« Sur ce sujet comme sur d'autres, je mise sur le bon sens et la bienveillance » (Jean-Laurent Bonnafé)

 |   |  977  mots
Jean-Laurent Bonnafé se dit très optimiste sur le respect des différences en entreprise à l'avenir.
Jean-Laurent Bonnafé se dit "très optimiste" sur le respect des différences en entreprise à l'avenir. (Crédits : Klauiw Weddig)
Jean-Laurent Bonnafé, directeur général de BNP Paribas, première banque française à signer la Charte LGBT+ de L'Autre Cercle, fait en sorte que son entreprise déjoue les discriminations par la sensibilisation et les mesures de prévention.

LA TRIBUNE - Vous êtes le seul dirigeant d'une entreprise française à figurer (à la cinquième place) dans le classement international d'OUTstanding. Pourquoi votre exemple est-il si peu suivi ?

JEAN-LAURENT BONNAFÉ - Le propre de ces classements, c'est de faire connaître et de permettre à chacun de se poser des questions. En conséquence, je ne me sens pas seul ! Sur la base des progrès réalisés depuis dix ans, je serai peut-être dans les dix ans à venir très loin dans le classement d'OUTstanding, dépassé par beaucoup d'autres ! D'ailleurs, je suis sûr que certains chefs d'entreprise seraient prêts à s'impliquer, mais une décision individuelle qui ne serait pas portée par une équipe serait contre-productive. Cela doit être une décision collective. C'est le cas pour BNP Paribas, une entreprise ouverte sur des cultures et des réalités différentes, dont la caractéristique est d'accompagner la diversité au sens large.

Pouvez-vous détailler pourquoi vous portez les initiatives de BNP Paribas dans ce domaine ?

Si j'ai observé peu de discriminations contre les LGBT+ dans l'entreprise, pendant mes études - il y a très longtemps -, j'ai assisté à des situations proches de la violence...

Article réservé aux abonnés

Achetez l'article
Pour
0.49TTC
J'achète
Abonnez-vous
Accéder
Déjà inscrit ou abonné ? Connectez-vous
Se connecter

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/05/2019 à 16:06 :
La victimisation de chaque minorité ne peut qu'engendrer des conflits permanents!
a écrit le 19/05/2019 à 16:03 :
Comment, une "somme de minorité" veut elle agir comme une majorité si elle ne se concentre pas sur les éléments communs, en faisant abstraction de leur différence? C'est le rôle de la laïcité!
a écrit le 19/05/2019 à 10:09 :
Ou est le temps ou la vie privé en entreprise était un bien individuel protecteur, voila que tout doit être mis sur la place publique, plus de frontière entre travail et vie personnelle, nous étalons nos états d'âmes et nos photos de famille sur Facebook, exemple caricatural de notre époque. Nous exigeons d'être reconnu comme minorité injustement traité avec des droits particuliers, religieux, sexuel, politique, physique, ethnique, et nous morcelons la société en groupe de pressions, nous plaignant ensuite de l'égoïsme et de l'individualité qui détruit le lien social et la solidarité par ces particularisme excessifs, qui ne pensent qu'aux avantages arrachés à l'intérêt commun au nom de la justice.
a écrit le 17/05/2019 à 18:26 :
De toutes façons il ne faut pas rêver, sachant que le racisme anti-roux existe toujours, moindre mais toujours, il y aura toujours des gens qui auront peur de ceux qui sont différents d'eux. De moins en moins et de plus en plus vite espérons le mais zéro va être difficile à atteindre avant un bon millier d'années à mon avis.

L'homme est un animal social qui a besoin de signes en commun afin de se sentir en sécurité, prenez les gens de couleur, différents donc dont il faut forcément se méfier, prenez les sdf, ceux qui sont séropositifs, les handicapés et-c, et-c...

Et je pense qu'en plus le fait que cette différence ne se voit pas doit encore plus effrayer les gens ce qui est bien souvent le cas chez les les LGBT.

La solution évidente puisque peurs touchant les gens les plus faibles d'entre nous, serait de faire une campagne médiatique, avec des artistes originaux tant qu'à faire hein (pas ceux qui font les paquets de clopes de grâce !) afin de nous faire comprendre la différence comme richesse et non comme menace C'est très simple. Or comme d'habitude nous allons nous focaliser sur une certaine catégorie de personnes affaiblissant ainsi le message...

Maintenant on comprend aussi que ceux qui nous divisent pour régner ne veulent pas nous faire voir la vérité faisant qu'ils n'ont rien de plus que nous. Nous sommes à l'ére d’internet du "peer to peer", facile à comprendre mais remettant totalement et brutalement en question la gouvernance de notre monde. Mais n'en aurait pas besoin justement ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :