Les "cars Macron", grands gagnants de la grève des transports !

Pour Flixbus et Blablacar, qui a racheté Ouibus, le conflit social qui se prépare à partir de jeudi 5 décembre est du pain bénit. "La demande a doublé !", se réjouissent les deux compagnies, qui promettent de ne pas augmenter leurs prix.

4 mn

FlixBus prévoit d'augmenter sa capacité d'environ 10% du 5 au 8 décembre.
FlixBus prévoit d'augmenter sa capacité d'environ 10% du 5 au 8 décembre. (Crédits : Reuters)

La grève des transports est une aubaine pour les deux compagnies de "cars Macron" qui vont organiser des rotations supplémentaires pour tenter de remplacer les trains supprimés, jurant qu'ils n'en profiteront pas pour augmenter les prix.

Il ne reste plus que deux compagnies sur le marché - toujours déficitaire - des autocars interurbains, libéralisé à l'été 2015 par Emmanuel Macron, alors ministre de l'Économie: l'allemand FlixBus a racheté Isilines et Eurolines (filiales de Transdev) tandis que BlaBlaCar a racheté Ouibus (filiale de la SNCF) pour le transformer en BlaBlaBus.

Pour les deux, le conflit social qui se prépare à partir de jeudi 5 décembre est du pain bénit. "La demande a doublé !", se réjouit-on déjà tant chez FlixBus que chez BlaBlaCar.

Plus 10% d'activité pour Flixbus

Les deux compagnies se sont donc employées à faire circuler davantage d'autocars. Mais elles ont repoussé les appels du pied du gouvernement qui leur demandait de déployer des cars en Île-de-France, se concentrant sur les liaisons interurbaines.

FlixBus, par exemple, va augmenter sa capacité d'environ 10% du 5 au 8 décembre - et aussi le week-end suivant (12 au 15 décembre).

"On fait dans la mesure de nos capacités, ce n'est pas non plus simplissime pour nous de mettre de l'offre supplémentaire sur les routes", expose Yvan Lefranc-Morin, directeur général pour la France de la société allemande.

Il lui faut en effet "mobiliser" les sous-traitants pour qu'ils trouvent des véhicules et des chauffeurs, et aussi obtenir de la place dans les gares routières, entre autres contraintes administratives.

"En aucun cas on ne serait capable de doubler notre capacité du jour au lendemain ou même d'une semaine sur l'autre, ça demande beaucoup de préparation", insiste-t-il, notant que les cars supplémentaires seront concentrés sur les plus gros axes.

Parmi les destinations les plus prisées: la Normandie, le Grand Ouest, et surtout, pour le week-end, Lyon pour la fête des lumières et Strasbourg pour son marché de Noël.

"Cette période est traditionnellement une période très faible" à part ces deux événements, relativise le responsable.

Lire aussi : FlixBus veut prendre de l'ampleur en Occitanie

Le spectre d'une grève longue

"Il y a aussi toute une demande qui disparaît" car de nombreux Français ont choisi de différer leurs voyages, ajoute le directeur général de BlaBlaCar, Nicolas Brusson.

"Maintenant, si la grève dure et que ça commence à toucher le week-end d'après et celui d'encore après, ça sera différent", ajoute-t-il. "Et quand on se rapproche de Noël, le niveau d'anxiété augmente beaucoup."

Certains usagers parient d'ailleurs sur une grève longue, car les autocars commencent déjà à se remplir.

Lire aussi : Grève du 5 décembre: pour les salariés bloqués, Pénicaud appelle les patrons à l'indulgence

Plus généralement, "le [car] n'est pas une solution pour absorber des pics de demande comme ça", juge Nicolas Brusson. "Il joue à la marge."

Logiquement, le patron de BlaBlaCar croit plus au covoiturage et au "réflexe" des automobilistes pour proposer des sièges en cas de besoin, qui est "de loin le plus efficace pour absorber la demande".

En outre, son prix n'augmente pas pour les passagers, souligne-t-il.

"Au même prix"

À cet égard, ceux des "cars Macron" risquent de payer plus. Mais c'est parce que les autocars seront très remplis, explique-t-on tant chez FlixBus que chez BlaBlaCar.

"Les grilles tarifaires ne bougent pas, les sièges sont vendus au même prix, ce n'est pas plus cher", insiste Nicolas Brusson.

Mais "si cette année, vous achetez quelques jours à l'avance pour un billet le 5 décembre, il y a de fortes chances que vous achetiez un des derniers sièges disponibles dans le car", ajoute Yvan Lefranc-Morin. "C'est uniquement dû à ce phénomène: on vend des places par catégories de prix, et à chaque fois qu'une catégorie s'épuise, on passe à la case d'après."

Du coup, la majorité des passagers n'auront pas payé très cher, insistent les deux compagnies.

Quant aux encombrements de circulation à prévoir, "les gens vont être compréhensifs si les cars ont du retard", estime M. Lefranc-Morin. "En période de grève, les gens seront déjà suffisamment contents de pouvoir se déplacer!"

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 06/12/2019 à 10:13
Signaler
flix viennent d'absorber eurolines qui avait la qualité du minima, et son a présent seul sur le marché des bus en Europe. Les autres sont des poucets. Mais la qualité du voyage est encore plus difficile qu'avec eurolines, le système de réservation...

à écrit le 05/12/2019 à 13:02
Signaler
On dit pain béni ! et non bénit le pain ne bénit rien !

à écrit le 04/12/2019 à 9:53
Signaler
C'est temporaire et pour les car macron, limité. Les cars Macron avouent ne pas pouvoir ajouter plus de 50 cars en plus de leur flotte habituelle, c'est important à leur échelle et tant mieux pour eux.Ils vont pouvoir se gaver pour Noel. Le go...

à écrit le 04/12/2019 à 8:42
Signaler
Ce n'est plus une gréve c'est une action contre le peuple; la date est fixée par le parti communiste, l'organisation et la publicité par les médias, plus il y a de gréve et plus l'audience augmente, c'est bon pour la pub .

le 04/12/2019 à 9:25
Signaler
Tiens un lecteur de droite c'est rare sur la tribune.

à écrit le 03/12/2019 à 20:08
Signaler
Les grands gagnants des grèves, manifestations, et blocages des gilets jaunes sont les commerces en lignes, à commencer par l'américain Amazon qui doit bien se marrer. Les grands perdants sont les commerces et services de proximité, et évidement le ...

à écrit le 03/12/2019 à 14:25
Signaler
Une vrai catastrophe de perdre des clients à notre Ère ; Une compagnie qui se respecte ( et qui est pro )et qui veut exister va forcément assurer un «  service minimum » pour ses clients ( c’est du bon sens )

à écrit le 03/12/2019 à 14:23
Signaler
Il n'y a pas de petit profit et les occasions sont rares, profitez en! Mais ce n'est qu'une soupape de sécurité qui travaille contre Macron!

à écrit le 03/12/2019 à 13:15
Signaler
Notre président n'est pas propriétaires des cars circulant entre les grandes villes, une précision peut-être pas inutile, vous ne verrez pas son nom sur les carrosseries!

le 03/12/2019 à 17:15
Signaler
Dommage... s'il avait créé une compagnie de bus rentable et efficace, on aurait eu moins de doutes sur ses compétences. reste que la libéralisation de ce secteur est une très bonne chose.

à écrit le 03/12/2019 à 12:32
Signaler
On tire tout vers le bas. Triste destinee pour ce pays qui a connu d'autres succes, jadis....

à écrit le 03/12/2019 à 12:23
Signaler
Il faut savoir qu'une estimation de un jour de grève SNCF coûterait 20 millions d'euros! Le déficit de cette entreprise ne pourra jamais être résolu et se sera toujours au détriment d'investissement dans l'entreprise. L'entrée d'autres acteurs dans ...

le 03/12/2019 à 13:34
Signaler
Avez vous compris que la réforme des retraites vous concerne aussi ... le régime privé perd sa retraitée complémentaire et donc toutes vos cotisations depuis toutes ces années ... les avocats- notaires eux le savent bien.

à écrit le 03/12/2019 à 12:17
Signaler
Une grève un jeudi n'a aucun sens, ça fait pas très courageux avec le week-end tout proche pour se reposer. Une vraie grève c'est dès le lundi matin !

le 03/12/2019 à 17:13
Signaler
les grèves c'est toujours le jeudi et le mardi. Explications : http://www.leparisien.fr/economie/pourquoi-les-greves-ont-souvent-lieu-les-mardis-et-les-jeudis-11-12-2017-7446549.php

à écrit le 03/12/2019 à 11:44
Signaler
Il est plus que temps de contourner ces entreprises de haute conflictualité et en situation monopolistique que sont la SNCF et la RATP. Inspirons-nous des USA où le transport par train est marginal : -avion et autocars pour les liaisons à moyenne/gr...

le 03/12/2019 à 14:09
Signaler
Difficile de contourner la RATP. Ils usent et abusent de leur situation de rente.

le 03/12/2019 à 17:11
Signaler
il est possible de la démanteler en la privatisant ligne par ligne (ou par groupes de lignes pour les bus).

à écrit le 03/12/2019 à 10:35
Signaler
Super nouvelle pour la pollution atmosphérique, ça va polluer sérieusement dans les jours à venir.

le 04/12/2019 à 9:59
Signaler
Et en cas de pollution tous les véhicules critair supérieur à 2 ne sont plus autorisés à rouler, soit les 2/3 du parc automobile... Pas de bus, pas de métro, pas de train, pas de trottinette, pas de voiture... quand ça veut pas, ça veut pas.

à écrit le 03/12/2019 à 10:05
Signaler
Ils vont enfin gagner un peu d'argent.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.