Air France, le PDG vide son sac avant de partir et fustige le SNPL

 |   |  1064  mots
Jean-Marc Janaillac
Jean-Marc Janaillac (Crédits : PHILIPPE WOJAZER)
Trois jours après le résultat du référendum perdu sur sa proposition salariale qui l'a conduit à quitter la présidence d'Air France-KLM et d'Air France, Jean-Marc Janaillac est sorti ce lundi de son silence pour répondre à un tract du SNPL jugé "insultant". Dans un courrier très violent envoyé aux pilotes, il accuse notamment "la volonté délibérée" des syndicats des pilotes et du premier d'entre eux, le SNPL, d'avoir créé une situation de blocage.

Trois jours après le résultat du référendum perdu sur sa proposition salariale qui l'a conduit à quitter la présidence d'Air France-KLM et d'Air France, Jean-Marc Janaillac est sorti de sa réserve naturelle pour dénoncer l'attitude du SNPL à son égard et pointe la responsabilité de ce dernier dans ce conflit. Dans un courrier envoyé aux pilotes, la charge de Jean-Marc Janaillac est aussi brutale qu'inhabituelle. Elle traduit l'amertume du dirigeant qui ne pensait pas partir de cette manière et laisser Air France dans de telles circonstances.

"Marionnette de l'Etat"

Lui qui s'était volontairement abstenu depuis son arrivée en juillet 2016 de faire le moindre commentaire en public sur les positions des syndicats pour préserver le dialogue social, la lecture du dernier tract du SNPL l'a fait sortir de ses gonds. Il se déclare « consterné » et insulté que la fonction de Président du groupe soit présentée comme une "marionnette de l'Etat", une interprétation qui, selon lui, « témoigne d' une totale méconnaissance du fonctionnement de notre compagnie ». Jean-Marc Janaillac dénonce aussi les « mensonges » des syndicats sur les compte-rendus des réunions de négociations, les « attaques indignes » portées par certains représentants » et accuse l'attitude du SNPL d'avoir « voulu délibérément créer une situation de blocage ». En attendant, face au flou sur la gouvernance à venir du groupe, l'intersyndicale n'a pas lancé de nouveaux préavis de grève à la suite du 15ème jour de grève ce mardi.

"On va attendre jusqu'au conseil d'administration le 15" mai, au cours duquel le PDG Jean-Marc Janaillac doit formaliser sa démission, "et puis après, on va se réunir rapidement pour décider de la suite", a indiqué à l'AFP, une source syndicale.

 La lettre de Jean-Marc Janaillac,

« Depuis le début du conflit, en cohérence avec la ligne de conduite que j'ai fixée à mon arrivée, j'ai choisi de ne pas commenter les prises de parole des représentants de vos syndicats. Mais dans les circonstances présentes, je ne peux laisser passer certaines affirmations. En effet, le dernier tract du bureau du SNPL du 6 mai, intitulé "bilan des 3 et 4 mai et perspectives", m'a une fois de plus stupéfié.

Je ne reviendrai pas sur la déformation, pour ne pas dire la désinformation, des chiffres de grévistes, les chiffres sont disponibles, ni sur les affirmations qui laissent entendre qu'Air France-KLM serait "une entreprise parfaitement saine économiquement et (...) capable d'assumer à la fois les pertes associées à ce conflit et le rattrapage de l'inflation".

En revanche, je me dois de réagir face à l'idée que le Gouvernement serait le réel dirigeant d'Air France, son Président n'étant qu'une "marionnette", et son DRH l'exécuteur des directives de l'Etat. Comment ne pas être consterné devant cette vision ridicule, et insultante pour moi, qui témoigne avant tout d'une totale méconnaissance du fonctionnement de notre compagnie ?

Non, en juin 2016 ce n'est pas l'Etat qui m'a "ordonné" de proposer un gel des mesures et un arrêt de la grève en attendant de définir une stratégie. C'était déjà une décision personnelle, prise sans que l'Etat n'ait été consulté. Il n'y a eu d'ailleurs aucune négociation, ni protocole de sortie : c'était une proposition unilatérale à prendre ou à laisser.

Non, le 20 avril 2018, ce n'est pas l'Etat qui m'a demandé de lancer une consultation de l'ensemble des salariés d'Air France sur le projet d'accord salarial. C'est une décision que j'ai prise, parce qu'elle me semblait la seule voie pour mettre fin au conflit en cours, et dont j'assume pleinement les conséquences, comme je l'avais annoncé.

Non, ce n'est pas l'Etat qui définit ni la stratégie ni les actions du Groupe Air France-KLM. Il est un actionnaire important, mais minoritaire, et de nombreuses décisions ont été prises contre son avis.

Le Président que je suis encore pour quelques jours définit les orientations stratégiques du Groupe, qu'il partage avec le Conseil d'administration, qui les valide. Il prend, avec le Directeur général, les grandes décisions qui engagent l'avenir d'Air France. C'est typiquement le cas pour le conflit en cours, car l'impact des revendications serait dramatique pour la compagnie. Comme je l'ai déjà expliqué, je n'ai pas directement conduit les négociations, ce n'est pas mon rôle, mais j'en ai fixé le mandat et suivi l'aboutissement dans un projet d'accord que je considère être le meilleur possible. C'est aussi simple que cela, et toute autre interprétation de la répartition des rôles est un mensonge.

Pour ma part, je n'ai jamais donné crédit au débat sur les personnes. Je ne le ferai pas aujourd'hui, au nom de l'intérêt de tous, et je ne peux que déplorer les attaques indignes qui sont portées par certains représentants. Un dialogue social constructif et respectueux, que j'ai appelé de mes voeux et que le Directeur général et le DRH d'Air France n'ont cessé de proposer à vos organisations, suppose que chacun joue son rôle, sans choisir, et encore moins détruire, ses interlocuteurs. Le récit qui vous a été fait des réunions de négociations n'est hélas qu'un travestissement, à dessein, de la réalité. Vous vous en êtes rendu compte.

La compagnie et ses pilotes ont beaucoup plus d'intérêts communs que certains n'aiment à le dire, dont celui, évident, de s'accorder sur des compromis équilibrés. C'est ce que la Direction Générale d'Air France a recherché inlassablement depuis le premier jour, tendant la main à de multiples reprises à vos représentants, organisant des réunions pendant lesquelles la direction les a attendus, subissant les interruptions de séance à répétition, les monologues et les invectives, et constatant, avec un profond regret, l'absence d'ouverture et la volonté délibérée de créer une situation de blocage. C'est ce qui nous a conduits à l'impasse d'aujourd'hui, et à ce gâchis que nous regrettons tous.

Il vous appartiendra, lorsque cela sera redevenu possible, d'en tirer les enseignements pour obtenir de reconstruire un dialogue social à la hauteur des enjeux qui sont ceux d'Air France après ce conflit destructeur."

 Lire ici : Air France : un gâchis sans surprise

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/05/2018 à 1:13 :
Cela fait jplus de 30 ans que je refuse de voyager sur une compaagnie aérienne aux mains de syndicat... Ce n'est certainement pas aujourd'hui que ja vais chenger d'avis...
Ancien DG d'un Tour Operator, AF était interdit de vente chez moi... Si un client voulait voyager sur cette compagnie, il devait s'adresser a un confrère...
a écrit le 14/05/2018 à 20:51 :
Il est peu crédible, brutalité managériale et absence totale de probité et d’éthique sont tellement la signature actuelle des dirigeants des entreprises publiques du cac 40 exactement comme chez Orange
Réponse de le 17/05/2018 à 10:19 :
AF n'est pas une entreprise publique, plus au Cac 40 depuis longtemps et enfin, pour une fois, un homme honnête et bienveillant qui avait une vision équilibrée pour cette entreprise. Conditions de travail peut être pas parfaites mais incommensurablement meilleures que chez Orange.
ABSOLUMENT TOUT EST FAUX DANS CE QUE VOUS DITES.
Réponse de le 17/06/2018 à 7:29 :
....parce que la "probité" et "l'éthique" sont du côté des syndicats ... selon vous ?
a écrit le 14/05/2018 à 20:07 :
boycott non pas a cause des pilotes mais de cette ex compagnie haut de gamme , avec avions non renoves, hotesse detestables,aeroport immonde de roissy et orly, monopole d'air france qui empeche les low costs sauf au fin fond de la campagne, prix prohibitifs, greve a repetition
je l'ai boycotte en 2001 suite a surbooking de leur part
jai bien fais
a écrit le 12/05/2018 à 23:39 :
En tout cas, cela fait un an que je boycotte Air France en raison de l'attitude de ses pilotes, à titre professionnel (en plus les miles sont moins intéressants) et personnel (il y a beaucoup moins cher) car je ne veux pas être l'otage de ces profiteurs. Vous estimez être mal payé? Démissionner, aller voler dans le Golfe Persique...Ah bon, vous voulez le beurre et l'argent du beurre! Je ne suis pas prêt de changer d'attitude. Je regrette que l'Etat soit encore au capital de cette entreprise de grincheux.
a écrit le 11/05/2018 à 17:03 :
SNPL le cancer de l’aviation Française..... il semble que celui soit en train de gagner......
a écrit le 11/05/2018 à 0:51 :
Ce qui me sidère, ce sont tous ces pilotes qui donnent des cours de gestion et de rentabilité, alors que dans leur monde, les plus "titrés" sortent de cette petite école qu'est l'ENAC option PL, concours que l'on passe en sortie de math sup (c'est une des rares, toutes les autres se passent en math spé, ce qui ne les empêche pas de dire "math sup/math spé") et que cette école ne donne même pas de titre d'ingénieur, non n'y apprend qu'une partie infime du pilotage des avions, à savoir le vol aux instruments.. donc si vous voulez ce ne sont ni des pilotes de chasse ou d'essais...
Réponse de le 11/05/2018 à 13:50 :
Merci Gallifet...
Votre message me donne un peu d'espoir car je vais rentrer en prépa l'année prochaine et je crois qu'il n'y a qu'une quarantaine de places pour plus de 3000 candidats et on m'a dit que tous les lauréats sont issus de maths spé , même en 5/2, ce qui semble logique vu l'hyper sélectivité!... Moi, je vais quand même tenter en maths sup. Vous avez l'air de connaître et effectivement, c'est une école de pilote de ligne (et pas de chasse ), mais qui délivre aussi des diplômes d'ingénieurs aux élèves ingénieurs
Réponse de le 12/05/2018 à 20:07 :
ENAC :petite école et petits diplomes .
a écrit le 10/05/2018 à 22:09 :
Je vais me résoudre à boycotter Air France.
Marre.
De la Direction qui se gave.
Et des pilotes gavés qui en veulent encore et toujours plus.
Qui ne comprennent pas que la compagnie est fragile.
C'est la première fois que je me dis que si Air France disparaissait, cela ne me ferait ni chaud, ni froid.
A compter d'aujourd'hui, j'éviterai Air France. Adieu.
a écrit le 10/05/2018 à 17:39 :
AIR FRANCE n'est plus ce qu'il était !! les pilotes de cette compagnie devrait faire profil bas !!! rappelez vous du vol AF 447 .... TO/GA..., vous n'êtes plus de la classe de vos ainés ! EUX des vrais cochers !! on savait traiter les termes buffeter, marsouiner...N'oubliez pas que votre "aura AF " provient de ses anciens, que l'on surnommait "seigneurs de l'atlantique", (vol atlantique nord) et ce n'était pas pour rien ! car piloter à 19000 pieds,toujours dans la couche, ... la mauvaise altitude... avec un super constellation magnifique capricieuse machine assurant la traversée par une nav astro, console,ou loran, il fallait avoir du cran !!
Alors !! arrétez de gémir ! de vous plaindre !! vous êtes en train de couler la BOITE !! et je vous le dis sans ménagement : les français s'en contre foutent de cette entreprise à l'esprit ubuesque d'immortabilité !! ils iront et vont d'ailleurs sur d'autres compagnies ne les empèchant pas de sillonner le monde !!
Réponse de le 10/05/2018 à 23:02 :
et n'oubliez pas que vous n'êtes pas les meilleurs et qu'en 50 ans vous avez eu plus d'accidents graves que n'importe quelle grande compagnie mondiale à l'exception des compagnies de feu les pays d'Europe communiste !
a écrit le 10/05/2018 à 14:01 :
La participation de l'Etat au capital d'Air France, à l'instar de la SNCF, offre une garantie d'immortalité à l'entreprise (l'Etat comblera éternellement les déficits). Dès lors, des syndicalistes dogmatiques et mégalomanes s'en donnent à coeur joie pour exiger toujours plus et faire le bars de fer avec leurs patrons.
La solution serait que l'Etat se désengage complètement.
La question est : quel est l'intérêt pour l'Etat d'avoir des participations, même minoritaires, dans des entreprises comme Air France ou la SNCF ? sachant que sa seule présence est la cause indirecte des dysfonctionnements scandaleux, qui consternent les Français, qui savent qu'au final, ce sont leurs impôts ou ceux de leurs enfants qui combleront les conséquences des actions irresponsables des syndicats.
a écrit le 10/05/2018 à 11:14 :
Il n'a pas besoin de se justifier : il avait annoncé qu'il démissionnerait en cas de rejet de projet, il n'a pas besoin d'attendre qu'on l'autorise à démissionner sous prétexte de "devoir de réserve" ou de "continuité du service" ! Il n'est tout de même pas le seul à travailler dans cette entreprise et à la tenir à bout de bras, les délégations de signature existent déjà et, puisqu'il a été désavoué, que les autres se débrouillent donc sans lui. Comme nous on peut voler sans Air France. Et d'ailleurs, vivement qu'on puisse prendre le train sans la SNCF.
a écrit le 09/05/2018 à 20:25 :
Il y a un temps pour tout. Vider son sac n'a de sens que lorsqu'on est en poste et que l'on peut influencer encore l'avenir de l'entreprise. Le devoir de réserve est fait pour les fonctionnaires subordonnés à l'Etat. Janaillac donne encore raison aux syndicats.
Réponse de le 11/05/2018 à 0:03 :
D'autant plus que si j'ai bien compris Janaillac assume la paternité de toutes les décisions, il est donc totalement responsable de la situation et du climat social de l'entreprise.

Il a échoué, ça arrive. Mais à la différence d'un salarié lambda qui agit sous contrainte hiérarchique, le patron est seul maître des décision, donc responsable.
a écrit le 09/05/2018 à 17:16 :
KLM se demande ce qu'il est venu faire dans cette désastreuse galère, et il n'a pas tort. C'est maintenant qu'il est nécessaire de se reprendre, de vider l'abcès une fois pour toutes et se débarasser des inconscients qui ont conduit à la situation actuelle. Que les syndicats acceptent ce qui leur est offert et cherchent rapidement un travail ailleurs avant que la compagnie ne réduise la voilure et supprime des vols.
Réponse de le 10/05/2018 à 8:24 :
KLM était en faillite donc....mainrnanr c est facile de jouer les outrés
Réponse de le 27/05/2018 à 13:00 :
non seulement KLM était en faillite, mais en plus elle est très lourdement endettée aujourd'hui et même si elle parvenait a sortir du groupe AF elle serait immédiatement en faillite a nouveau car elle partirait avec son endettement intenable.
Paradoxalement ses pilotes viennent d'être augmentés de 8% la semaine dernière, allez comprendre...
a écrit le 09/05/2018 à 17:11 :
Se débarrasser enfin enfin enfin enfin.... de ces 14% au profit d IAG Européen sérieux, ou Emirates.
Ces 14% constituent l'Incitation Permanente à la grève des Pilotes et P.N.C.
Réponse de le 27/05/2018 à 13:06 :
Ces 14% permettent surtout une ingérence systématique de l'état dans la gestion de l'entreprise, ce qui est totalement inadmissible aujourd'hui. Janaillac a beau s'en défendre mais c'est un poste commandé, et il y aurait eu d'autres moyens que de mettre sa démission dans la balance si l'état n'était pas embourbé dans un conflit avec la Sncf.
Donc OK pour la vente des 14%, pourquoi pas un referendum sur le sujet ? c'est bon pour le contribuable et c'est bon pour l'entreprise, alors a qui profite le crime ?!?
a écrit le 09/05/2018 à 16:03 :
Spécialité franco-française ou comment se tirer une balle dans le pied...
remember la SNCM? à trop vouloir on finit par tout perdre
Continuez comme ça et on en reparle dans quelque temps!
Dsl
a écrit le 09/05/2018 à 15:52 :
7.10 eur, 48% de baisse depuis le 1/01/2018 : L'action est encore beaucoup trop chère : risque permanent éternel de grève destructrice non intégré. A 4.50eur j'achèterai prudemment. Le " nouveau " " pédégé " ne sera que !!! LE SOUMIS des Pilotes et P.N.C
Réponse de le 27/05/2018 à 13:10 :
donc vous avez foi dans cette entreprise dirigée par un pdg de pacotille soumis a ses employés pour faire remonter l'action ?...
a écrit le 09/05/2018 à 15:45 :
La SNCF et la compagnie AIR FRANCE doit couler comme le Titanic et en finir avec ces entreprises publiques ou ex . publiques et sa caste de nababs à la mentalité de fonctionnaires qui plombent l'économie française... pour ma part vive la concurrence et adieu SNCF AIR FRANCE !!
a écrit le 09/05/2018 à 15:42 :
Ce qui est frappant dans cette caste des seigneurs-pilotes d’AF c’est qu’ils ont gardé la même mentalité que les ex- pilotes d’Air Inter, soit parce qu’ils sont eux mêmes ancien d’Air Inter, soit parce qu’ils ont été contaminés par ces anciens.... Souvenez vous des interminables grève sur des pilotes d’Air Inter parce qu’ils refusaient de passer de trois à deux pilotes dans le cockpit lors de l’arrivee des A320! Mêmes arguments, mêmes blocages d’un autre âge, mêmes DENIS de réalité.....
Réponse de le 12/05/2018 à 20:15 :
les pilotes AF faisaient le meme b....l 10 ans avant pour le 737 à 2 pilotes et sans OMN et heureusement il y a eu un ministre communiste FITTERMAN qui leur a imposé et ils ont fermé leur grande g....e.
a écrit le 09/05/2018 à 13:20 :
Il aurait raison à 100% si la direction ne s'etait pas augmenté les remunerations.
Il faut revenir sur cette augmentation et après ne rien conceder aux pilotes, même pas l'inflation.
a écrit le 09/05/2018 à 8:50 :
Un conflit incompréhensible mené par des pilotes qui font parti des 1% des plus riches du pays, qui sont rémunérés sans aucune prise de risque financier, on ne peut qu’etre Choqué et révolté , on leur demande de regarder la réalité de la situation économique de leur société et du pays. Moins d’égoïsme et un peu de solidarité
Réponse de le 09/05/2018 à 9:59 :
Esprit simple, idée simple ! Et si on les compare a des ouvriers Somaliens c'est pire !
Réponse de le 09/05/2018 à 10:05 :
@ Carlier .
Une belle confusion très répandue : le revenu et la richesse...
Avoir des revenus dans le 1 pc supérieur n’implique absolument pas d’etre dans les 1 pc le plus riche... C’est la différence entre un flux et un stock.....

On ...? Qui est on? Vous ?
La réalité économique de l’entrerprise est qu’elle a fait en 2017 de , pas assez, mais globalement bons résultats l’année dernière tout en diminuant sa dette de 60 pc en un an....
La contrainte sur les ressources d’air france opérée par l'état via ADP pour remplir ses caisses empêche cette augmentation de salaire demandée par les employés . Le resultats sont insuffisants de ce fait.

L’état par le biais de Mr Lemaire raconte une petite histoire simpliste que vous reprenez . L’histoire des employés nantis , sur payés , improductifs, mal aimables qui seraient responsables de tout . C’est évidement un rideau de fumée pour cacher la réalité
La réalité est que AF n’est pas profitable pour de multiples raisons . La principale est le positionnement de curseurs entre les différents intervenants de cette industrie . Ils sont décidés par l’etat ... personne d’autres.
L’état ne veut surtout pas changer les curseurs car il a trop besoin des dividendes d’ADP , d’embellir son bilan pour pouvoir le vendre à Vinci en compensation pour NDDL.
Ce qui est choquant et révoltant c’est de faire des commentaires malveillants sans connaître les nombreux éléments sous-jacents qui font apparaître les grands équilibres à l’interieur desquels on fait naviguer des salariés floués.
Réponse de le 09/05/2018 à 11:44 :
C'est vrai! L'Etat est responsable de tout et favorise ADP. Il faudrait juste une explication concernant les différences de salaire et de productivité vis-à-vis des concurrents européens. pourquoi un pilote airfrance (commandant) gagne 30k€de plus que son homologue chez KLM qui vole davantage (sur le même type d'avions)...
Pour Aifrance les redevances sont chers à Paris mais quel atout d'être à CDG... soyons sérieux les résultats financiers d'Airfrance sont conjoncturels et plutôt mauvais...
Réponse de le 09/05/2018 à 13:54 :
@arnaud
Curieux chiffre .... un CDB 320 gagne plutôt 30 k euros de moins que son homologue de chez Easy ou transavia . Il produit certainement moins d’heures de vol du fait du réseau et de l’organisation du travail imposé à Air France . Cela dit son temps de travail total doit être équivalent. La structure hubée de l’exploitation optimise le remplissage du vol pas la productivité pilote. C’est un choix entrepreneurial dont les employés ne sont pas responsables .
Cela dit les résultats financiers ne sont pas s’il mauvais si on prend en compte le désendettement massif intervenu l’année dernière ( pour rembourser une dette essentiellement contractée par KLM pour l’achat de nouveaux avions) mais ne semblent assurément pas suffisants pour revenir sur la baisse des grilles de rémunérations intervenue depuis 2011.
Mr Lemaire jette un écran de fumée pour distraire l’attention des réels problèmes : ponction sur le transport aerien ( vu comme une industrie pour riches par des parlementaires hors d’ages ...) afin de renflouer les caisses de l’état.
a écrit le 08/05/2018 à 21:07 :
Il ne faut bien comprendre que dans cette affaire le Pdg n'avait aucune marge de manœuvre sachant que c'est le Gvt qui pilote si j'ose dire ce dossier et que compte tenu des autres conflits....rien ne doit bouger...😎
Réponse de le 08/05/2018 à 21:32 :
On peut ne pas a la fois se plaindre de l'état qui décide soit disant en sous main pour des raisons politiques et ensuite lui demander du pognon pour colmater les déficits lié a l'irresponsabilité de certains et exiger sa garantie pour éviter la faillite !
Que l'état de désengage totalement et que l'entreprise soit géré comme toute entreprise normale en toute transparence avec tout les risques qui vont avec.
Réponse de le 09/05/2018 à 15:07 :
Le " pseudo pédégé " n'est QUE !!!! LE SOUMIS de ces Pilotes et P.N.C
a écrit le 08/05/2018 à 20:44 :
Puisque les pilotes en ont assez de l'Etat Français actionnaire, ce qui peut se comprendre, celui-ci pourrait vendre sa participation et passer la main.
De préférence à une équipe de viandards financiers.
De fait, il y a vraisemblablement quelque chose, c'est à dire beaucoup, à gagner, entre la valeur de la société en bourse, qui est au tapis, et la valeur des avions qui sont au bilan.
Mais beaucoup à gagner aussi pour le contribuable, qui paie régulièrement pour tout ce gâchis.
Réponse de le 09/05/2018 à 0:40 :
Le contribuable paie régulièrement pour AF? À quand ça remonte la dernière fois?
Réponse de le 10/05/2018 à 14:32 :
@Asimon : les avions sont en leasing...
a écrit le 08/05/2018 à 19:30 :
Depuis plus de 25 ans je faisais déjà en sorte de ne pas prendre Air France pour mes déplacements. Déjà les grèves à répétition m'avaient dissuader d'utiliser cette entreprise. Cela n'a pas changé. Ma plus grande surprise est qu'elle existe toujours !
Réponse de le 27/05/2018 à 13:19 :
puisque vous êtes surpris d'un rien, je vous apprend que cette compagnie existera toujours quand vous aurez disparu LOL
a écrit le 08/05/2018 à 19:16 :
Le syndicat dominant essaie de s'en sortir, en disant finalement, c'est l'Etat notre patron...avec 14% des droits de vote.
L'ancien PDG n'était que son employé....et le contribuable doit régler l'ardoise.
On se fiche du citoyen, l'Etat doit entretenir encore "quelques danseuses" dont Air France?
Réponse de le 08/05/2018 à 20:03 :
Une danseuse de 45000 salariés dont certains gagnent le SMIC ?
a écrit le 08/05/2018 à 18:45 :
Lorsqu'il y a une "crise" salariale de cette ampleur depuis des années dans cette entreprise, il est nécessaire, pour ne pas dire primordial, que tout le monde montre l'exemple surtout au niveau de la direction....il y va de sa crédibilité !
D'un autre côté, les grèves à répétition ne résolvent rien si ce n'est d'enfoncer financièrement un peu plus l'entreprise...et la ternir! Surtout lorsque les exigences syndicales sont totalement hors des réalités ....
Peut être faut il alors faire intervenir un médiateur extérieur indépendant pour désamorcer les problèmes....et que tout le monde joue le jeu .
C'est peut être la solution pérenne ...
a écrit le 08/05/2018 à 18:32 :
Le PDG l'a surtout mauvaise car il pensait surement gagner ce referendum avec une grosse marge comme en 1994 mais pas de bol c'est l'inverse ,sans oublier le gouvernement qui y croyait aussi dur comme fer. à la victoire, mais cette fois-ci le personnel au sol a voté contre..
Réponse de le 09/05/2018 à 15:09 :
Et au final? Qui sera la variable d'ajustement dans les bilans si ce n'est une fois de plus le personnel au sol?
a écrit le 08/05/2018 à 18:09 :
Je ne suis pas sur que ce pdg agisse dans l’intérêt des actionnaires, des salariés, des clients et des autres parties prenantes en agissant comme il l'a fait. Il aurait mieux fait de se taire.

Pour info, air france ne va pas mal actuellement, mais va devoir se transformer vu les évolutions rapides des compagnies low cost, la hausse tendancielle du prix du pétrole sur le long terme, et leur flotte vieillissante.

A force de dramatiser la situation, la direction perd du crédit.
Réponse de le 08/05/2018 à 19:34 :
Ha bon ! Ça. Va pas durer car Air France en ce qui me concerne c est fini ! Je préfère même voler sur tunisair que faire travailler ces gens Ui se foutent de la gueule de ce Ui les font vivre ; les CLIENTS !!!
a écrit le 08/05/2018 à 17:55 :
Les syndicats des riches ont raison! Tout va bien chez Air France et cette compagnie peut supporter l'irresponsabilité de ces organisations sans imagination mais professionnelles de la désinformation. Il ne faudra pas venir pleurer quand Air France sera en faillite et vendue à vil prix à une autre compagnie qui fera du ménage dans cette bande d'incompétents et de plus de salariés protégés qui se fichent pas mal du personnel non syndiqué .... et des syndiqués de base d'ailleurs!
Réponse de le 27/05/2018 à 13:25 :
la compagnie a déjà vendu 20% de ses parts aux américains et aux chinois, on attend toujours le ménage dont vous parlez...Le mieux serait que l'état se désengage pour assurer la pérennité de la compagnie
a écrit le 08/05/2018 à 17:32 :
Les problèmes d’Air France restent et resteront entiers tant que le système qui prévaut dans ce pays sera maintenu. Même si les négociations avaient été menées de manière réaliste, objective et constructive par toutes les parties concernées la compagnie resterait en état de quasi mort clinique.
Sortir la tête de l’eau c’est mission impossible car les mesures prises seront « trop peu et trop tard » versus la concurrence qui elle n’est pas obligée de passer la moitié de son temps à négocier avec l’État actionnaire irresponsable, les salariés, les syndicats, les pouvoirs publics des plans sociaux ou des plans de réorganisation des activités.
Les concurrents, depuis des années travaillent : définition d’une stratégie claire, plan de réalisation et surtout concentration de toute leur énergie sur l’exécution de ces plans. Pendant ce temps Air France négocie…. Et c’est sans compter avec les conséquences calamiteuses et mortifères sur les parts de marché de la compagnie que va engendrer la crise actuelle.
Réponse de le 08/05/2018 à 20:08 :
Incompétent ultra-libéral.
Air France ne va pas mal et a presque remboursé sa dette. Par ailleurs les salariés seraient donc corvéables à merci. Les salariés créent de la valeur elle doit être justement redistribuée
Réponse de le 09/05/2018 à 16:27 :
@Itouitou
Toujours la même rengaine: ultra-libérale, etc. Alors que les gens ne savent pas ce que c'est ou alors en profitent plein pot sans s'en rendre compte.
Bref les salariés d'AIr France touchent un salaire non? Et ce salaire est au-dessus du marché pour certaines catégories qui ont des revendications décalées. Bref, s'ils ne sont pas contents ils vont pointer ailleurs, mais cette mentalité de dégrader son gagne pain est totalement contreproductif. Parce que cette grève, quoi que vous en pensiez, va laisser des séquelles. Et puis Air France ne va pas bien, ils perdent de l'argent sur le premier trimestre 2018 (à moins que pour vous ce soit bien, dans ce cas la SNCF va très bien aussi), arrêter de répêter ce que la gauche radicale raconte, elle n'y connaît rien à l'économie.
Réponse de le 27/05/2018 à 13:32 :
vous comparez fort maladroitement la Sncf et AF, 2 dossiers concomitants mais qui n'ont rien a voir l'un avec l'autre. Par ailleurs si AF perd de l'argent au 1er trimestre, et surement au second aussi, c'est a cause de la grève. Alors, est il responsable de la part des dirigeants de sacrifier les bénéfices dune entreprise pour respecter le dogme de la non négociation ? Seul l'état irresponsable est capable de cela, un VRAI chef d'entreprise aurait trouvé une issue plutôt que de démissionner comme une lavette !
a écrit le 08/05/2018 à 16:52 :
Air France finira comme Alitalia. À la casse. La culture de la lutte syndicale politique pour préserver ses "avantages acquis" a trouvé ses limites. Quelle morgue et quelle attitude suicidaire d'enfants gâtés. Oui on peut gagner plus mais Luft et BA sont en embuscade. Envoyez cette entreprise dans le mur. On s'en contrefout. On fait aujourd'hui son possible pour ne voler ni sur hop ni sur Air Chance. Pas fiable. Reputation usurpée. On volera anglais allemand ou Emirates ou encore Turkish. Ciao.
Réponse de le 08/05/2018 à 18:37 :
Je vous souhaite bien du courage avec Turkish...
a écrit le 08/05/2018 à 16:43 :
Il faut deposer le bilan virer un max de salaries grace a l administrateur judiciaire puis recruter des jeunes qui veulent travailler la france en est riche
a écrit le 08/05/2018 à 15:40 :
Qui que sera le " pseudo-dirigeant " d'Air Grève, il ou elle ne sera QUE Le Soumis des Pilotes et pnc. Seule sortie de ce système là, que les 14% appartenant au Citoyen soient cédés à l'Européen IAG ou à Emirates.
a écrit le 08/05/2018 à 15:03 :
Ce que ce monsieur oublie de dire cents qu’au passage ils n’est octroyé 65 % d’augmentation nous pnc avons perdus 5000 euros par an et des congés et pris 20 % de productivité en plus !! Sachez que dans nos résultats nous payons les retraites de klm à plus de 1,4 miliards d’euros en 2017 alors arrêtez d’accabler le personnel d’Air France !!! Un grand malaise s’est installé l’a faute à qui ? Jànaillac?? Non mr le président regardez vos sbires terner et gâteau qui vous ont trahis ouvrez les yeux !!! Nous n’avons jamais souhaites votre départ!! En revanche 65% contre 1% admettez que c’est resocialiser son personnel prenez exemple sur le ceo de Delta airlines!!!! Ouvrez les yeux
Réponse de le 08/05/2018 à 16:18 :
@Mister, décidément irrécupérables ! Personne ne veut être PDG d'AF. Si Janaillac a accepté, il fallait bien le rétribuer. Le problème n'est pas le salaire de ton PDG mais les comptes de ta société ! Maintenant, si tu en fait une question de principe, tes principes te mèneront tout droit chez pole emploi ! Parce que écrire "Personnel d'AF" sur un CV, ça devient répulsif pour les employeurs.
Réponse de le 08/05/2018 à 16:24 :
A mister, honte à toi et tes sbires surpayés ! Aucune entreprise n’accorde aujourd’hui 6% d’augmentation en un claquement de doigts! Tu es ridicule, irresponsable comme tes collegues grévistes qui vont mettre sur la carreaux des milliers de personnes au chômage. Cette demande est un non sens économique et la risée de tous les pays concurrents! N’oublie pas qu’une entreprise fonctionne avec une croissance de chiffre d’affaires et de la rentabilité, sans cela il n’y aura plus de pilotes grévistes dans quelques années à se regarder le nombril
Réponse de le 08/05/2018 à 16:31 :
Ce n'est pas assez payé pour se coltiner des syndicats comme le SNPL. Avoir AF sur son CV va devenir une tache honteuse a effacer au plus vite dans le monde de l'aviation civile.
Réponse de le 08/05/2018 à 16:45 :
PNC? Allez on n'est plus au temps du film Catch me if you can. Certains vivent encore dans les années 60, les métiers de pilote ou PNC ont perdu en prestige. L'emploi de PNC est certes nécessaire et respectable, mais pour un emploi niveau BAC, il est correctement payé à Air France.
a écrit le 08/05/2018 à 14:28 :
Ces pauvres pilotes sont si mal payés que seule la grève semble justifiée. Mais au fait, ils gagnent combien les pilotes de cette compagnie ? Je ne voyage plus sur AF, ni klm d'ailleurs. Pour aller vers les usa, les compagnies européennes sont très bien. Vers l'Asie, les compagnies air China, JAL ou ana sont très bien. Airfrance va finir par disparaître, entre la pléthore de prête noms tels joon, transavia ou hop et les grèves à répétition. Y en a marre. Idem pour la sncf. Nos ministres et responsables devraient faire un stage au Japon. Quelle différence !!! " trains hyper propres, ponctuels et des lignes de shinkansen autrement plus futuristes que nos vieilles rames Alstom. Je ne parle même pas des gares avec toilettes gratuites partout et propreté immaculée des lieux. Mais c'est le Japon, voilà pourquoi la France sera toujours à la traîne... Vous avez dit que la France était propre ?
Réponse de le 08/05/2018 à 16:49 :
@Européen 08/05/2018 14:28
Ok avec votre contribution et d'accord sur ce que vous écrivez sur le Japon mais il faut quand même mentionner que le coût de la vie (et du shinkansen en particulier) est quand même très cher dans ce pays (sauf si vous vivez à la Japonaise !). Les toilettes et la propreté ne sont pas gratuits car rien n'est gratuit... La mentalité est différente.
Cordialement
Réponse de le 08/05/2018 à 16:55 :
et blablabla...on ne vous empêchera pas de prendre une compagnie irlandaise écrasant sont personnel pour assouvir toujours plus ses actionnaires...je ne suis pas pilote mais je ne suis pas consommateur de low cost justement pour éviter ces dérives...de plus vous ne connaissez même pas les réelles contraintes de ces pilotes (découché fréquent loin de la famille,forte responsabilités etc...)
Réponse de le 08/05/2018 à 18:36 :
j'utilise les trains au Japon et en Suisse et force est de constater que tout est nickel. autre constatation, cela coûte 3 fois plus cher qu'en France à distance équivalente...donc j'accepte les 5-10 mn de retard sans problèmes. Concernant AF je vole avec régulièrement avec et dois reconnaitre que j'ai aucun soucis de ponctualité et de services. par contre les prix sont parfois surréalistes, je ne comprends pas que les salariés puissent se faire mener par le bout du nez par le pignouf du snpl et je pense sincèrement, pour avoir pris la peine de discuter avec un équipage bloqué en Chine récemment, qu'ils vivent sur une autre planète au vue de leurs salaires et conditions de travail très acceptables et souhaitables par la majorité des français? Enfin il faudra leur expliquer également l'incidence des taxes, charges sociales et autres impôts qui grèvent le pouvoir d'achat des salariés français et les entreprises comme AF. CQFD
Réponse de le 08/05/2018 à 18:40 :
Au ils aillent bossé chez easyJet
Réponse de le 08/05/2018 à 20:33 :
@Européen - le malheur est qu'au Japon, du balayeur au conducteur de train, tout le monde est japonais...japonais de chez japonais...tout le monde bosse pour son pays...ceci dit, la vie au Japon n'est pas nécessairement plus enviable. En particulier, demande aux japonaises ce qu'elles pensent de leur condition de femme. La société idéale n'existe pas et n'existera jamais puisque nous avons chacun des attentes différentes.
Réponse de le 09/05/2018 à 9:53 :
Le japonais n'est pas le français, c'est un problème de mentalité et de culture et là toutes les réformes n'y feront rien, c'est le poids de l'histoire et des habitudes sociales.
a écrit le 08/05/2018 à 13:35 :
Bravo Monsieur.
A présent les minables vont pouvoir continuer le dépecage de la société.
a écrit le 08/05/2018 à 13:20 :
moi j'aurais pas demissionne, j'aurais rearrange le bilan, sorti les actifs et fillialise air france, ils auraient appuye eux memes sur la detente!
a écrit le 08/05/2018 à 13:11 :
Vous avez tous raison...........sauf que s'augmenter entre soi de 17% avant d'entamer des négociations salariales ..........il fallait le faire !!!!
a écrit le 08/05/2018 à 11:59 :
Pourquoi n'a t-il pas essayé de mettre fin à la capacité de nuisance du SNPL ?! Le gouvernement aurait pu avoir recours aux ordonnances afin de lui permettre de licencier tous les pilotes d'Air France avec des indemnités acceptables pour réembaucher à des conditions normales et compléter en recrutant les jeunes pilotes français sans emploi. Il fallait percer l’abcès une fois pour toute en mettant fin aux privilèges de cette caste nuisible représentée par les pilotes du SNPL ! Air France n'est pas près de s'en sortir et est en péril de mort.
Réponse de le 08/05/2018 à 14:20 :
Parce que les salaires ne sont pas si extraordinaires que cela a Air France
Par ex cette offre d’emploi pour un CDB a320 de la petite compagnie lithuanienne small planet : 15k euros net par mois soit plus qu’à AF..... pour de conditions certainement plus difficiles et soutenables sur le long terme.
https://www.smallplanet.aero/en/about-small-planet-airlines/career/open-positions/a320-captains-and-first-officers--floating-base-/1218?jid=28277
Au Viêt Nam 18000 usd/ mois net d’impot .....
https://jobs.flightglobal.com/jobs/a320-pilot/asia/#browsing
Et on ne parle pas de la Chine....
il y a quelques temps AF a ouvert un recrutement mécanicien qui n’a pas eu le succès escompté , condition et salaires proposés étaient trop bas...!
Il a fallu remonter le salaire d’embauche ce qui a entraîné que les anciens étaient payés moins que les nouveaux....grève....
Alors les conditions normales......
Réponse de le 08/05/2018 à 16:29 :
A Roger tu oublies juste de dire qu’ils bossent au moins 15h de plus...donc tu as bien déjà les meilleures conditions que. n’Importe quelle compagnie! Il suffit de faire une règle de trois, et n’oublie pas que tu ne payes pas d’impôts contrairement à plus de 50% des français alors stp arrêtez de faire la leçon vous êtes ridicules
Réponse de le 09/05/2018 à 9:46 :
Salut Nico puisqu’on se tutoie....

Oui pour les heures de vol , qu’en est il pour le temps de travail..?
Produire 15 heures de plus dans un temps de travail identique ce n’est pas travailler plus c’est être plus productif. Cela relève du réseau et de l’organisatison du travail de l’entreprise , ce dont les pilotes n’en sont pas responsables .... Tout le monde le sait.

Au sujet des impôts.... donc d’après toi ( on se tutoie hein ?) les pilotes ne payent pas d’impots... lol
Il y a 25 ans l’état a recapitalisé AF de 3 milliards d’euros. Cette somme a été plus que remboursée ne serais ce que par l’IR des seuls navigants...
L’entreprise a depuis , largement , plus que largement, remboursé les citoyens de leur aide généreuse.

Pour résumer , il ne suffit pas de faire une règle de trois, les pilotes payent l’ir comme tout le monde .

Qui est ridicule....?
a écrit le 08/05/2018 à 11:51 :
J'approuve entièrement cette mise au point du PDG d'AIR FRANCE.
La compagnie était en bonne voie de redressement et l'action AF également.
Si les pilotes ne comprennent pas ,c'est grave.
Qu'ils aillent travailler chez RYANAIR ou AESYJET ou d'autres low cost,ils vont voir la différence!!
Vraiment çà suffit ;il faut les lock-outer et les réembaucher 1 par un.
A bord ,il ne font plus d'annonces comme avant,ils ne viennent même pas dire bonjour aux passagers
Cordialement
Réponse de le 08/05/2018 à 17:25 :
KENZO, le problème si j'ose dire, c'est que le transport aérien va continuer de progresser de 5% par an pendant 20 ans et que donc il y a un risque de pénurie de pilotes. Et les pilotes d'AF le savent et en abusent. Ils savent que même virés ils retrouveront un job très rapidement chez les Emirates, Etihad etc. Fondamentalement, ils n'ont rien à cirer le la compagnie Air France et des autres personnels...
Réponse de le 08/05/2018 à 17:29 :
KENZO, le problème si j'ose dire, c'est que le transport aérien va continuer de progresser de 5% par an pendant 20 ans et que donc il y a un risque de pénurie de pilotes. Et les pilotes d'AF le savent et en abusent. Ils savent que même virés ils retrouveront un job très rapidement chez les Emirates, Etihad etc. Fondamentalement, ils n'ont rien à cirer le la compagnie Air France et des autres personnels...
a écrit le 08/05/2018 à 11:48 :
4 billets A/R Paris/Montréal passés chez Air Canada pour cet été. AF est une société zombie qui se condamne par la faute coupable d’une poignée de c...nards. Les salariés de bonne volonté devraient se révolter contre eux.
a écrit le 08/05/2018 à 11:39 :
C'était un complot contre lui c'est évident !

Quand les hommes d'affaires deviennent aussi bavards que les politiciens et les politiciens aussi avides que les hommes d'affaires.

Au secours.
a écrit le 08/05/2018 à 11:29 :
Les portes fonctionnent avec des gongs et les tibétains prient avec des gonds!!
a écrit le 08/05/2018 à 11:17 :
Pour comprendre ce qu'il se passe avec une partie des pilotes chez Air France, le portrait du président du bureau SNPL (ou France ALPA) paru dans "Le Figaro" est très éclairant.
Ces "bébés" Air France, "Ab Initios", ont été avant de commencer leur formation mis sur la touche pendant 5 années à un moment où la compagnie était en état de faillite virtuelle. Puis la situation s'étant rétablie mis en formation, contrairement à ce qu'il s'est passé à cette époque dans beaucoup d'autres compagnies aériennes qui s'en étaient purement et simplement débarrassés.
Ils ont été pendant ce laps de temps très encadré par "l'équipe Corbet" qui dirigeait le SNPL à cette époque.
A la suite de cela, certains d'entre eux en ont conçu une rancoeur, et même parfois une rage, très forte vis à vis d'AF qu'il veulent faire payer pour cette période d'incertitude.
Ils ont par ailleurs le sentiment d'avoir une légitimité interne supérieure à qui que ce soit d'autre et que rien de grave ne peut arriver à Air France car, pensent ils, elle s'en sortira toujours et est supérieure à toutes les autres.
Bref, qu'Air France sera toujours Air France.
(Ils ne sont pas encore vieux mais l'époque a changé et ils ne le savent pas)
Le SPAF, Alter et le bureau de France ALPA sont dirigés par des syndicalistes ayant pour beaucoup ce profil.
Cette profession étant très corporatiste, un grand nombre de pilotes, pour certains réticents ou opposés à cette grève mais inquiets des conséquences personnelles de leur non participation, suivent les mots d'ordre de grève.
Au niveau de crise et d'incertitude auxquelles nous sommes arrivés, il est cependant possible qu'une majorité d'entre eux ait pris conscience de la gravité et du danger et change son comportement à l'avenir.
Réponse de le 08/05/2018 à 18:24 :
Sauf que Corbet signait des accords
a écrit le 08/05/2018 à 11:08 :
Qui achète encore des billets Air France? Trop d'incertitudes pour cet été et même pour les prochains mois. Entre les grèves et le risque de dépôt de bilan le risque est trop fort.
Réponse de le 08/05/2018 à 11:55 :
Bonjour,
Malheureusement ,c'est la triste réalité et je comprends parfaitement l'angoisse des passagers face à cette situation
Cordialement
Réponse de le 08/05/2018 à 12:47 :
Un voyage cette année de prévu sur les USA ...
Tellement peur que les pilotes nous bloquent d’aucun ont décidé de prendre une compagnie américaine malgré tout un peu plus cher.
Et oui à prestation égales et durée de voyage identique au moins on est sûr de partir.
Franchement, c’est du gâchis sans nom.
AF sombrera aussi bien qu’elle a été une compagnie extrêmement fleurissante et à rayonnement international.
Et tout ça à cause d’une catégorie de personnel qui n’est pas dans le besoin ... d’autres mériteraient une vraie revalorisation de leurs conditions salariales bien plus défavorables !
A cause de cela alea jacta est d’AF.
RIP

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :