À Dunkerque, ArcelorMittal veut produire de l'acier "vert"

 |  | 1511 mots
Lecture 7 min.
(Crédits : Juliette Raynal)
Acier recyclé, "haut fourneau vert", capture et stockage du CO2, hydrogène décarboné à la place du charbon... Le géant de l'acier veut réduire ses émissions de CO2 de 30% d'ici à 2030, puis atteindre la neutralité carbone à l'horizon 2050. Pour y parvenir, le groupe mise sur des innovations de rupture dont certaines seront testées sur le site de Dunkerque, qui, chaque année, produit 7 millions de tonnes d'acier et émet 11 millions de tonnes de CO2. Reportage.

Un site industriel qui s'étend sur 450 hectares, un labyrinthe de conduites de gaz, 115 kilomètres de voies ferrées, des montagnes de minerais de fer, des collines de ferraille. Ici et là, des fumées qui s'échappent sur un terrain venteux aux couleurs ocres qui borde la mer du Nord. Et chaque jour 200.000 tonnes d'aciers produits, soit l'équivalent de trois tours Eiffel. L'usine d'ArcelorMittal à Dunkerque (Nord) est un lieu hors normes. Ses volumes de production sont vertigineux. Ses émissions de carbone le sont tout autant. Chaque année, le plus gros site européen du numéro un mondial de l'acier rejette 11 millions de tonnes de CO2 dans l'atmosphère. A elle seule, l'usine, née en 1962 sur les rives du troisième port de l'Hexagone, représente ainsi 3,6% du total des émissions annuelles de l'industrie française (environ 305 millions de tonnes de CO2).

Alors que l'Accord de Paris fêtera son cinquième anniversaire dans quelques semaines,  et que toutes les parties prenantes sont invitées à revoir à la hausse leurs engagements, ArcelorMittal s'est lancé dans un projet ambitieux mais indispensable pour tenter d'endiguer le changement climatique: décarboner son activité afin de produire de l'acier "vert". Dans cette optique, il s'est fixé deux objectifs : diminuer ses émissions de CO2 de 30% à l'horizon 2030 en Europe, puis atteindre la neutralité carbone dans le monde à l'horizon 2050.

Les hauts fourneaux au cœur de la décarbonation

Le défi est colossal car l'industrie sidérurgique reste une très grande consommatrice de charbon. Ce combustible riche en carbone est utilisé, sous forme de coke, pour fabriquer de la fonte liquide par fusion du minerai de fer oxydé. Ce procédé industriel est mis en oeuvre dans les hauts fourneaux, dont deux sont en...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/10/2020 à 6:53 :
Un cas typique de Greenwashing
a écrit le 29/10/2020 à 18:48 :
Enfin quelque chose de positif: réutiliser le fer et l'acier de recyclage, j'espère aussi une petite reprise des prix d'achat des mélanges broyés dits platins pour une économie circulaire équilibrée, il y a tellement de stock de vieille ferraille un peu partout que faire encore tourner les hauts fourneaux est irresponsable.
a écrit le 29/10/2020 à 17:56 :
bravo!
mais une petite ERREUR dans l' article
À Dunkerque, ArcelorMittal veut produire de l'acier "vert"

Par Juliette Raynal à Dunkerque | 28/10/2020, 17:48
erreur ici:
Et chaque jour 20 000 et non 200.000 tonnes d'aciers produits, soit l'équivalent de trois tours Eiffel.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :