Lufthansa dépèce Air Berlin pour muscler sa filiale low-cost Eurowings

 |   |  551  mots
(Crédits : © Ints Kalnins / Reuters)
En difficulté depuis des années, la deuxième compagnie aérienne allemande Air Berlin a annoncé un plan de restructuration majeur, comprenant la location avec équipage de 40 avions au groupe Lufthansa (35 à Eurowings et 5 à Austrian) à et la suppression de 1.200 postes.

En investissant dans Air Berlin, Etihad rêvait de concurrencer Lufthansa. Quelques années ans plus tard, la compagnie qui était souvent considérée à la fin de la dernière décennie comme la troisième low-cost européenne derrière Ryanair et Easyjet, n'a pas réussi son pari. Toujours en difficulté financière, Air Berlin voit sa taille se réduire comme peau de chagrin. Sans le soutien de son principal actionnaire, elle ne serait plus dans le ciel européen.

Grosses pertes

Malgré la chute des prix du carburant, Air Berlin a enregistré en 2015 a plus grosse perte de son histoire (à 447 millions d'euros). Aujourd'hui, Air Berlin est même obligée de quémander de l'aide à Lufthansa.

Mercredi soir, la compagnie  a annoncé un plan de restructuration qui va entraîner la réduction de la flotte à 75 avions et la suppression de 1.200 postes. La pierre angulaire de ce plan passe par un accord de "wet lease" (location d'avions avec équipages) avec le groupe Lufthansa portant sur 40 avions, 29 A320 et 11 A319.

Air Berlin dit vouloir se focaliser "sur les marchés à hauts revenus à partir de ses deux hubs principaux de Berlin et de Düsseldorf", a-t-elle indiqué dans un communiqué. Une stratégie de plus pour une compagnie sans modèle qui n'a jamais su qui elle était vraiment en raison de ses multiples positionnements (charter, low-cost, long-courrier...) qui sont le fruit de son histoire (plusieurs acquisitions comme celle de LTU)

Un bon coup pour Lufthansa

Pour le groupe Lufthansa, c'est une bonne affaire. Non seulement elle voit son rival allemand devenir beaucoup plus petit, mais elle peut faire grossir sa filiale low-cost Eurowings très rapidement à moindre frais. A partir de la prochaine saison d'été qui commence fin mars, sa filiale low-cost Eurowings, qui exploite 90 appareils, va voir sa flotte augmenter de 35 appareils (les 5 autres loués à Air Berlin sont destinés à Austrian).

"Cet accord de six ans doit commencer au début de la saison d'été 2017, le 26 mars. Il permettra à Eurowings d'étendre significativement ses capacités et de renforcer sa position sur le marché européen du transport de point à point", explique Lufthansa.

Le pôle Eurowings qui compte également une activité low-cost long-courrier absorbe l'essentiel de la croissance du groupe allemand. Hors Eurowings, les capacités de Lufthansa, Swiss et Austrian, seront stables ou en légère hausse par rapport à l'hiver dernier, a indiqué lundi à La Tribune Heike Birlenbach, Vice Présidente du groupe Lufthansa en charge des ventes, en aparté d'un point presse à Paris.

Prise de contrôle de Lufthansa

Mercredi, Lufthansa a également annoncé prendre le contrôle total de Brussels Airlines. La compagnie allemande détenait depuis 2010 45% du capital de la compagnie belge. Elle disposait de plusieurs fenêtres de tir pour vendre sa participation ou acheter le solde du capital de la compagnie belge. Lufthansa a choisi de prendre le contrôle de Brussels Airlines. Le prix n'a pas été indiqué. Mais il ne devrait pas être très élevé. Au moment de son entrée dans le capital de Brussels Airlines, le groupe Lufthansa avait octroyé un prêt de plus de 250 millions d'euros qui n'a pas été remboursé. Une sorte d'acompte qui ne doit pas être très éloigné du solde à payer selon les analystes.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/09/2016 à 9:47 :
A écouter tout ces financiers on a l'impression qu'ils sont en dehors de ce scandale des subprimes.... Toutes les banques américaines seraient plus blanche que blanche....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :