Uber crée un plan de retraite pour ses chauffeurs en Grande-Bretagne

Au Royaume-Uni, l'application de voitures avec chauffeurs a dû se plier à une décision de justice et à un accord avec le principal syndicat du pays. Tandis qu'elle pourrait devenir rentable pour la première fois de son histoire sur un trimestre, la société privée appelle ses concurrents à participer à "un plan de retraite sectoriel".

3 mn

Uber qualifie de premier plan de retraite pour les travailleurs en horaires flexibles dans le secteur des voitures à louer et taxis.
Uber qualifie de "premier plan de retraite pour les travailleurs en horaires flexibles dans le secteur des voitures à louer et taxis". (Crédits : Brendan McDermid)

C'est un nouveau pas en direction de la validation du statut de salarié des chauffeurs VTC. Uber, le poids lourd américain du secteur, a annoncé la création d'un plan de retraite pour ses chauffeurs au Royaume-Uni, auquel il va contribuer à hauteur de 3% des gains de ses employés. Soit un nouvel avantage pour ses 70.000 chauffeurs auxquels il avait déjà accordé en mars, suite à défaite juridique et à un accord avec un syndicat, le statut hybride de "travailleurs salariés". Au Royaume-Uni, ce statut à mi-chemin entre l'indépendant et le salarié, permet de bénéficier du salaire minimum, de congés payés et de l'accès à un fonds de retraite. Uber tient donc les engagements qu'il s'était engagé à prendre dans ce cadre auprès du syndicat britannique GMB.

Uber invite ses rivaux à mettre en place un plan de retraite sectoriel

Alors que la concurrence fait rage pour attirer les chauffeurs sur une plateforme et ainsi augmenter l'offre de voitures disponibles pour les clients via son application, Uber ne manque pas d'ailleurs d'inviter ses rivaux tels Bolt qui veut accélérer en Europe, Addison Lee et Ola, à participer à ce fonds afin d'aboutir "ensemble" à "un plan de retraite sectoriel". En effet, les chauffeurs collaborent souvent avec plusieurs plateformes pour augmenter leurs revenus.

La plateforme poursuit surtout ses actions pour croître sur le marché britannique, après une retentissante défaite devant la Cour suprême, qui avait estimé en février que les chauffeurs pouvaient être considérés comme des "travailleurs" et donc bénéficier de droits sociaux.

Uber qualifie cette évolution de "premier plan de retraite pour les travailleurs en horaires flexibles dans le secteur des voitures à louer et taxis", d'après un communiqué vendredi. Les chauffeurs peuvent pour leur part y contribuer pour un minimum de 5% de leurs émoluments.

Mick Rix, un dirigeant du syndicat GMB, a qualifié le plan de retraite annoncé d'"énorme pas dans la bonne direction" dans un communiqué.

Le modèle économique des courses VTC de plus en plus bousculé

Depuis quelques mois, visé notamment par des procédures judiciaires, Uber a amorcé un changement important d'attitude vis-à-vis de ses chauffeurs. Au Pays-Bas, la justice vient de reconnaître le statut d'employés à ces travailleurs. En septembre, un tribunal néerlandais a estimé que les chauffeurs en contrat avec le groupe américain devraient avoir plus de droits sociaux. Uber a toutefois fait appel de cette décision.

En France, c'est encore le statut d'indépendant qui vaut, même si la Cour de Cassation avait confirmé la requalification en contrat de travail du contrat d'un chauffeur Uber dans un arrêt du 4 mars 2020. Pour l'heure, les décisions de justice concernant Uber France tombent a posteriori.

Pour Uber, qui depuis son lancement en 2009 a essentiellement réinvesti et brûlé sa trésorerie, ces requalifications mettent sous pression son modèle économique. Après avoir licencié 7.000 personnes pendant la pandémie de Covid-19, la firme californienne pourrait annoncer le tout premier trimestre rentable de son histoire à la fin septembre, selon le Financial Times.

Lire aussi 3 mnLes chauffeurs Uber considérés comme des employés avec des droits aux Pays-Bas

 (Avec AFP)

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 2
à écrit le 24/09/2021 à 18:11
Signaler
Uber ferait mieux de négocier avec les constructeurs auto pour financer à pas cher sa future flotte de véhicules en prévision de l'embauche de masse de faux-indépendants...

à écrit le 24/09/2021 à 18:02
Signaler
Un fond de pension investi en actions Uber pour gonfler sa capitalisation et offrir un généreux bonus à son dirigeant? Manifestement il n'y a pas de petit profit dans l'économie du partage des pertes pour les faux-indépendants et des profits pou...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.