Retraites : une majorité de Français favorables à la grève du 5 décembre

 |   |  1020  mots
Une grève interprofessionnelle est prévue le 5 décembre.
Une grève interprofessionnelle est prévue le 5 décembre. (Crédits : Reuters)
SONDAGE. Près de 60% des Français interrogés par BVA pour La Tribune, RTL et Orange sont prêts à soutenir la grève programmée le 5 décembre prochain pour protester contre la réforme des retraites. Le bras de fer entre les syndicats et le gouvernement pourrait se durcir.

Le gouvernement avance en terrain miné. Selon le dernier baromètre réalisé par BVA pour La Tribune, Orange et RTL, 6 Français sur 10 approuvent la prochaine journée de grève programmée le 5 décembre prochain pour contester la réforme des retraites. À l'opposé, 4 répondants sur 10 s'opposent au débrayage. Le mouvement de grève dans les transports début décembre "va être très fort", a prédit mercredi dernier le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez, rappelant que son organisation appelait à des grèves reconductibles, mais sans s'avancer sur une poursuite du mouvement jusqu'à Noël.

Lire aussi : Retraites: la CGT-RATP rejoint l'appel à une grève illimitée à partir du 5 décembre

En parallèle, plusieurs milliers de personnels hospitaliers ont manifesté jeudi après-midi pour dénoncer la crise actuellement traversée par les hôpitaux publics. Ils réclament notamment "un plan d'urgence". Un an après le début de la mobilisation des gilets jaunes et même si la fièvre du mouvement est retombée, le gouvernement doit toujours faire face à un volcan social. La crainte d'une convergence des luttes pourrait grandir dans les semaines à venir.

Lire aussi : Grève du 5 décembre: les "gilets jaunes" appellent à rejoindre la manifestation contre la réforme des retraites

Un grève soutenue dans presque toutes les catégories

L'appel à la grève interprofessionnelle calée au début du mois de décembre est défendue en quasi majorité dans toutes les catégories de populations, hormis les retraités (42%) qui ne seront pas concernés, les cadres (45%) et les plus diplômés (42%). Le soutien est particulièrement marqué chez les ouvriers (74%) et les agents du secteur public (70%).

Par ailleurs, 7 Français sur 10 interrogés par l'organisme de sondages pensent que ce mouvement va s'inscrire dans la durée et va se poursuivre au-delà du 5 décembre. À l'inverse, 28% affirment que cette grève ne devrait pas durer. Interrogés sur différents scénarios, 34% des personnes interrogées pensent que le gouvernement va maintenir l'essentiel de sa réforme et 33% déclarent que l'exécutif va poursuivre son projet en le modifiant en profondeur. Enfin, 27% indiquent que le gouvernement va repousser la réforme à plus tard.

Lire aussi : Réforme des retraites : le projet de loi sera voté "d'ici l'été prochain"

Las Français partagés sur le mouvement des gilets jaunes

Le 17 novembre 2018, plusieurs centaines de milliers de gilets jaunes prenaient place sur les ronds-points à la grande surprise d'un bon nombre d'observateurs. Ces cortèges répondaient à l'appel d'un message Facebook pour protester contre la hausse d'une taxe sur les carburants. Un an après le début de cette mobilisation sans précédent, les Français interrogés sur ce mouvement social sont partagés. Ainsi, 42% des personnes expriment un avis positif alors que 45% ont au contraire une opinion négative à l'égard de ce mouvement. Ce sujet suscite d'importants clivages politiques et sociologiques, rappelle l'organisme de sondages.

"Certaines catégories portent un regard plus positif que négatif sur le mouvement, en particulier les jeunes de 18-34 ans (49% de jugements positifs), les ouvriers (63%), les personnes non-diplômées (55%) ainsi que les habitants des zones urbaines ou péri-urbaines (entre 45% et 50% selon la taille de la commune). D'un point de vue politique, le mouvement trouve ses soutiens chez les sympathisants de la gauche hors PS (61%) et notamment les sympathisants de la France Insoumise (83%), ainsi que les sympathisants RN (65%)."

La popularité de Macron se stabilise

Après avoir atteint un point bas en novembre 2018 à 26% en pleine crise des gilets jaunes, la cote de popularité d'Emmanuel Macron est progressivement remontée avant de se stabiliser au cours des trois derniers mois autour de 36%. En parallèle, la part des opinions négatives s'est consolidée autour de 64% ces dernières semaines. La multiplication des annonces socio-fiscales en faveur des classes moyennes en décembre 2018 et à la fin du grand débat n'a visiblement pas suffit pour reconquérir l'opinion.

Lire aussi : Grand débat, petites réponses : l'opposition déçue, les Français pas convaincus

Dans le détail, l'ancien ministre de François Hollande "progresse à droite (+ 3 pts chez les sympathisants LR, +1 chez les sympathisants RN) et perd au contraire des points à gauche. Mais surtout, il perd 6 points chez les sympathisants LREM : si son score demeure extrêmement élevé (94% de bonnes opinions), il atteint toutefois son plus bas niveau dans cette catégorie depuis février dernier", rappellent les auteurs du baromètre.

De son côté, le premier ministre Édouard Philippe bénéficie de résultats plus favorables. La part des opinions positives (41%) est plus importante que celle du chef de l'État. À l'inverse, 58% des répondants ont une mauvaise opinion à l'égard du locataire de Matignon.

Europe Écologie-Les Verts, parti le plus populaire

Bien qu'en perte de vitesse depuis le sommet de juin dernier à 61%, Europe Écologie-Les Verts domine les autres formations politiques en présence. Le parti qui s'apprête à changer de secrétaire national dans quelques jours récolte 55% d'opinions positives. Il est suivi de loin par la République en marche. Le parti de la majorité collecte 34% de réponses favorables après 36% en octobre. Surtout, l'érosion des opinions favorables à l'égard du parti présidentiel est spectaculaire depuis le début du quinquennat avec 21 points en moins. Les Républicains et le MoDem occupent la quatrième marche du podium avec 28% de réponses positives. Enfin, le Rassemblement national arrive juste derrière avec 26% d'opinions favorables.

Méthode : Enquête réalisée auprès d'un échantillon de Français interrogés par Internet du 13 au 14 novembre 2019. Elle a été réalisée à partir d'un échantillon de 968 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l'échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de la personne interrogée, région et catégorie d'agglomération.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 03/12/2019 à 17:16 :
Les privilégiés eux se cachent..les députés... Et les sénateurs..et prefet sans poste...etc....on ne les entend pas..ils ne perdent pas leurs privilèges .
a écrit le 02/12/2019 à 20:25 :
je me méfie des sondages et ne crois pas du tout que 60 % des français soutiennent la grève du 5 décembre.
60% des agents de la Fonction publique,très certainement.
a écrit le 22/11/2019 à 11:04 :
Dans un pays où l'on vient de généré le deuxième homme le plus riche du monde après que le gouvernement ait déversé 14 milliards 500 millions aux plus riches et que les lits d'hôpitaux manquent pour soigner des enfants , le petit peuple ne peut pas se satisfaire de cette situation et combien d'autres choses socialement malfaisantes en corollaire. Le détrousseur des vieux alias Jupiter a du souci à se faire pour demain car l'équité et la justice sont des mondes étrangers pour lui.
a écrit le 20/11/2019 à 10:14 :
une seule chose a faire c'est de votez contre macron le modem les écolos et une partie de la droite genre raffarin
tous les maires qui sont du coté des < précités >ci dessus , doivent dégagés!!!!!!!
a écrit le 18/11/2019 à 17:38 :
Pensions de reversion : La modification, dès 2025, des conditions d'attribution et de calcul des pensions de réversion pourrait raboter le niveau de vie de certains futurs veufs ou veuves.

Les gagnants de ce nouveau mode de calcul seront les veufs ou veuves aux revenus très inférieurs à ceux de leur conjoint décédé. Voyez notre couple de cadres, dont l'épouse pourra attendre une réversion en hausse de 42%, ce qui lui procurera, tous droits à la retraite confondus, un niveau de vie 20% supérieur. Logiquement, "les survivants dont le revenu pèse plus de 70% des ressources du couple y perdront", explique Lionel Viennois, cofondateur du cabinet Optimaretraite. Au sein de cette même famille de cadres, l'époux devenu veuf n'aura ainsi droit à aucune réversion, alors qu'il toucherait, dans le système actuel, 360 euros par mois. Egalement sanctionnés, les fonctionnaires, qui ne sont aujourd'hui soumis à aucun plafond de ressources. Ils se verront donc pénalisés par le nouveau taux de 70%, pour peu que les revenus de chaque conjoint soient équivalents ou, là aussi, en cas de disparition d'un conjoint gagnant beaucoup moins que le survivant.Enfin, les ex-conjoints s'en mordront aussi les doigts. Car, dernière modification d'importance, la réforme prévoit que toute séparation prononcée à partir de 2025 fasse perdre le droit à réversion. Alors qu'aujourd'hui les divorcés peuvent la percevoir. Mieux : en cas de remariage, celle du régime général est partagée, au prorata de la durée respective des unions, entre le premier et le second conjoint. Une règle qui ne pourrait continuer à s'appliquer que pour les séparations prononcées avant 2025, et à condition qu'aucun remariage n'ait ensuite lieu. Cette mesure constituera une excellente nouvelle pour la dernière épouse. Mais comme le montre notre tableau, la ou les précédentes perdront jusqu'à plusieurs centaines d'euros par mois. Comme y invite le rapport de Jean-Paul Delevoye, cela devrait désormais motiver, lors des négociations de divorce, une majoration de la prestation compensatoire.
a écrit le 18/11/2019 à 16:08 :
les retraités continuerons de manifester tant qu'ils n'aurons pas 1800e net par mois non impossable pour une retraite a taux plein , ou au prorata du temps de travail plus les enfants pour les femmes !!!!!!!!!!!!!
Réponse de le 18/11/2019 à 20:01 :
le Smic en privé ou en public n’est pas à 1800 net par moi
Travailler pour pas grand chose
Une retraite au maximum ( le plus haut plafond ) ne devrait pas dépasser 1500 euros .
( pour une personne seule ça suffit amplement)
a écrit le 18/11/2019 à 14:14 :
Nous vivons une vraie catastrophe nationale, Nous qui, avons travaillées quelquefois jusqu'à 10 heures par jour, payés des impôts pour l'évolution de la Nation, pour que nos enfants puissent vivre mieux que nous. meilleur enseignement, médecine, confort, innovation, et puissent avoir un grand avenir.
Triste réveil..... pour nous tous, notre retraite s'est vue amputée, diminuée....
De quel droit ont-ils touché aux revenus qui nous assuraient une retraite bien gagnée?
Quel est le sinistre personnage qui pu accepter cela?.......
Sans nommer personne je prie pour que ceux qui ont été à l'origine de cette injustice, soient à leur tour privé de droits sur lesquels ils comptaient.
a écrit le 18/11/2019 à 13:27 :
Il faut faire quelque chose pour les retraites pour 565€ par mois ce n'est pas une retraite convinable alors ont ce bats
a écrit le 17/11/2019 à 9:38 :
Les retraités RATP cherchent à nous diviser ! Tous unis pour réformer le système, qui en a bien besoin, restaurer l'égalité républicaine, et arrêter ce cirque minable !!!
a écrit le 16/11/2019 à 11:46 :
Vous savez quoi ? elle va se faire, cette réforme.
N'en déplaise à tous les sondages bidons dans les médias, et à tous les professionnels de l'indignation vertueuse qui braillent dressés sur leurs ergots.
E. Macron est comme ça : il ne recule pas.
Il a bien raison : on n'a pas le choix : il n'y a plus assez de fric pour les futurs retraités.
La retraite, c'est pour bouffer quand on ne peut plus travailler, mais le système a été complètement dévoyé, pillé, et a fabriqué une caste de rentiers aigris.
Qui sont, bien sûr, contre la réforme.
Comme on les comprend, ces chers petits ! : l'égalité républicaine, c'est bon pour les autres, pas pour eux.
Réponse de le 16/11/2019 à 17:44 :
En France on a le droit de faire 40 heures pour la moitié du smic , on a le droit de mourir à 40 ans sans raison aux urgences et nous aurons peut être même pas de retraite ....
Bel avenir motivant pour la jeunesse de ce pays ....coincé entre ces tduk de communiste et tduk de capitalistes car «  la normalité «  n’existe pas entre ces 2 pôles extrémistes .
a écrit le 16/11/2019 à 7:23 :
Ce gouvernement cherche a nous diviser!Tous unis et solidaires pour protéger nos retraites!
Réponse de le 16/11/2019 à 17:00 :
Évidemment le problème des retraites reste ce qu’il est, et je ne reviens pas dessus !

En même temps, bosser à la RATP, c’est comme chez EDF. Les avantages internes ne sont pas négligeables ....
Réponse de le 17/11/2019 à 3:30 :
Les revendications des uns et des autres sont censees. Le detail et il n'est pas anodin, c'est le financement de tout cela.
Le pb des retraites est essentiellement ginancier et les caisses sont desperement vides.
Faire la revolution est vain.
a écrit le 15/11/2019 à 18:49 :
Macron a accordé une baise du prix du permis de chasse pour les chasseurs,

pour chaque citoyen, c'est le moment de passer le permis de chasse et d'acheter un fusil et des munitions pour chasser.
Réponse de le 16/11/2019 à 6:27 :
Comme si c'était leur première préoccupation !!! A moins que votre propos ne soit à prendre au second degré ??
a écrit le 15/11/2019 à 17:30 :
Pourquoi donc faut-il uniformiser tous les régimes de retraite ? Est-ce un obscur rapport d’experts ? Non, c’est encore une fois une autre des recommandations contenues dans les GOPÉ, divulguées de manière publique :

« uniformiser progressivement les règles des différents régimes de retraites ». Il s’agit là d’une pure idéologie de simplification dont on peut se demander si l’intérêt et les conséquences ont réellement été calculées.

Retraites : à qui va profiter le pactole de 165 milliards d’euros ?

Depuis des années, plusieurs régimes de retraites ont amassé de l’argent pour assurer leurs arrières. Un pactole sur lequel il faudra statuer alors que s’ouvre le chantier de la réforme qui devrait mener à un régime universel. La logique d’un régime universel voudrait que ces dizaines de milliards d’euros soient confisquées et redistribuées à tous, au grand dam des régimes qui ont constitué cette réserve. Les gestionnaires de ces caisses craignent de se voir prendre leur trésor par certains gros mangeurs comme la SNCF, la RATP, la fonction publique d’État ou encore le régime de base des salariés du privé (CNAV), qui eux ne disposent pas de réserves.

Retraites : Bruxelles pousse la France à faire des milliards d’euros d’économies
Challenges du 20.06.2018 à 12h45..

Les GOPÉ apparaissent clairement dans cet article de Challenges. Ce que l’article ne dit toutefois pas, c’est que ces « recommandations » sont en fait obligatoires ...
Réponse de le 15/11/2019 à 19:49 :
Passer à un système universel de retraite est plus égalitaire que les 42 régimes existants. A salaire égal, cotisation égale et pension de retraite égale pour un temps égal de cotisation. On peut comprendre une certaine pondération qui tienne compte de la pénibilité encore qu'il va y avoir du mal à la définir et à trouver un coefficient de pondération. En tous les cas la pénibilité ne peut pas être statutaire. Tous les employés d'une même boite ne sont pas soumis à la même pénibilité.
Réponse de le 15/11/2019 à 20:56 :
Réponse a Tototiti

Il y a tellement de discrimination, qu'en fait c'est se faire la cerise sur l'idée de l'accès a taux pleins, il est la le vis, et dans 10 disons la valeur du point puisqu'elle fluctue, sera adossé a standard & poor....

il faut partir du principe ou ceux qui aurons eu des parcours en dents de scies, n'aurons de fait pas les mêmes objectifs.

Donc supposer qu'un système qui sera par comparaison, ni le système du nord, avec une variation qui permettra de protéger les déjà protégés du système soyons clairs !!!

Alors ce système est pour une convergence de sécurité par ceux qui aurons eut déjà l'avantage de.....

Pas capable d'innovation et parle d'égalité quand le marché de l'emploi est endogamique et ethnique, pour moi cela me permet a présent de savoir que tout cela ne peut tenir dans le temps.

Pas de naïveté, si la retraite doit être pour tous, il doit être adossé a l'économie pour en tenir compte afin d'irradier les petites retraites des femmes par exemple, mais aussi tenir compte du réel.

Celle ci pourrait être la même pour tous, et a partir de choix fait individuellement garantir la fin de vie avec dignité.

Rien de tout cela, seul ceux initiés et inclut seront bénéficiaire en plus de la garantie, car le point est surtout la valeur a de sens en fonction du nombre que l'on a....

Cela me rappel l'école primaire, la maîtresse donnait des bons points, mais j'en avais moins que le voisin, alors je me suis mis a étudier plus, pour voir si j'allais en avoir plus, mais non bon a ce moment la j'ai compris que les choses n'étaient pas ce qu'elles semblaient être.

Alors disons que la par la suite, il m'a été possible de voir comment a partir du moment ou l'on est dans l'égalitarisme, ce n'est pas de gagné moins pour équilibré le système, mais de faire une retraire la même pour tous, ainsi les moyens pourraient être valide pour avoir des caisses pleines.

Ceci car si la retrait chapeau est faite pour celui qui touche un max a la retraite pendant que c'est l'inverse, la il y a inégalité manifeste.

Donc une retraire la même pour tous, oui, comme en Scandinavie, vous avez le temps de mettre les moyens sur le principe.

Mais c'est l'inverse le système tel qu'il est. Le point n'a pas la même valeur comme la tva....
Réponse de le 17/11/2019 à 10:07 :
Bizarrement, les médias ne parlent pas de ces GOPÉ.
Les peuples ne doivent pas savoir ni voir ce qu’est devenue l’UE. « C’est la sécurité, la paix, la justice sociale et la force. La France, 6eme puissance économique, est trop petite pour faire face seule aux chinois, russes, américains. »

Mais l’UE est devenue un leurre, obéissant à des intérêts privés. Et nos politiques, de gauche à droite en passant par le centre, soumis, appliquent tous la même politique : celle de l’UE. Et la gabegie est qu’ils l’appliquent à l’encontre des intérêts du peuple qu’ils représentent. Ils en sont arrivés à fusiller les grognards.
a écrit le 15/11/2019 à 17:17 :
Ah comme tous les clivages politiques et tous les médias aiment à confiner les GOPE -grandes orientations de politiques économiques- ou feuille de route adressée une fois l' an à chaque ..chef d' état de l' UE dans cet espèce entre-soi dont il ne faut jamais débattre et que l' UPR seul propose au débat jour après jour..

Aucun média de grande diffusion ne s’en est fait l’écho de façon approfondie et sérieuse auprès de nos concitoyens, aucun des partis politiques ayant accès à ces médias non plus. Soit tout ce petit monde n’y connaît rien à rien – ce qui est hélas certain dans bien des cas – soit il a jugé beaucoup plus prudent de distraire l’attention des Français sur des sujets dérisoires et inoffensifs. Par exemple sur les règlements de compte familiaux ou maffieux qui déchirent l’UMP et le FN devant l’indifférence blasée des Français.

Il est donc du plus haut intérêt d’analyser quelles sont ces recommandations que les membres non élus de la Commission européenne – et dont 96,4% ne sont pas Français (27 commissaires sur 28) – ont décidées pour la France.

Puisque ces « recommandations » vont constituer la politique économique de la République française mise sous tutelle, il est assurément beaucoup plus important d’en prendre connaissance que de s’enquérir des résultats de telle ou telle de nos élections pour rire..

Pour la France, ce programme voulu par l’oligarchie passe par la suppression des départements et des communes, une décentralisation de plus en plus poussée, la mise en pièces de notre système social et la disparition de nos services publics -et aujourd' hui de nos retraites-.

En bref, la disparition par étapes de la République française et la destruction complète des acquis du programme du Conseil national de la Résistance.

Tout cela résulte de la logique même de l’euro et de l’Union européenne. Il s’agit bel et bien d’une guerre livrée au peuple français et qui leur impose ce double anéantissement, qu’ils votent « à gauche » ou « à droite ».

Il n' y aura pas de solution sans Frexit, Upr, vite..
Réponse de le 16/11/2019 à 6:34 :
UMR, je ne sais....mais crédit, oui, et le plus tôt sera le mieux pour nous affranchir de cette tutelle intolérable !!! Reprenons le destin de la France en mains, quitte à commettre NOS erreurs et non celles des élites étrangères Bruxelloises....
a écrit le 15/11/2019 à 15:46 :
Il y a tellement d'injustice dans le saupoudrage pour les élections que l'on se demande comment il va financer tout cela cadeaux aux enseignants cadeaux aux policiers cadeaux aux pompiers cadeaux à l'hôpital MAIS cadeaux à seulement 30 % DES OUVRIERS qui ne cotisent ni pour les heures sup ni pour les primes
a écrit le 15/11/2019 à 15:37 :
les temps change il est necessaire de changer le systeme des retraites les syndicats cogestionnaires des caisses de retraites et n'ont pas de solutions pour combler le deficit actuel des caisses en dehors de demander a l'etat de combler le trou!!! du fait que les dit syndicats ne savent pas discuter avec le patronna et trouver un terrain d'entente.
il ne faut pas oublier que l'etat c'est les quelques francais (40%) qui paient des impots et les autres pleurent alors réformont les retraites tout le monde sur un pied d'egalite tres peu de passe droit la retraite en fonction du travail effectuer pendant 40 ans et cela en application dans 15 ans point de depart
a écrit le 15/11/2019 à 14:44 :
Pendant ce temps:

Le sujet ne devrait plus revenir sur la table. Ce mercredi 13 novembre, les députés ont adopté un amendement porté par Joël Giraud, le rapporteur général du Budget, et Jean-Paul Dufrègne, le rapporteur spécial sur la mission “Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation”. Ce texte a ouvert à toutes les veuves d’anciens combattants de plus de 74 ans la possibilité de bénéficier d’une demi-part fiscale supplémentaire. Ce qui revient à diviser leur revenu imposable par… 1,5 !

Jusqu’ici, il y avait “une différence de traitement entre les veuves selon l’âge de décès du mari, ce qui entraînait une incompréhension majeure, a expliqué Joël Giraud lors du débat en séance publique. Une veuve de 75 ans a le droit à une demi-part (fiscale supplémentaire, NDLR) si son mari est mort à 75 ans. Mais s’il est mort à 73 ans, non.” Une différence de traitement “inacceptable entre les veuves de guerre françaises en fonction de l’âge auquel leur époux est mort, une aberration”, a-t-il ajouté dans un communiqué.

D’autant que cette inégalité fiscale est “aggravée”, renchérit le rapporteur général du Budget. Ainsi, “même si le mari a plus de 74 ans lors de son décès, la veuve n’a pas le droit à la demi-part fiscale supplémentaire s’il est mort avant d’avoir fait sa déclaration fiscale en vue d’obtenir la demi-part.” Un sujet problématique qui, chaque année, “est réouvert sans avoir de véritable solution”, déplore Joël Giraud.Pour résoudre ce problème, l’amendement porté par Joël Giraud et Jean-Paul Dufrègne étend la possibilité de profiter de la demi-part fiscale supplémentaire à toutes les veuves de plus de 74 ans dont le mari a touché la retraite du combattant. Cette retraite du combattant “est versée aux titulaires de la carte du combattant après l’âge de 65 ans, et à titre résiduel dès 60 ans (353 personnes en 2018)”, détaille les auteurs de l’amendement. Il n’est donc plus question de prendre en compte l’âge auquel leur mari est décédé. Cette mesure devrait coûter 30 millions d’euros.
Réponse de le 15/11/2019 à 16:47 :
Pourquoi l’état ne déduit pas ce fonds ( pour les veuves des combattants)sur le budget de La Défense sans toucher aux caisses des actifs du secteur privé ?
Réponse de le 16/11/2019 à 6:37 :
C'était effectivement une réforme à réaliser en urgence pour le pays !! (Ironique)
a écrit le 15/11/2019 à 14:41 :
Le temps de l'addition pour le pouvoir approche, et l'on comprend fort bien qu'il redoute une convergence des mécontentements, mais il est un peu tard pour s'en soucier. Il eu mieux valu ne pas mépriser les Français, et agir au lieu de discourir sur une hypothétique nouvelle pot-modernité, qui ressemble furieusement au capitalisme du début du 20èeme siècle. On peut mentir à quelques uns de temps en temps, mais on ne peut pas mentir à tout le monde en même temps.
a écrit le 15/11/2019 à 13:59 :
Sur la photo de l'article, on voit que les retraités sont contre la réforme des retraites.
C'est normal : ils ont plus de frics que les Français qui travaillent, et on comprend bien qu'ils ne veulent pas que ça change/
Réponse de le 15/11/2019 à 14:26 :
Effectivement, ceux de l'illustration ne sont pas concernés par la réforme des retraites mais l'on peut comprendre qu'ils aient du temps pour manifester contrairement à pas mal d'autres.
a écrit le 15/11/2019 à 13:43 :
Non pris en compte, l'évolution de la productivité depuis 50 ans!
Aberration d'un système par répartition qui ne peut pas, ne serait-ce que faire face à l'inflation alors que l'argent n'est pas placé!
Autre aberration, ils veulent tous l'Europe et la mondialisation, mais on ne peut pas placer des actions américaines sur un livret défiscalisé ou un compte épargne retraite alors que nous utilisons Microsoft et Google tous les jours!
La retraite en 25 ans est possible, c'est juste une question de rendement des placements avec un versement moyen mensuel qui soit identique pour tous les salariés...
Un cadre à un plus gros salaire, ok! Mais pourquoi il gagne plus en congé, au chômage et en retraite?
Il travaille, il produit?
Non!
Surtout les cadres de la république, y en a des caisses d'inutiles!
a écrit le 15/11/2019 à 13:17 :
Le paradoxe Français : Tout ceux qui crient sans arrêt contre les inégalités vont manifester contre l'instauration d'un système universel de retraite pourtant égalitaire et pour qu'une partie de la population (SNCF, EDF, Fonctionnaires etc) continue à garder leur système de retraite foncièrement inégalitaire.
a écrit le 15/11/2019 à 13:11 :
une grève générale illimitée est INELUCTABLE, c'est le dernier recours

Les malheurs, le déclin, la décrépitude, l'effondrement de la France sont massivement aggravés par la macronie et les députés Larem Modem ;

il est exact que les malheurs, le déclin, la décrépitude, l'effondrement de la France ont commencé avant 2017, sous la chiraquia, puis sous la sarkozia et sous la hollandia

mais rappelons nous simplement :

sous la chiraquia, c'était l'UMP (exRPR) Modem Udi (ex nouveau centre) qui ont largement initié le désastre, l'ump d'ou viennent Philippe, Lemaire, Darmanin etc ...

sous la sarkozia, c'étaient toujours les mêmes que ceux précités Ump Modem Udi qui ont accentué lourdement les désastre

puis sous la hollandia, Macron était l'instigateur masqué qui sournoisement avec Valls ont très lourdement massacré l'équilibre sociétal

et actuellement c'est le magma de tous les précités qui écrasent la société française ... avec la plus grande arrogance" de surcroît.
Réponse de le 16/11/2019 à 6:39 :
Excellente analyse !!
a écrit le 15/11/2019 à 12:10 :
Tiens, les commentaires lus ici sur les GJ paraissent pour le moins erronés quand on lit les autres médias...
a écrit le 15/11/2019 à 11:27 :
il faudrait un referendum
' preferez vous payez 10% de cotisations salariales en plus a partir de 2020, ou preferez vous que la cgt sncf ne s'autovote pas la retraite a 30 ans pour tous ' a la sncf')
les reponses seraient differentes
les questions ' preferez vous plus d'ifa d'isf et de cotisations patronales ' payees par personne', ca ne marche pas, on connait la reponse avant
Réponse de le 15/11/2019 à 14:14 :
La question n'est pas de "préférer"... évidemment que tout un chacun préfère des choses positives pour sa petite personne !
Les problèmes à résoudre sont ceux de la justice sociale, fiscale, de la justice tout court.
a écrit le 15/11/2019 à 11:23 :
Un régiment de fonctionnaires européens a décidé de l' uniformisation des retraites exigées par la politique des GOPE -grandes orientations de politiques économiques- de l' UE à laquelle a souscrit Macron au fallacieux prétexte d' économies!

La réalité est que la paupérisation quotidienne dans laquelle nous entraine une UE en pleine déliquescence, seule zone économique mondiale en solde négatif depuis dix ans et qui appelle pour perdurer, la destruction de tous les acquis sociaux par le biais d' un hold-up quotidien au détriment de la seule base productive et au seul bénéfice d' une poignée d' oligarques qui voient dans le même temps leur revenus enfler jusqu' à en devenir obscènes.

Il n' y aura pas de solution sans Frexit, Upr, vite ..
a écrit le 15/11/2019 à 10:49 :
Réformer les retraites spécifiques des fonctionnaires et salariés du public pour les aligner sur celle du privé n'est que justice et question d’égalité républicaine. Cela fait des années que l'OCDE et le FMI dénoncent cette injustice et très inégalitaire avec les français du secteur marchand (privé). OUI A LA REFORME DES RETRAITES SPECIFIQUES ! Ce n'est pas une minorité de fonctionnaires et salariés du public qui vont le 5 décembre imposer leur loi. Ras-le-bol des policiers, des enseignants du public, du personnel du CHU, RATP, SNCF,... qui passe leur vie professionnelle à se plaindre à faire grève et à ruiner notre pays !!!!!!!!!!
Réponse de le 15/11/2019 à 13:12 :
Non, travaillant dans le privé ,je préfere que celui-ci s'aligne sur celui du public .
Réponse de le 15/11/2019 à 15:20 :
En parlant de la RATP :

Arrivée en 2017 à la tête de la RATP, à la suite d'Elisabeth Borne entrée au gouvernement, Catherine Guillouard a été reconduite cet été pour cinq ans. À cette occasion, l'État a augmenté de 50 000 euros son salaire fixe annuel, passé de 300 000 à 350 000 euros soit 12,5% d'augmentation.
Réponse de le 16/11/2019 à 6:43 :
Propos d'irresponsable aigri ! Attendez donc d'avoir besoin des policiers et des urgentistes après une agression ! Votre opinion changera du tout au tout !! OUI aux ser ices publics, NON ! au libéralisme économique pro capitaliste !!
a écrit le 15/11/2019 à 10:40 :
Les contradictions des revendications sociales sont un abyme . Une réforme se fera tôt ou tard, plus ou moins dans la douleur, celle-ci a une base saine, retraite par points, une clarté. En fait ce sont les privilégiés des retraites qui ne veulent rien changer, les régimes spéciaux parfaitement injustifiés de nos jours.
Réponse de le 15/11/2019 à 12:03 :
Vous jouez à la belote et un de vos adversaires au cours d'une partie, veut changer les règles: accepteriez vous?
Réponse de le 15/11/2019 à 14:45 :
Vous jouez au poker, et vous constatez que certains joueurs ne payent que la moitié de la blind pour voir les cartes. Accepteriez-vous ?
a écrit le 15/11/2019 à 10:29 :
La majorité des français sont (soi disant) favorables au fait qu'une minorité continue à disposer de privilèges en partant à la retraite huit à dix ans avant eux à des conditions financières plus avantageuses, le tout financé par de l'argent public. Curieux dans un pays où les gens n'ont que le mot "égalité" à la bouche.
Réponse de le 15/11/2019 à 13:20 :
"une minorité continue à disposer de privilèges en partant à la retraite huit à dix ans avant eux à des conditions financières plus avantageuses",

Une nouvelle fois, près de 4 millions de salariés du privé sont partis en retraite entre 90 et 2000 à 55 ans ( retraite à 60 ans à l'époque) dont beaucoup de cadre et du management sans oublier les offres de mise en disponibilité ou départ anticipé dans les grands groupes dès 50 ans avec des 72% du salaire ,plus prime etc..jusqu'à la retraite effective payé le plus souvent par le gel des augmentations salariales des actifs restants pendant des années et crois moi c'est du vécu.Une population bien discrete aujourd'hui car faut dire qu'ils sont favorable à une augmentation de l'âge de départ en retraite pour les générations suivantes ,pas de pitié.Il y en a surement pas mal ici d'ailleurs.Certains oublient vite leur passé.
Réponse de le 15/11/2019 à 14:49 :
Ce système est injuste et inégalitaire. Tous les français devraient avoir le droit d'être traités de la même façon par ce pays. Chaque citoyen doit avoir les mêmes droits. Secrétaire au smic dans le privé doit être traité de la même façon que secrétaire au smic à la RATP. Ceux qui disent l'inverse protègent juste leur privilèges.
Réponse de le 15/11/2019 à 16:00 :
Comme vous l'indiquez, vous parlez d'évènements passés si tant est que vos chiffres soient exacts.
a écrit le 15/11/2019 à 10:26 :
Bof, 60% c est dans le bas de la fourchette du soutien initial à tous les mvts sociaux en France. 4 j d enquiquinements et on est à 50. Trois interwiews des gars se Sud rail et on est sous 50.
a écrit le 15/11/2019 à 10:09 :
Né en France ,il y a 62 ans,j'ai assez de vécu pour comparer ce qui est comparable.
Je constate une évolution défavorable de notre qualité de vie quotidienne,lentement mais sûrement depuis environ une quinzaine d'années.
Mécontentement général, baisse des moyens,explosions des contraintes,
etc
Pourquoi? Sûrement la somme de divers changements de notre pays: l'UE ,le passage à l'euro,l'incompétence de plusieurs dirigeants, ........
La détérioration du climat et les catastrophes annoncées en rajoutent.
Qu'en pensez-vous?
Réponse de le 15/11/2019 à 10:59 :
l UE et l euro n y sont pas pour grand chose. D autres pays s en sortent mieux (allemagne, hollande). Par contre on a elu des nazes partiquement sans discontinuer depuis 81. On a choisit de previlegier la rente et les retraités et de sacrifier les actifs. Du coup on a quasiment plus d industrie, les retraiTes ont un niveau de vie superieur aux actifs et les jeunes ont le choix entre chomage/travail mal payé ou s expatrier
Réponse de le 15/11/2019 à 13:09 :
@cd

"les retraiTes ont un niveau de vie superieur aux actifs "

Les retraités cadres surtout ce sont eux qui raflent la mise ,qu'ils soient d'ailleurs du privé ou du public soit environ 4 millions sur les 16,1 millions de retraités de droit direct, et 17,2 millions si l'on ajoute les conjoints touchant des pensions de réversion.
Réponse de le 15/11/2019 à 16:25 :
Si l'on regarde les trois derniers présidents, ils ont explosé la dette, n'ont crée aucune valeur ajoutée et le pire servent des intérêts d'entreprises et plus de citoyenneté.

Mais c'est ensuite eux qui disent la population oui il y a des "devoirs ", pendant qu'il facilite la destruction du modèle social.

Ils (les présidents) parle de la mondialisation, mais aucun avec leurs mandats ne fait face a la mondialisation, disposant d'une retraite tranquille, d'un réseau de cooptation qui montre que le gouvernement que nous avons est a cette imagine.

La pdg de la RATP s'augmente de 50 000 euros annuel d'un salaire a 300 000 euros, et pendant ce temps on explique aux exclus de la société de continuer a faire France en acceptant de voir leurs conditions baisser pendant que ceux des amis du pouvoir augmente.

Il est certain que nous avons des affairistes, qui espère que le mandat politique puisse leur permettre d'asservir les gens avec leur consentement.

Nous commençons a voir qu'il va y avoir confrontation !!!!

Quand a l'incompétence, le tout est de comprendre que les grandes écoles et le système en général, est fait pour reproduire les mêmes familles, et qu'une simple étude le démontrerai par le truchement des mécanismes actuels dans le pays.

Alors logique qu'a la fin de tout , personne ne sera gagnant, y compris macron qui espère, mais a mon avis ce qui se passe en coulisse va sans doute le faire changer d'avis dans les deux années a venir !

Avant, la seconde guerre mondiale et les résistants empêchaient aussi tout ces personnes vendues au multinationales d'arriver au pouvoir sans devoir justifier de leurs objectifs.

Il y avait aussi des constructeurs, et non les enfants et petits enfants de ceux ci qui sont plus jouisseur qu'autre chose.
a écrit le 15/11/2019 à 9:52 :
Arrêtez de vous cacher derrières des sondages non vérifiable qui participent a la création d'info! Demandez plutôt des "pétitions" et des "référendums" qui régleraient les problèmes au lieu de souffler sur les braises!
a écrit le 15/11/2019 à 9:34 :
Retraites : une majorité de Français favorable à la grève du 5 décembre
c'est insuffisant ...

Pour que cette grève soit efficace, pour que la macronie et le gouvernement Philippe comprennent qu'ils doivent partir,

la grève générale illimitée doit revendiquer aussi

POUR QUE CESSENT la misère,
POUR QUE CESSENT la précarité,
POUR QUE CESSENT l'esclavage nouveau,
POUR QUE CESSENT le mal logement et les maltraitances des SDF
POUR QUE CESSENT les violences dans les abattoirs
POUR QUE CESSENT les violences de la police politique,
POUR QUE CESSENT les atteintes aux retraites
POUR QUE CESSENT l'évasion fiscale des entreprises
POUR QUE CESSENT la triche fiscale des dirigeants des grands groupes industriels
Réponse de le 15/11/2019 à 10:43 :
On dirait la déclaration de Miss France le soir de son élection, je suis contre la misère et pour la paix dans le monde.
Réponse de le 15/11/2019 à 11:29 :
Il n'y a pas si longtemps, 3 ans de cela, il n'y avait ni Macron, ni Philippe. Votre logique amène à penser que tous les maux que vous citez n'existaient donc pas et que ce sont eux qui les auraient crées. Donc il y a 3 ou 4 ans de ça nous nagions en plein bonheur sans le savoir. ça alors.
Réponse de le 15/11/2019 à 13:23 :
"3 ans de cela, il n'y avait ni Macron"

Si ,dans le gouvernement Hollande
Réponse de le 15/11/2019 à 13:46 :
Exact, Macron était le maître à pensé caché de Hollande puis le ministre de Valls (valls dont plus personne ne veut ni en france ni en espagne !)

Pour compléter, Lemaire a été le ministre de chirac puis de sarkozy qui ont déjà fossoyé l'agriculture, Philippe UMP était cadre de Areva en quasi faillite, Darmain aussi UMP ...

les français ont de la mémoire, et se demandent encore comment tant de casseurs peuvent former un gouvernement ?
Réponse de le 15/11/2019 à 14:53 :
La question du problème de la violence dans les abattoirs me laisse perplexe. Comment tuer un animal si c'est sans violence. Tuer, même si on réduit la souffrance, restera toujours un acte violent.
Réponse de le 15/11/2019 à 16:15 :
Réponse a Tototiti.

Ah bon, macron n'était pas ministre de l'économie?

N'invitait t'il pas toute l'oligarchie avec des repas payés par les contribuables?

La différence si j'ose dire (car pour moi hollande et sarkozy suivent la même logique) et les étudiants l'on compris, il y a deux jours cela permettait de le penser.

Il y a trois ou quatre ans, personne n'osait prendre l'argent des chômeurs pour le donner aux grandes fortunes.

Macron passe des caps d'une politique qu'il n'assume pas et c'est ainsi que cela se passe mal.

Avec le président de l'UE par exemple, c'est un bon exemple entre le prétendre et le faire, entre penser que l'on est et ce qui se passe avec les autres.

Il faut juste qu'il assumer sont ultralibéralisme, car il sera possible de juger aussi de sa responsabilité.

Actuellement son gouvernement n'est fait que de lobbyistes et de drh, donc il faut pas venir dire aux gens que c'est cela qu'ils attendaient (surtout lorsque l'on voit la politique menée )!

Donc il ne faut pas s'attendre a ce que le pays remonte des temps que nous allons vivre, c'est un choix qu'il fait, et lorsque l'on a casi tout les travailleurs dans la rue, disons que l'on commence a se poser des questions et assumer ces actes !
a écrit le 15/11/2019 à 9:10 :
Cette grève est tellement stupide que j' ai du mal à croire à la bêtise de mes concitoyens . Eh du peuple tu crois vraiment que tu peux travailler 40 ans et toucher pendant 30 ans autant ou plus que ton salaire ..... Fait arrêter de croire aux contes de fées. La richesse nait du travail pas en stigmatisant son voisin qui gagne plus ou en braillant en jaune sur des rond point. ...
Réponse de le 15/11/2019 à 10:01 :
Pourquoi, vous imaginez que le dit peuple va payer une retraite alors que ceux ci sont tous au smic, et que les métiers qu'ils font feront que beaucoup d'entre eux n'en verrons pas la couleur!

Si la richesse naît du travail, alors vos amis qui sont en train de changer les conditions, et cela 5 fois depuis 2008, avec un président qui est le représentant des multinationales et des fortunes individuelles, vous pensez que tout cela va durer longtemps?!

Car n'imaginez pas que tout le monde n'ait pas compris les discours, pour a la fin permettre au cadre qui vivent 10 a 15 ans de plus de se financer la retraite sur les précaires et les smicards?

Nous constaterons ......
a écrit le 15/11/2019 à 8:41 :
Les médias de masse qui nous ont totalement lobotomisé nous faisant accepter l'inacceptable commencent à devenir totalement contre productifs pour la classe dirigeante qui de ce fait ne voit pas la misère et donc contestation monter or il est bien connu que plus une révolte tarde et plus elle est violente.
Réponse de le 15/11/2019 à 15:03 :
Je suis d'accord que plus la révolte couve, plus elle est violente lorsqu'elle éclot. Mais dans le cas présent, on parle d'une réforme prévue au programme électoral de Macron (donc sans surprise) et prévoyant un seul et unique système pour tous les citoyens (donc plus égalitaire que les multiples systèmes actuels). En soi, je trouve juste qu'un.e secrétaire payé.e au smic soit traité par l'état de la même façon, qu'il.elle soit à l'emploi d'un garagiste ou de la RATP. Les sondages disent donc que les français préfèrent le statu-quo?
Réponse de le 15/11/2019 à 16:08 :
Réponse a réponse:

Cela part du principe sur la question de la réforme de macron prévue pendant l'élection qu'il ne change pas les règles du marché du travail.

Il n'a pas assumé de le faire avec el khomri alors que c'était lui derrière, et lorsque l'on regarde depuis deux ans, disons que l'on ne peut pas dire qu'il est fonctionné dans la clarté.

Et plus loin, il prépare déjà le moi ou lepen, cela montre bien aussi l'idée selon laquelle les gens voteraient pour lui pour ne pas voter pour lepen.

C'est un calcul dangereux que je crois ne pas fonctionner a la prochaine !!!

La question est le deal, et il ne me semble pas que macron ait passé un deal si ce n'est avec les grandes fortunes.

Alors au vue de ce qui s'annonce, il ne pourra pas dire qu'il ne savait pas.

Faire croire un instant que le politique depuis 10 ans n'aurait pas pour objectif de servir les plus protégés, relève donc d'un choix conscient.

Il avait aussi dit plus de pauvres dans la rue? c'est un multiple de deux depuis qu'il est la, donc la question est de savoir ce que l'on a envie de voir.

Quand au plein emploi, alors même que participant a l'ubérisation la précarisation en fait des emplois, permet de voir avec les stats qu'il supprime actuellement les observatoires, qui permettent d'avoir un oeil et une idée de ce qui se passe, ce n'est pas pour ensuite venir expliquer que son objectif est de servir ces amis...

Et effectivement, lorsque l'on donne un jouet de 12 ans a un enfant de 4 ans, forcément il l'utilisera autrement.....
Réponse de le 15/11/2019 à 16:20 :
@ Réponse de Au blasé (drôle de pseudo !)

Seul 9% des gens lisent les programmes électoraux, je suppose que l'on m'a interdit le lien c'est pour ça qu'elle n'a pas été validée, mais j'insiste hein...

Merci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :