Coup de tonnerre à Air France-KLM, l'Etat hollandais prend 12,68% du capital

 |   |  409  mots
(Crédits : Reuters)
Le gouvernement néerlandais a acquis une participation de 12,68% dans Air France-KLM pour 680 millions d'euros afin de renforcer son influence dans le groupe aérien et compte porter cette part au niveau de celle de la France, soit environ 14%, a annoncé mardi le ministre néerlandais des Finances.

Le grand bazar continue chez Air France-KLM. Une semaine après le vote à l'unanimité d'une nouvelle organisation du groupe visant à apporter davantage de coopération entre les deux compagnies, l'Etat néerlandais a acquis 12,68% du capital d'Air France-KLM pour 680 millions d'euros et compte monter à 14% pour porter cette participation au niveau de celle de la France, afin de peser sur les décisions du groupe de transport aérien, a annoncé mardi le ministre néerlandais des Finances, Wopke Hoekstra.

La démarche lancée par La Haye constitue "une étape décisive pour la protection des intérêts néerlandais", a déclaré Wopke Hoekstra à des journalistes. "L'acquisition de cette participation nous assure un siège à table."

Intégration contre autonomie

L'irruption des Pays-Bas au tour de table d'AF-KLM intervient après plusieurs semaines de tension entre d'un côté Ben Smith, le directeur général d'Air France-KLM et les membres français du conseil d'administration du groupe, et,  de l'autre,  Pieter Elbers, le président du directoire de KLM et le gouvernement hollandais, autour du renouvellement de Pieter Elbers à la tête de KLM et d'une manière plus large autour de la place de KLM au sein du groupe. Ben Smith voulait plus d'intégration, tandis que Pieter Elbers souhaitait le maintien de l'autonomie de KLM. Le premier l'a emporté en réussissant même à se faire nommer au conseil de surveillance de KLM, un sujet qui a toujours suscité l'hostilité des Hollandais. Pieter Elbers a accepté et a vu son mandat renouvelé.

"Protéger les intérêts néerlandais"

Le ministre a ajouté que la démarche du gouvernement ne relevait pas de l'investissement mais était motivé par la protection des intérêts économiques néerlandais et en particulier de l'aéroport d'Amsterdam-Schiphol, le troisième d'Europe. Personne n'était disponible dans l'immédiat au ministère français de l'Economie à Paris pour commenter ces informations.

"A plusieurs reprises ces dernières années, les intérêts néerlandais n'ont pas été suffisamment pris en compte dans les décisions concernant l'entreprise dans son ensemble", a jugé Wopke Hoekstra dans une lettre adressée au Parlement mardi.

"De notre point de vue, les conséquences possibles pour les intérêts néerlandais ne bénéficient pas d'une considération suffisante dans l'organisation actuelle."

 Lire ici  l'analyse : Le coup de force de l'Etat hollandais plonge Air France-KLM dans le chaos

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/02/2019 à 16:12 :
AIR FRANCE N'AURAIT JAMAIS DU S'ASSOCIER AVEC LA KLM?????QUI PLUS EST BOURSIER ET ACTIONNAIRE D'AIR FRANCE AVANT 2004???J'AI EU L'OCCASION LORS D'UN VOYAGE AU CANADA DE CONNAITRE SCHIPOL L'AEROPORT ????EN TRANSIT J'AI PASSE 1 JOURS A LEUR HOTEL???NOUS AVONS MIS 3 JOURS POUR REJOINDRE MONTREAL ???CAD===MARIGNANE //AMSTERDAM?PUIS CHICAGO ET ENFIN TORONTO AU LIEU ET PLACE DE MONTREAL???SURVOL DU POLE NORD AVEC LES OURS ET LES MANCHOTS???COMME CEUX DE LA KLM OU PERSONNE PARLE FRANCAIS????MERCI LA KLM RESTEZ CHEZ VOUS ???FELICITATIONS AU DG CANADIEN MR BEN SMITH
a écrit le 27/02/2019 à 8:18 :
Alors que le personnel de KLM n'est jamais en grève,Air France n'a pas arrêté d'être en grève depuis des années et il n'était pas juste que KLM en pâtisse donc la prise de participation de l'état néerlandais va rebattre les cartes .
Réponse de le 27/02/2019 à 9:35 :
Le personnel d’air france était en grève car il pâtissait lourdement ( plus de dix mille emplois...) des décisions de la direction d’AFKLM dirigée par Mr juniac qui consistait à transférer l'activité d’air france vers KLM pour des raisons de taxes bien inférieures à Amsterdam qu’à CDG , augmentant de ce fait considérablement la profitabilité de la branche néerlandaise du conglomérat au bénéfice de l’ensemble du groupe.
Utiliser cette profitabilité organisée de KLM comme argument malveillant contre les employés français d’AFKLM relève d’un réflexe nationaliste qui n’a pas de place dans une entreprise ( de moins en moins ...) privée...
Rebattre les cartes pourrait en effet se révéler au bénéfice de la partie française de l’alliance ce qui semble-t-il, n’est pas du goût du gouvernement néerlandais.
Pour ce qui est du gouvernement français , notre brillant ministre de l’économie se contente de parler.
a écrit le 27/02/2019 à 7:25 :
Les hollandais défendent leurs intérêts . Après des années de tergiversations des Présidents d'AF-KLM français qui ont voulu une fusion molle , on débouche sur une autonomie forte de KLM subie par la partie française
Quand on connait les difficultés au quotidien au sien du groupe AF KLM de mutualiser les développements informatiques ou de définir une spécification commune d'avions nouveaux on comprend que c'est un nouvel échec de notres hautes administrations très forte en diplomatie molle mais peu capable dans le management de groupe de cette importance … Au fait à quoi sert le ministre de l'économie en France ?
a écrit le 27/02/2019 à 6:15 :
Cooperation avec la France quasi impossible. C'est ce que experiencent les allemands depuis des annees. C'est un probleme culturel probablement.
a écrit le 27/02/2019 à 5:08 :
la france alias le pigeon de la mondialisation
a écrit le 27/02/2019 à 4:49 :
"The first won, even managing to be appointed to the supervisory board of KLM, a topic that has always aroused the hostility of the Dutch."
This was nothing less than blackmail. The KLM has been 'used' to pay for the French strike culture and sabotage of any reforms, year after year. The KLM has made many sacrifices and even kept the strong culture and overall goals in mind. And despite the sacrafices they even stood behind their CEO. This would never happen at AF where everyone simply fights for himself. No matter what the consequences are.
Ben Smith is a weak CEO that instead of finally fixing the problems now sacrifices the interests of the KLM even more so he can give some tokens to the French so he finally can get some things done. He clearly did not impress the Dutch government.
I am strongly against government influence in airlines but with the French culture, French government and lousy CEO Ben Smith the Dutch had no other choice.
Réponse de le 27/02/2019 à 6:48 :
It was a mistake to tie up with Air France. Your analyses is completely right. The government influence is much to important to consider a "normal" corporate governance in Air France KLM.
The best thing for KLM would be to become independent again, but difficult to manage.
Réponse de le 27/02/2019 à 13:11 :
Also exactly how it is. This is where the french excel... hiding behind poor excuses, reflecting their poor performance and behaviour never on themselves... la honte!
a écrit le 27/02/2019 à 3:45 :
C'est super l'Europe. Chacun se tire la bourre et au final tout le monde est bai......
Réponse de le 27/02/2019 à 8:52 :
C'est souvent la France qui se fait avoir avec nos incompétents notoires et Le Maire sera le pire ministre des Finances.
a écrit le 26/02/2019 à 23:39 :
Voilà qui est Sain, pour le Groupe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :