Tesla : Elon Musk bluffe-t-il ?

 |   |  999  mots
Le prix indicatif de 420 dollars par titre, annoncé par Elon Musk sur Twitter, ferait ressortir une valorisation d'environ 71 milliards de dollars pour l'ensemble du groupe.
Le prix indicatif de 420 dollars par titre, annoncé par Elon Musk sur Twitter, ferait ressortir une valorisation d'environ 71 milliards de dollars pour l'ensemble du groupe. (Crédits : Lucy Nicholson)
La proposition d’Elon Musk sur une sortie de Tesla de Bourse avait fait bondir le titre ce mardi 7 août. Mais ce projet laisse les banquiers et les analystes sceptiques. Le constructeur américain de voitures électriques n’échappera d’ailleurs pas à une investigation de la SEC, gendarme américain des marchés financiers, qui soupçonne notamment une manipulation boursière.

Le patron de Tesla a toujours fait les choses à sa façon et cela soulève beaucoup de questions. Ce mardi 7 août, Elon Musk s'est emparé de son compte Twitter pour annoncer, en pleine séance, son intention de faire sortir Tesla de la Bourse. Il souhaite en effet que la marque ne soit plus dépendante des nombreuses attaques spéculatives ni des analystes financiers qui dénoncent de plus en plus régulièrement les risques de faillite du groupe automobile de luxe. Dans un mail envoyé à ses salariés, Elon Musk liste plusieurs inconvénients et estime que le groupe est meilleur lorsque « tout le monde se concentre sur son travail », et non sur les cours de Bourse.

 J'envisage de retirer Tesla de la Bourse à 420 dollars (par action). Financement assuré » a tweeté Elon Musk.]

Le prix indicatif de 420 dollars par titre fait alors ressortir une valorisation de 71,6 milliards de dollars pour l'ensemble du groupe. Cette annonce avait rapidement affolé Wall Street et avait eu un net impact haussier sur le titre, qui a ensuite tempéré ses gains en perdant 2,4% à 370,34 dollars dans la journée de mercredi. Bien en-dessous, donc, des 420 dollars annoncés dans le tweet du PDG de Tesla.

Une manipulation de marché ?

Deux jours après avoir assuré sur son compte Twitter qu'il avait obtenu les fonds nécessaires, auprès d'investisseurs, notamment chinois, Elon Musk, qui détient 20% environ du capital de Tesla, n'a toujours pas fourni de preuve pour étayer ses propos.

La SEC (Securities and Exchange Commission) a d'ailleurs lancé une enquête sur la faisabilité d'un retrait du fabricant de voitures électriques haut de gamme.

« Il [Elon Musk] prétend qu'il y a une source spécifique de financement, alors cela a intérêt à être vrai ! Il a aussi affirmé qu'il y avait un montant spécifique disponible pour le financement. Cela devra être vrai. Autrement, même si cela ne relève pas de la manipulation, cela reste de la fraude » a déclaré l'ancien président de la SEC, Harvey Pitt, dans une interview à CNBC.

La règle 14e-8 de la SEC interdit effectivement à des sociétés cotées d'annoncer des plans d'achat ou de vente de titres si les dirigeants n'ont pas l'intention de donner suite ou n'ont pas les moyens de les finaliser.

L'autorité de marché va notamment chercher à savoir si l'annonce du fondateur du constructeur automobile américain repose sur des éléments concrets et un projet réel. Elle va également se demander s'il ne s'agit pas d'une annonce destinée à manipuler le marché dans le but de doper le cours de Bourse. Cette hypothèse pourrait tenir la route car Elon Musk s'était souvent plaint du prix de l'action. Harvey Pitt ajoute qu'annoncer un chiffre précis pour se retirer de la cote est « extrêmement rare » et « pose des questions significatives sur l'intention de ce message ». D'après le Wall Street Journal, le régulateur américain a déjà demandé à la société si ce qu'Elon Musk avait tweeté était factuel et pourquoi une telle annonce avait été faite sur les réseaux sociaux plutôt que dans un document officiel.

Retirer Tesla de la Bourse ne sera pas chose aisée

Pour l'heure, plusieurs membres du conseil d'administration de Tesla ont confirmé que le projet d'Elon Musk a bel et bien fait l'objet de plusieurs réunions. Techniquement, retirer Tesla de la Bourse est possible mais ce ne sera pas chose aisée.

« M. Musk ne peut pas juste aller sur les marchés et acheter des actions. Il doit s'en référer au conseil d'administration, qui doit former un comité indépendant, qui engagera ses propres conseillers juridiques et bancaires afin de déterminer un prix leur semblant juste et le négocier » a expliqué à l'AFP John Coffee, spécialiste du droit à l'université de Colombia.

Si le prix de 420 dollars par titre s'avère correspondre à la cotation, Elon Musk devra ainsi assumer une valorisation de 71,6 milliards de dollars, à ce jour le montant le plus élevé jamais obtenu pour une telle opération. Le constructeur automobile américain, endetté à hauteur de 10,9 milliards de dollars, n'a pourtant encore jamais prouvé sa capacité à gagner de l'argent sur une année entière. Les finances s'avèrent en effet tendues pour Tesla, puisque le groupe a perdu près de 2 milliards de dollars en 2017 et dépensé 1,8 milliard de dollars en investissements à ce stade de l'année. Le groupe mise gros sur le succès de son dernier-né, le Model 3, qui connaît d'importants retards de production. Tesla peut toutefois s'appuyer sur un point positif : la récente flambée du cours après l'annonce de son PDG sur une éventuelle sortie de la cote a porté l'action à une dette convertible de 2,3 milliards de dollars, réduisant potentiellement les futures obligations de Tesla en termes de trésorerie.

Même si les analystes pensent que Tesla pourra difficilement supporter d'autres dettes, l'hypothèse d'un LBO (leveraged buy-out) a également été évoquée. Ce  montage financier permet à une holding créée spécialement de racheter une société en empruntant massivement de l'argent.

Elon Musk campe sur ses positions et se dit certain que cette opération se fera. Il a même récemment retweeté un sondage mené par le site spécialisé Electrek, selon lequel les lecteurs seraient favorables à une sortie de Tesla de la Bourse.

Le patron du fabricant automobile prévoit déjà également la création d'un fonds spécifique pour les particuliers, notamment pour tous ses employés, qui détiennent actuellement des actions et souhaitent continuer d'investir dans Tesla. Les autres seront payés à hauteur de la cotation.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/08/2018 à 14:29 :
En d'autres termes on nous explique que Elon Musk, créateur de Paypal, de SpaceX, et qui a transformé Tesla de PME en multinationale, ne serait en fait qu'un benêt qui n'aurait pas su tenir sa langue, ou son clavier plutôt ! Oh ! Réveillez vous ! D'après vous pourquoi veut il racheter sa boite ? Avant quelle annonce fracassante qui va faire de Tesla le premier constructeur mondial , l'Apple de la voiture ? L'IA qui conduit tout seul ? oui sans doute un peu. De nouveau moteurs, de nouvelles technologies de récupération de l'énergie du freinage ? oui sans doute un peu.
Non ! le nerf de la guerre ici c'est la batterie. Ils ont trouvé quelque chose avec les batteries ! Genre 5 minutes de charge pour 800 km d'autonomie ou un truc comme ça, qui sera l'équivalent du smartphone dans la téléphonie mobile, le point de bascule du marché vers l'électrique.
a écrit le 13/08/2018 à 11:46 :
Vous savez ce que c'est qu'un LBO?

Oui, on peut toujours en évoquer l'hypothèse, cela ne mange pas de pain, tant qu'on n'explique pas que cela n'a absolument aucun sens en l'espèce...
a écrit le 13/08/2018 à 10:12 :
Entrer en bourse ne sert qu'a lever de l'argent auprès des "marchés"... Y rester est suicidaire, car ne fait qu'imposer des contraintes d'information, de communication et de gestion infernales... Donc la meilleure chose a faire est d'attendre un point bien bas de la valo, et de sortir.. Les gogos se seront fait plumer, mais c'est leur destin...
a écrit le 11/08/2018 à 17:47 :
Il bluffe depuis le début et vous journalistes suivez aveuglément ; il aurait donc tort de s'en priver
a écrit le 11/08/2018 à 10:53 :
on fait le show, voire on ment, pour s'assurer de bonnes levées de fonds, mais on n'aime pas rendre des comptes, on n'aime pas que le système dont on abuse permette de faire de l'argent en faisant des paris à la baisse.

Aussi brillant sois-tu Mr Musk, c'est pas si facile que ça quand on n'est pas subventionné à mort en sous-main (spaceX), hein ?
a écrit le 11/08/2018 à 10:38 :
Mais sachez que je partage votre optimisme.

je trouve pour autant nécessaire de parler des effets pervers de la technologie actuelle

c'est comme le téléphone avec lequel je vous réponds. c'est super, ça évite par exemple de couper des arbres pour en faire du papier à journal, que l'on jettera. mais pour le construire, on pollue à mort des cours d'eau. pas grave, c'est loin de chez moi.

il faut donc continuer à améliorer la technologie et ne pas s'arrêter là où la rentabilité et la génération de cash arrête tout développement.

mon avis est que Tesla est arrivée à ce stade, notamment en raison du fait que Musk est désormais incentivé sur la réussite financière de Tesla.

ce qui pour moi expliquerait ce nouveau tweet ... frauduleux peut être. à voir.
a écrit le 11/08/2018 à 8:24 :
Sortir de la «  bourse » est une manière d’exister de manière indépendante : un engagement citoyen du monde pour une marque qui innove.( une nouvelle façon de penser)
E.M a raison.
a écrit le 10/08/2018 à 16:15 :
... la voiture électrique réduit (probablement) la pollution. Maid surtout, elle la déplace cette pollution à l'endroit de production des batteries et de l'énergie pour les recharger. Ce n'est donc qu'une étape.
Arrêtez de voir en elle LA solution à notre problème de transport...
Réponse de le 10/08/2018 à 21:08 :
Mais quand on peut circonscrire la source de CO2, cela ouvre la voie à des méthode de captation et de séquestration du carbone.
Si vous avez 50 grosses cimenteries dans un pays, vous pouvez capturer le C02 en sortie de cheminée et réutiliser le Carbone (ou le séquestrer).
Si vous avez 2500 cimenteries de petite taille, ça devient très cher et compliqué à gérer.

Pour ce qui est des batteries je prends les paris que l'on sortira bientôt du système Li-ion et qu'on aura bientôt des batteries composites sans terres rares. C'est encore dans les labos, mais ça fonctionne et c'est prometteur.

Je suis également assez optimiste sur l'avenir de l'hydrogène comme vecteur de stockage ou comme carburant, en conjonction avec des sources renouvelable intermittentes par nature (eolien, hydrolien, photovoltaique).
a écrit le 10/08/2018 à 8:47 :
Bravo, cela reste tout de même un sacré pari technologique, industriel... et financier.
Côté financier, sans tomber dans les thèses complotistes, vu le repli actuel des USA vers le tout pétrole/gaz et gros véhicules, ne se prémunit-il-pas simplement contre un risque de déstabilisation par des lobbies. Ou c'est simplement la volonté de conforter sa stratégie de développement, en concentrant les pouvoirs de décision ?

Trop tôt ou trop tard ?
Peut être que M. Musk est trop novateur, ou trop ambitieux, il n'en demeure pas mois que sur le fond, on ne peut que souhaiter la réussite du développement des véhicules électriques, sinon la planète deviendra rapidement invivable et on risque d'avoir l'air idiots, avec de gros pickups remplis de dollars, au milieu d'un désert...
a écrit le 10/08/2018 à 5:05 :
"Wait and see", comme disent les Britains. On aime bcp le poker aux USA. Je ne vois pas Musk parler pour ne rien dire. Il n'est pas mort, loin de la.
a écrit le 09/08/2018 à 23:54 :
Ce type s'agite beaucoup et fait beaucoup de déclarations intenpestives à l'aide de son smartphone, une sorte de fils spirituel de Trump.
a écrit le 09/08/2018 à 20:27 :
Elon Musk se plaint de passer beaucoup trop de temps à piloter le "cours de bourse" de Tesla comme le font trop d'innovateurs français. Et il a raison. Le principal investisseur de start-up, Carlisle, est une entreprise privée, non cotée.
a écrit le 09/08/2018 à 19:35 :
DEAD
a écrit le 09/08/2018 à 18:52 :
J’espère pour musk que son financement était effectivement réglé lors de son tweet, sinon il s'agit d'une manipulation de cours. Cela risque de lui retomber sur le coin du nez..
Réponse de le 10/08/2018 à 9:00 :
Je n'imagine pas un seul instant que la manipulation de cours ne soit pas avérée: Musk est bien naïf, et cela va lui couter très cher..
a écrit le 09/08/2018 à 18:06 :
Musk a fait le bon diagnostic.

Quand une entreprise est cotée en bourse, elle se retrouve ballotée au gré des boursicoteurs qui lui font subir des fluctuations de marché irrationnelles et potentiellement mortelles.
Et c'est un vrai problème quand les collaborateurs de l'entreprise sont actionnaires et qu'ils subissent des pertes ou des gains sans rapport avec la qualité de leur travail.

Pour ce qui est des 420 €/action, c'est probablement un chiffre qui n'aurait jamais du sortir et Tesla risque de le payer cher.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :