Air France-KLM : ce qui menace la nouvelle organisation de Ben Smith

 |   |  1378  mots
(Crédits : Reuters)
L'annonce d'une nouvelle organisation plus intégrée d'Air France-KLM, qui opposait la maison-mère à sa filiale KLM, ne doit pas faire oublier la cassure qui s'est produite entre les deux entités autour de la question du renouvellement du patron de KLM et d'une manière plus large de la place de KLM au sein du groupe. La mise en œuvre de cette nouvelle organisation interpelle. Comment peut-on reconstruire une relation entre les deux compagnies quand les patrons ne s'entendent pas, quand les habitudes et l'état d'esprit qui règnent chez KLM ne poussent pas à les remettre en cause, et quand les irritants chez KLM à l'égard d'Air France sont toujours présents? Analyse.

A la veille de son quinzième anniversaire, Air France-KLM cherche un nouveau souffle. Après la crise de gouvernance qui avait suivi l'an dernier la démission de Jean-Marc Janaillac (le PDG de l'époque parti après avoir perdu son référendum imaginé pour éteindre un conflit salarial à Air France), le groupe, aujourd'hui dirigé par le Canadien Ben Smith, est en pleine reconstruction. Si les tensions sociales semblent apaisées au sein de la compagnie française depuis son arrivée, la relation entre Air France et KLM, les deux filiales d'Air France-KLM, après avoir touché le fond ces dernières semaines, reste à réinventer.

Deux visions stratégiques

Le bras de fer entre la maison-mère et sa filiale KLM autour du renouvellement de Pieter Elbers à la tête de la compagnie néerlandaise, et, d'une manière plus large, autour de la place de KLM au sein du groupe, a provoqué une cassure nette entre le groupe Air France-KLM et sa filiale hollandaise. Menaces de grève envoyées par la direction de KLM aux membres du conseil d'administration du groupe, manifestations et pétition des salariés, campagne médiatique savamment orchestrée... le soutien apporté à Pieter Elbers et à la défense des...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2019 à 9:53 :
Ce qui est sûr c'est qu'on s'achemine vers un abandon probable des Airbus A320 sur la flotte moyen courrier. KLM et Transavia volant avec des Boeing 737, AF devrait suivre aussi. Les groupes IAG et Lufthansa ont homogénéisé toute leur flotte moyen courrier autour d'un seul appareil: l'A320.
Réponse de le 22/02/2019 à 12:52 :
Quelle idée ! Vous avez des actions chez Boeing ? Wikipedia = 101 modules A3xx. Et Airbus engrange des commandes de NEO par dizaines. Il faudrait qu'Air France soit débile pour modifier ses choix. D'autant plus qu'il existe un dogme dans cette industrie: ne pas dépendre d'UN SEUL constructeur. Désolé pour vous.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :