Air France : 4 mois encore pour éviter le plan B

Alexandre de Juniac, PDG d'Air France-KLM a donné plus de précisions sur le calendrier des négociations avec les syndicats lors de son audition au Sénat. Ce mercredi, les auditions à l'Assemblée nationale du Pdg d'Air France, de l'intersyndicale et de la CFDT et CFE-CGC, avaient tourné au dialogue de sourds. Extraits.
Fabrice Gliszczynski
pp
pp (Crédits : reuters.com)

La date limite pour signer des accords de productivité est un peu plus précise. Le 15 octobre, 10 jours après les évènements à Air France le jour de la présentation d'un plan B d'attrition de la compagnie française en 2016 et 2017 en raison de l'échec des négociations le 30 septembre, Air France-KLM avait indiqué que le plan de restructuration pour 2017 pouvait être évité si un accord était trouvé «rapidement». Le «rapidement» est devenu quelques jours après «début 2016 ». Ce jeudi, le PDG d'Air France-KLM, Alexandre de Juniac, a évoqué au Sénat «janvier-février» (...) comme «la limite au-delà de laquelle on aimerait avoir conclu des accords (sic)».

Négociations bloquées

Aussi imprécise soit-elle, cette indication écarte toute nécessité de conclure d'ici au 31 décembre 2015. Ce qui aurait été impossible au regard de la complexité des négociations. Pas sûr néanmoins qu'un ou deux mois supplémentaires (voire trois) suffisent à débloquer la situation. Alexandre de Juniac a lui même reconnu, en citant les exemples de British Airways et d'Iberia qu'il fallait "un à deux ans (voire trois ans) pour mener de telles négociation".

D'autant plus qu'officiellement il n'y a pas de négociations. La semaine dernière en effet, les syndicats membres de l'intersyndicale, ont déclaré qu'il n'y aurait aucune négociation tant que la direction n'aura pas levé les mesures disciplinaires à l'encontre des salariés accusés d'avoir agressé deux directeurs d'Air France. Comme la direction n'entend pas revenir sur ce point, on voit mal comment les négociations pourraient reprendre. Face à cette position, la CGT a menacé la direction.

Lire ici : La CGT menace la direction d'un "conflit sans précédent"

Des embauches dès 2017 si le plan B est évité

A défaut d'accords, Alexandre de Juniac a confirmé le plan B. Ce dernier prévoit une baisse de capacités de 10% sur le réseau long-courrier (3% en 2016 et 7% l'année suivante), et 2.900 suppressions de postes dont une partie de départs contraints. Ce plan B "décalerait de deux à trois ans le retour à la croissance", a-t-il expliqué.

«Nous ne souhaitons pas ce plan. Nous avons toujours dit aux syndicats qu'en cas d'accords sur des économies nécessaires, la partie 2017 ne serait pas mise en œuvre», a ajouté Alexandre de Juniac.

Selon lui, en cas d'accords, «Air France aura fini sa restructuration en 2017 et pourra recommencer à croître et à embaucher, notamment des pilotes dès 2017-2018».

Plan A ou plan B, Alexandre de Juniac a rappelé la nécessité pour Air France de baisser ses coûts afin d'améliorer sa performance économique.

« Il y a dans le monde une dizaine de compagnies aériennes qui sont capables de générer durablement des résultats positifs. Il nous faut atteindre les mêmes niveaux de performance financière pour pouvoir jouer en première division », a-t-il indiqué.

"La moitié du chemin"

La veille, auditionné par les députés, Frédéric Gagey, le Pdg d'Air France, avait rappelé les objectifs de la compagnie française.
Certes, "grâce aux efforts des salariés" Air France va mieux a-t-il convenu, dans la mesure où la compagnie est passée d'une perte opérationnelle de 600 millions d'euros en 2012 à des bénéfices d'exploitation de quelques centaines de millions d'euros en 2015. Ces derniers devraient avoisiner les 400 millions d'euros puisque le Pdg d'Air France a indiqué que "la performance économique entre les deux dates s'était améliorée d'un milliard".

Mais la compagnie «n'a fait que la moitié du chemin» a fait valoir Frédéric Gagey et «doit continuer ses efforts pour pouvoir financer une croissance de 2 à 3% par an». Une telle croissance passe par un résultat d'exploitation de 740 millions d'euros ; un montant qui correspond aux objectifs économiques du plan Perform.

«Ne rien faire serait la pire des options » a-t-il dit.

Dialogue social bloqué selon l'intersyndicale

Reste à convaincre les syndicats. Le discours a du mal à passer au sein de l'intersyndicale. Les treize représentants syndicaux de l'intersyndicale, auditionnés juste après Frédéric Gagey ont manifesté leur incompréhension face aux nouveaux efforts demandés par la direction alors que le groupe (composé de KLM qui contribue à la moitié des résultats) a affiché des résultats trimestriels record.

Ils ne partagent pas le diagnostic de la direction sur la nécessité de faire de nouveaux efforts. «Je ne comprends pas où le problème» a lancé l'un d'eux.

Ils ont par ailleurs dénoncé une «stratégie illisible» et un «dialogue social en panne». Un point que ne partage pas la direction qui rappelle la centaine d'accords signés en 2013. Pour Frédéric Gagey, l'agression des deux directeurs d'Air France par des salariés le 5 octobre ne traduit pas un déficit de dialogue. Du coup, il ne voit pas la nécessité de faire appel à un médiateur.

Lire ici  les recommandations du SNPL

"Faux de dire qu'il n'y a pas de dialogue social" (CFDT)

Une vision que soutiennent la CFDT et la CGC-CFE (qui ne font pas partie de l'intersyndicale), également auditionnés ce mercredi.

«Nous ne pouvons pas laisser dire qu'il n'y a pas de dialogue social. C'est faux», a déclaré Béatrice Lestic, secrétaire générale de la CFDT Air France,  qui en revanche, «ne nie pas le climat social détestable ».

«Si nous en sommes là c'est notamment parce que pour négocier, il faut être deux», a ajouté Ronald Noirot, son homologue à CFE-CGC en précisant que certains syndicats ont joué la politique de la chaise vide. Pour lui, au même titre que l'Etat et la direction, les syndicats, sont aussi responsables de la situation à Air France.

Concernant le diagnostic, Béatrice Lestic a expliqué que «tous les projets de la direction mais aussi la situation économique avaient été expertisés par le cabinet Secafi-Alpha, mandaté par le CE» et que «ce dernier avait indiqué que les résultats actuels ne suffisaient pas et que si Air France ne réalisait pas au moins 750 millions de bénéfices d'exploitation, elle ne parviendrait pas à financer sa croissance».

Pour Béatrice Lestic, la direction porte une responsabilité du blocage qui dure depuis un an et demi avec le conflit avec les pilotes.

«Oui il y a un problème de management, oui il y a un problème de communication mais la raison majeure de cette détérioration invraisemblable de la situation remonte au blocage entre la compagnie et les pilotes. Nous sommes suspendus depuis un an aux négociations entre la direction et les pilotes. Nous n'acceptons plus d'être spectateurs», a-t-elle déclaré.
«Ce que nous demandons, c'est de négocier (...) afin d'éviter le plan B. «Il est hors de question d'aller au plan B car ce sera un scénario Alitalia», a-t-elle ajouté, rappelant avoir proposé l'idée d'un accord de cadrage inter-catégoriel permettant ensuite la négociation par métier.

Le risque d'OPA hostile

Ronald Noirot est du même avis.

"Nous sommes contre le plan B. Si nous parlons aujourd'hui d'un tel plan c'est parce que nous sommes dans un échec quasi-permanent des négociations avec les pilotes. Si le SNPL n'est pas capable de trouver des solutions pour pouvoir revenir à la table des négociations, on sera toujours dans ce constat", a-t-il déclaré.

Pour lui, "ce n'est pas parce qu'on crie le plus fort qu'on a raison".

«J'ai la prétention de penser que la majorité du personnel d'Air France partage les positions réformistes que nous défendons. C'est-à-dire aucun licenciement sec, aucune baisse de rémunération et tout ça dans la transparence et l'équité», a-t-il indiqué en exprimant sa crainte « d'une prise de participation hostile ». «C'est ce qu'on souhaite éviter en nous donnant les moyens de rentabiliser notre activité et en la rendant plus performante qu'elle ne l'est aujourd'hui.

Pour Ronald Noirot, "les deux erreurs de Frédéric Gagey et d'Alexandre de Juniac ont été de dire au SNPL qu'il ne cogèrerait plus l'entreprise et d'avoir annoncé qu'on allait s'attaquer frontalement à un bastion de la CGT, l'escale de Marseille, qui pose beaucoup de problème en termes de comparaison de compétitivité".

Unanimité pour un soutien de l'Etat

Enfin, un sujet fait l'unanimité entre la direction et l'ensemble des syndicats. Tous ont demandé des gestes à l'Etat pour mettre en place un contexte favorable. Tous demandent la modération des redevances aéroportuaires (dont le niveau est fixé par l'État), la limitation des droits de trafic aux transporteurs concurrents et la prise en charge par l'État des dépenses de sûreté, autant de préconisations faites à l'automne 2014 par le député (PS) Bruno Le Roux, qui n'ont pas été appliquées.

Fabrice Gliszczynski

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 30
à écrit le 09/11/2015 à 16:24
Signaler
Grève Lufthansa: 929 vols annulés lundi Lufthansa affirme que ses hôtesses et stewards perçoivent déjà un salaire « bien au-dessus de la moyenne dans l’industrie », un PNC débutant touchant en moyenne 2200 euros tout compris avec pendant les dix pre...

à écrit le 08/11/2015 à 12:00
Signaler
Petit billet sur le syndicalisme transgénérationnel dans l'(ancienne) compagnie publique française. (Toute ressemblance avec des personnes existantes ou ayant existé est purement fortuite). Il était beau papa dans son uniforme de CDB dans la grande...

le 08/11/2015 à 21:56
Signaler
Cette fort intéressante logorrhée , quoiqu'un peu longue présente l'insigne avantage de montrer publiquement un des maux principaux frappant cette pauvre compagnie aérienne : les mythes... Que les navigants qui font un passage par les services ce...

à écrit le 08/11/2015 à 9:27
Signaler
le probleme est qu'en France on a jamais appris aux Pdg le dialogue(ils ont soit disant toujours raison) et en face on a particulierement un syndicat qui pratique le ni ni on modifie pas les acquis et on en demande toujours plus de ce fait je ne com...

à écrit le 07/11/2015 à 17:32
Signaler
Décidément, je suis poursuivis par les femmes pilotes de chez AF. Après le portrait complaisant et sans intérêt de la Secrétaire Générale du SNPL, je tombe aujourd’hui sur l'émission Reportages : http://lci.tf1.fr/reportages/videos/reportages-du-7-no...

le 08/11/2015 à 16:37
Signaler
Merci pour ce lien. Effectivement si tous les pilotes du Snpl que l'on entend ou voit dans les médias étaient de son niveau, le pilote bashing serait bcp moins répandu. Quant au syndicalisme chez AF, il est malheureusement pour la démocratie a l'ima...

à écrit le 06/11/2015 à 19:25
Signaler
Faites vite Mr Jugnac si vous voulez remettre à niveau AF et surtout ne vous laissez pas "distraire" par l’État; votre pire ennemi !

le 07/11/2015 à 11:53
Signaler
sauf que c'est l'état qui a mis en place le President d'AF, et c'est l'Etat qui est encore actionnaire majoritaire aujourd'hui, bien que ce ne soit plus une entreprise nationale, l'Etat y a encore son mot a dire...

le 08/11/2015 à 10:47
Signaler
sauf que l'Etat ne dit pas grand chose...et pour cause 17 % si capital c'est trop ou pas assez. Et le juge de paix c'est qui détient le capital. Donc les appels a l'état régulateur sont les scories d'une époque révolue.

à écrit le 06/11/2015 à 19:17
Signaler
Portrait complaisant de la secrétaire générale du SNPL diffusé sur une radio : http://www.franceculture.fr/emission-le-portrait-du-jour-veronique-damon-secretaire-generale-du-snpl-air-france-2015-11-04#comments Père: ex-pilote AF au SNPL comme il s...

le 06/11/2015 à 20:00
Signaler
C'est ce qui s'appelle le syndicalisme a papa (lol)

le 06/11/2015 à 23:17
Signaler
Les salaires des PNT sont bloqués depuis longtemps, ainsi que les carrières chez AF.

le 07/11/2015 à 11:56
Signaler
Un des principaux problèmes qui amène , sinon au blocage , au moins au ralentissement notable des négociations est a l'évidence la personnalité du PDG d'AFKLM, mr A De Juniac . Se lancer dans une campagne de dénigrement forcenée des forces vives d...

le 07/11/2015 à 12:07
Signaler
merci pour le lien vers france culture, je ne trouve pas de complaisance dans le portrait de mlle Damon dont on souligne la bonne aptitude a communiquer. il est a souhaiter que la direction d'AF ait également quelque bon sens sur la communication et ...

le 07/11/2015 à 13:22
Signaler
Avec 5 milliard de dette c'était et cela reste plus que nécessaire...

le 07/11/2015 à 13:25
Signaler
Alors si la journaliste souligne sa bonne capacité a communiquer, AF est sauvé et l'avenir du Snpl est entre de bonnes mains...

le 07/11/2015 à 18:03
Signaler
pour négocier il faut bien s'entendre, et pour s'entendre il faut bien communiquer...cqfd

le 07/11/2015 à 20:31
Signaler
surtout quand on a rien a dire

le 08/11/2015 à 10:11
Signaler
c'est sûr que la tactique de la chaise vide aux négociations était la meilleure communication possible ! on a vu le résultat...vos collegues vous remercient. ..ces gens ne doutent de rien

le 09/11/2015 à 8:41
Signaler
Ah Mme D. le syndicalisme de bonne famille des quartiers chics de Paris. Le Snpl ne pouvait pas trouver mieux pour défendre ses intérêts.

le 09/11/2015 à 11:14
Signaler
En étant a deux avenues du PDG dans le 7ème a Paris, c'est pratique pour les negos secrètes : chez toi ou chez moi ? Non, trouvons un terrain neutre. Les Invalides, c'est a 5 mn a pieds ! C'est beau le syndicalisme Consternant

à écrit le 06/11/2015 à 13:41
Signaler
Aura t on un jour dans ce journal un article détaillant les fautes de gestion de cette direction : pénalités ,pertes sur capital dans les participations , mauvaise couverture des achats de kérosène ...Je n 'évoque pas les copinages qui ont permis de ...

à écrit le 06/11/2015 à 13:40
Signaler
Aura t on un jour dans ce journal un article détaillant les fautes de gestion de cette direction : pénalités ,pertes sur capital dans les participations , mauvaise couverture des achats de kérosène ...Je n 'évoque pas les copinages qui ont permis de ...

à écrit le 06/11/2015 à 12:55
Signaler
Si ils bossent gratis le PDG embauche Si le PDG n'arrive pas a les faire bosser plus on en vire 2900 ? Bel exemple de management qui prouve que les décideurs de cette entreprise n'ont rien a y faire

à écrit le 06/11/2015 à 8:45
Signaler
C'est quand même beau le dialogue social à la française. Des mois voire des années pour parvenir à des demi mesures qui sont déjà dépassées au moment où elles sont actées. Des dizaines de réunions, des dizaines d'employés payés à négocier au lieu de ...

le 07/11/2015 à 13:23
Signaler
La Réunionnite n'est pas un mal importé des iles du sud, c'est une maladie grave qui touche très profondément AF. A l'instar des grandes administrations françaises, ces messieurs se réunissent tellement que plus personne ne sait pourquoi, ni même q...

à écrit le 06/11/2015 à 8:40
Signaler
La CFE-CGC comme la CFDT semblent en volonté de négocier. Je suggère que la négociation se poursuive avec les syndicats salariés qui veulent négocier. Début 2016, il restera à la direction de mettre à référendum le résultat de cette négociation direc...

à écrit le 06/11/2015 à 8:35
Signaler
L'intersyndicale pratique la politique de la chaise vide, refuse de venir négocier depuis des mois et des mois... et maintenant, réclame plus de temps ! Et ce, tout en ne venant toujours pas à la table des négociations! Ou est leur légitimité à récla...

le 06/11/2015 à 9:19
Signaler
La négociation se poursuit mais attention "top secret", loin des médias, silence radio du Snpl...il vaut mieux en rire...

le 07/11/2015 à 18:10
Signaler
le problème c'est que si vous restez "ferme" sur vos positions ça ne s'appelle plus une "négociation" ! alors pas la peine de faire croire a un dialogue social si vous mettez des boules Quies et que vous remettez la meme chose a l'infini (cf 17%:17%...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.