Ukraine : les sanctions occidentales cherchent à clouer au sol l'aviation commerciale russe

Antonov, Sukhoi, Yakovlev et Tupolev mais surtout Airbus et Boeing, voire Bombardier et Embraer. Depuis une dizaine d'années, les compagnies russes ont largement laissé tomber leur flotte d'origine soviétique pour s'orienter quasiment exclusivement vers des appareils occidentaux. Cette transition, qui en temps de relations normalisées a constitué un avantage pour le développement des compagnies russes notamment à l'international, pourrait se retourner contre elles à l'heure des sanctions internationales.
La flotte d'Aeroflot, principale compagnie russe, est composée quasiment exclusivement d'Airbus et de Boeing.
La flotte d'Aeroflot, principale compagnie russe, est composée quasiment exclusivement d'Airbus et de Boeing. (Crédits : Maxim Shemetov)

L'aviation commerciale russe pourrait bien se retrouver clouée au sol. Dans le lot de sanctions décidées par l'Union européenne et les Etats-Unis contre la Russie, en réaction à l'invasion de l'Ukraine, se trouve un embargo sur les pièces de rechanges et équipements aéronautiques. Si l'impact n'est pas immédiat, ceux-ci pourraient faire défaut rapidement aux compagnies russes qui exploitent majoritairement des appareils occidentaux, Airbus et Boeing en tête, mais aussi des Bombardier et quelques Embraer.

Sur une flotte passagers et cargo de près de 1.000 appareils, les trois-quarts environ sont d'origine européenne, américaine et canadienne. Après avoir fait cohabiter des avions issus de l'ancienne industrie soviétique avec des avions occidentaux jusque début des années 2010, les compagnies russes ont accéléré leur transition. Côté local, il reste essentiellement des Sukhoi Superjet 100, dotés d'équipements occidentaux, des Antonov et quelques Yakovlev.

Lire aussi 7 mnUkraine : Airbus, Safran, Boeing..., ces géants de l'aéronautique dépendants du titane russe

Plus de 600 Airbus et Boeing

Airbus déclare avoir plus de 340 avions en service en Russie chez dix opérateurs commerciaux et VIP. A elle seule, la compagnie nationale Aeroflot exploite 118 appareils du constructeur européen, dont une majorité issue de la famille A320, mais aussi des A330 et des A350 (dont 14 restent à livrer). Le second opérateur est la compagnie à bas coût S7 Airlines, avec 69 appareils des familles A320 et A320 NEO.

De son côté Boeing a environ 300 avions dans le pays, avec encore 34 appareils à livrer. Comme Airbus, il est très présent chez Aeroflot, avec notamment une vingtaine de 777, ainsi que chez S7 Airlines, UTAir ou encore Rossiya. La plupart des grandes compagnies russes ont d'ailleurs des flottes mixtes entre Airbus et Boeing, avec des appareils des familles 737 et A320. Une large part est en location auprès d'acteurs financiers comme VTB Leasing, branche de la banque d'Etat VTB, Sberbank leasing, ou la compagnie d'Etat GTLK...

Lire aussi 4 mnUkraine : l'Union européenne va geler les avoirs de Poutine et Lavrov

Les appareils russes également touchés

En ce qui concerne le Superjet 100, la situation n'est guère plus favorable. Si l'appareil est de conception russe, il embarque un grand nombre d'équipements occidentaux. A commencer par son moteur SaM146, développé conjointement par le motoriste russe NPO Saturn et le français Safran Aircraft Engines. Même si une "russification" de l'appareil est à l'œuvre depuis plusieurs années, il reste dépendant des livraisons occidentales. C'est d'ailleurs aussi le cas pour le MC21, actuellement en développement.

De fait, l'embargo sur les pièces aéronautiques va toucher la quasi-totalité des compagnies russes. Dans son allocution détaillant les sanctions contre la Russie, suite au Conseil européen du 24 février, la présidente de la Commission européenne a rappelé "l'énorme dépendance" des opérateurs russes vis-à-vis de ces pièces venues de l'Ouest. Elle a ainsi estimé que cet embargo allait "affecter le secteur clef de l'économie russe et la connectivité du pays".

Cet impact devrait se faire ressentir principalement sur l'entretien des moteurs. Pour conserver la valeur résiduelle des avions, la plupart des compagnies n'utilisent que des pièces de rechange produites par les motoristes d'origine. C'est le cas même lorsqu'elles réalisent la maintenance en propre ou dans des ateliers tiers. Il existe donc très peu de pièces n'étant pas d'origine.

Lire aussi 7 mnUkraine : « Nous voulons isoler financièrement la Russie » pour « assécher les financements » de son économie (Bruno Le Maire)

Le ciel pourrait se fermer

Les compagnies russes risquent également de se voir interdire le ciel de certains pays. C'est le cas au Royaume-Uni, où Aeroflot n'est plus autorisé à se poser. En représailles, les autorités russes viennent d'ailleurs de mettre en place une mesure similaire à l'encontre des appareils britanniques. Le survol de la Russie leur est également interdit.

L'entrée dans l'espace aérien russe pourrait d'ailleurs également être un enjeu. La plupart des vols entre Europe et Asie passent par son territoire. Le contourner rallongerait les vols et coûterait cher aux compagnies aériennes européennes. A l'inverse, les coûts de survol rapportent un pactole non négligeable à la Russie.

Lire aussi 4 mnAigle Azur : les vols Paris-Pékin bloqués par un conflit entre...Bruxelles et Moscou sur le survol de la Sibérie

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 5
à écrit le 27/02/2022 à 7:37
Signaler
Je doute de l'effet. Pour les pièces de rechange Airbus et Boeing, il suffira aux compagnies Russes de passer par des intermédiaires en Chine ou en Inde...

le 27/02/2022 à 9:07
Signaler
bravo pour la réflexion et pour la certification ? le bureau veritas à Moscow plie bagage cette mesure à elle seule est désastreuse pour la Russie

à écrit le 26/02/2022 à 14:42
Signaler
Aucune aide, soutien au dictateur, au tyran qui bafoue un pays souverain, tue son peuple, demandons rapidement sa présentation devant le tribunal international, la cour de justice de la Haye afin qu'il comparait comme criminel de guerre.

à écrit le 26/02/2022 à 9:09
Signaler
Les sanctions ne servent strictement à rien si ce n'est nous exposer l'impuissance totale de l'oligarchie financière à protéger les citoyens du monde. Alors ils essayent de faire passer leurs faiblesses pour une force mais le timing est mauvais tandi...

à écrit le 25/02/2022 à 19:09
Signaler
Sous la pression de sanctions financières venant du voisin britannique et de l'oncle samuel, notre grand commis de l'Etat (mais qu'a t-il commis?), françois Fillon se résigne à regret à démissionner : "L'ancien premier ministre François Fillon a a...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.