Quand Air France-KLM doit encore se recapitaliser, Lufthansa finit de rembourser les aides de l'Etat allemand

Lufthansa ne doit plus rien à l'Etat allemand si ce n'est une grande gratitude. Le groupe allemand a achevé de rembourser l'intégralité des aides étatiques qui lui avaient été accordées en 2020. Il retrouve donc son entière liberté de manœuvre pour saisir la croissance et les opportunités à venir. Air France-KLM est encore loin de pouvoir rêver d'un tel scénario.
Lufthansa achève le remboursement de 3,5 milliards d'euros à l'Etat fédéral allemand.
Lufthansa achève le remboursement de 3,5 milliards d'euros à l'Etat fédéral allemand. (Crédits : Kai Pfaffenbach)

Lufthansa vient de frapper un grand coup pour son redressement. Le groupe allemand a annoncé, le 12 novembre, avoir remboursé l'intégralité des sommes que lui avait versées l'Etat fédéral d'Allemagne pour lui permettre de surmonter l'effondrement du transport aérien en 2020. Le groupe retrouve donc sa liberté stratégique, notamment pour réaliser des opérations capitalistiques significatives, et reprend ses distances avec Air France-KLM.

Carsten Spohr, directeur général de Lufthansa, avait fait de ce remboursement une priorité dès la fin de l'année 2020. Il a donc tenu son plan de marche, même si le groupe allemand s'est plu à dire dans un communiqué que cela a été « beaucoup plus rapide que prévu ». Les aléas de la reprise du trafic, qui ne s'est concrétisée réellement que cet été, ou le maintien des restrictions de voyage vers les Etats-Unis (levée le 8 novembre) et l'Asie n'auront en tout cas pas perturbé cette opération.

En juin 2020, le groupe Lufthansa avait obtenu du gouvernement fédéral allemand, via le Fonds de stabilisation économique (ESF), un paquet d'aides et de prêts à hauteur de 9 milliards d'euros. Il n'en aura finalement utilisé que 3,8 milliards, annulant ainsi le reste à tirer. Ce montant inclut 306 millions d'euros investis par l'ESF dans le capital de Lufthansa, avec une prise de participation à hauteur de 20 %.

Lire aussi 4 mnComme Air France-KLM, Lufthansa retrouve la rentabilité opérationnelle

Près de 8 milliards d'euros levés depuis fin 2020

Pour rembourser l'Etat, Lufthansa s'est largement appuyé sur l'ouverture des marchés de capitaux avec plusieurs émissions d'obligations d'entreprise depuis fin 2020 : 1 milliard d'euros en novembre 2020 (plus 600 millions d'euros d'obligations convertibles), 1,6 milliard en février 2021, 1 milliard en juillet et finalement 1,5 milliard il y a quelques jours. Il faut y ajouter une augmentation de capital de 2,2 milliards d'euros en octobre, soit un total de près de 8 milliards d'euros levés en un an.

En dépit de la crise du transport aérien, le groupe allemand a donc su se montrer attractif sur les marchés et attirer des capitaux. Les mesures d'économies rapides ont contribué à cette attractivité dès fin 2020. Lufthansa revendique actuellement l'implémentation de réductions de coûts de l'ordre de 2,5 milliards d'euros annuels, dont la suppression de près de 30 000 postes. La bonne tenue du trafic cet été, avec une génération de cash, a aussi contribué à renforcer ses positions.

Cela lui permis de rembourser 1 milliard d'euros à la banque publique KfW dès février, puis une première tranche de 1,5 milliard à l'ESF en octobre et enfin 1 dernier milliard en novembre. Soit 3,5 milliards d'euros sur 3,8 milliards.

Certes, ce remboursement des aides étatiques ne permet pas au groupe de se désendetter, et le niveau de dette nette reste élevé. Il était de l'ordre de 9 milliards d'euros fin septembre. Mais, comme le note un analyste, ce transfert vers les marchés de capitaux permet à Lufthansa de disposer de taux bien plus abordables que ceux des supports étatiques. Ces derniers étaient de 4 % en 2020 et 2021, et devaient s'accroître par la suite.

La dernière étape du désengagement de l'Etat allemand sera la vente par l'ESF de la participation qu'il détient encore dans le capital de Lufthansa. Le fonds s'est déjà défait de 6 % en août et il a désormais jusqu'en octobre 2023 pour écouler les 14 % restants.

Lire aussi 3 mnLufthansa prévoit une très forte génération de cash en 2023 et 2024

Nouvelles perspectives

Avec ce remboursement, Lufthansa s'affranchit également des contreparties exigées par l'Etat allemand et surtout la Commission européenne. Bruxelles interdisait ainsi au groupe toute opération capitalistique d'envergure tant qu'il n'avait pas remboursé 75 % des sommes étatiques perçues. Aucune opération n'est en vue à court terme, mais Carsten Spohr avait prévenu que les mouvements pourraient s'accélérer à partir de 2022, une fois la période « d'hibernation » passée. La remise en ligne d'importantes capacités l'an prochain va nécessiter pour les compagnies de brûler à nouveau du cash et donc ouvrir des opportunités.

Lufthansa pourra alors disposer des produits de ces éventuelles cessions pour réduire sa dette et préparer de nouveaux investissements. Le groupe allemand réfléchit actuellement à valoriser sa branche de maintenance Lufthansa Technik soit par une cession partielle à un investisseur financier ou industriel, soit par une cotation. La décision sera prise d'ici la fin de l'année, en vue d'une opération l'an prochain. Le groupe étudie également la cession de sa filiale de catering LSG et de sa plateforme de gestion de voyages d'affaires Airplus. Toujours selon un analyste, cela pourrait générer des rentrées de liquidités de l'ordre de deux à trois milliards d'euros l'an prochain.

Lire aussi 7 mnAir France-KLM et Lufthansa repassent dans le vert, IAG reste à la traîne

Lufthansa reprend l'avantage sur Air France-KLM

Lufthansa remet donc de la distance avec Air France-KLM. Après avoir été tous deux dépendants des aides d'Etat pendant la crise, les deux groupes ne sont plus sur une marche d'égalité. Malgré un été positif, le groupe français n'a toujours pas remboursé les aides étatiques reçues et reste donc limité dans ses marges de manœuvre. Il s'est certes désendetté de 3 milliards d'euros depuis le début de l'année, mais cela tient essentiellement à l'augmentation de capital largement portée par l'Etat français et à la conversion du prêt direct de ce dernier en quasi-fonds propres perpétuels.

Alors que Lufthansa n'est plus dépendant de l'Etat allemand et se finance désormais entièrement sur les marchés, Air France-KLM va devoir passer par une nouvelle recapitalisation avant de pouvoir espérer faire de même.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 15
à écrit le 16/11/2021 à 7:53
Signaler
AF est à peine sortie du trou qu’elle est de nouveau stigmatisée en regard de sa consœur allemande.

à écrit le 14/11/2021 à 21:29
Signaler
Air France non seulement ne remercie pas l’état Français mais en plus elle se fou ouvertement de la gueule du gouvernement en commandant du 737 Max !

à écrit le 13/11/2021 à 20:43
Signaler
Quand on regarde le rattrapage du nombre de vols par rapport à 2019 (source Eurocontrol), on s'aperçoit qu'Air France est passé à l'offensive et a rattrapé plus vite ses niveaux que Lufthansa. Air France a décidé d'utiliser l'argent de l'état pour oc...

à écrit le 13/11/2021 à 19:48
Signaler
Pourriez vous élaborer votre propos?

à écrit le 13/11/2021 à 19:48
Signaler
Lufthansa est actionnaire de Germanwings/Eurowings et lui a confié son CC/CM sauf pour Francfort et Munich. Cela ressemble beaucoup à ce que font AFR et KLM avec Transavia.

à écrit le 13/11/2021 à 18:32
Signaler
Il aurait fallu privatiser à 100% AF il y a trente ans maintenant c'est trop tard, l'état va devoir porter ce boulet encore longtemps comme la SNCF dont les mêmes causes provoquent les mêmes effets.

à écrit le 13/11/2021 à 15:45
Signaler
Pendant que le groupe LH essaye de monter en gamme et en valeur, le groupe AF-KLM saborde son réseau CC/MC au profit d'une filiale low cost qui ne pourra jamais faire les mêmes performances économiques que les Ryanair et autres Easyjet... cqfd !

à écrit le 13/11/2021 à 11:46
Signaler
Air France est la définition même de l'entreprise zombie: Ne survit que grâce à l'endettement, et pourrait être remplacée sans dommage par des concurrents plus performants.

le 13/11/2021 à 14:22
Signaler
La concurrence ne peut tout résoudre…certaines relations seraient abandonnées… et cela c est pas démocratique …

à écrit le 13/11/2021 à 10:47
Signaler
Ce ne sont pas les écologistes qui nuisent au transport aérien ! Il était déjà mal en point en 2019, le covid l'a achevé en 2020. Les raisons ? Un modèle économique imbécile, le «bas-coût/bas-prix» (low-cost). Les prix des billets étant inférieurs au...

à écrit le 13/11/2021 à 8:18
Signaler
bonjour pas de cgt etc moins de fainiant et d emplois non necessaires comme la dit un ministre de gauche dans ce pays il faut degraisser les acquis aussi si ont veut sauver ce pays de haut en bas

le 13/11/2021 à 10:00
Signaler
dans l hexagone politique de com sans transparence et ni vérité

le 13/11/2021 à 10:51
Signaler
Caricatural votre commentaire. Si en effet il faudrait dégraisser le nombre de cadres chez Air France et réduire les salaires des pilotes séniors, sans l'existence des syndicats nous travaillerions encore comme des esclaves en France. Et pourquoi ne ...

le 13/11/2021 à 14:34
Signaler
Commentaire has ben de vieille droite dépasse par les révolutions sociétal es… ce que vous décrivez ne correspond pas à la réalité des entreprises publics : taux de syndicalisation inférieure à 30% - 80 % dans les années 70-

le 13/11/2021 à 14:36
Signaler
Commentaire has ben de vieille droite dépasse par les révolutions sociétal es… ce que vous décrivez ne correspond pas à la réalité des entreprises publics : taux de syndicalisation inférieure à 30% - 80 % dans les années 70-… alors lisez les vraies ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.