Hausse des péages de 8% : Bruno Retailleau crie à "l'indécence", Clément Beaune veut rassurer

Les péages des autoroutes augmentent un peu tous les ans, généralement le 1er février, mais cette année les concessionnaires des infrastructures auraient réclamé une hausse très substantielle, de 8%. Face aux vives réactions notamment du côté de l'opposition LR, qui ont même rallumé le débat sur la rente de situation des concessions d'autoroutes, le ministre délégué aux Transports a tenté de rassurer sur l'issue des négociations en cours.
Cet été, sur l'autoroute A7, au niveau de Valence, le trafic soutenu d'une journée de grands départs en vacances, le 9 juillet 2022.
Cet été, sur l'autoroute A7, au niveau de Valence, le trafic soutenu d'une journée de grands départs en vacances, le 9 juillet 2022. (Crédits : Reuters)

"Et surtout, surtout, pas d'explosion des tarifs des péages au début de l'année 2023, c'est ce qui nous préoccupe", avait insisté fin juillet le ministre des Transports Clément Beaune sur CNews, en annonçant des négociations à la rentrée avec les concessionnaires d'autoroutes.

Or, les négociations ont débuté et ce qui a fuité a déjà mis le feu aux poudres. Avant hier, selon le journal Le Monde, les sociétés d'autoroutes auraient réclamé, lors des discussions qui ont débuté avec le ministère des Transports, une hausse des tarifs de péages allant jusqu'à 8%. Un chiffre à mettre en regard avec l'augmentation de 2% en moyenne sur l'année 2022.

Vendredi, face au tollé déclenché notamment dans les rangs de l'opposition, le ministre délégué aux Transports a voulu rassurer les Français, en expliquant au micro de  FranceInfo, que la hausse annuelle des tarifs d'autoroutes devrait rester "raisonnable" début 2023.

Un mécanisme d'augmentation "automatique" calé sur l'inflation

Tout en reconnaissant que "si on appliquait les choses de manière automatique, on serait potentiellement sur des hausses très élevées", dans cet ordre de grandeur (des 8%), Clément Beaune admettait à la radio que ce serait perçu comme "insoutenable". Pour rassurer les automobilistes, il a déclaré:

« Je veux une augmentation raisonnable, mais ce ne sera pas dans l'ordre de grandeur de 7-8%. »

Le mécanisme "automatique" des augmentations de prix des péages d'autoroutes se déclenche généralement le 1er février, et le montant résulte d'un calcul prenant en compte à la fois le taux d'inflation et les travaux engagés par les sociétés concessionnaires.

Or justement l'inflation, qui a atteint 5,8% cette année, évoluerait en 2023 dans une fourchette comprise entre 4,2% et 6,9%, selon les projections.

Défendre le pouvoir d'achat ou la sécurité routière ?

Pourtant, à voir les réactions suscitées, l'argument de l'inflation semble loin d'être suffisant pour justifier un tel niveau d'augmentation de la part des concessionnaires d'autoroutes.

Pour rappel, à propos de ces négociations en cours, le journal Le Monde n'hésitait pas d'emblée à évoquer, dans son article, un "jeu de dupes", expliquant que ce chiffre de 8% était "artificiellement gonflé [par les concessionnaires] afin de faire accepter une revalorisation contractuelle autour de 5 %".

Dans un esprit similaire, vendredi, le président des sénateurs LR Bruno Retailleau s'était dit "stupéfait par l'indécence des sociétés d'autoroutes qui réclament une augmentation de 8% des péages" en 2023.

"En pleine crise de pouvoir d'achat des Français déjà étranglés par le prix de l'essence (...) cette demande est scandaleuse", a estimé M. Retailleau dans un communiqué.

Clément Beaune se voulait, quant à lui, pragmatique en déclarant que  "l'usage de la voiture coûtera plus cher, c'est inévitable, dans les années qui viennent", et justifiait en partie la demande des concessionnaires pour ce motif :

"Ce qu'on paye aux autoroutes, c'est des investissements, je ne veux pas qu'elles arrêtent d'investir dans la sécurité [routière]", a-t-il souligné.

Lire aussiSécurité routière: en 2021, baisse record de la mortalité sur autoroutes, mais 2022 débute dramatiquement

Concessions d'autoroutes : Bruno Retailleau souffle sur les braises

Ce qui n'a pas convaincu Bruno Retailleau, président du groupe LR au Sénat et candidat à la présidence du parti, qui en a profité pour rallumer les feux d'un débat récurrent, en déclarant pour sa part vouloir "rééquilibrer" les conditions "outrageusement favorables" dont ces sociétés "ont bénéficié quand l'État leur a concédé notre service public autoroutier".

Bruno Retailleau a déposé l'année dernière une proposition de loi "pour revoir les contrats des sociétés d'autoroutes et assurer un partage équilibré des bénéfices entre les usagers, les autorités concédantes et les concessionnaires". Ce texte n'a pas encore été inscrit à l'ordre du jour du Sénat.

Lire aussiConcessions d'autoroutes: le Sénat exige de "mieux partager les profits avec l'État et les usagers"

(avec AFP)

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 26/09/2022 à 11:32
Signaler
Les LR dans toutes leurs splendeurs... C'est eux qui ont bradé les autoroutes en 2006, gouvernement De Villepin.

le 26/09/2022 à 16:07
Signaler
et ne jamais oublier que l'equipe fillon baroin ont tout fait pour vendre l(utilisation des routes national. a l'italie et que ces gens non jamais prononcé un mot d'excuse c'est aussi le LR les portiques sont toujours en place

à écrit le 26/09/2022 à 10:34
Signaler
Quand l'Etat saura entretenir son réseau comme les sociétés privées, on en reparlera. Pour l'instant, l'indécence est surtout celle de la droite qui se comporte comme la gauche...

à écrit le 25/09/2022 à 9:41
Signaler
Pas loin de chez moi il y a un viaduc construit il y a 20 ans, maintenant que les infrastructures autoroutières sont rincées il fait dix fois plus de bruit qu'au début c'est un gars des ponts et chaussées qui me l'a affirmé. Encore des gros radins au...

à écrit le 24/09/2022 à 19:12
Signaler
C'est courant, 8% pour avoir 5%, en fait la valeur désirée. Comme annoncer devoir licencier 500 personnes, longues négociations, ça sera finalement 250. Exactement ce qui était prévu, gonfler les chiffres permet d'annoncer un succès une fois atteint ...

le 25/09/2022 à 9:42
Signaler
et a qui profite cette augmentation simplement a l'evasion de capitaux et oui la majorite des autoroute francaises les benefices vont grossir hors de france c'est aussi la vision de la macronie

le 25/09/2022 à 12:34
Signaler
Les autoroutes sont gratuit en Espagne. Si l'Espagne a pu le faire, la France doit s'en inspirer et mettre fin à cette pratique féodale (moyenâgeuse).

le 25/09/2022 à 17:56
Signaler
@ludwig: ben oui, les autoroutes à péage ça ne date que de Macron, avant d'être élu président. Avant y avait tout gratuit (même l'A1 et l'A6, amorties depuis longtemps devraient devenir gratuites, non, ça fait per-équation avec des neuves qui seront ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.