Air France-KLM dans le chaos après le coup de force de l'Etat hollandais

 |   |  1083  mots
L'État néerlandais veut peser sur les décisions du groupe. Pourtant, juridiquement, il n'a pas droit à grand-chose. Air France-KLM est un groupe français, avec son siège à Paris, coté à la Bourse de Paris. Dans les accords de fusion qu'avait acceptés le gouvernement hollandais en 2003, Air France-KLM a le pouvoir de contrôle de KLM.
L'État néerlandais veut peser sur les décisions du groupe. Pourtant, juridiquement, il n'a pas droit à grand-chose. Air France-KLM est un groupe français, avec son siège à Paris, coté à la Bourse de Paris. Dans les accords de fusion qu'avait acceptés le gouvernement hollandais en 2003, Air France-KLM a le pouvoir de contrôle de KLM. (Crédits : Reuters)
Le gouvernement néerlandais a acquis une participation de 12,68% dans Air France-KLM afin de renforcer son influence dans le groupe aérien, et compte porter cette part au niveau de celle de la France, soit 14,3%. La présence de deux États au capital avec une vision stratégique différente rend la gestion du groupe complètement ingérable.

Quinze ans après sa création, Air France-KLM va à vau-l'eau. Annoncée la semaine dernière, la nouvelle organisation d'Air France-KLM n'a pas clos une énième période de tensions entre le groupe et sa filiale néerlandaise. Comme il fallait le redouter, elle a au contraire ouvert une crise sans précédent qui va fragiliser le groupe pour longtemps.

L'annonce, ce mardi, du gouvernement néerlandais de l'achat sur le marché de 12,68% du capital d'Air France-KLM avec la volonté clairement affichée de porter cette participation au niveau de celle de la France (14,3%) pour peser sur les décisions du groupe, plonge ce dernier dans le désordre et porte un gros coup aux relations entre la France et les Pays-Bas. Qu'un État étranger entre en catimini au capital d'un groupe privé français dont le premier actionnaire est l'État français constitue un acte très agressif, inamical, de La Haye à l'égard de Paris. Que n'aurait-on dit si l'inverse s'était produit ? A chaud, l'attaque n'a pourtant pas provoqué de réaction violente de la France.

"Je prends acte de cette prise de participation du gouvernement néerlandais, qui s'est faite sans information du conseil d'administration ni du gouvernement français", a dit Bruno Le Maire, selon une déclaration transmise à la presse par son entourage"Je réaffirme mon soutien à la stratégie de l'entreprise et de son management. Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré dans l'esprit de son intérêt social sans interférence étatique nationale", a-t-il ajouté.

Ce mercredi, la riposte était beaucoup plus forte. Bercy a notamment dénoncé une "opération inamicale et une forme de duplicité de l'Etat hollandais".

La situation va être ingérable

Le vœu s'annonce pieu. L'entrée des Pays-Bas au capital d'Air France-KLM va rendre la situation du groupe -qui était déjà suffisamment compliquée-, complètement ingérable, comme cela l'a été pour toutes les compagnies détenues par plusieurs États comme la scandinave SAS (Suède, Danemark) ou, dans le cas extrême, Air Afrique en son temps. Le groupe n'a pas été construit pour fonctionner avec deux participations étatiques élevées, et va être pris en otage par deux actionnaires ayant chacun une vision stratégique différente. La France a en effet soutenu la vision du directeur général canadien d'Air France-KLM, Ben Smith, d'une plus grande coopération entre les compagnies, tandis que les Pays-Bas soutiennent à l'évidence la position défendue jusqu'à la semaine dernière par Pieter Elbers, le président du directoire de KLM : celle d'un statu quo dans le but de maintenir l'autonomie de KLM. L'entrée des Pays-Bas dans le capital d'Air France-KLM traduit clairement, en effet, le refus hollandais d'une intégration plus poussée du groupe.

Cassure nette

Doublé d'un manque d'affinités entre Ben Smith et Pieter Elbers, ce débat est à l'origine de grosses tensions qui ont eu lieu ces derniers mois entre la maison-mère et sa filiale KLM autour du renouvellement de Pieter Elbers à la tête de la compagnie néerlandaise et, d'une manière plus large, autour de la place de KLM au sein du groupe. Ce bras de fer a provoqué une cassure nette entre le groupe Air France-KLM et sa filiale hollandaise. Menaces de grève envoyées par la direction de KLM aux membres du conseil d'administration du groupe, manifestations et pétition des salariés, campagne médiatique savamment orchestrée... le soutien apporté à Pieter Elbers et à la défense des intérêts hollandais se sont avérés aussi surréalistes que brutaux. Comme l'a été pour le camp hollandais la menace de se séparer de Pieter Elbers, qui dirige KLM avec succès depuis quatre ans. En 2018, avec un résultat d'exploitation de plus de 1 milliard d'euros, KLM a réalisé près de 80% du résultat du groupe.

L'entrée de Ben Smith au conseil de KLM, la goutte d'eau

La semaine dernière, la vision du Canadien l'a emportée. Pieter Elbers a été contraint de l'accepter pour conserver son poste. Pour de très bons connaisseurs du groupe, la nomination de Ben Smith au conseil de surveillance de KLM a été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase dans le camp hollandais, hostile depuis la création du groupe en 2004 à l'entrée du patron exécutif d'Air France-KLM dans son conseil. Si l'hypothèse de nommer Anne-Marie Couderc, la présidente non-exécutive d'Air France-KLM, comme cela avait été évoqué, convenait au camp hollandais, le choix au dernier moment de Ben Smith, sur son insistance et celui du conseil d'administration, en a visiblement étranglé plus d'un aux Pays-Bas. Derrière cette nomination se joue en effet la fin de l'autonomie de KLM, qu'elle n'avait pas au moment de son rachat par Air France en 2004.

Pour autant, l'organisation de Ben Smith ne menace pas les intérêts hollandais et vise seulement à faire gagner le groupe en efficacité. Plus qu'Air France-KLM, ce sont davantage les mesures prises par le gouvernement hollandais (plafonnement de l'aéroport d'Amsterdam, taxe sur le kérosène) qui menacent le développement de KLM.

Droits de vote double

Et maintenant? Certes, depuis 2016, la France dispose de droits de vote double, mais a priori, les Pays-Bas pourront accéder à ce statut au bout de 24 mois, comme tous les actionnaires au nominatif. Comme l'a indiqué le ministre des Finances hollandais, Wopke Hoekstra, les Pays-Bas veulent peser dans les décisions du groupe. Ce qui promet de nouvelles oppositions. Ils vont demander beaucoup, alors que, juridiquement, ils n'ont pas droit à grand-chose. Air France-KLM est un groupe français, avec son siège à Paris, coté à la Bourse de Paris. Dans les accords de fusion qu'avait acceptés le gouvernement hollandais en 2003, Air France-KLM a le pouvoir de contrôle de KLM. Depuis 2007,  le patron d'Air France-KLM nomme cinq des neufs administrateurs du conseil de KLM.

L'ironie de l'histoire, c'est que l'entrée de l'État néerlandais au capital intervient alors que, depuis l'an dernier en France, la question du désengagement total de l'État dans la capital d'Air France-KLM n'était plus taboue, même si elle n'était pas d'actualité.

Ce mercredi 27 février, à 9h25, le cours de Bourse d'Air France-KLM chutait de plus de 12%.

Lire ici Bercy dénonce une "forme de duplicité" de l'Etat hollandais

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/03/2019 à 17:53 :
Mais comment en est on arrivé là...cela parait incroyable ! Bercy peut bien dénoncer une forme de duplicité de l'état hollandais, le mal est fait... La riposte de l'état hollandais ne pouvait que se produire puisqu'il en avait la possibilité.
En conclusion, n'est pas stratège qui veut ...et c'est un fiasco quant au management d'AF.
a écrit le 28/02/2019 à 17:23 :
Arrêtez de vous casser la tête.
Oui AF a acheté KLM en 2004. Nous sommes en 2019 et voici ce qu'il compte

KLM génère un résultat opérationnel 2,4 fois plus élevé que AF et ceci avec une flotte deux fois plus petite que AF (KLM: 166 avions, AF 300 avions).

Et vous pensez vraiment que ce groupe est français parce qu'il a son siege à Paris ?
a écrit le 28/02/2019 à 17:13 :
Air France-KLM est un groupe français, avec son siège à Paris, coté à la Bourse de Paris

LOL

On s'en fout ou est le siege ! Ce sont les actionnaires qui décident. Si demain in Japonais rentre dans le capital en achetant des action sur la bourse il y aura des décisions qui seront preparés et votés par - aussi - des gens à Tokyo ...
a écrit le 28/02/2019 à 14:15 :
ami journaliste , un peu de précision : en cas de fusion , il ne reste qu'une seule entité ...
Donc il s'agit d'une filiale avec Projet de fusion !!!
a écrit le 28/02/2019 à 8:29 :
C'est pas le principe d'une société cotée en bourse d'avoir des actions qui change de mains? D'avoir des actionnaires qui cherchent à imposer leurs projets d'entreprise ?
Si vraiment l'état français veut garder le pouvoir pourquoi n'a t'elle pas augmenter sa participation.
On ne peut pas vouloir tout et son contraire.
Il faut assumer ses choix.
a écrit le 28/02/2019 à 7:02 :
Bravo les néerlandais très beau coup. Il faut dire qu'en face il y a un gouvernement de guignols. Plus facile de taxer les vieux et de faire tabasser les gilets jaunes. Le maire vraiment un champion...
a écrit le 28/02/2019 à 5:54 :
En commerce international, la reputation des francais n'est pas tres bonne.
Pecisement dans le cas nous avons encore une brique a ajouter.
Le maire fidele a son aura. Il reste nul.
a écrit le 28/02/2019 à 2:23 :
Pour Enrique: Vs faites 50 vols par an, j'en fait + ou - le meme nombre mais en 4 mois. Il y a quarante ans les vols etaient beaucoup moins nombreux et lorsque j'avais besoin de me rendre dans un DOM, je n'avais, helas pour moi, pas d'autre choix que AF, monopole oblige. Un exemple dans les annees 70, un vol AF Paris-St Denis (La Reunion) coutait 14,000FF et pour ce 'modeste' cout votre repas vous etait remis dans un sac en plastique au pied de la passerelle d'embarquement par une 'hotesse' plus grimacante que franchement souriante! Quant a l'expression classe "Favela' que vous ne connaissiez pas, cela demontre au moins que vous frequentez pas les hotels ou le personnel d'AF a ses habitudes. Mais rassurez vous, avec la concurrence, il y a bien longtemps je ne voyage plus sur AF que lorsque ses horaires me conviennent mieux que ceux des autres compagnies. Soit entre 5 et 10% de mes vols.
a écrit le 27/02/2019 à 23:41 :
macron est un génie! maintenant c'est sur, après renault nissan, alsthom, il va planter air france klm.
Réponse de le 28/02/2019 à 15:11 :
Pour Alsthom il faut remercier nos amis Américains pour l'amende qui fut infligée un peu plus du 1/2 milliards d'€ (L'extraterritorialité du droit américain ) Pour Renault son PDG ne gagnant pas assez il lui fallait outrepasser chez les Japonais ? Air France KLM comme son nom l'identique est une association, Air France perd du Fric et Air France en perd, faudrait peut être demander aux syndicats d'apprendre ce qu'est l'économie dans la mondialisation.. ;;pour ces trois problèmes je ne vois pas d'erreur de la part de Jupiter
a écrit le 27/02/2019 à 23:38 :
Question bête (et presque naïve): c'est légal ?
Parce que de mémoire 12 % est au dessus du seuil de 5 % au delà duquel cela doit être publiquement annoncé !
a écrit le 27/02/2019 à 21:17 :
Un commentaire supplémentaire sur mon message précédent: je pense même maintenant qu'Air France serait en faillite si KLM n'avait pas si bien réussi. KLM maintient effectivement Air France en vie.
a écrit le 27/02/2019 à 21:08 :
Une commentaire assez unilatéral. Voyez les résultats de KLM(4 fois plus que AF). Pensez aux discussions concernant le transfert du cash de KLM vers Paris, les problèmes du renouvellement du mandat de Pieter Elbers le CEO de KLM. Pourquoi l'etat hollandais ne peut pas avoir la même position que l'état français? L'hypocrisie est proche. Pour créer une groupe prosperieux il faut respecter les intérêts de tous les parties concernés. Pour la Tribune une commentaire plus équilibrée et moins unilatéral "français " serait mieux.
a écrit le 27/02/2019 à 21:08 :
Que les Pays-Bas, en achetant des actions dans Air France KLM, la société pour ainsi dire pris en otage, est totalement faux. Il est vrai qu’Air France a acquis KLM en 2004.

Cependant, ici nous pouvons faire une grande différence, à savoir:
Depuis lors, les syndicats français et le gouvernement français tiennent en otage Air France et Air France KLM, car ils ne permettent pas à l'entreprise d'économiser des coûts énormes.
En conséquence, Air France n’a pas été suffisamment efficace à ce jour et les coûts sont bien supérieurs aux revenus.

Cependant, KLM a effectivement réalisé une réduction des coûts, ce qui a entraîné une augmentation considérable du chiffre d'affaires et des bénéfices. Tout cela ressort clairement des chiffres annuels d’Air France et de KLM.

C'est pourquoi je dis à la France (au gouvernement), aux dirigeants d'Air France, aux syndicats français et au peuple français: avant de se plaindre ou de se fâcher à l'idée d'acheter des actions aux Pays-Bas, il faut d'abord se regarder dans le miroir et mettre les choses en ordre. Air France.
Si Air France fait la même chose que KLM, à savoir réduire les coûts et travailler plus efficacement, vous avez le droit de parler. Pas maintenant!
a écrit le 27/02/2019 à 20:49 :
Macron a demandé une explication au gouvernement hollandais. Quel honte....
La France est propriétaire de 14% des actions AFKL. Est ce qu’il peut expliquer pourquoi l’etat a encore ce 14%?

En plus, en Europe la France est très proche d’Italie avec l’endettement. La commission européenne a annonce sa inquetitude sur ca. C’est peut etre mieux de faire attention a ca que l’investissement de 700 mln€ par le gvnmt hollandais dans une société franco hollandais?
Réponse de le 27/02/2019 à 21:08 :
C'est très bien expliqué dans l'article. Air France-KLM est une compagnie française. C'est KLM, en difficulté financière, qui a été racheté par Air France pour sauver KLM de la faillite, pas l'inverse !

L'erreur des Français a été de laisser subsister KLM comme compagnie indépendante. Ça aurait été les Américains, ils auraient complètement absorbé KLM qui aurait disparu comme Sabena et Swissair. Mais nous on a voulu être gentils, et maintenant on se retrouve couillonnés par les Hollandais !

Espérons que cette décision du gouvernement hollandais va enfin faire réagir la France ! Ça fait trop longtemps que Paris-CDG perd des clients et des lignes au profit de Schiphol (on peut penser aux lignes CDG-Nairobi et CDG-Kuala Lumpur d'Air France qui ont été sacrifiés au profit des lignes Amsterdam-Nairobi et Amsterdam-Kuala Lumpur de KLM). Les Parisiens n'ont pas vocation à aller à Amsterdam pour prendre l'avion ! Air France-KLM doit être rééquilibré en faveur de la France et de Paris-CDG.
Réponse de le 27/02/2019 à 23:03 :
A Brisavoine

Ce n'est pas de la gentillesse à ce niveau c'est de l'incompétence. Vous comprenez pourquoi toutes nos industries ont disparus et continuent à disparaitre?
a écrit le 27/02/2019 à 18:57 :
Ayons peur des pilotes d’air France, ils sont bien plus dangereux que les hollandais.
a écrit le 27/02/2019 à 18:42 :
En 2015, KLM a réorganisé et licencié 25% de leurs dirigeants et de leurs organisations de soutien afin d'être plus efficaces et de prendre des décisions plus rapidement. Cela a conduit à une plus grande responsabilisation de toutes les couches de gestion et à une réduction des frais généraux. Leurs meilleurs résultats ne sont pas dus à un déplacement des activités de CDG à AMS, ni à un meilleur régime fiscal. C’est de la performance.

Les résultats opérationnel des derniers 5 ans:
+1338 mld pour AF et +3223 mld pour KL

C'est la productivité qui compte.
C'est le seul raison pour que KL peut générer un résultat opérationnel 2,4 fois plus élevé, avec une flotte deux fois plus petite que AF (166 avions contre 300).

La majorité du CdA de AFKL sont des anciens ministres francais.... et le gouvernement francais a 14% des actions.
Et c’est l’arrogance totale quand Macron demande une explication du gouvernement NL. Le gouvernement NL peut aussi demander une explication à Macron pourquoi ia France a 14% des actions.

N’etes pas surpris quand le gouvernement NL defends le diamant dans la groupe qui fonctionne bien et quand les francais font de la greve non stop pour rien et AFKL est gerer par les anciens ministres incapables.
a écrit le 27/02/2019 à 18:33 :
Spinetta n'arretait pas de citer en exemple Schweitzer et la fusion Renault/nissan : cet épisode était donc écrit depuis le 19.11.208 . Rigolo
a écrit le 27/02/2019 à 18:17 :
Inutile d'en dire plus
Zelctron et Vercaud ont écrit ce que j'allais faire ....La situation de KLM se porte mieux que Air France ..à cause des grèves pour un rien..;et qui sait le petit poucet pourrait avaler le coq Gaulois
a écrit le 27/02/2019 à 17:44 :
un peu de vrai libéralisme dans une compagnie française truffée de marxisme ne fera pas de mal, tout au contraire !
Réponse de le 27/02/2019 à 18:56 :
Bien vu zelectron, la Hollande pays libéral en termes d'économie, donne à la France une bonne leçon de vision stratégique. La France et certains fonctionnaires conseillers devraient en prendre e la graine.
a écrit le 27/02/2019 à 16:12 :
Cela fera comprendre aux français ce qu'on ressenti les japonais lorsque la France a doublé sa participation chez Renault ! Voyons comment le groupe et son patron canadien vont aller de l'avant en rappelant que cela fait des années que les hollandais assistent sans férir à la gabegie chez Air France : on peut comprendre qu'ils aient envie d'avoir un mot à dire ..............
a écrit le 27/02/2019 à 15:45 :
Quel est le problème ? Pourquoi les Français devraient-ils soudain avoir peur d'un actionnaire néerlandais ?

Si les intentions des Français sont honnêtes, ils ne devraient pas avoir à s'inquiéter. Mais apparemment, la direction d'Air France ne parvient pas à rassurer les Hollandais.

Sur la plainte selon laquelle Air France aurait repris les dettes de KLM en 2003 : arrêtez-vous quand même. Au lieu de cela, concentrez-vous sur la création d'une entreprise efficace, parce que si tout le monde continue à faire la grève, à pleurer et ainsi de suite, ils n'existeront pas dans quelques années et des partis comme RyanAir auront leur mot à dire.

Tout d'abord, commencez par vous demander (d'une manière professionnelle et sans nationalisme) pourquoi un petit parti (KLM) fait plus de profits que son grand frère (Air France) et copiez la méthode - alors les deux parties finiront bien par réussir ensemble.

Pour moi personnellement ceci n'a pas d'importance : je suis moitié français, moitié néerlandais.
a écrit le 27/02/2019 à 15:45 :
On assiste au même scénario qu'entre Renault et Nissan Quand le petit devient meilleur que le grand normal qu'il ait envie de prendre sa place..
a écrit le 27/02/2019 à 15:03 :
Les pudeurs du gouvernement français! Ciel, je n'ai pas été informé!
M.le Ministre n'a pas appris que lorsqu'on veut prendre une position de ce type dans le capital d'une entreprise, on ne va pas raconter à l'adversaire ce qu'on a l'intention de faire: on agit, et on discute ensuite, c'est ce qu'a fait le pragmatique gouvernement hollandais. On mesure là l'absence de connaissance des marchés de la part du gouvernement français. Répondre comme le fait le ministre en donne la preuve.
Rien de neuf à Tokyo?
a écrit le 27/02/2019 à 14:58 :
un peu de vrai libéralisme dans une compagnie française truffée de marxisme ne fera pas de mal, tout au contraire !
a écrit le 27/02/2019 à 14:56 :
comment en vouloir aux gilet jaunes quand on a des dirigent de si piétre qualitée?
Réponse de le 27/02/2019 à 17:50 :
Les gilets jaunes en veulent à ceux qui gagnent plus qu'eux, cela n'a rien à voir avec la qualité de nos dirigeants.
Réponse de le 27/02/2019 à 19:19 :
c est faut ils en veulent aux politique d'avoir mené la france avec les resultats que l on connait
a écrit le 27/02/2019 à 14:50 :
Symbole de l'UE et du faux couple franco-allemand!
a écrit le 27/02/2019 à 14:36 :
Je trouve pour ma part que l'Etat neerlandais est bien courtois de ne prendre que le meme pourcentage de participation dans AF-KLM que l'Etat francais sachant que KLM assure pres de 80% des benefices du groupe AF-KLM. Par ailleurs, les prises de participation du gouvernement de la France sont bien rarement benefiques pour la sante des groupes dans lesquels elles interviennent. Les manipulation effectuees par un ministre francais qui deviendra president pour obtenir 23% des droits de votes avec14% du capital d'Air France, pesent surement pour beaucoup dans le feuilleton actuel de l'alliance Renault-Nissan. Enfin, AF etant une horrible compagnie pour ceux qui comme moi et depuis plus de 40 ans ne voyagent qu'en classe "Favelas", dixit personnel d'AF, je suis de ceux qui assisteraient avec beaucoup de plaisir a son enterrement.
Réponse de le 27/02/2019 à 15:40 :
Quel masochisme, 40 ans que vous voyagez sur une compagnie pour être traité de la sorte... avec toute la concurrence aujourd'hui, vous devez vraiment être traité de la sorte.

Voyageant très régulièrement plus de 50 vols par an, je n'ai jamais entendu cette expression de la part des personnels Air France. ou meme d'autre compagnie.
Les seules personnes que j'entends appeler la classe "economique", avec le terme "bétaillère" sont uniquement les PAX.

Pour en revenir à l'article, KLM a été sauvé et racheté par Air France.
KLM ne doit sa survie et son existence qu'à Air France et à la France...

KLM est certes bénéficiaire, mais uniquement dû au fait que les charges, taxe et impots sont moindre à Schipol. Et que Air France - KLM a fortement investi dans sa base de Schipol au détriment de CDG.

Schipol est arrivé à saturation, donc mécaniquement, la part de KLM dans le groupe devrait baisser, sauf à mettre des avions plus gros, mais cela n'a jamais été dans la stratégie de KLM (Pas d'A380, très peu de B747 si ce n'est des versions combi)
a écrit le 27/02/2019 à 14:23 :
Il faut faire semblant d'être offusqué . Mais alors, que direz-vous quand avoir bradé les aéroports, les ports, les autoroutes, le défense ...au privé ; un état souverain (lui) rachètera les parts . Considérez comme acquis les aéroports de Paris (que Le Maire -Macron veulent brader au privé seront dans quelques années chinois .
a écrit le 27/02/2019 à 13:53 :
La série continue: Air France, Alstom, Ford, Nissan,Technip, Pechiney, Chantiers de l’Atlantique et d’autres encore. La vision industrielle des énarques conjuguée à celle des chouchous des banques d’affaires détruit l’industrie française. Il faut arrêter cette hémorragie et avoir une stratégie industrielle d’Etat comme les Usa et la Chine. Sans hésiter et sans avoir peur des libéraux bruxellois, idéologues du passé.
Réponse de le 27/02/2019 à 23:10 :
Nous sommes trop tendres et trop naïfs, quand il y a une fusion nous faisons trop confiance.
a écrit le 27/02/2019 à 13:49 :
Le Maire va faire quoi, à part des discours ? Rien vu venir ?
a écrit le 27/02/2019 à 13:29 :
D'ou proviennent les titres acheter par le gouvernement hollandais ???
a écrit le 27/02/2019 à 12:59 :
C'est normal que le gvt néerlandais soit au capital. Où est le problème ?
Les analystes voient des drames partout.
Et ils aident bien les vendeurs à découvert, qui sont là pour plumer les épargnants.
a écrit le 27/02/2019 à 12:34 :
Quelle bêtise et piètre coq Napoléonien! Par les faits de la répartition du capital de Air France KLM: Etat français: 14.3%, Etat néerlandais: 12,68% (Nouveau!!),Delta Airlines: 8,8%,China Airlines: 8,8%. C'est très normal. Air France/ KLM a réalisé un bénéfice d'exploitation de 1,3 milliard d'euros en 2018. KLM représentait plus d'un milliard d'euros, Air France 266 millions d'euros.... Comment, ca se passe?
Réponse de le 27/02/2019 à 13:26 :
Qui, Lion. En latin: "Magnum vectigal est parsimonia", ou "Avec parcimonie et zèle, on peut construire un château". Comme les Bataves.
a écrit le 27/02/2019 à 12:28 :
L'etat Neerlandais ne fait rien d'autre qu'essayer d'eviter la scenario de Zaventem (Sabena) et de Zurich (Swissair). Une compagnie aerienne en problèmes n'investit pas en sa filiale, même quand celle fonctionne bien avec 80% des profits pour la groupe. Au Pays Bas on aime voler direct, et les benéfices pour "Standort Amsterdam" meritent cette intervention.
a écrit le 27/02/2019 à 12:12 :
Les Hollandais annoncent la couleur: ils veulent peser politiquement pour tirer la couverture à eux ! En aucun cas, le gouvernement hollandais n'a évoqué l'intérêt du groupe AirFrance-KLM : non ! ils ne visent qu'à contrecarrer l'amélioration voulu par Ben SMITH pour une meilleure efficacité !
Le gouvernement hollandais ne fait ici qu'empêcher le groupe franco-néerlandais (pour combien de temps ?) de se concentrer sur l'avenir ... preuve en est l'effondrement du cours de bourse ce matin !!!!
Réponse de le 28/02/2019 à 3:43 :
Nonsense. Look at the stock price of the last week and tell me what you see. The price today is higher than one week ago. The purchase of the shares obviously drove the price up. That effect is gone now and reversed since it is clear that no real improvement in value was substantiating that increase.
The Dutch never wanted to pull the power to them but will also not accept France doing that. Very funny to see the French upset when someone plays the exact same game as them :)
a écrit le 27/02/2019 à 12:06 :
Arrentez le chauvinisme, Air France est le parasite de la groupe Air-France KLM:
"Comme l'a été pour le camp hollandais la menace de se séparer de Pieter Elbers, qui dirige KLM avec succès depuis quatre ans. En 2018, avec un résultat d'exploitation de plus de 1 milliard d'euros, KLM a réalisé près de 80% du résultat du groupe."
Air France est contrôlé par des syndicats Marxistes et ingérable. KLM à fait ses meilleures efforts et marche bien. Pas de raison pour laquelle le gouvernement Néerlandais ne aurait pas le droit de prendre une intérêt égale a la France. Mieux que KLM et Air France se séparent.
Réponse de le 27/02/2019 à 12:48 :
Vos commentaires sont navrants KLM ne doit sa position actuelle qu au fait qu air France ait épongé ses dettes suite à son rachat sans compter le sauvetage des caisses de retraite des pilotes de KLM.. d autre part heureusement qu air France a Amsterdam car KLM ne serait pas grand chose où n existerait plus tout simplement au vu de leur taille et de leur reseau
Réponse de le 27/02/2019 à 13:41 :
Claude,

Soignez donc cette mauvaise syntaxe!
Et sortez le nez de la poudre Batave et des chiffres basiques: les résultats de KLM sont très bons mais ils le sont grâce au marché français et grâce à la fiscalité Hollandaise et le résultat global du groupe AF-KLM n'est pas à la hauteur depuis 10 ans. La vision du nouveau patron est la bonne POUR LE GROUPE!
Les batons dans les roues mis par l'Etat Hollandais sont un scandale!
Contrairement aux apparences, sans chauvinisme, le parasite actuel du groupe, c'est KLM.
a écrit le 27/02/2019 à 11:55 :
"... Qu'un État étranger entre en catimini au capital d'un groupe privé français dont le premier actionnaire est l'État français constitue un acte très agressif de La Haye à l'égard de Paris. Que n'aurait-on dit si l'inverse s'était produit ? ..."
" ... Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré dans l'esprit de son intérêt social sans interférence étatique nationale, a ajouté Le Maire".
C’est l’hôpital qui se moque de la charité.
Comme pour Renault-Nissan, la réaction égocentrique est toujours la même : "c'est la France qui dirige". Piètre coq napoléonien ! Pourrait-on également tenir compte des intérêts des autres pays dans notre analyse.
Réponse de le 27/02/2019 à 12:54 :
Tout à fait d'accord...et les exemples ne manquent pas !
C'est ce que préconisait Ghosn pour une ALLIANCE renault -nissan et surtout pas une fusion...( Macron ).
C'est maintenant la révolte des néerlandais ! Triste épisode que de constater que les leçons du passé soient passées aux oubliettes.
a écrit le 27/02/2019 à 11:43 :
Merci pour cet article! Cela fait du bien de lire des articles de fonds, avec une analyse et non pas des dépêches AFP comme c'est très souvent le cas ailleurs
a écrit le 27/02/2019 à 11:29 :
Le grand gagnant est Ben Smith et aussi l'entreprise avec une nouvelle vision. Les deux états actionnaires se neutralisent et le vrai patron a sa place dans tous les conseils d'administration de la multinationale. C'est du grand art. L'état hollandais qui a ramassé les actions en bourse a bien sûr fait monter les cours, ce qui était favorable à Ben Smith. Contrairement à l'état français, l'état hollandais n'a pas l'habitude d'investir dans les canards boiteux et les industrie du passé, il y a donc des plus-values attendues sur le long terme.
Réponse de le 27/02/2019 à 11:49 :
Puissiez vous avoir raison, Boule!
Mais je crains au contraire que cette agression ne réduise les marges de manoeuvre du patron Ben Smith. L'opportunisme des Bataves, qui n'a rien à envier à celle des Saxons, leur a permis d'apporter artificiellement des bénéfices uniquement grâce à leur fiscalité...et au détriment des performances et synergies globales du groupe AF-KLM. Et ils veulent que cela continue!
Par certain que l'intégration attendue soit au rendez-vous...
Réponse de le 27/02/2019 à 12:06 :
Votre analyse financière est excellente !! 'l'état hollandais(...) a bien sur fait monter les cours" !!!! ah ah ah ah : -11% ce matin, 1e jour de cotation après l'annonce !!!
Votre analyse est à la hauteur !!!
a écrit le 27/02/2019 à 11:17 :
Face au coup-bas batave,une seule riposte:la nationalisation d'Air France.Transformation autoritaire des actions Air France en bons du trésor 10 ans français.
Réponse de le 27/02/2019 à 13:53 :
non, l'état n'a pas vocation à faire voler des avions, pas plus que faire rouler des trains ou construire des voitures
a écrit le 27/02/2019 à 11:12 :
Excellent papier (comme d'habitude) de Fabrice Gliszczynski. D'un autre niveau et d'une autre expertise que les platitudes que l'on peut lire dans les médias mainstream sur les questions d'aéronautique...
a écrit le 27/02/2019 à 10:48 :
Les transports en general, dont l'avion, sont là cause principale des désordres du Monde, un facteur d'instabilité, une source de pollution et par la consommation de pétrole source de conflits.
Résultat, nous filons tout droit vers la guerre.
Réponse de le 27/02/2019 à 11:07 :
Quand les ténèbres s’abattront sur notre pauvre monde, seuls les illuminés n’auront pas besoin de lampe de poche. Ce jour-là, vous aurez un avantage incontestable sur le reste de l’humanité…
a écrit le 27/02/2019 à 10:39 :
Il est vrai que les Pays-Bas s'y connaissent en délocalisation fiscale ! En 2012, Air France estimait si la compagnie était basée à Amsterdam, elle économiserait 750 millions d'euros du fait de la différence entre les régimes sociaux et fiscaux entre la France et les Pays-Bas...La compagnie ne ferait que rejoindre les nombreux grands groupes français installés dans ce pays.
Qui d'autre après Bongrain, Air Liquide et Bonduelle, Danone, GDF Holding,Total, Airbus Group, Louis Dreyfus, ArcelorMittal, Bureau Veritas Geodis, Faurecia Netherlands Holding, Limagrain,Thales. La capitale néerlandaise héberge Renault, Altran, Publicis, Accor, Arkema, Cartier, Gemalto, Unibail-Rodamco et Decathlon. Le comble c'est que l'État Français est actionnaire de plusieurs de ces groupes !
(extrait d'une liste publiée par un journal économique)
Réponse de le 27/02/2019 à 13:32 :
Nos gouvernements sont responsables de cette situation. Pourquoi l europe maintient il l optimisatipn fiscale .....meme des grands groupes dont l etat est actionnaire. Vous avez oublié Total
a écrit le 27/02/2019 à 10:31 :
Est-ce un problème ?
AF-KLM est une PME: elle vaut € 5.7 Mlds, à comparer avec la capitalisation mondiale qui est USD 80 000 Mlds.
A mon humble avis, les Pays-Bas ont fait une erreur.
En ce moment, c'est un duel d'égo et à la bourse; cela ne marche pas comme cela.
Il y a de la galette à faire à la baisse sur cette action car il y aura beaucoup de variation de cours.
Cordialement
a écrit le 27/02/2019 à 10:27 :
Une gestion d'Air france KLM par l'état Hollandais ne pourra jamais être pire que celle de l'état français.
Réponse de le 27/02/2019 à 10:59 :
N oubliez pas que KLM a été racheté par air France en003 ...cette compagnie était en faillite air France a versé 500 millions d euros pour payer les retaites des pilotes néerlandais...ceci est un véritable scandale air France aurait dû faire comme Alitalia sans méfier comme de la peste ..J espère que nos dirigeants réagiront non pas par la parole mais par des actes forts
a écrit le 27/02/2019 à 10:10 :
Inévitable! quand on voit la gestion d’AF, son aéroport tiers-mondiste CDG, ses grèves à répétions (stewards/hotesses/controleurs aériens/pilotes), destabilisant pour KLM. Notre super Etat interventioniste qui pense savoir gérer les intérêts d une entreprise privée mais qui ne sait pas gérer son propre pays (l exemple le plus criant avec renault une fois de plus et sa tactique larvée télécommandée et avortée de prise de controle de Nissan )...faut vraiment être naïf pour penser un seul instant que le gouvernement hollandais bien plus vertueux allait se laisser duper par nos élites ....et perdre le controle de KLM sans rien faire. Compagnie par ailleurs super au même
titre que leur aéroport fonctionnelle du 21e siècle, tout ceci sans réagir...On applaudit svp. Mr Lemaire qui pronait un airbus du rail avec alstom et siemens ...aura à présent un vrai airbus avec groupe européen à part entière du transport...quelle ironie!!
a écrit le 27/02/2019 à 9:47 :
Bien joué pour KLM et son gouvernement qui en a raz le bol de se faire balader ! Quand ils auront le management ça va vite changer et s'il y a bien une chose que les Hollandais savent faire c'est du business ! Il est évident qu'ils sont meilleurs alors qu'ils prennent la barre !
a écrit le 27/02/2019 à 9:29 :
"Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré dans l'esprit de son intérêt social sans interférence étatique nationale" Le Maire ne cesse justement d'interférer dans la gestion d'Air France comme ses prédécesseurs. L'état néerlandais n'aurait sans doute pas jugé nécessaire de prendre cette participation si tel n'était pas le cas. D'une certaine manière c'est un peu la même situation que l'alliance Renault Nissan dans laquelle les interventions intempestives de l'état français ont fini par mettre en danger le pacte entre les deux entreprises.
a écrit le 27/02/2019 à 9:26 :
Je pense faire plus confiance aux Hollandais qu'aux Français
a écrit le 27/02/2019 à 8:54 :
Je trouve que c'est une bonne chose que l'Etat français ne soit plus l'actionnaire principal. Cette situation amenait nos hauts fonctionnaires à provoquer une mauvaise gestion de l'entreprise et aux syndicats de penser que comme c'est l'Etat on peut tout obtenir. Je suis ravi de cette situation.
a écrit le 27/02/2019 à 8:53 :
Le bourdel à la française partout
a écrit le 27/02/2019 à 8:48 :
Les néerlandais ont raison ! Maintenant il ne reste plus aux deux États qu'à se retirer du capital et à laisser l'entreprise se développer avec sa stratégie. Ou alors à l'enterrer. Dès que l’État met son nez dans les affaires du privé, c'est le cauchemar. J'enfile mes charentaises et j'attends impatiemment le dossier Vallourec.
a écrit le 27/02/2019 à 8:17 :
La France est faible partout.
a écrit le 27/02/2019 à 8:09 :
"Comme il fallait le redoutait" aïe aïe aïe pensez à vous relire...
a écrit le 27/02/2019 à 8:00 :
Si seulement l'Etat français avait eu la même attitude dans le dossier Renault/Nissan, lui qui est si prompt à défendre les droits de l'Homme dans des cas qui nous intéressent pourtant beaucoup moins directement que dans l'affaire de la détention de Carlos GHOSN...
Réponse de le 27/02/2019 à 8:48 :
N'attendez pas une décision capitalistique cohérente de la part d'un pays communiste ( France 57% de dépenses publiques; URSS juste avant son effondrement 63%)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :