UberPop : les taxis lancent un ultimatum au gouvernement

 |  | 516 mots
Lecture 3 min.
Didier Hogrel, président de la Fédération nationale du Taxi (FNDT), explique qu'ils mettent  en demeure le Premier ministre de faire respecter les lois républicaines, à savoir de faire stopper le travail dissimulé.
Didier Hogrel, président de la Fédération nationale du Taxi (FNDT), explique qu'ils mettent "en demeure le Premier ministre de faire respecter les lois républicaines, à savoir de faire stopper le travail dissimulé". (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Les taxis donnent 15 jours au gouvernement de Manuel Valls pour mettre fin à cette activité du géant américain Uber. À défaut, ils envisagent des actions de "grève fiscale, de grève de charges sociales".

Une nouvelle fois, les taxis haussent le ton. Les concurrents des VTC (voiture de transport avec chauffer) annoncent en effet avoir sommé le gouvernement de Manuel Valls de mette fin au "travail dissimulé" que représente à leurs yeux le service UberPop de l'entreprise américaine Uber en France. Dans un communiqué commun daté de jeudi 9 avril, 14 organisations professionnelles ont prévenu que :

"sans réponse sous quinze jours, elles prendraient les mesures nécessaires pour préserver leur profession et leur avenir".

Une activité contraire à la loi Thévenoud

Ce développement intervient alors que le 31 mars, la cour d'appel de Paris a reporté sa décision concernant UberPop et n'a pas prononcé de mesure d'interdiction à titre conservatoire comme demandé devant le tribunal de commerce. Uber a en outre obtenu récemment la transmission de trois questions prioritaires de constitutionnalité (QPC) au Conseil constitutionnel.

UberPop est l'un des services proposés par Uber sur son application pour smartphone. Il met en relation des particuliers et des conducteurs non-professionnels, à des tarifs low-cost par rapport à l'offre UberX (classique). Or cette activité est interdite en France depuis l'entrée en vigueur de la loi Thévenoud au 1er janvier 2015.

     | Lire : 1er janvier ou pas, UberPop roulera !

Cependant, depuis le 21 mars, Uber demande à ses chauffeurs affiliés UberPop de se créer un statut d'auto-entrepreneur assuré en responsabilité civile professionnelle, d'obtenir une attestation d'aptitude physique auprès d'un médecin agréé en préfecture. Les chauffeurs doivent en outre effectuer une formation complémentaire, suivie d'un test, approfondie "notamment en matière de sécurité routière lors de trajets avec des passagers".

La loi Thévenoud est-elle conforme au droit communautaire ?

Uber a déjà été condamné en correctionnelle à 100.000 euros d'amende, mais a fait appel et continue à proposer son service de VTC bon marché malgré les protestations des taxis et celles des VTC, dont les chauffeurs UberX ! Le géant californien est aussi passé à l'offensive à Bruxelles, déposant des plaintes contre la France, l'Allemagne et l'Espagne.

Lire : Uber : nouvelle plainte déposée contre la France à Bruxelles ?

De quoi gagner du temps, et au passage exaspérer les taxis. Les organisations ont donc décidé d'agir indiquant :

"Conscientes que les procédures actuellement en cours [traînent] en longueur [à cause de] la société Uber (...), les organisations professionnelles de taxi ont décidé d'interpeller officiellement le Premier ministre pour comprendre pourquoi le gouvernement, les services de l'ACOSS-URSSAF ou fiscaux ne sanctionnent pas de façon plus radicale les travailleurs clandestins"

Pas d'opération escargot, mais une grève fiscale

Didier Hogrel, président de la Fédération nationale du Taxi (FNDT), explique qu'ils mettent

"en demeure le Premier ministre de faire respecter les lois républicaines, à savoir de faire stopper le travail dissimulé".

Il a indiqué à l'AFP :

"Nous lui donnons un ultimatum de 15 jours pour essayer de trouver une solution à ce problème".

A défaut, les taxis envisagent des actions de "grève fiscale, de grève de charges sociales", a-t-il détaillé, mais "pas de mouvements de rue spectaculaires, qui nous rendent plus impopulaires qu'autre chose".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2015 à 8:29 :
Les taxis veulent mettre fin a l'activité d'uber alors que l'état ne veut pas sacrifié des postes afin que les gens ne soit pas au chomage a mon avis c'est bien parti pour qu'uber reste sur le maché adieu les taxis impolis, en retard et le plus souvent a paris introuvable
a écrit le 09/04/2015 à 19:11 :
Merci pour la censure la tribune
Vive la liberté d expression comme même je vous en pas...
a écrit le 09/04/2015 à 18:32 :
"grève fiscale, de grève de charges sociales"

C'est assez cocasse quand on sait que bon nombre de taxis font du "black" en acceptant que les paiement en espèces (donc en ne payant ni impôts, ni charges sociales dessus).
Réponse de le 10/04/2015 à 12:45 :
aujourd'hui les taxi sont obligés d'accepter la carte bleu
Réponse de le 10/04/2015 à 21:27 :
@juju
Ahaha, venez à Nice, appelez la centrale de réservation et demandez un taxi qui accepte les cb! Bon courage!
a écrit le 09/04/2015 à 18:14 :
Imaginons que dans les années 1900 les fabricants de roues de charrette manifestent contre les fabricants de pneus, les cochers de fiacre contre les automobiles..... Le combat des taxi est du même ordre, il suffit d'avoir essayé Uber une fois pour voir que c'est bien plus pratique et souple qu'un taxi "normal"...
C'est l'évolution des choses, il serait bien plus pertinent que les taxis se battent pour adapter leurs réglementation au concept mis au point par Uber, plutôt qu'essayer de l'interdire. L'avenir de ce genre de profession (conduire des gens) là.
Réponse de le 09/04/2015 à 19:02 :
Le concept d uber c est de travailler au black!!
Des chômeur au rsa ou touchant des assedic font du taxi au black avec leur voiture personnelle.
Oui c est un sacrée concept j espere que ca touchera pas votre corps de métier vous serez content du concept.
Réponse de le 09/04/2015 à 20:18 :
Relisez donc l'article : c'est UBERpop qui est mis en cause, et non UBER ! C'est le statut non professionnel d'uberpop qui est critiqué, et les VTC sont associés aux taxis dans cette opération !!
Réponse de le 09/04/2015 à 21:38 :
J'espère que quand votre retraitée représenteras la valeur de trois tomates et un oignons, que la sécurité sociale aura déposé le bilan, que l'école "gratuite sera un lointain souvenir, etc. Vous vous rappellerez votre opinion de ce jour. Si votre modèle social est qu'une entreprise qui gagne une fortune ne paye aucune taxe et impôts, que ces "personnel" ne déclarent pas leurs revenus. Soit mes assumé

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :