Les chauffeurs Uber considérés comme des employés avec des droits aux Pays-Bas

Pour la confédération syndicale des Pays-Bas, il s'agit d'une "victoire énorme pour les chauffeurs" qui, selon elle, obtiendront des salaires et des avantages plus importants.
Nous sommes déçus de cette décision car nous savons que la grande majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants, a déclaré la branche néerlandaise d'Uber.
"Nous sommes déçus de cette décision car nous savons que la grande majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants", a déclaré la branche néerlandaise d'Uber. (Crédits : Phil Noble)

Après la justice britannique qui a reconnu en mars que le lien de subordination entre la société Uber et les chauffeurs n'était pas celui de "l'indépendant", c'est au tour des Pays-Bas de reconnaître le statut d'employés à ces travailleurs. Lundi, un tribunal néerlandais a estimé que les chauffeurs en contrat avec le groupe américain devraient avoir plus de droits sociaux. Dans le même temps, Uber a déclaré qu'il ferait appel de la décision.

Le tribunal d'Amsterdam s'est en effet rangé du côté de la Confédération syndicale des Pays-Bas (FNV), qui soutenait que les chauffeurs Uber étaient en fait des employés d'une compagnie de taxis et devaient bénéficier des mêmes salaires et avantages que les autres travailleurs du secteur.

"La relation juridique entre Uber et ces chauffeurs correspond à toutes les caractéristiques d'un contrat de travail", précise le jugement. De plus, les chauffeurs - qui sont couverts par la convention collective de travail - ont dans certains cas droit à des arriérés de salaire, a ajouté le tribunal.

Dans la foulée, Uber, qui déploie constamment de nouveaux services de mobilité (scooters, trottinettes, vélos, livraisons) pour atteindre enfin la rentabilité, a réagi : "Nous sommes déçus de cette décision car nous savons que la grande majorité des chauffeurs souhaitent rester indépendants", a déclaré Maurits Schönfeld, directeur d'Uber pour l'Europe du Nord. "Les chauffeurs ne veulent pas renoncer à leur liberté de choisir si, quand et où travailler."

Uber préfère l'adaptation à la requalification

Pour Uber, le sujet de la requalification des chauffeurs est un serpent de mer. Déjà, fin 2020, il avait échappé à une loi en Californie visant à réglementer la profession.

En mars, au Royaume-Uni, Uber a accordé à plus de 70.000 chauffeurs un statut hybride de "travailleurs salariés", qui leur permet de bénéficier du salaire minimum, de congés payés et de l'accès à un fonds de retraite. La loi britannique distingue le statut de travailleurs indépendants (self employed or independant worker) de celui de travailleurs salariés (worker), qui peuvent recevoir le salaire minimum et d'autres avantages, et de celui d'employés (employee), qui bénéficient d'un contrat de travail.

En France, la Cour de Cassation avait confirmé la requalification en contrat de travail du contrat d'un chauffeur Uber dans un arrêt du 4 mars 2020. Pour l'heure, les décisions de justice tombent a posteriori pour Uber France. Aussi, tout comme la décision britannique, la décision néerlandaise aura encore un effet minime en France : "même si la position Britannique risque d'avoir une influence en France, il est encore possible juridiquement de contourner la caractérisation d'un lien de subordination et ce avec, à ce stade, l'aide du législateur pour un cadre légal parallèle à celui du salariat", observait en mars Audrey Tomaszewski, collaboratrice senior au sein du département Droit Social de Eversheds Sutherland.

(Avec Reuters)

Lire aussi 3 mnUber France condamné à indemniser plus de 900 chauffeurs victimes du service "Uber Pop"

En direct dès 8h30 - Une époque formidable

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 13/09/2021 à 16:31
Signaler
Uber a démarré sur un flou juridique et on conquit le marché. Nos législateurs se réveillent après la batailler, comme avec AirB&B. En ce moment, le même scénario est en train de se produire sur les crypto-monnaies. Nos législateurs arriveront quand...

à écrit le 13/09/2021 à 15:38
Signaler
l'histoire est ecrite; s'ils doivent salarier tout le monde, ils deposeront le bilan histoire de couper court a bcp de choses, puis renaitront en facturant leurs srvices a des independants, avec des clauses bien precises dans le contrat; c'est pourta...

à écrit le 13/09/2021 à 15:31
Signaler
Le dumping social ayant terrassé le travail en UE ce n'est pas du luxe mais pas étonnant que cela se passe aux Pays-Bas pays dans lequel on travaille 29h par semaine.

le 14/09/2021 à 14:17
Signaler
Il faut dire que les Pays-bas ont mis en application un mot tabou dans la France des syndicats : flexibilité. Le contrat de travail se fait à l'heure, et vous avez le droit de faire des contrats de quelques heures par semaine, jusqu'à un maximum de 4...

le 14/09/2021 à 14:21
Signaler
On ne travaille pas 29h/s aux pays-bas, la moyenne du temps de travail entre les temps plein et les temps partiel est de 29h. Au même titre que la moyenne est de 32h en France, bien que la durée légale d'un temps plein soit de 35h. En écrivant cela, ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.