Face à Air France, le projet de réunir Corsair, Air Caraïbes, French Bee et XL échoue

 |   |  429  mots
Lionel Guérin
Lionel Guérin (Crédits : Reuters)
Selon des sources concordantes, Lionel Guérin, ancien dirigeant d'Air France, et l'ancien PDG de HOP, Philippe Micouleau, ont tenté de regrouper plusieurs compagnies aériennes françaises.

Créer un second pôle aérien français face à Air France en regroupant pas moins de 5 compagnies aériennes tricolores : c'est le projet qu'a essayé, en vain, de monter ces dernières semaines Lionel Guérin, une personnalité bien connue du transport aérien français pour avoir été jusqu'à fin 2016 directeur général délégué d'Air France (en charge de HOP Air France), dont il a été par deux fois candidat malheureux à la présidence (en 2011 et 2016), mais aussi ancien PDG de Transavia, d'Airlinair, ou encore de la Fédération nationale de l'aviation marchande (Fnam). Selon plusieurs sources concordantes, Lionel Guérin et Philippe Micouleau, l'ancien PDG de HOP, ont contacté tous les actionnaires des compagnies Corsair (TUI), Air Caraïbes et French Bee (Groupe Dubreuil), XL Airways et sa filiale La Compagnie (elles appartiennent à la société Dreamjet, détenue par plusieurs actionnaires dont Motier, la holding de la famille Moulin), pour les convaincre de se réunir et d'investir dans ce projet. Le projet a même été présenté au comité exécutif d'une des compagnies concernées. Les actionnaires d'Aigle Azur n'ont quant à eux apparemment pas été approchés.

Un groupe, plusieurs compagnies

L'idée était de créer une maison-mère avec 3 filiales, Air Caraïbes, French Bee et une entité regroupant XL et Corsair, chacune avec son certificat de transport aérien. Le tout en essayant d'aligner les conditions de travail sur celles de French Bee. La place de La Compagnie, opérateur 100% classe affaires, reste un floue. Filiale de XL Airways, il était néanmoins difficile de ne pas  l'intégrer dans cet ensemble. Le tout aurait permis de créer un groupe composé d'environ 20 à 25 gros-porteurs.

Aucun actionnaire n'a été convaincu. Tous ont rejeté ce projet qui comptait sur leur financement, mais manquait d'investisseurs externes.

« Nous n'avons jamais vu les fonds d'investissements annoncés », explique-t-on au sein de plusieurs compagnies approchées.

Consolidation par disparition d'entreprises ?

Pas sûr qu'il y aura une deuxième chance. Plusieurs actionnaires préfèrent en effet continuer leur route en solo. TUI, par exemple, est toujours en quête d'un repreneur pour Corsair. Du coup, si certains croient toujours à une consolidation du ciel français par regroupements, d'autres estiment au contraire que ce mouvement se fera par des disparitions d'entreprises. L'arrivée à Orly de Level, la filiale low-cost long-courrier du groupe IAG, mais aussi le développement de Norwegian, une autre low-cost de ce type, risque en effet de faire des dégâts dans le ciel français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/04/2018 à 22:49 :
Bien sur que frenchbee s'en moque, ses avions sont récents, l'enregistrement numérique ce qui permet d'éviter la pénible corvée d'attente d'enregistrement des bagages, le billet numérique est imprimé sur une borne, que du bonheur!
Quand à TUI qu'ils se la jouent fine, qui ne préfèrerait pas pour un peu plus cher monter dans un très confortable boeing 747 quadriréacteur plutot qu'un airbus A 320 bimoteur serré comme des sardines.
Las le boeing reste au garage , entre deux airbus on choisit le moins cher,: Francebee! quand au service il est sans défaut, et la préréservation permet de choisir sa place, et même d'en changer si c'est possible (ça c'est un bon plan), pas la peine de rèver chez TUI.
Et puis Frenchbee est Vendéenne pas bien loin des Herbiers, vous savez la ville record de France derrière Vitré du plus faible taux de chômage, moi ça me plait.
a écrit le 28/04/2018 à 16:42 :
Quelle idée bizarre ce projet de rapprochement car Jean Paul Dubreuil a déjà essayé sans succès de reprendre Corsair a Tui
Et comme Air Caraibes avec de surcroît French Blue est largement bénéficiaire notamment sur les Antilles je vois mal Dubreuil intéressé par cette opération
a écrit le 28/04/2018 à 9:21 :
vraiment dommage, la France a besoin d'une compagnie low cost de niveau mondiale !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :