/2019 à 9:20
Signaler
Ben Smith a brillé jusqu'à présent parce qu'il a caressé les pilotes AF dans le sens du poil: augmentation de salaire, fin de Joon et reprise en direct de Hop, promesse de rééquilibrer la flotte en faveur d'AF..... Maintenant les choses sérieuses c...

à écrit le 28/02/2019 à 8:46
Signaler
C'était bien la peine d'aller chercher un nouveau PDG canadien payé 3 fois son prédécesseur pour en arriver à un tel problème de gouvernance. Pas si bon que ça finalement le soi-disant grand patron.

à écrit le 28/02/2019 à 8:44
Signaler
Little question: la montée à 14% après la chute du cours qu'a provoqué le premier assaut, n'est-elle pas contestable auprès de l'autorité boursière ?

à écrit le 28/02/2019 à 8:33
Signaler
Ça y est, tout le monde commence à comprendre que nos LREM ne dépèceront pas discrètement l'état français pour le vendre aux copains ou réseau. ET les vainqueurs de ce grand massacre sont donc une nouvelle fois américain ! Vite un frexit.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.