Air France : le pdg démissionne après avoir été désavoué par les salariés

 |   |  470  mots
(Crédits : Reuters)
Le référendum lancé auprès des salariés a désavoué la direction. Arrivé il y a moins de deux ans, Jean-Marc Janaillac va démissionner, plongeant Air France et Air France-KLM dans une nouvelle crise.

Coup de tonnerre à Air France. Alors qu'il avait mis sa démission dans la balance dans le référendum qu'il avait lancé pour régler le différend salarial avec les syndicats, Jean-Marc Janaillac, le PDG d'Air France-KLM et Président d'Air France vont démissionner. Sa proposition de hausse de salaire de 2% en 2018 et de 5% de 2019 à 2021 a été refusée par les salariés qui ont voté "Non" à hauteur de 55% sur une participation de plus de 80%. De fait, ils soutiennent l'intersyndicale qui exige une hausse de 5,1% pour la seule année 2018.

Plan stratégique forcément décalé

 Il s'agit d'une surprise alors que les grévistes étaient minoritaires. Ce départ, qui intervient moins de deux ans après son arrivée, constitue un coup dur pour le groupe. Le temps de relancer le processus de nomination d'un nouveau patron, et le temps que ce dernier s'empare des dossiers, Air France et Air France-KLM vont rester paralysés pendant une bonne année. Le fameux plan stratégique qui devait être annoncé prochainement sera évidemment reporté, décalant d'autant des mesures indispensables à Air France pour préparer l'avenir et être prête lorsque l'environnement se retournera. De quoi permettre aux concurrents, déjà en avance de creuser l'écart.

À plus court terme, rien n'est réglé. L'intersyndicale s'est empressée de maintenir les journées de grève prévues la semaine prochaine, le 7 et le 8 mai, qui porteront à 15 le nombre de jours de grève depuis février.

"Cette victoire du non prouve que nous sommes le vrai baromètre social de l'entreprise", a déclaré à Reuters Christophe Malloggi, secrétaire général de Force ouvrière.

Le SNPL a eu la tête de son deuxième PDG en deux ans

L'intersyndicale et le bureau du SNPL, en particulier son président Philippe Evain, peuvent se réjouir de ne pas avoir été désavoués par ce référendum. Très critiqué au sein de la communauté des pilotes, le président du SNPL peut même se targuer d'avoir la tête de son deuxième PDG sur son tableau de chasse après celle d'Alexandre de Juniac, qui devant l'impossibilité d'appliquer le plan Perform a démissionné en 2016 pour prendre la tête de la prestigieuse association internationale du transport aérien (IATA).

Le gouvernement appelle au sens des responsabilités

Réagissant à ce résultat, le gouvernement appelle au "sens des responsabilités de chacun"

"Il appartiendra au conseil d'administration de définir les conditions de sortie de la crise actuelle", écrivent les ministres de l'Economie et des Transports, Bruno Le Maire et Elisabeth Borne, dans un communiqué commun. "Le gouvernement en appelle au sens des responsabilités afin de permettre à la compagnie de poursuivre son développement", ajoutent-ils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/05/2018 à 21:47 :
Au revoir Air France, le Panthéon des compagnies disparues t'accueillera bientôt et on mettra tes bibelots au musée de l'aviation au Bourget... Et bienvenue à toutes les compagnies qui voudront travailler et la remplacer !
a écrit le 06/05/2018 à 20:46 :
Cours en bourse au 1 Janv 2018 14.51eur, et Vendr 4 Mai 2018 8.09eur : chute de 40.38% !!!!!!! J'attends 4.50eur pour acheter, ou avant SI reprise par L'Européen et Puissant I.A.G, ou Emirates, ou Quatar Airways. Le prochain " dirigeant " sera UN SOUMIS.
Réponse de le 06/05/2018 à 23:46 :
Baisse de 2.86% Vendredi ! délit d'initié interne.
a écrit le 06/05/2018 à 19:59 :
Cours d'A.F au 1/01/2018 13.58eur. Vendr 4 Mai 8.09eur
a écrit le 06/05/2018 à 19:52 :
Si le cours de bourse ne dégringole pas demain, ce sera par manipulation.
a écrit le 06/05/2018 à 14:38 :
Reste la privatisation totale... dans le fond tout le monde le souhaite.
Réponse de le 06/05/2018 à 17:39 :
L'Etat refuse de débarrasser ENFIN le citoyen de ses 14%. " affaire de souveraineté " : incitation claire aux greves des Pilotes et Pnc
a écrit le 06/05/2018 à 13:47 :
Les ouvriers, plus specail ceux qui sont syndicalisees, sont trop protegees, par le gouvernement, qui a peur de changer les regles " au nom du socialisme francais ".
Baisse l'indemnisation du chomage, plus enleve le protection des syndicalistes, et voila.
a écrit le 06/05/2018 à 13:04 :
c'est tres bien devant des syndicats utopiques qui ne pensent qu'a eux et font des greves qui plutot que les servir font couler un peu plus la boite resultat comme ailleur on coule la compagnie et vivement que les "pilotes " con testataires soient au chomage
a écrit le 06/05/2018 à 12:43 :
Apparemment, les syndicats et la majorité de la presse n'ont pas compris ce qu'il c'est passé. Le mandat du Pdt d'Air France est rempli. La compagnie est affaiblie, pas assez pour couler (ce n'était pas le but), mais assez pour que le Gvt dise: "nous allons retirer nos billes". M. Janaillac a parfaitement manœuvré. Les syndicats et les observateurs sont tombés dans le panneau. Ils auraient du pourtant se méfier. Leur Pdt a fait la même chose avec la compagnie maritime publique SNCM. La méthode est rodée: on mène une entreprise au bord du gouffre, sur le plan économique. Au bord, mais pas dans les abysses. On gère l'image en laissant, auprès de l'opinion , l'impression que "c'est la faute des syndicats" et on privatise. Dans ce cas, on privatise entièrement. C'est la méthode employée pour la SNCF et c'est la même qui a été utilisée pour la SNCM. Vérifiez pour le maritime (Blog "Pericoloso sporgersi") et observez pour Air France et la SNCF. Ça marche à tous les coups.
a écrit le 06/05/2018 à 11:54 :
Les salariés d' AF ont fait effectivement certains efforts pour non pas être les meilleurs mais combler le retard "commercial, logistique, opérationnel " d'avec ses concurrents directs. Ceci ne demande donc pas comme ils le prétendent une augmentation conséquente de leurs salaires, (sachant que ses concurrents désireraient bien avoir leurs préstations salariales !! ) car s'était une mise à niveau obligatoire qui n'est pas d'ailleurs tout a fait atteinte !! AIR FRANCE N'EST PAS IMMORTEL !! Que l'état se détache de cette entreprise et qu'elle soit soumise aux mêmes rangs que ses concurrents !! Quant à KLM, comme dit certains journaux néerlandais : QUE SOMMES NOUS VENUE FAIRE DANS CETTE GALERE !!!! Ils s'en mordent les ...doigts !!!!
a écrit le 06/05/2018 à 11:43 :
15% de grévistes mais 55% de soutien lors d'un vote, ce qui veut dire que 40% des salariés de cette compagnie préfèrent continuer à toucher leur salaire en espérant profiter des résultats de la grève à laquelle ils ne participent pas. Tout cela n'est pas très glorieux sur l'état d'esprit qui prévaut au sein de cette compagnie;
a écrit le 06/05/2018 à 8:48 :
Je ne pense pas que cette grève soit justifiée. Néanmoins, quand on voit l'incompétence de tous les commentateurs (cf. François LENGLET) qui avaient prognostique une large victoire de la direction !!! ceux-ci sont incapables de comprendre que ce n'est pas parce que les grévistes sont minoritaires que leurs idées sont minoritaires.

Le problème de la FRANCE c'est d'être gouverné par des soi- disant élites, incompétentes et coupées de la réalité, qui ne pensent qu'à s'en mettre plein les poches en ne fournissant que le minimum de travail. A quand la démission de LENGLET, SEUX etc...
Réponse de le 06/05/2018 à 11:18 :
Président, Premier Ministre, Tous les ministres et collaborateurs travaillent 80 à 120 H/ HEBDO, Vous restez sur des Clichés Populistes mythiques et datés ; Louis de Funès Don Salustre, ministre, qui mettait tout dans sa poche, ou les publicains-péagers des Romains, qui faisaient de meme ; " plein les poches ". S'ils en mettaient dans la poche, Médiapart, Le Canard, fermeraient-ils les yeux. Sous Hollande Cahuzac, Aquino Morelle etc.....un pilote à 17000 eur et tous les énormes avantages en nature, présidenr et premier ministre 13500 eur/mois pour 20 minutes/jour de " travail ". Pour " sans mettre plein les poches " il faut fuir hors de la poltique..Ne connaissent-ils pas leurs compatriotes ?
Réponse de le 06/05/2018 à 12:07 :
Un seul, parmi les 20 ministres, je vais pas en citer une dizaine, pour vous Communiste-Mélanchon. Le Drian ?????? parents, parcours complet, loin du peuple ???? LUI ???????? et tous les autres.
Et comment Mélanch détient 887 000 de patrimoine ? D'où çà vient ?
Réponse de le 06/05/2018 à 14:54 :
" s'en mettent plein les poches et ne connaissent pas leurs compatriotes ". Pour s'en mettre plein les poches, il faut éviter la politique. Le problème est qu'en connaissant ses compatriotes, eux memes compatriotes, les demandent maire, député, qu'appréciés, il leur est demandé d'etre ministre POUR SERVIR. Les footballeurs à la tete de millions d'euros, vous et Mélanch détenant 1 million d'euros, fils de receveur de poste, vous les soutenez !
Macron et Philippe en patrimoine perso ont moins qu'eux, et moins qu'Hollande 2 300 000 eur, lequel a plus que Sarkozy : l'habitation à Paris, est un bien propre de sa Femme Avant Mariage. Cap Nègre appartient aux parents de sa Femme.
Réponse de le 06/05/2018 à 18:44 :
@claire

".un pilote à 17000 eur et tous les énormes avantages en nature",

Bizarrement cela ressemble à l’électorat de Macron et ces CSP+
Réponse de le 06/05/2018 à 19:34 :
c'est vrai qu'à 17000eur°++++++++ tous les AVANTAGES !!!!! les Pilotes Votent Mélanchon( tranche d'impot à 90% ) ou Socialiste 55%
a écrit le 05/05/2018 à 20:03 :
Je conseille aux commentateurs qui vilipendent le vote intervenu de rechercher
sur internet comment ont évolué les rémunérations des dirigeants ces trois ou
quatre dernières années, parce que là je ne crois pas qu'on puisse parler de
stabilité sur cette durée.
Les dirigeants ont ils joué les pilotes contre le reste de la compagnie et ont ils
laissé pourrir le conflit, malgré la vingtaine de millions d'euros dont on nous dit
que coûte chaque jour de grève, sans d'ailleurs que le grand patron de cette
compagnie soit en première ligne pour trouver des solutions susceptibles de
rassembler tout le monde, par exemple si on ne peut faire un rattrapage total
de salaires de combiner ce qui peut être fait avec un taux trés élevé d'intéresse
ment sur les résultats, la fiscalité sur l'intéressement étant prévue en baisse.
Réponse de le 06/05/2018 à 9:21 :
@ andré


D'accord avec vous, et de plus AF est une société dont 85 % des actionnaires sont des privés, c’est une compagnie....... privée. Et la faute principale de ce dysfonctionnement au sein de la compagnie, en incombe d'abord au PDG désigné par des actionnaires privés.
a écrit le 05/05/2018 à 19:18 :
Air France n'a plus qu'à rejoindre la PanAm au musée de l'aviation... Alors au revoir Air France et bienvenue aux autres !
a écrit le 05/05/2018 à 19:09 :
Un(e) nouveau(elle) dirigeant(e) n'aura aucun pouvoir. Que l'Etat se débarrasse de suite, de nos 14% à Nous citoyens.
a écrit le 05/05/2018 à 16:01 :
un commentateur écrivait que face à la pénurie prévisible les pilotes pourraient facilement retrouver un poste dans les compagnies concurrentes. D'accord mais certainement pas au même salaire et aux mêmes avantages .et un pilote qui s'inscrit à pole emploi n'a aucune chance de retrouver un emploi dans l'aviation civile ( peut être en aeroclub?ou épandage d'insecticide sur les récoltes
signé : un ancien recruteur dd'une école de formation aéronautique
Réponse de le 06/05/2018 à 9:56 :
Oui mais ça c’etait avant !
Aujourd’hui, avec une QT À 320 ou B777, aucun problème pour retrouver du boulot, bien payé et sans passer par pôle emploi !
Réponse de le 06/05/2018 à 13:51 :
Donc pourquoi vous ne quittez pas l'AF?
a écrit le 05/05/2018 à 14:14 :
Il faut enfin percer l’abcès sinon c'est la mort prochaine d'Air France. Il faut accorder les
augmentations réclamées par les salariés autres que les pilotes. Depuis 7 ans ils ont fait beaucoup d'effort sans aucune amélioration de leurs salaires. De l'autre il faut licencier tous les pilotes et les ré-embaucher aux conditions du marché. Quant à ceux qui refuseront, ils seront remplacés par les pilotes français sans emploi. La cure sera dure mais elle représente la seule solution. Il faut en finir cette fois avec cette caste de privilégiés nuisibles !
Réponse de le 06/05/2018 à 9:59 :
Quelques difficultés pour l’exécution de votre solution.
1) les indemnités légales de licenciement seraient colossales.
2) en salaire net, les pilotes AF sont déjà au prix du marché.
Réponse de le 06/05/2018 à 11:24 :
Régimé d'un ministre ou député battus ? et revenu et PLUS, à vie des pilotes et anciens pilotes
a écrit le 05/05/2018 à 14:04 :
Encore un effort et le débat sera la reconstruction de ou d'une compagnie aérienne à vocation internationale long courrier.
Il faudrait donner une chance aux dirigeants syndicaux de cette compagnie de reprendre les reines de la compagnie avec objectif de la remettre sur les rails...sans ponctionner le contribuable.
Peut-être diront-ils ce n'est pas notre rôle?
C'est bien la question, car on s'arroge le droit de la couler , on doit l'assumer où alors il vaut mieux rester à sa place, à savoir défendre l'avenir des salariés et non d'une caste de salariés.
a écrit le 05/05/2018 à 14:04 :
Il a bien fait de partir. Essayer de raisonner le SNPL ou de dialoguer avec est une perte de temps, tout comme essayer de sauver la SNCM en était une aussi. Je ne croyais pas si bien dire, mais AF est bien partie pour rejoindre les Swissair Eastern Airlines et Air Berlin dans leur tombe. KLM va rapidement songer à s'en séparer, on est dans le monde de l'entreprise pas des bisounours. Ce qui fait mal c'est tout les prestataires externes qui vont se retrouver à la rue à cause des inepties d'AF. Le client lui n'y verra que du feu, tant le contexte a changé entre temps.
a écrit le 05/05/2018 à 13:26 :
C'est dans la tempête que se révèle un Commandant, bref il était là pour une gestion "temps calme". En outre c'est difficilement tenable de luter contre des compagnies d'état richissimes alors que l'Europe interdit le soutien de ses compagnies, à l'autre bout se sont les tombereaux de subventions publiques pour attirer les compagnies low cost, celles qui n'offrent même pas de chaises dans leurs salles d'embarquement...
a écrit le 05/05/2018 à 13:21 :
Janillac a bienfait de rendre son tablier .AF est devenue ingérable parce qu'infesté de syndicats irresponsables ....
LA SOLUTION, c'est de mettre tous ces syndicats à la direction et qu'ils nous montrent leur expertise de gestionnaire financier....Car apparemment, ils mettent en doute les capacités de la direction.Ce serait super que ces syndicats viennent nous prouver leur compétence....
a écrit le 05/05/2018 à 12:01 :
Que l'état se dépèche de se retirer de ce truc sinon nous allons encore payer
a écrit le 05/05/2018 à 11:42 :
Que l'on en finisse une bonne fois pour toute avec Air France (et son personnel naviguant qui se croit intouchable et asphyxie le personnel au sol) et que KLM prenne son indépendance ! Ca va finir comme à la SNCM et tant mieux !
Ceci dit, Air France est si peu fiable qu'au niveau personnel, comme au niveau professionnel, nous prenons au minima Air France. Trop de problèmes ! Par contre, voyager avec KLM est un plaisir.

Dommage que KLM subisse les caprices du personnel naviguant d'Air France (tout comme le personnel au sol d'AF) !!! Il est vivement temps de repartir sur des bases plus saines.
a écrit le 05/05/2018 à 11:40 :
Que l'ETAT se retire du capital. Que les PILOTES fassent une societé participative.....

et attendons.....
a écrit le 05/05/2018 à 11:14 :
Qui achète un billet Air France s'il a le choix d'une autre compagnie? J'aimerais connaître leurs arguments.
Réponse de le 05/05/2018 à 15:44 :
Je voyage toujours sur notre compagnie nationale et je suis toujours très satisfait .
Réponse de le 06/05/2018 à 13:41 :
Moi, je passe.
a écrit le 05/05/2018 à 10:40 :
en temps que retraité en colére c'est un coup de semonce pour macron et il va le voir dans les prochaines elections quand on se comporte en sourdingue et qu'on meprise les gens voila le resultat et dire que j'ai voté macron j'y ai cru
Réponse de le 05/05/2018 à 11:26 :
Sourdingue à sourdingue et demi...
Réponse de le 05/05/2018 à 15:37 :
Il faut assumer , je n’ai pas fais le même vote que vous et je ne suis pas déçu ....
a écrit le 05/05/2018 à 10:39 :
attention a la reaction de KLM
a écrit le 05/05/2018 à 10:36 :
Il comptait sur les salariés pour consolidé son statue? Il aurait été le seul gagnant!
Réponse de le 05/05/2018 à 10:40 :
Statut plutôt
Réponse de le 05/05/2018 à 18:23 :
C'est fou! Toute les fautes d'orthographe que l'on trouve chez les autres que l'on ne voit pas dans ses propres commentaires! Mais, par la suite, il est difficile de se corriger ou de s'excuser sans saturer les commentaires!
a écrit le 05/05/2018 à 10:28 :
Comment peut-on se glorifier d’avoir eu la tête de son 2eme PDG en 2 ans ? Cela a un effet désastreux sur l’image sur de cette compagnie. Quel est l’avenir d’Air France ? La faillite. Ils sont en train de se donner tous les moyens pour y parvenir. Entre la grève du personnel et l’augmentation du carburant, les derniers résultats financiers ne sont pas bons. Ajouter à cela l’effet sur les clients qui demain iront plus facilement vers la concurrence. Je comprends très bien que le personnel ayant des petits salaires puisse souhaiter avoir une augmentation conséquente mais pour des pilotes gagnant plus de 10000€ ce n’est pas acceptable.
Réponse de le 05/05/2018 à 10:48 :
Votre commentaire ,sûrement orienté par l’article , ne correspond pas à la réalité.
Je cite l’article : » le Snpl a eu la tête de son deuxième PDG en deux ans »
P Evain ,représentant du Snpl , au jt TF1 : «  nous n’avons jamais souhaité le départ de Mr Janaillac »
Tout ceci est contradictoire et sème le doute dans votre esprit , on peut le comprendre.
Deuxièmement, dans votre logique , il est inacceptable qu’une augmentation réclamée par l’ensemble des salariés puisse s’appliquer aux pilotes car , toujours dans votre esprit , ils gagnent trop d’argent....
Navré de vous décevoir mais il semble qu’une augmentation égalitaire soit le système le plus juste sauf à décider qu’il est injuste qu’il existe des salaires différents....
Les salaires de pilotes ,annoncés comme des salaires moyens , sont en fait proches des salaires maximaux, la réalité est que l’immense majorité des pilotes ne les touchent pas; loin s’en faut .
Il reste un sujet rarement évoqué : la responsabilité des syndicats CFDT et CGC ( syndicats minoritaires ) dans ce gâchis : avoir signé un accord qui a mis le feu aux poudres.....
Réponse de le 05/05/2018 à 11:26 :
@Roger Wilco si la vision de Gerard71 vous semble biaisée, que dire de la vôtre !!! Tu parles qu'Evain ne voulait pas la tête du PDG ! C'est une fixation de cette corporation (en aucun cas un syndicat) de vouloir être à la tête de cette compagnie; avant même qu'Evain fût né. Pourtant les exemples abondent de l'incapacité de ces personnes à appréhender les arcanes de la gestion. On peut les considérer professionnels dans leur domaine; aptitude qui reste liée à leur domaine. Demanderiez vous à Janaillac de prendre les commandes d'un A380 ? Quant à la rémunération, vous n'avez pas tort dans l'extrême précision de votre formulation; ce que vous omettez de dire, c'est qu'il y a un grand nombre de pilotes qui gagnent BEAUCOUP plus que les chiffres indiqués. Quand bien même ils seraient "brut", les salaires moyens publiés sont irréfutables; et renvoient la "piétaille" à leur triste quotidien ! Quant à l'égalitarisme dans les augmentations, là vous mentez franchement, car s'ils bénéficient de mesures générales, les pilotes reçoivent AUSSI des mesures spécifiques, en sus. Mais, soyez content, l'Etat (KLM en sous main) n'a plus qu'une alternative: on leur donne cette augmentation (insensée) et on va lentement à la faillite; ou on dissout le holding. Et là, l'avenir d'Air France se compte en mois... Quant à votre progéniture, ne leur conseillez pas ce (votre...) métier. C'est surtout les gros salaires qui seront visés par l'évolution technologique
Réponse de le 06/05/2018 à 10:08 :
Pour votre gouverne:
Willie Walsh, pdg de IAG ( British Airways, Iberia etc...) ancien pilote.
Carsten Spohr, PDG de Lufthansa, ancien pilote.
a écrit le 05/05/2018 à 10:21 :
Rira bien qui rira le dernier.
Air France vient de publier une perte d'exploitation de 178millions au premier trimestre (avec seulement 3j de greves). Avec +10jours de greves et un prix du petrole >70eur, on peut parier que le deuxieme trimestre sera bien pire!
Le titre va s'effondrer, la pression va s'accentuer sur KLM, et apres OPA hostile ou faillite comme Alilatia?
En tout cas, perdu pour perdu, j'espere que la nouvelle direction tiendra et refusera toute augmentation qu'elle ne clairement pas offrir!
Encore bravo aux syndicats et pilotes d'AirFrance!!
a écrit le 05/05/2018 à 9:50 :
Hors de question que le contribuable intervienne de nouveau dans cette entreprise. L'état doit vendre ses actions et vite !
Réponse de le 05/05/2018 à 14:59 :
Tout-à-fait , il faut que l'état se désengage de cette galère pour donner un signal de désapprobation aux syndicats
a écrit le 05/05/2018 à 9:20 :
Quel technocrate formé à l'ENA, copain du gouvernement, va le remplacer, un peu comme dans une vraie république bananière.
A quand un vrai professionnel de l'aviation et pourquoi pas un hollandais, ce pays fonctionne beaucoup mieux que la France.
Réponse de le 05/05/2018 à 11:38 :
Aucun professionnel même le meilleur au monde ne peut réussir le redressement d'Air France dans le contexte étatiste français.
Écrit il y a 2 ans et toujours valable:
Un grand bravo à la direction (directeur général et au président d'Air France Alexandre de Juniac) pour avoir accepté leurs postes et d'être restés aux commandes de ce Titanic volant. Imaginez le calvaire que doit être pour un manager la direction d'une boite infestée de syndicats et syndicalistes intouchables, des statuts de fonctionnaires ou assimilés pour tout le personnel, dont le capital et le conseil d'administration sont contrôlés par l’État socialiste dans un univers ultra concurrentiel... avec un soutien quasiment nul de l'Etat, de la justice, des médias voir de la populace de ce pays. Sans compter le risque de lynchage maintenant avéré. Autant dire qu'ils dirigent avec les mains nouées derrière le dos, des boulets aux pieds en étant attachés à une charge de nitroglycérine qui peut exploser à chaque mouvement.
a écrit le 05/05/2018 à 9:07 :
Quel gâchis.
Tout y est pour que cela devienne un symbole (rien que par le nom). Réussite ou échec ? l'avenir le dira probablement rapidement, étant donné que le secteur est très concurrentiel.
a écrit le 05/05/2018 à 7:52 :
Il faut appliquer la note n°6 du CAE. Qui le comprendra?
Réponse de le 05/05/2018 à 10:33 :
En quoi le fait de taxer à mort l'énergie ferait-il les affaires d'AF ?
Réponse de le 06/05/2018 à 1:17 :
CAE6 y a que çà, c'est exactement le planter de baton
Réponse de le 06/05/2018 à 10:26 :
A bruno bd. Il faut agir progressivement jusqu'à un point d'équilibre qui correspond au maximum de croissance. C'est ce que font les Allemands et les Suédois qui ont atteint ce point d'équilibre. Quand le comprendrons nous? C'est pour moi un mystère. Merci. ll faut compléter cette mesure avec une allocation universelle. Cela concerne TOUTES les entreprises.
Réponse de le 06/05/2018 à 15:20 :
Vous ne me comprenez pas, Monsieur " bd ". Mystère ! C'est que vous ne comprenez meme pas le PLANTER DE BATON universel ? de Toutes les entreprises à taxer, EDF et SNCF le connaissent : maisons de vacances syndicales mer et montagne. quand me comprendra-on ? Allocation universelle pour tous ET gratis, les riches et toutes les entreprises paieront. C est le principe d' EQUILIBRE à atteindre du PLANTER DE BATON du CAE6.
impots et taxes et Endettement et Déficit( sauf allemands et suedois) : voilà les peuples les plus heureux. C EST SIMPLE ET MAGIQUE comme une baguette. Y a t-il Une personne AUSSI INTELLIGENTE QUE MOI EN FRANCE POUR COMPRENDRE CA.
a écrit le 05/05/2018 à 1:06 :
L'état français n'a que 14ù du capital de la société donc il ne peut rien imposer ni décider.
Sans direction cette compagnie va vivre une année 2018 désastreuse sur le plan financier.
Il est plus que probable que AF s'approche lentement mais surement du dépôt de bilan

Pour les pilotes ce n'est pas très grave car ainsi que cela a été largement étalé dans la presse spécialisée l'explosion du transport aérien va conduire rapidement à une sévère pénurie de pilotes , donc les pilotes d'AF seront accueillis sans problème parles compagnies concurrentes. Par contre pour les PNC et le personnel au sol le futur risque d'être plus qu'incertain.
Pour les clients la disparition d'AF sera sans effet le monopole de cette dernière ayant depuis longtemps disparu dieu merci
Finalement la fin d'AF risque d'être un non évènement
Réponse de le 05/05/2018 à 10:37 :
Ce que vous dites est inexact avec 14% du capital l'état contrôle la compagnie, la preuve est faite, il nomme le PDG et les DG. Un dépôt de bilan est politiquement impossible, dans le cas contraire ce serait la plus "révolutionnaire" des "réformes" du mandat Macron, loin devant celle de la SNCF.
Réponse de le 05/05/2018 à 11:36 :
hjk: ne pas oublier qu'Air France n'est qu'une filiale du holding AirFrance-KLM. Et que si, politiquement, Macron ne peut pas être tenu pour responsable d'une disparition (lock out ?) de cette entreprise, rien ne l'empêcherait de la restructurer de façon telle que le pouvoir de nuisance de quelques écervelés à l'ego surdimensionné soit éradiqué. Les "manip" existent. Pour rappel, administrativement, c'est UTA qui a racheté Air France. Et la visée de Blanc c'était de découper en 5 entités. La première mesure à prendre serait de dé-nommer cette entreprise (afin que ses pilotes se dégonflent un peu la tête). La seconde, de leur rappeler que les droits de trafic appartiennent à l'Etat, et pas à la compagnie...à bon entendeur...
Réponse de le 05/05/2018 à 15:02 :
@hj
C'est bien là le problème les salariés d'Air France se prennent pour des salariés de la SNCF.
a écrit le 05/05/2018 à 0:54 :
Les salariés se sentent protéger par la participation de l'état français au capital de la compagnie, ce qui leur autorise cette attitude totalement irresponsable. Une fois de plus, preuve en est faite de l'irresponsabilité de l'état français qui transforme en plomb tout ce qu'il touche.
Réponse de le 05/05/2018 à 11:40 :
Pas mieux !
a écrit le 05/05/2018 à 0:47 :
Cette compagnie et ses syndicats irresponsables sont la honte de la France aux yeux du monde entier.
Quant au non du référendum : demander à des salariés s’ils veulent gagner moins, il fallait s’y attendre..!
Cette boite est ingouvernable. La concurrence exulte et se frotte.. les ailes !
Le dépôt de bilan, vite et qu’on en finisse !
a écrit le 05/05/2018 à 0:44 :
Le souci c'est que les "pilotes" n'ont aucune compétence de gestion. Cela a déjà été démontré, y compris dans cette compagnie. Et la situation d'Air France est beaucoup plus critique que celle qu'ils sont à même d'entrevoir...
Réponse de le 05/05/2018 à 14:26 :
Le soucis c'est que les dirigeants non plus. Gérer une entreprise ce n'est pas que gérer des chiffres mais aussi gérer les ressources humaines.
a écrit le 04/05/2018 à 23:50 :
Pfffff... A ce stade, il n'y a plus qu'à laisser le manche à un Hollandais pour détricoter le groupe en permettant à KLM se sortir au plus vite de ce merdier.
L'Etat français vendra fissa ses 14% à un fond qui récupérera sa mise qq mois plus tard en vendant les appareils à BA, LH ou Wizzair et organisera une sympathique vente de souvenirs AF à Drouot pour les passionnés de l'aviation (souvent de riches pilotes de la compagnie à la retraite).
Et laisser grévistes, arracheurs de chemises et personnel friand de voyages en famille au tarif GP avec surclassement en business s'amuser jusqu'à la fin de l'année avant de fermer la gargotte.
PS : avis au vulgus pecum, s'il vous reste qq miles Flyingblue, pensez vite à les utiliser tant qu'il en est temps...
a écrit le 04/05/2018 à 23:34 :
et bien celui là au moins aura quitté le bâtiment avec sa chemise et sans devoir passer au dessus du grillage.
Ce qui vient de se passer démontre que le principal problème d'AF c'est un management qui n'est pas à la hauteur.

Imaginez une minute qu'on fasse pareil avec les différents ministères et que les fonctionnaires décident du sort de leurs ministres... Combien, pensez vous, survivraient?
a écrit le 04/05/2018 à 22:24 :
Incapable d'imposer sa volonté aux salariés, incapable pour le poste. Ce métier n'est certes pas facile mais comme bien d'autres métiers. Ce n'est pas aux salariés de dicter leur loi car sans hiérarchie rien n'est possible. La concurrence doit se réjouir et le partenaire KLM a certainement envie de reprendre ses billes. Ne rien lâcher, une bonne charette de gréviste et tout rentrera dans l'ordre.
a écrit le 04/05/2018 à 22:13 :
les chinois vont faire une offre d'achat et ce sera bien fait .
a écrit le 04/05/2018 à 22:13 :
On peut toujours critiquer les salariés d'Air France mais jusqu'ici je pensais que les syndicats d'Air France ne représentaient qu'une minorité irresponsable, en tout cas c'est ce que laissaient entendre les médias. Mais là, 55% des salariés qui se rangent derrière les syndicats, ça veut dire quelque chose quand même.
On ne va pas me faire croire que 55% des employés d'une entreprise de cette taille sont des fainéants. A mon avis la conclusion qu'on peut en tirer c'est que les conditions de travail sont mauvaises au regard des salaires.
A voir si ce n'est pas les dirigeants qui ont créé les conditions d'un conflit social et qui hurlent à la prise d'otage.
a écrit le 04/05/2018 à 22:00 :
Je remarque que les commentaires de tous les experts autoproclamés étaient faux. Ce n’étaient pas les syndicats qui prenaient en otage les salariés, mais bien la direction qui, sourde, aveugle et méprisante refusait de voir la réalité.
Le premier principe du management est l’EXEMPLARITÉ.
Le second est de proposer un objectif motivant, voire enthousiasmant.
Il n’y avait ni l’un, ni l’autre.....
a écrit le 04/05/2018 à 21:31 :
L'Etat Actionnaire devrait ENFIN céder à Emirates ou Quatar Airways ses 15%. Lundi sauf manipulation du cours, Crash de l'action !
Réponse de le 05/05/2018 à 0:18 :
I.A.G serait bien aussi comme repreneur, après dépôt de bilan. Les 15% appartenant à chaque citoyen ne valent plus grand chose, avec ce sabotage.
a écrit le 04/05/2018 à 21:26 :
A présent que les dirigeants soient choisis au sein du SNPL. Que les Pilotes PILOTENT !! cette " compagnie ".
Réponse de le 04/05/2018 à 23:37 :
Il vaut mieux dissoudre, plus personne ne veut réserver sur AF.
Réponse de le 04/05/2018 à 23:58 :
Les Pilotes ont la capacité de l'achever, mais dissoudre ou liquider est bien plus sain, ou la brader au puissant I.A.G ( British Airways, Ibéria....etc....)
Il suffit que l'Etat lui brade ses 15%
Réponse de le 05/05/2018 à 0:13 :
Non toute petite erreur : juste la consonne suivante G. A.G ( Air Grève ) et non plus A.F
Réponse de le 05/05/2018 à 10:37 :
On se souvient de ce qu'a donné le passage de l'ex-pilote JC Corbet à la tête d'AirLib...
a écrit le 04/05/2018 à 20:55 :
Ils auront enfin réussi...à pousser dehors leur patron.
Pas sûr qu'ils s'en trouvent mieux.
Une mise en faillite d'Air France serait peut-être la meilleure solution.
Une nouvelle compagnie pourrait se construire avec sa liquidation, une compagnie moderne sur de bonnes bases, qui ne traînerait pas l'histoire passablement pathétique de cette compagnie qui, il faut s'en souvenir, ce n'est pas si lointain, a été un nid de postes réservés.
Quand on écoute la déclaration du responsable d'un des principaux syndicat de pilotes, c'est atterrant , il faudrait le nommer PDG d ela compagnie, pour essayer.
a écrit le 04/05/2018 à 20:46 :
C'est quoi le Plan B? La valse des dirigeants ne va pas régler les problèmes.
Réponse de le 05/05/2018 à 1:01 :
Certes. En même temps personne n’a demandé sa démission. Il s’est mis seul dans cette situation.
Réponse de le 05/05/2018 à 8:41 :
Pour 'instant, il n'y a plus personne pour parler avec les pilotes.. ils vont pouvoir racheter Air France, compte tenu de le descente aux enfers du titre qui va suivre. C'est peut-être cela la stratégie? Après, il restera à trouver un peu d'agent pour faire fonctionner la société. Et c'est exact que le PDG s'est mis dans cette situation, mais à son âge, je ne crois pas qu'il ait mal dormi cette nuit..
a écrit le 04/05/2018 à 20:08 :
mais qui prend encore l avion a air france? une gréve chez air france ne devrait pénaliser personne! elle ne devrait avoir plus aucun voyageur depuis longtemp, je ne comprends pas que des gens puisse encore acheter leur billet chez air gréve. pour m a part quand je doit me rendre a l etranger ce qui m est deja arrivé une petite dizaine de fois depuis 20 ans, jamais je n ai pris cette compagnie, meme si cela me coutait 15 ou 20 pour cent plus cher et depuis l arrivée des low cost c est plutot l inverse!
a écrit le 04/05/2018 à 20:07 :
L'état français n'a que 14ù du capital de la société donc il ne peut rien imposer ni décider.
Sans direction cette compagnie va vivre une année 2018 désastreuse sur le plan financier.
Il est plus que probable que AF s'approche lentement mais surement du dépôt de bilan

Pour les pilotes ce n'est pas très grave car ainsi que cela a été largement étalé dans la presse spécialisée l'explosion du transport aérien va conduire rapidement à une sévère pénurie de pilotes , donc les pilotes d'AF seront accueillis sans problème parles compagnies concurrentes. Par contre pour les PNC et le personnel au sol le futur risque d'être plus qu'incertain.
Pour les clients la disparition d'AF sera sans effet le monopole de cette dernière ayant depuis longtemps disparu dieu merci
Finalement la fin d'AF risque d'être un non évènement
a écrit le 04/05/2018 à 20:05 :
Les pilotes sont trop gâtés, ils mériteraient qu'Air France dépose le bilan. Dans ce cas, ils iraient travailler pour les compagnies étrangères et dans ce cas , ils n'auraient pas les mêmes avantages sociaux, plus de salaire à 17000 e par mois, des billets gratuits etc...
Réponse de le 05/05/2018 à 0:06 :
Tout à fait, il auraient presque le meme salaire, mais sans autres avantages, et surtout sans pouvoir.
a écrit le 04/05/2018 à 19:53 :
Plus de PDG : plus d'augmentation de salaires possible !!! La grève ne durera pas un an, car la compagnie aura coulé bien avant !!
En ce qui me concerne, je renonce à voler AF, d'autant que depuis LYS, la correspondance est obligatoire pour toutes destinations long courrier : changer à Amsterdam, Londres ou Francfort, voire Dubaï, c'est pas si gênant, surtout si on échappe à une grève permanente ...
a écrit le 04/05/2018 à 19:37 :
Monsieur Jean-Marc Janaillac doit être en train de sabler le champagne...
Qui va oser reprendre la patate chaude ? Il faut être un peu maso.
Je crois, mais je peux me tromper, que monsieur Alexandre de Juniac est parti volontairement d'AF pour prendre la direction de l'IATA.
Cordialement
Réponse de le 04/05/2018 à 21:19 :
A sa place ce soir je serais au champagne, et à la meilleure table de Paris, et partirais aussitot le bureau nettoyé, loin en vacances, à bord d'une autre compagnie, évidemment.
Réponse de le 04/05/2018 à 22:34 :
@Bernardino, de Juniac a du l'appeler et ils ont du se marrer un bon quart d’heure au téléphone devant l’inconséquence du SNPL. Eux deux, leur avenir est assuré, ils ont fait leurs preuves. Avoir été PDG de AF, c'est la reconnaissance absolue de leurs pairs.
a écrit le 04/05/2018 à 19:26 :
La France a besoin d'être réformée, si elle ne l'est pas elle va s'enfoncer dans une crise dont elle ne se remettra pas, tout le monde le sait mais il faut réformer chez le voisin, AF ( les pilotes ) s'imagine que ça va continuer comme ça éternellement, quand ils iront balayer les cabines chez les LOW COAST ils commenceront ( peut être ) à réfléchir, d'ici là profitons.....quant aux "cheminots" j'ai travaillé 42 ans et je suis parti en retraite à 62 ans sur un décompte de 25 années, un "roulant" part ( maintenant ) à 52 ans et est décompté sur les 6 derniers mois d'activité, et qu'ils ne me parlent pas des WE ou des "nuits" ils sont très largement indemnisés, ils devraient se rapprocher des "routiers" ....
a écrit le 04/05/2018 à 19:21 :
Le Président du SNPL doit être nommé d'urgence PDG d'Air France pour qu'on puisse voir rapidement ce qu'il faut faire et à quel sommet il va mener la compagnie.
a écrit le 04/05/2018 à 19:19 :
Si une entreprise française devait symboliser l'immobilisme et le rêve permanent d'une gloire passée ça serait bien Air France. Comment peut-on, à ce point, envoyer au casse pipe sa propre entreprise? Comment avoir ce culte permanent du conflit social ? Air France ne semble survivre que grâce aux résidus d'avantages historiques (unique grande compagnie nationale, pays très centralisé avec un seul grand hub, liens géopolitiques historiques, limitation des créneaux horaires pour les concurrents...). Mais qui peut raisonnablement entrevoir un avenir positif pour cette compagnie ? Qu'il y ait une certaine forme de protectionnisme face à la concurrence des pays du golfe, cela peut s'entendre. Mais quand on voit les résultats de IAG ou de la Lufhtansa... l'avenir semble davantage ressembler à celui de Alitalia. J'espère simplement que le moment venu, ce ne seront pas les contribuables français qui seront d'une manière directe ou indirecte pénalisées...
Réponse de le 05/05/2018 à 15:14 :
Ou finir comme Ibéria intégré au groupe sous la direction de British Airways, l'enemi historique.
a écrit le 04/05/2018 à 19:12 :
La connerie est sans limite...et Janaillac a raison de laisser son tablier. La solution, c'est de mettre les syndicats à la direction....
Nous sommes le seul pays où l'on ne travaille que 35 heures....ajoutez à cela les rtt, 5 semaines de congés, etc....
Je ne vois pas comment AF puisse être compétitive face aux concurrents, avec constamment des grèves....
a écrit le 04/05/2018 à 19:08 :
Bon, maintenant il faut dissoudre la compagnie, elle est ingérable. Les actionnaires ne peuvent pas nommer un nouveau PDG. Il n'aura aucun pouvoir.
Réponse de le 05/05/2018 à 8:45 :
Visiblement, dans ces sociétés cogérées par l'état, même avec seulement 14% des actions, c'est le personnel qui dirige.. Règle numéro 1: ne jamais investir conjointement avec l'état..
a écrit le 04/05/2018 à 19:06 :
Un techno qui fait un ultimatum à des syndiqués français... Ca commence comme une blague anglaise!
a écrit le 04/05/2018 à 18:57 :
L’Etat doit impérativement vendre sa participation de 15 pour cent. AF n’est pas un service public. La société se croit insubmersible mais elle ne l’est plus et les deniers publics sont comptés désormais. Attention danger de mort lente.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :