Annulations de vols en cascade : face à la pagaille dans les aéroports, le cri d’alarme des voyagistes

Sous le double effet des grèves et des annulations de vols, les voyagistes disent « craindre le pire » dans les aéroports cet été. Leurs organisations professionnelles ont interpellé la Première ministre, Elisabeth Borne, pour lui faire part des difficultés rencontrées pour servir au mieux leurs clients dans un contexte de forte reprise du tourisme.
(Crédits : BENOIT TESSIER)

Ils ont géré tout au long de la pandémie des demandes de remboursement et, maintenant que la reprise est là : rebelote. Les voyagistes font de nouveau face à ce type de réclamations en raison des annulations de vols liées à l'incapacité des aéroports à absorber le flux des passagers.

Les voyagistes français, réunis sous la bannière des Entreprises du voyage (EDV), le syndicat des tour-opérateurs (voyagistes) et l'APST, la caisse de garantie du secteur, interpellent, dans un courrier, la Première ministre, Elisabeth Borne, sur la situation chaotique dans les aéroports : « Alors que le pic de la saison estivale n'a pas encore commencé, ces perturbations font craindre le pire pour les vacances et les voyages des Français et des Françaises », soulignent-ils. « Le premier problème est l'annulation massive de vols de la part de certaines compagnies aériennes » qui « entraînent des reports » réduisant le temps sur place des vacanciers français comme étrangers mais aussi « une perte sèche et un surcroît de travail pour les opérateurs de voyages ».

Lire aussi 6 mnL'été sera beau et chaud pour Lufthansa et Air France-KLM

Une reprise des voyages aussi soudaine qu'inattendue

C'est d'autant plus compliqué pour ces entreprises qu'elles ont, pour la plupart, licencié pendant la crise. Elles sont maintenant en sous-effectif pour gérer toutes les réclamations avec, son corollaire, un service détérioré pour les clients. C'est aussi vrai pour les agences de voyages spécialisées dans les déplacements professionnels qui commencent à retrouver des volumes d'activité comparables à ceux de 2019.

Les organisations professionnelles soulignent aussi que, si le report est impossible, « les compagnies aériennes ne respectent pas le délai des 7 jours exigé pour les remboursements, les Français se trouvent dans l'incapacité économique d'organiser un nouveau projet de vacances ». Ils déplorent aussi « les difficultés rencontrées aux passages des contrôles de sûreté dans les aéroports, obligeant les opérateurs de voyages à faire venir leurs clients trois heures avant le départ. Il semblerait que cette situation résulte des sous-effectifs des services de contrôle ».

Il semble bien qu'aéroports et compagnies aériennes n'aient pas pu anticiper une reprise aussi forte qu'inattendue : « Il faut maintenant que les infrastructures soient à la hauteur et que les vacances et les voyages des Français et des étrangers qui ont choisi la France comme destination se passent du mieux possible », ajoutent les représentants du secteur qui sont réduits à demander à leurs clients de passer une nuit dans un hôtel d'aéroport la veille de leur départ ou, du moins, de se présenter à l'aéroport plusieurs heures en avance.

Lire aussi 11 mnTourisme : "Cet été sera peut-être le plus grand été de voyage que nous ayons jamais vu" (Peter Kern, DG d'Expedia)

Des aéroports saturés dans le monde entier

Ces grosses difficultés rencontrées dans les aéroports ne touchent pas que la France. Partout dans le monde, elles obligent les compagnies à annuler des vols. Au Canada, WestJet, au lendemain d'une annonce similaire faite par son concurrent Air Canada, a averti jeudi d'une réduction de ses vols cet été en raison d'une reprise rapide des voyages et d'une importante pénurie de main-d'œuvre qui paralysent les aéroports du pays.

Jeudi matin, au Royaume-Uni, des passagers dénonçaient sur Twitter le « chaos total » à l'aéroport londonien d'Heathrow après l'annulation de 30 vols à l'heure de pointe matinale; l'aéroport évoquant un afflux de passagers supérieur à ce qu'il peut absorber. En Allemagne, Lufthansa va annuler 3.000 vols cet été et des travailleurs étrangers sont appelés pour mettre fin au chaos dans les aéroports.

A toutes ces annulations liées à la désorganisation dans les aéroports, s'ajoutent aussi celles qui sont la conséquence des grèves sur fond de revendications salariales.

Des grèves dans les aéroports parisiens ce week-end

Plusieurs aéroports français, dont Roissy-Charles-de-Gaulle et Orly, vont être touchés ce week-end par de nouvelles grèves pour les salaires. Ces mouvements sociaux vont se traduire par l'annulation de quelque 17% des vols au départ ou à l'arrivée de Paris-Charles-de-Gaulle (CDG) entre 7h00 et 14h00, selon la Direction générale de l'aviation civile (DGAC).

Les annulations préventives, qui représenteront 10% des mouvements d'aéronefs à CDG sur l'ensemble de la journée, ont été réclamées par l'administration par mesure de sécurité car les pompiers sont en grève depuis jeudi, contraignant à fermer une partie des pistes du premier aéroport français. De quoi, effectivement, donner des sueurs froides à tous les professionnels du tourisme qui n'auront même pas eu l'occasion de se réjouir de la forte reprise, très contrariée, de leur activité.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 7
à écrit le 01/07/2022 à 18:51
Signaler
C est vrai que les aéroports sont saturés. D ailleurs Air France y travaille, il ne met pratiquement que des A318 entre Orly et Marseille obligeant les équipages à débarquer des valises cabines par manque de place ds ce minuscule avion engendrant pa...

à écrit le 01/07/2022 à 16:01
Signaler
Ce n'est ni le covid ni les écologistes qui nuisent au transport aérien ! Il était déjà mal en point en 2019, le covid l'a achevé en 2020. Les raisons ? Un modèle économique imbécile, le «bas-coût/bas-prix» (low-cost). Les prix des billets étant infé...

à écrit le 01/07/2022 à 12:37
Signaler
On attire pas les mouches avec du vinaigre. Ce n'est pas en payant les agents au sol au SMIC que les aéroports vont attirer des candidats.

à écrit le 01/07/2022 à 9:49
Signaler
Que la Nupe et ses affiliés écolo fassent le tri parmi leurs troupes … j ai des amis bien bourgeois et écolo complètement incohérents : il partent en avion pour St Domingue .. les aidez ? Non 15 jours en vacances cherchez l erreur ….

le 01/07/2022 à 11:20
Signaler
Ce sont surtout les plus riches qui s’envolent : « Dans l’ensemble de l’Union européenne, les 20 % de la population ayant le revenu le plus élevé sont responsables de plus de la moitié des dépenses consacrées aux voyages en avion », souligne ainsi le...

à écrit le 01/07/2022 à 9:06
Signaler
Partir en vacances en avion dans de telles conditions m'incite encore moins à utiliser ce mode de transport que je n'utilise plus depuis des années. Ce moyen de transport de masse pour un tourisme de masse est un non sens. En ces temps où de futures...

à écrit le 01/07/2022 à 8:40
Signaler
Bref ils se plaignent tout le temps, quand ya personne, quand ya trop de monde, le néolibéralisme où l'économie "ouin-ouin", désespérant.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.