Logistique : le gouvernement annonce des mesures pour la compétitivité du secteur

Parmi les mesures annoncées dans le cadre du premier Comité interministériel de la logistique (Cilog) organisé ce lundi, le gouvernement prévoit de renforcer le fret ferroviaire à travers des soutiens à l'exploitation des lignes, d'accompagner les transporteurs routiers dans leur transition vers des motorisations alternatives au diesel, ou encore une enveloppe de 175 millions d'euros consacrée au transport fluvial sur deux ans. "Cette crise a montré le caractère stratégique de la logistique", a souligné la ministre chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

3 mn

Photo d'illustration. Le gouvernement compte également annuler des dividendes prélevés auprès des grands ports maritimes en 2020 et 2021, soit environ 60 millions d'euros, pour qu'ils puissent traverser la crise et investir dans la transition énergétique.
Photo d'illustration. Le gouvernement compte également annuler des dividendes prélevés auprès des grands ports maritimes en 2020 et 2021, soit environ 60 millions d'euros, pour qu'ils puissent traverser la crise et investir dans la transition énergétique. (Crédits : Reuters)

Le gouvernement a annoncé une batterie de mesures pour améliorer la compétitivité de la logistique et accompagner sa transition environnementale, à l'issue du premier Comité interministériel de la logistique (Cilog) organisé ce lundi avec les professionnels du secteur.

Ces 16 mesures, dont certaines avaient déjà été annoncées dans le plan de relance, compteront pour 1,7 milliard d'euros au total, dont 800 millions d'euros en baisse d'impôts de production. Ces mesures s'inspirent du rapport Daher-Hémar sur la chaîne logistique, remis fin 2019.

"Cette crise a montré le caractère stratégique de la logistique", a souligné la ministre chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher.

Le secteur doit se "transformer" pour devenir plus compétitif face aux voisins européens, faire sa transition écologique, et constitue également un "enjeu de cohésion sociale majeur" avec de nombreux emplois en jeu, a souligné la ministre.

Renforcer le fret ferroviaire et le transport fluvial

Le gouvernement souhaite notamment renforcer la part du fret ferroviaire à travers des soutiens à l'exploitation des lignes, à hauteur de près de 500 millions d'euros, versés à moitié par l'État et à moitié par les collectivités.

Les transporteurs routiers recevront 100 millions d'euros pour accompagner leur transition vers des motorisations alternatives au diesel. 175 millions d'euros seront consacrés au transport fluvial sur deux ans.

Lire aussi : ULS combine la logistique fluviale et le vélo électrique

Une autre batterie de mesures doit aussi renforcer l'attractivité des territoires. Pour faciliter l'installation d'entrepôts logistiques, le gouvernement doit ouvrir en 2021 un fonds "friches" doté de 300 millions d'euros sur trois ans, pour aider les entreprises qui veulent réhabiliter des friches industrielles. 78 sites "clés en mains" ont déjà été identifiés.

Dans le cas d'une implantation de nouveaux bâtiments, les entreprises pourront se passer d'évaluation environnementale si la surface au sol du projet ne dépasse pas 40.000 mètres carrés, en zone non urbanisée.

Le gouvernement compte également annuler des dividendes prélevés auprès des grands ports maritimes en 2020 et 2021, soit environ 60 millions d'euros, pour qu'ils puissent traverser la crise et investir dans la transition énergétique.

Enfin, un écolabel va être expérimenté fin 2021 pour mettre en avant les flux logistiques les plus respectueux de l'environnement.

Lire aussi : Comment la plateforme de Shippeo révolutionne la chaine logistique

Améliorer la logistique du dernier kilomètre

Les ministères de l'Industrie et des Transports ont également annoncé le lancement d'une mission pour améliorer la logistique du dernier kilomètre, alors que les zones logistiques se retrouvent exclues des centres-villes.

Cette mission sera menée par l'ex-ministre et PDG de la RATP et de la SNCF, devenue présidente de France Logistique, Anne-Marie Idrac, la présidente du port autonome de Strasbourg Anne-Marie Jean et l'adjoint au maire de Toulouse Jean-Jacques Bolzan.

Lire aussi : A.-M. Idrac :"La logistique doit cesser d'être un angle mort des politiques publiques"

3 mn

Women for Future

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 08/12/2020 à 8:30
Signaler
La nécessité de la logistique est d'un des facteurs qu'il faudra apprendre a se passer dans les années avenirs car c'est elle qui dérange les logiques naturelles de notre globe!

à écrit le 07/12/2020 à 15:23
Signaler
D'excellentes mesures je félicite ce gouvernement pour cette clairevoyance, même si ça me fait bizarre de dire cela, l'essentiel étant que l'impulsion soit donnée. Maintenant en suivant cette voie là c'est toutes les autres activités qu'il faut y ori...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.